samedi 29 décembre 2018

JDan PROJECT: Childhood Nature (2018)

“Childhood Nature is a strong album built around a sonic realm of an incredible richness that will certainly please to the fans of Tangerine Dream and of the excellent Jive era”
1 Outside 6:21
2 Movement 8:21
3 Others 10:44
4 Playground 2:14
5 Own World 12:48
6 Fun 4:31
7 Decisions 5:22
8 Mom and Dad 6:55

Generator.pl | GEN CD 047 (CD 57:16)
(Berlin School dipped in a rich sound fauna)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
Chords falling with brightness, of which each drop multiplies its sonorous resonances in a sinister and intriguing approach, accompany this semblance song of interplanetary whales which opens the splendors of "Outside". Splendor, because already the usual sound and musical aesthetics from the albums of Generator.pl settles between my ears. And regardless of the genre, Berlin School or experimental, this Polish label signature remains as much seductive than fascinating. Noises of cataclysm are dragging in the furrows of "Outside" which wants to be an ambient title but much lively of its fauna of noises and sound effects. Very effective and essential elements to the story of this kid sat on a futuristic sphere scrutinizing a universe without dreams that is so well represented on the artwork of “Childhood Nature”. Always on CD manufactured, carefully mixed and mastered for the pleasure of our ears, this first solo album of JDan Project on Generator.pl, this name may look familiar since he has participated in the album Sequential Friends from Blindmachine earlier this summer, is a solid album where the cosmic Berlin School is king! "Outside" continues its journey with very good synths which spread some august laments whereas are exploding here and there the elements of a sound fauna in search of excellence and creativity.
"Movement" pops in with a hopping movement of the sequencer. Ambient, the rhythm has a melodious karma. Powerful synth layers unveil their orchestral sermons, covering this rhythm which tries to survive with good percussions and another filament of sequences which serves a little more the decor than the beat. Effects of vocoder and of vintage disco sounds attack the 2nd phase of this rhythm which is filled with sonic graffiti from the 70's. Here we flirt with the universe of Software, for the cosmic orchestrations, in a more contemporary envelope with a rich sound that fills our ears, while the percussions and the sequencer, always harmonic, shakes the atmospheres in a spasmodic rhythmic vision where abound numerous solos lost in a plethora of layers and shadows from synths with so multi-dimensional effects. "Others" has a tonal vision as lush as in the opening of "Outside". Except here, there is rhythm. A slow rhythm and well supported by lines of sequences with opposite tones and by slamming percussions. This rhythmic language fills our ears of waves and of organic distortions which continually come back in a Kraftwerk robotic approach. Jean-Michel Jarre and Tangerine Dream too are influencing this slow rhythm which plays cat and mouse with a latent velocity that breaks out after 5 minutes in a kind of post apocalyptic electronic rock whose roots are ours very familiar. "Playground" is a title of ambiences of an unreal playground as it is dark and gloomy. Only the cries of children bring us back to the origins of the title and that of the album.
After the delights of "Others", "Own World" turns out to be the mainstay of “Childhood Nature”. A title with the same richness, it begins its descent into the bottom of my eardrums with a crawling rhythm mounted on filaments of sequences which roll towards the heavens. The bass line is tasty and stretches its ascending aura in a lush organic fauna filled by mysterious songs and by crackling rattlesnakes. The idea of hearing these sparkling organic sequences in the bed of Poland seems so natural here. Loops and effects of reverberations get add, creating a dialogue on a flying carpet woven by a fluid and moving sequencer. Synth layers and banks of mystic fog get settle under this structure which gradually comes lively with the arrival of sober and effective percussion. By the way, the percussions seem to be the anchor point of JDan Project's rhythms. Here on the other hand, they sparkle and peck a nice Berlin School structure with a little Groove in the movement. I still have so much trouble with "Fun" which seems to be a title explaining the excess of a nightmare in the head of an 8-year-old kid. The noises are aggressive at times and this din seems out of tune in this universe full of cohesion. "Decisions" is a good electronic rock rather accessible with percussions heavier than the fluidity of the sequencer. Layers and synth solos, always close to the melody, are so very Tangerine Dream here. The passage with the organ towards the end is a success at all levels. "Mom and Dad" is another solid track. If you like this fantasy universe that Franke, Froese and Schmoëlling created in Legend, you're at the doorstep of EM Eden here. The rhythm is dreamlike. Twirling like a staircase looking for paradisiacal clouds, it manages to capture the imagination and make us waltz in clouds of mists where unicorns graze. It's fully romantic! The second part brings us to a more sustained rhythm with very good synth solos as harmonious than very poignant. What a way to conclude an album that I wanted to hear again as soon as possible. And I did, in fact a lot of times. This album is embroidered in a sonic nectar of an incredible richness and from start to end, except for a short phase in "Fun", “Childhood Nature” is a strong album that will certainly please to the fans of Tangerine Dream and of the excellent Jive era.
Sylvain Lupari (December 29th, 2018) ****½*

synth&sequences.com
Available at Generator pl.
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Des notes tombant avec éclat, et dont chaque chute multiplie ses résonnances sonores dans une approche autant sinistre qu'intrigante, accompagnent ce semblant chant de baleines intersidérales qui ouvre les splendeurs de "Outside". Splendeur, car déjà l'esthétisme sonore et musicale usuelle aux albums de Generator.pl s'installe entre mes oreilles. Et peu importe le genre, Berlin School ou expérimental, cette signature du label Polonais reste aussi séduisante que fascinante. Des bruits de cataclysme traînent dans les sillons de "Outside" qui se veut un titre ambiant pourtant très vivant de sa faune de bruits et d'effets sonores. Des éléments très efficaces et essentiels à l'histoire de ce gamin sur une boule futuriste scrutant un univers sans rêves qui est si bien représenté sur la pochette de “Childhood Nature”. Toujours en CD manufacturé, soigneusement mixé et masterisé pour le plaisir de nos oreilles, ce premier album solo de JDan Project sur Generator.pl, ce nom peut veut sembler familier puisqu'il a participé à l'album Sequential Friends de Blindmachine plus tôt cet été, est un solide album où le Berlin School cosmique est roi! "Outside" poursuit sa route avec des synthés qui étendent des lamentations augustes alors qu'explosent ici et là des éléments d'une faune sonore à la recherche de l'excellence et de la créativité.
"Movement" apparaît avec un mouvement sautillant du séquenceur. Ambiant, le rythme possède un karma mélodieux. De puissantes nappes de synthé dévoilent leurs sermons orchestraux, nappant ce rythme qui tente de survire avec de bonnes percussions et un autre filet de séquences qui sert un peu plus la décoration. Des effets de vocodeurs et de disco attaquent la 2ième phase de ce rythme qui s'emplit de graffitis soniques des années 70. On flirte ici dans l'univers Software, pour les orchestrations cosmiques, dans une enveloppe plus contemporaine avec une richesse sonore qui emplit nos oreilles, tandis que les percussions et le séquenceur, toujours harmonique, secoue les ambiances dans une vision rythmique spasmodique où abondent de nombreux solos égarés dans un pléthore de nappes et d'ombres de synthés aux effets multi-dimensionnels. "Others" possède une vision tonale aussi luxuriante que l'ouverture de "Outside". Sauf qu’ici, il y a du rythme. Un rythme lent et bien appuyé par des lignes de séquences aux tonalités contraires et des percussions claquantes. Ce langage rythmique remplit nos oreilles d'ondes et de distorsions organiques qui reviennent continuellement dans une approche robotique à la Kraftwerk. On dénote des influences de Jean-Michel Jarre et de Tangerine Dream sur ce rythme lent qui joue au chat et à la souris avec une vélocité latente qui éclate au bout de 5 minutes dans un genre de rock électronique post apocalyptique et dont les racines nous sont très familières. "Playground" est un titre d'ambiances d'un terrain de jeu irréel tant c'est sombre et lugubre. Seuls les cris d'enfants nous ramènent aux origines du titre et de celui de l'album.
Après les délices de "Others", "Own World" s'avère être le pilier de “Childhood Nature”. Un titre ayant la même richesse, il amorce sa descente dans le fond des tympans avec un rythme rampant monté sur des filaments de séquences qui roulent vers les cieux. La ligne de basse est savoureuse et étire son aura ascendante dans une luxuriante faune organique remplie de chants mystérieux et de crépitements de crotales. L'idée d'entendre ces séquences organiques pétillant dans le lit de Poland est de mise ici. Des boucles et effets de réverbérations s'ajoutent, créant un dialogue sur un tapis volant tissé par un séquenceur fluide et mouvant. Des nappes de synthé et des bancs de brouillard mystique s'insèrent sous cette structure qui peu à peu s'anime avec l'arrivée de percussions sobres et efficaces. En passant, les percussions semblent être le point d'ancrage des rythmes de JDan Project. Ici par contre, elles pétillent et picossent une très belle structure Berlin School avec un peu de Groove dans le mouvement. J'ai toujours autant de difficulté avec "Fun" qui semble être un titre expliquant la démesure d'un cauchemar dans la tête d'un môme de 8 ans. Les bruits sont agressants par moments et ce tintamarre détonne dans cet univers plein de cohésion. "Decisions" est un bon rock électronique plutôt bien accessible avec des percussions plus lourdes que la fluidité du séquenceur. Les nappes et les solos de synthé, toujours près de la mélodie, font très Tangerine Dream. Le passage avec l'orgue vers la finale est une réussite à tous les niveaux. "Mom and Dad" est un autre titre solide. Si vous aimez cet univers de fantaisie que Franke, Froese et Schmoelling ont créé dans Legend, vous êtes aux portes de l'Éden de la MÉ ici. Le rythme est onirique. Tournoyant comme un escalier qui cherche les nuages paradisiaques, il réussit à capturer l'imaginaire et de nous faire valser dans des nuages de brumes où broutent des licornes. C'est archi romanesque. La 2ième partie nous amène vers un rythme plus soutenu avec de très bons solos d'un synthé autant harmonieux que très poignant. Une façon de conclure un album que j'ai voulu réentendre le plus tôt possible. Et je l'ai fait, à plusieurs reprises! Un album brodé dans un tissu sonore d'une incroyable richesse, “Childhood Nature” est un solide album du début à la fin, sauf peut-être pour un court moment dans "Fun", qui plaira assurément aux fans de Tangerine Dream et de l'excellente période Jive.

Sylvain Lupari 29/12/18

jeudi 27 décembre 2018

WELLENFELD: Elected Pieces 04-18 (2018)

From one end to the other, Elected Pieces 04-18 is a solid compilation with nearly 70 minutes of a great EM and catchy melodies
1 Monolith (Cosmic Waves 2004) 7:05
2 Matrix (Fusion 2005) 6:21
3 Ring of Saturn (Trip to Illusion 2006) 7:55
4 New York (Sunshine 2008) 4:10
5 Phase V (Phase 5 2010) 5:37
6 Summer Wind (The Big Bang 2011) 5:08
7 Summerbreeze (Endless Summer 2012) 5:33
8 Brass of Devotion (Pandemie 2013) 4:52
9 Vintage Attack (Elements 2015) 6:44
10 Ring of Saturn Part 2 (Ten 2017) 7:08
11 Ring Modular (Live Muenster 2015) 6:58

MellowJet ‎| cdr-wf1801 (CD-r/DDL 67:37)
(E.Rock, melodic patterns and cosmic moods)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
It was in 2008 that Wellenfeld released its first album, Sunshine, on MellowJet Records, the label of Bernd Scholl. This label, barely a year old, had previously reissued the first 3 albums (Cosmic Waves, Fusion, Trip to Illusion) of Wellenfeld who had left the label SynGate, like Bernd Scholl by the way. And since, 8 albums have followed, including a 10th soberly titled Ten in 2017. It's following this album that the idea of proposing a compilation germinated in the head of Bernd Scholl as well as those of Detlef Dominiczak and Andreas Braun. The basic idea was that each album of the German duo, from Cosmic Waves up to Ten, would be represented by a title in a chronological order. It was by relying on sales and the most popular titles on radio that “Elected Pieces 04-18”, for 2004 to 2018, was born. And as Bernd Scholl never does things in half, he mastered this album with new sound perspectives to make a mosaic of 68 minutes that keeps us rivets to our headphones and / or to our speakers.
We notice a change of sound depth with "Monolith", a title from Wellenfeld's first album that I humbly reviewed back in 2006. The sound is richer and the attack of the sonic ornaments as well as the cutting out of the orchestral layers are more enhanced. In fact, it's not superfluous to compare the sound aesthetics of this compilation to the musical strength that hides in the latest album of Moonbooter, Groundcontrol and the Victory of Mankind. For those of you who do not know Wellenfeld's music, let's say that it straddles a good New Berlin School, with a tone of synthesizers that is unique to the duo, and a form of EDM focused more on the harmony aspect than on wild beats. So, a lively and an especially harmonious music. Sometimes, the music is slow and languorous with a pulsating rhythm and a minimalist melody trapped in rich lunar orchestrations, like this other side of "Monolith". "Matrix" is of the same mold with a very good rhythmic melody which is also woven of earworm in large synth pads with interstellar orchestral perfumes. It's a bit the same with the slow and spheroidal rhythm of "Ring of Saturn" and the second part of which will seen the light of day some 10 years later with Ten.
"New York" announced this new musical style which was more on Dance when Wellenfeld has presented its first album on MellowJet Records. "Phase V" is in the mold of "Ring of Saturn", while "Summer Wind" is in the danceable, catchy and very commercial Synth-Pop. "Summerbreeze" is undoubtedly one of the most beautiful titles in the repertoire of Detlef Dominiczak and Andreas Braun. A very nice melody on a hopping rhythm, between pop and dance, is screwed in our ears here. "Brass of Devotion" comes from the Pandemie album. An album that I have not heard yet (it's missing to my collection) and that suspenseful film approach, like Chris Franke, is very appetizing. We are approaching the 2018 years with "Vintage Attack" which seduces with its many sequenced filaments twirling around a slow and pulsating rhythm that is in a way the signature of Wellenfeld. Here again the dense orchestrations envelop and slow down a rhythm which welcomes a melody that is not easy to pin down. "Ring of Saturn" was a good title from Ten, while "Ring Modular" strongly encourages us to discover the very good universe of Elements, one of the best albums from Wellenfeld.
From one end to the other, “Elected Pieces 04-18” is a solid compilation with nearly 70 minutes of a very good EM from the duo Dominiczak & Braun. Bernd Scholl's mixing and sound enhancement makes of it a mosaic of heavy, slow rhythms that surround these beautiful Wellenfeld melodies. In my case, this is a great way to discover this duo that democratizes and simplifies the complexity of the world of synths and sequencers. Melodious and very accessible!
Sylvain Lupari (December 27th, 2018) ****½*

synth&sequences.com
Available at MellowJet Records shop
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

C'est en 2008 que Wellenfeld produisait son premier album, Sunshine, sur MellowJet Records, le label de Bernd Scholl. Ce label, vieux d'à peine un an, avait auparavant déjà réédité les 3 premiers albums (Cosmic Waves, Fusion, Trip To Illusion) de Wellenfeld qui quittait le label SynGate, tout comme Bernd Scholl d'ailleurs. Et depuis, 8 albums ont suivi, dont le 10ième sobrement intitulé Ten en 2017. C'est suite à cet album que l'idée de proposer une compilation germait dans la tête de Bernd Scholl ainsi que celles de Detlef Dominiczak et d'Andreas Braun. L'idée de base était que chaque album du duo Allemand depuis Cosmic Waves, jusqu'à Ten, serait représenté par un titre en suivant un ordre chronologique. C'est en s’appuyant sur les ventes et sur les titres les plus joués à la radio que “Elected Pieces 04-18”, pour 2004 à 2018, voyait le jour. Et comme Bernd Scholl ne fait jamais les choses à moitié, il a masterisé cet album avec de nouvelles perspectives sonores afin de faire une mosaïque de 68 minutes qui nous tient river à nos écouteurs et/ou nos haut-parleurs.
On remarque un changement de profondeur sonore avec "Monolith", un titre du premier album de Wellenfeld que j'avais humblement chroniqué en 2006. Le son est plus riche et l'attaque des ornements sonores ainsi que le découpage des nappes orchestrales sont plus rehaussés. En fait, il n'est pas superflu de comparer l'enveloppe sonore de cette compilation à la force musicale qui se cache dans le dernier opus de Moonbooter, Groundcontrol and the Victory of Mankind. Pour ceux qui ne connaissent pas la musique de Wellenfeld, disons qu'elle se situe à cheval entre du bon New Berlin School, avec une tonalité des synthétiseurs qui est unique au duo, et une forme d'EDM portée plus sur l'aspect harmonie que déjantée. Donc, une musique vivante et surtout harmonieuse. Parfois, la musique est lente et langoureuse avec un rythme pulsatoire et une mélodie minimaliste trappée dans de riches orchestrations lunaires, comme cet autre côté de "Monolith"."Matrix" est du même moule avec une très belle mélodie rythmée et tisseuse de ver d'oreille dans de larges nappes de synthé aux parfums d'orchestre interstellaire. C'est un peu la même chose avec le rythme lent et sphéroïdal de "Ring of Saturn" et dont la 2ième partie a vu le jour quelques 10 ans plus loin dans Ten.
"New York" annonçait cette nouvelle étiquette musicale plus Dance lorsque Wellenfeld présentait son premier album sur MellowJet Records. "Phase V" est dans le moule de "Ring of Saturn", alors que "Summer Wind" fait dans du Synth-Pop dansable, accrocheur et très commercial. "Summerbreeze" est sans aucun doute un des plus beaux titres du répertoire de Detlef Dominiczak et Andreas Braun. Une très belle mélodie sur un rythme sautillant, entre du pop et du dance, se visse dans les oreilles ici. "Brass of Devotion" provient de l'album Pandemie. Un album que je n'ai pas encore entendu (il manque à ma collection) et cette approche de film à suspense, genre Chris Franke, est très appétissante. On approche des années 2018 avec "Vintage Attack" qui séduit avec ses nombreux filaments de séquences virevoltant autour d'un rythme lent et pulsatoire qui est en quelque sorte la signature de Wellenfeld. Encore ici les denses orchestrations enveloppent et ralentissent un rythme qui accueille une mélodie pas tout à fait facile à cerner. "Ring of Saturn" était un bon titre de Ten, alors que "Ring Modular" nous encourage fortement à découvrir le bel univers de Elements, un des meilleurs albums de Wellenfeld.
D'un bout à l'autre, “Elected Pieces 04-18” est une solide compilation avec tout près de 70 minutes d'une très bonne MÉ du duo Dominiczak & Braun. Le mixage et le travail de rehaussement sonore de Bernd Scholl en font une mosaïque de rythmes lourds et lents où se terrent toujours ces superbes mélodies de Wellenfeld. En ce qui me concerne, il s'agit d'une excellente façon de découvrir ce duo qui démocratise et simplifie la complexité de l'univers des synthés et des séquenceurs. Mélodieux et très accessible!

Sylvain Lupari 27/12/18

mercredi 26 décembre 2018

MUTAGENESE: Exploration Spatiale (2018)

“Exploration Spatiale vogues in the spheres of an EM which has preceded these sequenced movements of the early 70's, either in a dark ambient music”
1 Pulsar 6:48
2 Proxima Centauri 11:04
3 Dawn 7:25
4 Pioneer 10's Journey 7:20
5 Timescape 18:16
6 Quasar 9:36

Mutagenese Music (DDL 60:28)
(Dark Cosmic Ambient EM)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
After a very convincing first album (Errance Planétaire), which marked those who made the discovery of Mutagenese in cosmic strolls driven by some good old Berlin School, the Canadian group, established in Montreal, picks up where he has left these ears amazed by this first album. Distinctly more ambient, quieter with weak rhythmic impulses forged on mesmerizing and exciting movements for the neurons, “Exploration Spatiale” is built around cosmic wind storms and micro-planets' decays which become islands of interstellar parasites whistling and breaking through into a universe exposed at 1,000 threats. This second album of Mutagenese pushes even more the reflection of the Montreal band on the confines of the space with slowly movements inflated of an industrial sound fauna where the reality crosses the fiction with layers of caramelized voices in chthonic atmospheres. Less accessible, this “Exploration Spatiale” requires an open mind for an EM whose cradle is located just before the immortal Phaedra from Tangerine Dream.
Ambient?! It's not this impression that forms between our ears from the opening of "Pulsar" and its rhythm structure that in the end one says to oneself: Yah ... Why not? Because it's rather conforms to several pieces of music of the same name in the world of EM! This rhythm is tied very tight in a series of hiccups whose spasmodic impulses forge a rhythmic sequence that is associated with a cavalry on a mined battlefield. The soundscape spreads its analog fragrances in a rich texture from which emerges a phase of rowdy ambiances and a finale where are screaming the void and its anger. This wind makes blowing its tenebrous breezes into "Proxima Centauri" where slow keyboard riffs wander between two worlds. The movement is slow, very contemplative and unwinds its ambient sound carpet with delicate oscillations which drift in a galaxy near you. The breezes in "Dawn" seem more hollow, even sibylline, and blow on a flora of cosmic tweets. This opening brood a beat whose mechanical pulse initiates the blossoming of a sonic life. An industrial life in fact with its carbon oiled layers and sounds of machinery flirting with the unreal, either a choir of fallen angels who hum upon the rollings of a virgin water which runs aground on an emerald beach. Ambient, this rhythm awakens our attention quite well, since we notice its absence when "Dawn" drifts into a black hole before reconnecting with the elements of its sonic genesis. "Pioneer 10's Journey" is a purely ambient track with a pretty good palette of tones and colors in the many breezes and winds of Orion that blow through the drifting obstacles and broken hoops of some planets. Aside from this delightful lunar melody of about 60 seconds, sculpted in ascending sequences of opaline tones and enveloped of maternal whispers, "Timescape" offers an intense drift into a dark cosmos. The elements hiss and roar like those big meteors and their distress symphonies when they destroy everything on their unplanned flights. "Quasar" ends “Exploration Spatiale” with a muffled rhythmic structure that survives painfully in an interstellar storm.
If Errance Planétaire was a splendid album of rhythms pushed by a creative sequencer, “Exploration Spatiale” vogues in the spheres of an EM which has preceded these animated movements of the early 70's. It's a drifting, a floating EM where the cosmic elements are presented with a lot of details in the sounds, so much that one plunges unwittingly into the darkness of the cosmos. It's an adventure, a cosmic exploration driven by some intense moments of music and other more oneiric phases. For fans of ambient music and of cosmic ambiences ...
Sylvain Lupari (December 26th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Mutagenese's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Après un premier album fort convaincant (Errance Planétaire) qui promenait celui qui a fait la découverte de Mutagenese dans des promenades cosmiques animés du bon vieux Berlin School, le groupe Canadien, établit à Montréal, reprend là où il avait laissé les oreilles ébahies par ce premier album. Nettement plus ambiant, plus tranquille avec de faibles impulsions rythmiques forgées sur de fascinants mouvements entraînants pour les neurones, “Exploration Spatiale” est construit autour de tempêtes de vents cosmiques et des désintégrations de micro-planètes qui redeviennent des îlots de parasites interstellaires sifflant et déferlant dans un univers exposé à 1 000 menaces. Ce deuxième album de Mutagenese pousse encore plus la réflexion du groupe montréalais sur les confins de l'espace avec des mouvements lents gonflés d'une faune sonore industrielle où la réalité croise la fiction avec des nappes de voix caramélisées dans des ambiances chthoniennes. Moins accessible, ce “Exploration Spatiale” exige une ouverture d'esprit pour une MÉ dont le berceau se situe juste avant l'immortel Phaedra de Tangerine Dream.
Ambiant?! Ce n'est pas cette impression qui se forme entre nos oreilles dès l'ouverture de "Pulsar" et de sa structure de rythme qu'au final on se dit : Eh oui…Pourquoi pas? Puisqu'assez conforme à plusieurs pièces de musique du même nom dans l'univers de la MÉ! Ce rythme est noué très serré dans une suite de hoquets dont les élans spasmodiques forgent une séquence rythmique que l'on associe à une cavalerie sur un champs de bataille miné. La portée sonore étend ses fragrances analogues dans une riche texture d'où s'échappent une phase d'ambiances tapageuses et une finale où hurle le vide et sa colère. Ce vent souffle ses brises sombres, ténébreuses dans "Proxima Centauri" où de lents riffs de clavier errent entre deux univers. Le mouvement est lent, très contemplatif et déroule son tapis de sons ambiants avec de délicates oscillations qui dérivent dans une galaxie près de chez vous. Les brises dans "Dawn" semblent plus creuses, même sibyllines, et soufflent sur une flore de gazouillis cosmiques. Cette ouverture couve un battement dont le pouls mécanique amorce l'éclosion d'une vie sonore. Une vie industrielle avec ses nappes huilées au carbone et ses bruits de machineries qui flirtent avec l'irréel, soit une chorale d'anges déchus qui fredonnent sur les roulements d'une eau vierge qui s'échoue sur une plage d'émeraude. Ambiant, ce rythme éveille assez bien notre attention, puisqu'on remarque son absence lorsque "Dawn" dérive dans un trou noir avant de renouer avec les éléments de sa genèse sonore. "Pioneer 10's Journey" est un titre purement ambiant avec une belle palette de tonalités et de couleurs dans les multiples brises et vents d'Orion qui soufflent au travers les obstacles dérivants et les cerceaux rompus de quelques planètes. Mis à part cette délicieuse mélodie lunaire d'une 60taine de secondes, sculptée dans des séquences ascendantes aux tonalités opalines et enrobées de murmures maternelles, "Timescape" propose une dérive intense dans un cosmos noir. Les éléments sifflent et rugissent comme ces gros météores et leurs symphonies de détresse lorsqu'ils détruisent tout sur leurs vols non planifiés. "Quasar" termine “Exploration Spatiale” avec une structure de rythme étouffée qui survit péniblement dans une tempête intersidérale.
Si Errance Planétaire se voulait un superbe album de rythmes poussés par un séquenceur créatif, “Exploration Spatiale” vogue dans les sphères d'une MÉ qui précédait ces mouvements animés du début des années 70. C'est une MÉ planante où les éléments cosmiques sont présentés avec beaucoup de détail dans la sonorité, tellement que l'on plonge sans le vouloir dans la noirceur du cosmos. C'est une aventure, une exploration cosmique en musique par moments intense et d'autres moments plus oniriques. Pour amateur de musique ambiante et d'ambiances cosmiques…

Sylvain Lupari 26/12/18

dimanche 23 décembre 2018

CHRONOTOPE PROJECT: Lotus Rising (2018)

“Lotus Rising is a great album where New Age has never been so far from its commercial lands while being very accessible because of this very intriguing side of the HCF”
1 Crossing the Great Water 9:03
2 Lotus Rising 7:54
3 Zazen 6:41
4 Opening the Hand of Thought 8:12
5 A Prayer for Tenderness 5:34
6 Gateless Gate 4:29
7 Mountains are Mountains, Rivers are Rivers 3:59
8 Homage to the Three Jewels 13:00

Spotted Peccary|SPM-2806 (CD/DDL 58:52)
(Tribal Ambient and smooth sequenced beats)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
There is something rather unique in the music of Chronotope Project! Mixing with a poetic vision the tribal rhythms of Tibet to structures of sequenced and electronic rhythms, Jeffrey Ericson Allen proposes a music both dark and angelic where the threads of Sensitive Chaos, Steve Roach, Robert Rich and even Darshan Ambient get gather into a sonic ball that the musician from Oregon (USA) reweaves into a musical silk which flows tenderly along our sensory threads. “Lotus Rising” is the fourth album from Chronotope Project on Spotted Peccary. In all, we are talking about 9 albums for the one who reached an obvious maturity last year with the beautiful Ovum. And it's good to make the link, since that “Lotus Rising” is a worthy successor to one of the best harmonic meditative music albums in 2017. A more constructive and less pejorative way of describing a New Age of a very big caliber here.
And it's pretty hard not to fall under the spell with "Crossing the Great Water". The music breathes on a light rhythm with a beautiful meshing of manual percussions, quite diverse I must say, and sequences which sparkle like a stream in suspension while alternating their rhythmic visions. This rhythm can easily be compared to a spiritual tribal trance. From then on, the Hakken Continuum Fingerbooard astonishes and bewitches with harmonies whose sound horn seems to come from Zeus. This harmonious texture is the signature of Jeffrey Allen who proposes a very distinct tone where celestial murmurs and seraphic chants float and have only to flow on an impressive work of the percussions as well as of the sequencer of its very judicious use. There is a subtle gradation in the movement with percussive elements that seem so innocuous, so much the chants are subduing the senses. The title track offers a slow and dark departure with a Tibetan atmosphere and morose synth chants which drag a mantle of nostalgia among sound prisms and lapping of waves in suspension. Those chants, a bit nasal, elevate their emotional reach through some translucent filters which shimmer in the same discretion as the prisms, helping "Lotus Rising" to reach its emotional and musical bloom. An acoustic guitar wanders with its notes while the airs cross a higher field of emotion with laments as sweet as the most beautiful incantations of a soprano smoking his joint. Very Steve Roach sequencing elements spin into a hypnotic spiral, further enhancing the electronic reach of the title track.
Although very present, the Hakken Continuum Fingerbooard is not used too much for nothing. Chronotope Project manages to extract all of the charms at well thought moments. And "Zazen" proves it by also exposing these delicate jingles of sequences which swirl in a melodious magnetising spiral. The tonal envelope is very dense and very musical with these astral chants and layers which float and groan in a lush landscape of meditative moods. Jeffrey Ericson Allen is also capable of rhythms! "Opening the Hand of Thought" is a rather intense title that is divided between a heavenly envelope and a heavy rhythm, more lively and darker here than elsewhere, whose beats is hopping from one lobe to another. On the one hand, there is this fight between layers forged in the occult which try to slow down its pace. And on the other hand, there are these seraphic pads which soften a violence braised in this sibylline setting. "A Prayer for Tenderness" calms again the moods. It’s a fairly ethereal title with pretty nice melodious lines and soft pads of voices which call for tranquility. There is a rather good cosmic essence in this title which stimulates me to hear again the best moments of Western Spaces (Steve Roach, Kevin Braheny and Richard Burmer) and Structure from Silence in this lunar setting tempered by a sequencer, weaver of ambient melody, and good Tibetan tam-tams. It's a pretty solid music piece that I class in the timeless music; section to relax and fall asleep. "Gateless Gate" is a title with a swaying rhythm which crawls and refolds into a lunar universe. A universe that fills up little by little with scarlet strata, partially tearing this canvas of atmospheres always at the gates of heaven. The percussions (or sequences?) and spiritual rattling resonate, tinkle with as much magic as this duel between the cello and the always intriguing Hakken Continuum Fingerbooard. "Mountains are Mountains, Rivers are Rivers" is drinking of its ending to germinate with a vision of seraphic and ultimately darker ambiances. "Homage to the Three Jewels" is the longest track on this album which is a kind of homage, a musical incantation to the famous lotus and all of its definitions in the Buddha religion. Sitting on good and captivating Buddhist manual percussions, the rhythm imposes a delicious spiritual trance which grows through the intensity of the different layers of synths and of the HCF. Reaching the zenith and its decline, the rhythm fades into a serene phase of meditation, ending an impressive album rich of its colors and of its angelic harmonies.
Despite the term New Age, “Lotus Rising” is a great album where New Age has never been so far from its commercial lands while being very accessible because of this very intriguing side of the Hakken Continuum Fingerbooard. In addition, one finds some pretty good EM patterns so dear to those Berlin School sequenced visions. Add charming sequenced harmonies and dark vibes, then we have here all that we need to have a great time listening to some strong and meditative EM.
Sylvain Lupari (December 24th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available at Spotted Peccary Music's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Il y a quelque chose d'unique dans la musique de Chronotope Project! Mélangeant avec une vision poétique les rythmes tribaux du Tibet à des structures de séquences et de rythmes électroniques, Jeffrey Ericson Allen propose une musique à la fois sombre et angélique où les fils de Sensitive Chaos, Steve Roach, Robert Rich et même Darshan Ambient s'unissent en une pelote sonique que le musicien de l'Oregon (USA) retisse en une soie musicale qui coule tendrement le long de nos fils sensoriels. “Lotus Rising” est le 4ième album de Chronotope Project sur Spotted Peccary. En tout, on parle de 9 albums pour celui qui a atteint une maturité évidente l'année dernière avec le très beau Ovum. Et c'est bien de faire le lien, puisque “Lotus Rising” est un digne successeur d'un des meilleurs albums de musique méditative harmonique en 2017. Une façon plus constructive, et moins péjorative, de décrire un New Age de très gros calibre.
Et c'est plutôt difficile de ne pas tomber sous les charmes avec "Crossing the Great Water". La musique respire sur un rythme léger avec un beau maillage de percussions manuelles, assez diversifiées dois-je dire, et des séquences qui scintillent comme un ruisselet en suspension tout en alternant leurs visions rythmiques. Ce rythme peut aisément se comparer à une transe tribale spirituelle. Dès lors, le Hakken Continuum Fingerbooard étonne et ensorcèle avec des harmonies dont le cornet sonore semble venir de Zeus. Cette texture harmonieuse est la signature de Jeffrey Allen qui propose ainsi une tonalité très distincte où des murmures célestes et des chants séraphiques flottent et n'ont plus qu'à s'ajouter à un impressionnant travail au niveau des percussions ainsi que du séquenceur de son utilisation très judicieuse. Il y a une subtile gradation dans le mouvement avec des éléments percussifs qui semblent tellement anodins, tant les chants subjuguent les sens. La pièce-titre offre un départ lent et sombre avec une ambiance tibétaine et des chants moroses qui traînent un manteau de nostalgie parmi des prismes sonores et des clapotis de vagues en suspension. Les chants, un brin nasal, élèvent leurs emprises émotives au travers des filtres translucides qui miroitent avec la même discrétion que les prismes, aidant "Lotus Rising" à atteindre sa floraison autant émotive que musicale. Une guitare acoustique erre avec ses notes alors que les chants traversent un plus haut champ d'émotivité avec des complaintes aussi suaves que les plus belles incantations d'un soprano fumant son joint. Des éléments de séquences très Steve Roach virevoltent en une spirale hypnotique, agrémentant encore plus la portée électronique de la pièce-titre.
Bien que très présent, le Hakken Continuum Fingerbooard ne l'est pas trop. Chronotope Project réussit à en soutirer tous les charmes à des moments bien songés. Et "Zazen" le prouve en exposant aussi ces délicats tintements de séquences qui tourbillonnent en une mélodieuse spirale magnétisante. L'enveloppe tonale est très dense comme très musicale avec ces chants et ces nappes astrales qui flottent et gémissent dans un luxuriant paysage d'ambiances méditatif. Jeffrey Ericson Allen est aussi capable de rythmes! "Opening the Hand of Thought" est un titre plutôt intense qui est divisé entre une enveloppe céleste et un rythme lourd, plus vivant et plus sombre ici qu'ailleurs, dont les battements sautillent d'un lobe à l'autre. D'un côté, il y a ce combat entre des nappes forgées dans l'occultisme qui tentent de freiner sa course. Et de l'autre, il y a ces nappes séraphiques qui adoucissent une violence braisée dans ce décor sibyllin. "A Prayer for Tenderness" recalme les ambiances. C'est un titre assez éthéré avec de belles lignes mélodieuses et de douces nappes de voix qui appellent la quiétude. Il y a une belle essence cosmique dans ce titre qui m'inspire à réentendre les meilleurs moments de Western Spaces (Steve Roach, Kevin Braheny et Richard Burmer) et de Structure from Silence dans ce décor lunaire tempéré par un séquenceur tisseur de mélodie ambiante et des tam-tams tibétains. Un très beau titre que je classe dans les intemporels, section musique pour relaxer et m'endormir. "Gateless Gate" est un titre avec un rythme mouvant qui rampe et se replie dans un univers lunaire. Un univers qui se remplit peu à peu avec des strates écarlates, déchirant partiellement cette toile d'ambiances toujours aux portes des cieux. Les percussions (ou les séquences?) et des cliquetis spirituels résonnent et tintent avec autant de magie que ce duel entre le violoncelle et le toujours intrigant Hakken Continuum Fingerbooard. "Mountains are Mountains, Rivers are Rivers" s'abreuve de sa finale pour germer avec une vision d'ambiances séraphiques et finalement plus sombres. "Homage to the Three Jewels" est le plus long titre de cet album qui se veut un genre d’hommage, une incantation musicale au fameux lotus et à ses définitions dans la religion de Bouddha. Assis sur de belles et ensorcelantes percussions manuelles bouddhistes, le rythme impose une délicieuse transe spirituelle qui va en croissant au travers la côte d'intensité des différentes couches de synthés et du HCF. Arrivé au zénith et à son déclin, le rythme fait passage à une sereine phase de méditation, terminant un impressionnant album riche de ses couleurs et de ses harmonies angéliques.
Malgré le terme New Age, “Lotus Rising” est un très bel album où le New Age n'aura jamais été si loin de ses terres commerciales tout en étant très accessible de par le côté très intrigant du Hakken Continuum Fingerbooard. En outre, on trouve de très bons schémas de MÉ si chers à ces visions séquencées de la Berlin School. Ajoutez à cela de charmantes harmonies séquencées et des ambiances sombres, nous avons ici tout ce dont nous avons besoin pour passer un bon moment en écoutant un solide album de musique électronique méditative.

Sylvain Lupari 23/12/18

vendredi 21 décembre 2018

MICHAEL BRÜCKNER: During a Lull and Other Tales (2018)

“This is another very good album from Michael Brückner who succeeds once again to put on a same album all of his diversity in his many visions of Berlin School EM”
1 Seen from a Thousand Miles 12:58
2 La Femme derrière la Lune 15:15
3 In the Springtime of our Lives 10:54
4 During a Lull 13:02
5 Daphne 11:06
6 Votre Coeur 13:26
7 Space Jam (XXL Bonus Track) 21:54

SynGate | CD-r MB06 (CD-r/DDL 98:38)
(Berlin School)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
The phenomenon of the blank page, of lack of inspiration never seems to torment the moods of Michael Brückner. I know that there are several artists who are fertile like cats in the world of EM, but few manage to deliver a music of the caliber of this German artist who is also behind a lot of collaborative projects, of which the last in line (P'Faun) is at the zenith of perfection in the progressive Berlin School style. Composed in the shadow of this project and that of the brilliant Dark Path, with Alien Nature, “During a Lull and Other Tales” seems to be drinking of Trees of Olivandá's essences. In the sense that the skilful mixture of ambient, lyricism and Berlin School floods our ears by a more accentuated presence of the sequencer.
The electronic fauna which is opening "Seen from a Thousand Miles" challenges us by its cosmic and terrestrial richness. Water noises and hoots of specter wander in this phase which grows with intensity. Layers of violins drift behind the reverberant shadows of a suspended velum while the sequencer weaves some large zigzags in a suspended rhythm. A line of bass sequences supports these drifting patterns. The decor enlivens our ears with cries of electronic sparrows which blend into the organic tones of the sequencer. Gradually the basics of ambient rhythm of "Seen from a Thousand Miles" are organized with a melodious approach woven by a keyboard very delicate in this fauna which looks more and more like a conventum for electronic birds. And it's in a magical setting that the title scatters its 13 minutes drifting between tranquility and intensity. One doesn't immediately connect with Michael Brückner's music. His always evolving compositions require a little patience. He knows it and that's probably the reason he still manages to build a bridge of velocity which always explodes at the right time. Take "La Femme derrière la Lune"! Its opening is lined of cosmic elements. A line of these tones forges a floating rhythm structure while layers of twilight voices add a dreamlike dimension to the ambiences. Sparkling arpeggios and effects of voices simulate a cybernetic dialogue while a line of sequences comes and goes in this lunar setting. There is a heap of sound effects while the orchestrations, which are in the very Jean-Michel Jarre's style, add to a level of intensity that gradually fades and leads to a very good electronic rock which hooks irretrievably my ears and so my feet with some good lively percussions. These two minutes are the core of the charms of a long title that we want to hear again. And all its opposite, we hang quite quickly to "In the Springtime of our Lives". Its rhythmic structure, half-ambient and half-lively, undulating like the graceful flight of a swallow in the spring is sat on two lines of sequences which intertwine and twist like lovers on the earth bed. The influences of Edgar Froese are quite obvious here. I speak very little of the synths since the sequencer is rather active in “During a Lull and Other Tales”.
And it's with a rather melancholy synth that begins "During a Lull". Its morose chants get extinguished in an orchestral darkness from which emerges a line of bass pulsations whose footsteps resound without ambition. This synth continues to expand its airs which become less and less sad, even brightening the moods with solos that are the basis of a solid EM ground. Orchestrations and sound effects nourish the hunger of the pulsations, while gradually orchestrating a rhythmic escape that will be dominated by a synth whose chants and solos are blown by ocher tones. "Daphne" is all in rhythm! Its opening is drowning in dense cosmic orchestrations and opaque layers which let filter sharp filaments and apocalyptic hues. Kind of Blade Runner! The sequencer activates its sonic beads which are pawing the ground in this cosmic broth. A choreography near of an ambient waltz emerges from these elements which gradually converge on a phase of dance music, Electronica style, but for a short while. A very small sequence escapes from the void to dance candidly in the opening of "Votre Coeur". Its echo reflects a mocking shadow which adopts its stationary liveliness. Its tone is like that of a chirp, as one hears all over in “During a Lull and Other Tales”, and its sonic personality crumbles down in order to generate other tones that will always be close to radioactive resonances. But it's the main movement that resists to the horizontal avalanche of the synth layers. The structure oscillates of these multiples of sequences whose tones remain in construction. If elements close to TD exist, especially those riffs which do very Silver Scale, the arrangements and synth solos are very Michael Brückner who has no equal to hang very emotional levels of intensity to the growth of his ambient rhythms. The sequencer and its parallel circles are very good in this title that gave me chills at times. But I like Michael's music, so I can be biased here. One always has for our money when it comes time to buy Michael Brückner's music. No, it's not just some filling! This is often another musical vision that the German musician offers to his fans. "Space Jam (XXL Bonus Track)" begins like any EM title, an approach of ambiospherical elements which converge into an opaque array of homogeneous tones, as heterogeneous ones. And it's in this vision that the rhythmic structure imposes a fusion rock and dance in a Berlin School envelope and of its lunar soundscape where this rhythm serves as a messenger to the many sound effects and solos of a Michael Brückner who also throws in our ears some sumptuous organ layers. This title is offered as a bonus track at the buying, on line or on physical CD, of “During a Lull and Other Tales” on SynGate. An album which has all that a Berlin School fan is looking for. And I love this "Space Jam (XXL Bonus Track)" which is quite crazy!
Sylvain Lupari (December 21st, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at SynGate's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Le phénomène de la page blanche, du manque d'inspiration ne semble jamais tourmenter les humeurs de Michael Brückner. Je sais qu'il y a plusieurs artistes qui sont fécond comme des chattes dans l'univers de la MÉ, mais peu arrivent à délivrer une musique du calibre de cet artiste Allemand qui est aussi derrière moult projets de collaboration, dont le dernier en liste (P'Faun) est au zénith de la perfection en ce qui a trait à la MÉ de style Berlin School progressive. Composé dans l'ombre de ce projet et celui du brillant Dark Path, avec Alien Nature, “During a Lull and Other Tales” s'abreuve des essences de Trees of Olivandá. En ce sens que l'habile mélange d'ambiant, de lyrisme et de Berlin School inonde nos oreilles avec une présence plus accentuée du séquenceur.
La faune électronique qui ouvre "Seen from a Thousand Miles" nous interpelle par sa richesse tant cosmique que terrestre. Des bruits d'eau et des hululements de spectre errent dans cette phase qui grandie avec intensité. Des nappes de violons dérivent derrière les ombres réverbérantes d'un vélum en suspension alors que le séquenceur tisse les grands zigzags d'un rythme en suspension. Une ligne de basses séquences appuie ces figures dérivantes. Le décor agrémente nos oreilles avec des cris de moineaux électroniques qui se fondent dans la tonalité organique du séquenceur. Peu à peu les bases de rythme ambiant de "Seen from a Thousand Miles" s'organisent avec une approche mélodieuse tissée par un clavier tout délicat dans cette faune qui ressemble de plus en plus à un conventum pour oiseaux électroniques. Et c'est dans un décor féérique que le titre éparpille ses 13 minutes en dérivant entre tranquillité et intensité. On ne connecte pas immédiatement avec la musique de Michael Brückner. Ses compositions toujours en évolution demande un peu de patience. Il le sait et c'est sans doute la raison qu'il parvient toujours à construire un pont de vélocité qui explose toujours au bon moment. Prenons "La Femme derrière la Lune"! Son ouverture est bardée d'éléments cosmiques. Une ligne de ces tonalités forge une structure de rythme flottant alors que des nappes de voix crépusculaires ajoutent une dimension onirique aux ambiances. Des arpèges pétillent et des effets de voix simulent un dialogue cybernétique tandis qu'une ligne de séquences va et vient dans ce décor lunaire. Il y a un amoncellement de d'effets sonores alors que des orchestrations, qui font dans le très Jean-Michel Jarre, ajoutent à un niveau d'intensité qui peu à peu s'étiole et débouche vers un très bon rock électronique qui accroche irrémédiablement mes oreilles et mes pieds avec de bonnes percussions. Ces deux petites minutes sont le cœur des charmes d'un long titre que l'on voudra réentendre. Tout son contraire, on accroche assez vite à "In the Springtime of our Lives". Sa structure de rythme, mi-ambiante et mi-entraînante, ondulante comme le gracieux vol d'une hirondelle au printemps est sise sur deux lignes de séquences qui s'entrecroisent et s'entortillent comme des amants sur le lit terrestre. Les influences d'Edgar Froese sont assez évidentes ici. Je parle très peu des synthés puisque le séquenceur est plutôt actif dans “During a Lull and Other Tales”.
Et c'est avec un synthé plutôt mélancolique que débute "During a Lull". Ses chants moroses s'éteignent dans une noirceur orchestrale d'où émerge une ligne de basses pulsations dont les pas résonnent sans ambition. Ce synthé continue d'étendre ses chants qui deviennent de moins en moins tristes, égayant même les ambiances avec des solos qui sont la base même de la MÉ. Orchestrations et effets sonores nourrissent la maigre faim des pulsations, tandis que peu à peu s'orchestre une évasion rythmique qui sera dominée par un synthé toujours en chants et en solos soufflés par des tonalités ocrées. "Daphne" est en rythme! Son ouverture est noyée dans de denses orchestrations cosmiques et des nappes opaques qui laissent passer des filaments acuités et de teintes apocalyptique. Genre Blade Runner. Le séquenceur active ses billes soniques qui piaffent d’impatience dans ce bouillon cosmique. Une chorégraphie près d'une valse ambiante se dégage de ces éléments qui peu à peu convergent vers une phase de musique de danse, style Électronica. Une toute petite séquence s'évade du néant pour danser candidement dans l'ouverture de "Votre Coeur". Son écho réfléchit une ombre moqueuse qui épouse sa vivacité stationnaire. Sa tonalité est comme celui d'un pépiement, comme on en trouve plein dans “During a Lull and Other Tales”, et sa personnalité sonique s'émiette pour engendrer d'autres tonalités qui seront toujours près de la résonnance radioactive. Mais c'est le mouvement principal qui résiste à l'avalanche horizontale des nappes de synthé. La structure oscille de ces multiples de séquences dont les tonalités restent en construction. Si des éléments proches de TD existent, notamment ces riffs qui font très Silver Scale, les arrangements et les solos de synthé font très Michael Brückner qui n'a pas son pareil pour accrocher des niveaux d'intensité très émotifs à la croissance de ses rythmes ambiants. Le séquenceur et ses cercles parallèles sont très bons dans ce titre qui m'a procuré des frissons par moments. Mais j'aime la musique de Michael, donc je peux être biaisé ici. Nous en avons toujours pour notre argent lorsque vient le temps d'acheter la musique Michael Brückner. Eh non, ce n'est pas juste du remplissage! C'est souvent une autre vision musicale que le musicien Allemand propose à ses fans. "Space Jam (XXL Bonus Track)" débute comme n’importe quel titre en MÉ, soit une approche d'éléments d’ambiances qui convergent en une opaque nappe de tonalités aussi homogènes qu'hétéroclites. Et c'est dans cette vision que la structure rythmique impose une fusion rock et danse dans un Berlin School et son décor lunaire où ce rythme ne sert que de messager aux nombreux effets sonores et solos d'un Michael Brückner qui nous lance aussi de somptueuses nappes d'orgue. Ce titre est offert en bonus, à l'achat en ligne ou en CD, de “During a Lull and Other Tales” sur SynGate. Un album qui possède tout ce que les fans de MÉ de style Berlin School recherchent. Et j'adore ce "Space Jam (XXL Bonus Track)" qui est tout à fait déjanté!

Sylvain Lupari 21/12/18

jeudi 20 décembre 2018

OPERA'S SPACE: Artefakt (2018)

“Artefakt does not belong to any category but is quite an adventure which end up enchanting my ears ... but in small doses”
1 Nanoschnaken 5:31
2 Phasenaggregat 7:26
3 Schwerdaten 7:16
4 ExpreSsservice 4:43
5 Raumfahrerlounge 6:02
6 Chronofant 9:20
7 Adrenalinmaschine 4:40
8 Erstkontakt 6:32
9 Erdkontakt 8:35

SynGate-Luna | CD-r pf17 (CD-r/DDL 67:52)
(Neo-Psychedelic-Avantgarde-Space-Rock)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
I am one of those, and they are many, to have took a seat and travelled in the incredible universe of Aus-Flug 2 years ago. Peter Schaefer's band gets in again with “Artefakt”, an even more daring 2nd album signed by a genre of Neo-Psychedelic-Avantgarde-Space-Rock. All that! Yes ... and I would add even abstract, as in totally crazy. The sounds take different forms and colors in an album rather difficult to tame, so much that each title imposes its continuous mutations. The synths are well flanked by the electronic drums and guitar, like in Aus-Flug. More daring and more creative, they diversify their harmonies and their solos into a mosaic of styles that very few ears can appreciate in the same creative setting, as the gaps are immense. Available at SynGate Luna, “Artefakt” doesn't belong to any category but is quite an adventure where the sounds, rhythms and moods are nuggets sound that end up enchanting my ears ... but at small doses.
"Nanoschnaken" puts us in appetite with a brief sci-fi introduction before pulling us between a kind of Jazz and Hip-Hop fusion, the structure jumps constantly, with some very Kraftwerk sound effects, like in Autobahn. The synths are melodious with well-detailed harmonies and solos whereas the guitar sews riffs which go hand-in-hand with an effective and incisive Dr. Where on electronic drums. The 5 minutes also deploy a nice collection of sound effects that suits very well to the many tonal personalities of Mdme. Curry and Pete Farn on synths. In an identity stolen from the opening piece, "Phasenaggregat" melts between progressive Jazz, with a synth with harmonic solos dipped in saxophone aromas, and a kind of down-tempo which hiccups on a background of dance & stop.
Opera's Space machine deploys its range of sound effects, adorning a structure, and all the others by the way, which stretches its 7 minutes with short phases of ambiences' elements. So far, the impression of being in a jam session of the quartet of EM without borders resists any other perceptions. Especially that "Schwerdaten" comes with its muffled implosions which jump with a resonance in the steps. We are in the very avant-gardist space rock here and it requires a good mental image of the 4 musicians and of their connections to appreciate this kind of rather acidic space rock, like Ozric Tentacles or Art Zoyd without orchestrations or string nor winds instruments. Everything is purely electronic in this cybernetic quartet! The rhythm leaves a little of its heaviness in the 2nd part, running without feet and with fluidity over a splendid and astonishing bass line in a cosmic corridor.
The music of "ExpreSsservice" is at the image of its title with a lively and deliciously crazy structure. I liked this title where the footprint of the Düsseldorf School melts in an ambience of a dozen rabbits running in all directions in front of a pack of foxes under a sonic sky decorated of weird fractures of tones. "Raumfahrerlounge" is the first title that hooked me on a first listen. Its stroboscopic opening structure reminds me of good Death in Vegas. For a brief moment! Very early on, the rhythm and the music take another crescent which proposes a musicality always accessible, even in a presentation always in movement and where some of these movements skids towards spheres of psychedelic electronic rock. But it doesn't matter, there's always a bit of musicality, like a quite charming short oriental phase, which rewards my patience. And it is the full 68 minutes of “Artefakt” which abounds of great moments behind its image of music without name or border. "Chronofant" is a slow title with fuzz-wha-wha and keyboard chords which haunt the resonances of another good bass line. I am in the zones of a cosmic and psybient slow tempo with some good guitar effects and layers with rather chthonian perfumes. The title evolves into another phase of psychedelic cosmic rock, thus preparing our ears for the tonal blooming of "Adrenalinmaschine" which takes us even further into the realm of abstract music. The difference between "Erstkontakt" and "Erdkontakt"? If the first is purely ambient with sounds from another dimension, but not for the synth pads, the other is a good rock drenched in a down-tempo invaded by a swarm of sound effects. A title that pleasantly concludes this
Artefakt, an album even more daring, and at times quite beyond reach, from Opera's Space.
Sylvain Lupari (December 20th, 2018) ***½**

synth&sequences.com
Available at SynGate's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Je suis l'un de ceux, et ils sont nombreux, à avoir embarqué dans l'incroyable univers de Aus-Flug il y a 2 ans. Le groupe de Peter Schaefer remet ça avec “Artefakt”, un 2ième album encore plus audacieux signé par un genre de Neo-Psychedelic-Avantgarde-Space-Rock. Tout ça! Eh oui… et j'ajouterais même abstrait, comme dans totalement déjanté. Les sons revêtent différentes formes et couleurs dans un album assez difficile à apprivoiser, tant chaque titre impose ses mutations continues. Les synthés sont bien encadrés par la batterie et la guitare électronique, comme dans Aus-Flug. Plus audacieux et plus créatifs, ils diversifient leurs harmonies et leurs solos dans une mosaïque de styles que très peu d'oreilles peuvent apprécier dans un même cadre de créativité, tant les écarts sont immenses. Disponible chez SynGate Luna, “Artefakt” n'appartient à aucune catégorie mais est tout une aventure où les sons, rythmes et ambiances sont des pépites sonores qui finissent par enchanter mes oreilles…mais à petites doses.
"Nanoschnaken" nous mets en appétit avec une brève introduction très sci-fi avant de nous tirer entre du Jazz et du Hip-Hop, la structure sautille constamment, avec des effets sonores très Kraftwerk, genre Autobahn. Les synthés sont mélodieux avec des harmonies et des solos bien détaillés alors que la guitare coud des riffs qui vont de pair avec un Dr. Where efficace et incisif à la batterie électronique. Les 5 minutes déploient aussi une belle collection d'effets sonores qui sied très bien aux nombreuses personnalités tonales de Mdme. Curry et Pete Farn aux synthés. Dans une identité volée à la pièce d'ouverture, "Phasenaggregat" fond entre du Jazz progressif, avec un synthé aux solos harmoniques trempé dans des arômes de saxophone, et un genre de down-tempo qui hoquète sur un fond de danse et arrêts. La machine
Opera's Space étend sa panoplie d'effets sonores, ornant ainsi une structure, et toutes les autres en passant, qui étire bien ses 7 minutes avec de courtes phases d'ambiances. Jusqu'ici, l'impression d'être dans un Jam Session du quartet de MÉ sans frontières résiste à toute autres perceptions. Surtout que "Schwerdaten" s'amène avec ses implosions sourdes qui sautent avec une résonnance dans les poses. Nous sommes en plein space rock très avant-gardiste ici et ça demande une bonne image mentale des 4 musiciens et de leurs connections afin d'apprécier ce genre de space rock plutôt acide, genre Ozric Tentacles ou encore Art Zoyd sans orchestrations, ni instruments à cordes ou à vents. Tout est purement électronique dans ce quatuor cybernétique! Le rythme délaisse un peu de sa lourdeur en 2ième partie, courant sans pieds et avec fluidité sur une splendide et étonnante ligne de basse dans un corridor cosmique.
La musique de "ExpreSsservice" est à l'image de son titre avec une structure vive et délicieusement déjantée. On aime ce titre où l'empreinte de la Düsseldorf School fond dans une ambiance d'une douzaine de lapins courant en tous sens devant une meute de renards sous un ciel sonique orné de fractures de tons bizarroïdes."Raumfahrerlounge" est le premier titre qui m'a accroché dès sa 1ière écoute. Sa structure stroboscopique en ouverture me fait penser à du bon Death in Vegas. Pour un bref instant! Très tôt, le rythme et la musique empruntent un autre croissant qui propose une musicalité toujours accessible, même dans une présentation toujours en mouvement et où quelques-uns de ces mouvements dérapent vers des sphères de rock électronique psychédélique. Mais peu importe, il y a toujours un brin de musicalité, comme une courte phase orientale tout à fait charmante, qui récompense ma patience. Et c'est à la grandeur des 68 minutes de “Artefakt” qui foisonne de grands moments derrière son image de musique sans nom ni frontière. "Chronofant" est un titre lent avec des fuzz-wha-wha et des accords de clavier qui hantent les résonnances d'une autre bonne ligne de basse. Je suis dans les zones d'un slow tempo cosmique et psybient avec des bons effets de guitare et des nappes de synthé aux parfums plutôt chthonien. Le titre évolue vers une autre phase de rock cosmique psychédélique, préparant ainsi nos oreilles pour la floraison tonale de "Adrenalinmaschine" qui nous amène encore plus loin dans les terres de la musique abstraite. La différence entre "Erstkontakt" et "Erdkontakt"? Si le premier est purement ambiant avec des sons venus d'une autre dimension, mais pas les nappes de synthé, l'autre est un bon rock trempé dans un down-tempo envahit par un essaim d'effets sonores. Un titre qui conclut de façon agréable ce “Artefakt”, un album encore plus audacieux, et par moments tout à fait inatteignable, de
Opera's Space.

Sylvain Lupari 19/12/18

mardi 18 décembre 2018

ANANTAKARA: Momentum Lapses (2018)

“The color and the calligraphy of the sounds is the goal aimed by Anantakara and force is to admit that Momentum Lapses hits the target perfectly”
1 Momentum 9:04
2 The High meets the Low 7:12
3 Breath of an Unstained Desire 5:59
4 Intuition's Breeze 5:38
5 The Great Chi in the Sky 5:44
6 Spiral Bridge to Timelessness 8:05
7 The Meaning in Every Curves and Lines 7:20
8 Doorways to Unnamed Power 6:25

Anantakara Music (DDL 55:30)
(Ambient, meditative, progressive New Age)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
In a year, I get a lot of requests to hear an album in order to write a review about it. The list is long and in this one, there is an incredible number of unknown artists to my ears who offer albums of all kinds, as long as synths and sequencers are used on it. No need to write that my ears hear of all the tonal colors! And there are good surprises. Nice discoveries like this one; Anantakara. A Philippe Wauman's project, a Belgian musician who defines himself as a contemplative sound calligrapher, Anantakara, a Sanskrit adjective meaning to make infinite, proposes in “Momentum Lapses” a little jewel for the pleasure of the sounds and ambiances which flirt with a New Age rather progressive, even experimental.
Arpeggios whose limpidity is dancing with their sibylline shadows accompany the smothered knocks in the very theatrical opening of "Momentum". Immediately, gurgles flutter in this setting embellished by waves with abrasive rays which come and go in a tonal envelope always growing. A synth wave perfumed of Mark Isham's trumpet tones explores these ambiences, giving it a seraphic charm that adds to the dramatic power of this charming opening title. And that's not all! Keyboard riffs take on an orchestral garb and sculpt a ballet choreography with a gentle staccato movement whose intensity is driven by percussions that are very limited but oh so well placed. The piano also sets its delicate notes in a finale that swaps its passive rhythm for a brief movement of sound oasis, just before resuming the rhythm of classical dance that brought "Momentum" to its emotional bloom. The tone is set and the music of “Momentum Lapses” is launched. The orchestrations are less jerky in "The High meets the Low" which, having left chords juggling in suspension, animates the ambiances with clanic tom-toms. Sound jewels gravitate suspended on this rhythm very close to the spiritual trance and the synth waves smear the horizons with rays which flirt with the doors of oblivion. "Breath of an Unstained Desire" does in music decomposition with a rather daring approach where everything seems to be played backwards. The result is amazing. Even if one recognizes small bits of structures that come and go in this 7th album of Anantakara, including a beautiful finale more musical, we are rather in the perfumes of Universe Zero here. "Intuition's Breeze" takes us on the paths of an unarmed war with a bass line whose resonances found echo in the tears of the Martenot waves. The rhythm without bumps progresses beneath a sonic sky well adorned by multiple synth streaks full of strident weeping and by electric piano notes which sparkle in a contracted melodious approach. The percussions, which have been grafted in all subtlety around the 3 minutes, give a second rhythmic breath to this title that caught my attention from the first listening. Slow and very sinister in its development, "The Great Chi in the Sky" has nothing to do with this Rick Wright classic in Dark Side of the Moon! Its rhythm is slow, like a giant clock whose pendulum intimidates and orders submission. The chords and arrangements which sculpt it are king of its sneaky musicality, since they magnetize our attention while deploying a musical force that forms a din that still remains at the doors of a fascinating musicality. These sounds, these notes as well as these orchestrations on continuous evolutions in order to create musical layers on a bed of slow, almost hypnotic rhythms, are the strength of this album of which one never knows on which foot to dance ... or on which neuron to meditate. Ditto for "Doorways to Unnamed Power" which, on the other hand, is more complex and more evasive in its melodious approach. The light rhythm, "Spiral Bridge to Timelessness" unfolds like a series of melodies chained in a music box. Percussions and percussive effects are just divine here. Those with blown glass tones tickle the ears, and start this chain of melodies, while others closer to the real offer a clever mix of Tibetan tribal and oriental tribal in a soundscape adorned with graffiti and fantasy which can possible only by the means of EM and its vast array of equipment. The final sprinkles our ears with a Steve Roach fragrance. An affirmation that is necessary considering the opening of "The Meaning in Every Curves and Lines". The peculiarity of this title are these lassos of sounds that come and go like immense sound fronds whereas gradually a slow rhythm imposes its stability in a kind of esoteric Groove with another display of percussive effects high in colors.
The color and the calligraphy of the sounds is the goal aimed by Anantakara and force is to admit that “Momentum Lapses” reaches Philippe Wauman's real intentions. All in all, it's an amazing album that is musical enough for the genres imposed through a delightful palette of tones and a sound aesthetic that does justice to the ambitions of the Belgian multi-instrumentalist. Meditative music with a zest of creation that brings us into a world where few artists dare to venture!
Sylvain Lupari (December 18th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Anantakara's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Dans une année, je reçois énormément de requêtes afin d'entendre un album dans le but d'en écrire une chronique. La liste est longue et dans celle-ci, il y a un nombre incroyable d'artistes inconnus à mes oreilles qui proposent des albums de tous genres, en autant que des synthés et séquenceurs soient utilisés. Inutile d'écrire que mes oreilles en entendent de toutes les couleurs tonales. Et il y a de bonnes surprises. De belles découvertes comme celle-ci; Anantakara. Projet de Philippe Wauman, un musicien Belge qui se défini comme un calligraphe sonore contemplatif, Anantakara, un adjectif sanskrit signifiant rendre infini, propose en “Momentum Lapses” un petit bijou pour le plaisir des sons et des ambiances qui flirtent avec un New Age plutôt progressif, voire même expérimental.
Des arpèges dont la limpidité danse avec leurs ombres sibyllines accompagnent des cognements sourds dans l'ouverture très théâtrale de "Momentum". Aussitôt, des gargouillements volètent dans ce décor embelli par des ondes aux contours gorgés de rayonnements abrasifs qui vont et viennent dans une enveloppe tonale toujours en croissance. Une onde de synthé parfumée des trompettes de Mark Isham explore ces ambiances, lui donnant ainsi un charme séraphique qui ajoute à la capacité dramatique de ce très beau titre d'ouverture. Et ce n'est pas tout! Des riffs de clavier sortent un habit d'orchestrations et sculptent une chorégraphie pour ballet avec un doux mouvement en staccato dont l'intensité est poussée par des percussions pourtant très limitées mais oh combien bien posées. Le piano pose aussi ses délicates notes dans une finale qui troque son rythme passif pour un bref mouvement d'oasis sonore, juste avant de reprendre ce rythme de danse classique qui a amené "Momentum" à sa floraison émotive. Le ton est donné et la musique de “Momentum Lapses” est lancée. Les orchestrations sont moins saccadées dans "The High meets the Low" qui, après avoir laissé des accords jongler en suspension, anime les ambiances avec des tam-tams claniques. Des joyaux sonores gravitent en suspension sur ce rythme très près de la transe spirituelle et des ondes de synthé barbouillent les horizons avec des rayonnements qui flirtent avec les portes de néant. "Breath of an Unstained Desire" fait dans la décomposition avec une approche assez audacieuse où tout semble être joué à l'envers. Le résultat est étonnant. Même si on reconnait des petits bouts de structures qui vont et viennent dans ce 7ième album d'Anantakara, dont une belle finale plus musicale, nous sommes plutôt dans les parfums d'Univers Zéro ici. "Intuition's Breeze" nous amène sur les sentiers d’une guerre sans armes avec une ligne de basse dont les résonnements trouvent écho dans les larmes des ondes Martenot. Le rythme sans heurts progresse sous un ciel sonique embelli de multiples stries de synthé aux larmoiements acuités et d'accords de piano électrique qui scintillent dans une approche mélodieuse contractée. Les percussions, qui se sont greffés en toute subtilité autour des 3 minutes, insufflent un 2ième souffle rythmique à ce titre qui a capté mon attention dès la 1ière écoute. Lent et très sinistre dans son développement, "The Great Chi in the Sky" n'a rien à voir avec ce classique de Rick Wright dans Dark Side of the Moon! Son rythme est lent, comme une pendule géante dont le balancier intimide et ordonne soumission. Les accords et arrangements qui le sculptent regorgent d'une musicalité sournoise, puisqu'ils magnétisent notre attention tout en déployant une force musicale qui forme un tintamarre qui reste tout de même aux portes d'une fascinante musicalité. Ces sons, ces notes ainsi que ces orchestrations en continuelles évolutions afin de former des couches musicales sur un lit de rythmes lents, quasiment hypnotiques, sont la force de cet album dont on ne sait jamais sur quel pied danser…ou sur quel neurone méditer. Idem pour "Doorways to Unnamed Power" qui est par contre plus complexe et plus évasif. Le rythme léger, "Spiral Bridge to Timelessness" se déroule comme une suite de mélodies enchainées dans une boîte à musique. Les percussions et effets percussifs sont simplement divins ici. Ceux aux tonalités en verre soufflé chatouillent l'ouïe, et amorcent cette chaine de mélodies, alors que d’autres plus près du réel offrent un habile mélange de tribal tibétain et de tribal oriental dans un paysage sonore orné de graffitis et de fantasmes qui ne peuvent être permis que par les frontières de la MÉ. La finale asperge nos oreilles d'un parfum Steve Roach. Une affirmation qui s'impose considérant l'ouverture de "The Meaning in Every Curves and Lines". La particularité de ce titre sont ces lassos de sons qui vont et viennent comme des immenses frondes sonores alors que graduellement un rythme lent impose sa stabilité dans un genre de Groove ésotérique avec un autre spectacle d'effets percussifs haut en couleurs.
La couleur et la calligraphie des sons se veut l'objectif visé par Anantakara et force est d'admettre que “Momentum Lapses” est en plein dans l'œil des intentions de Philippe Wauman. Un album étonnant qui est assez musical pour les genres imposés à travers une délicieuse palette de tons et un esthétisme sonore qui rend justice aux ambitions du multi-instrumentaliste Belge. De la musique méditative avec un zest de création qui nous amène dans un univers où peu d'artistes osent s'aventurer!

Sylvain Lupari 17/12/18