vendredi 19 octobre 2018

SYNDROMEDA: Eternal Destination (2018)

“This has to be the best album, certainly one of his most accessible, from Syndromeda in years”
1 No Fear of Failure 8:11
2 Purity 11:59
3 Nothingness 9:04
4 Moving In 14:23
5 The Core 15:22
6 Here and There 12:09

SynGate CD-R SS25 (CD-r/DDL 71:11)
(Berlin School a la Syndromeda)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
Sequences imbued of rubbery tones initiate the sharp galloping of "No Fear of Failure". Layers of chthonic choruses are growing as this unbridled rhythm moves away from our ears and returns with force. Plumper arpeggios are grafted on this virulent movement of the sequencer that never stops questioning the meaning of our listening with different tonal colors. Static and furiously stimulating for our neurons, the rhythm continues its approach of acid rock under the flagellations of synth lines whose long gurgles flirt with a psychedelic approach as a post-apocalyptic one. "No Fear of Failure" starts this 31st solo album of Syndromeda, and its 25th on SynGate, with strength and fury. Danny Budts doesn't waste time by instantly capturing the listener's attention with a vivid rhythm, rich in dislocated sequences, and a setting still so close to Dark Ambient's evil roots. Without doubt his best album, and certainly one of the most accessible to me, “Eternal Destination” brings the listener in this world of very specific tones of Syndromeda where the sequences dance like feet of young deer on a frozen pond, or in a delicious incoherence, under the bites and/or the caresses of a synthesist in his clothes of Mr Hyde and Dr Jekyll.
And "Purity" reminds it to us with its introduction sewn into mysticism. Multiple synth lines of are waving and expand circles dominated by darkness and dominate a pulsation whose glaucous tones end up generating these sneaky rhythms of the Syndromeda universe. A clearer sequence hops upstream, awakening this dormant synth which now launches slow anesthetic solos. This is pure Syndromeda flowing here with a heavy intensity of its tonal richness and in its sedentary rhythmic structure where this imprint of John Carpenter's Halloween still can be hear here. "Nothingness" is cast in the same mold, but with a more aphasic slowness. Each Danny Budts' album opens its window into the universe of atmospheres and of esoteric meditation. The long introduction of "Moving In" reminds it to us with its anesthetic organ pads where tries to resist a mute movement from the sequencer. But unlike "The Core" which is just of dark atmospheres, even if a sequence swims to survive, an ambient rhythm where two movements of the sequencer progress against the current leads us to a finale filled with harmonious jingles. For the rest, the soundscape is always of dark vibes with reverberating waves and dusty breezes which float in a dull thud from the underworld. "Here and There" ends “Eternal Destination” with a livelier approach. Less violent than in "No Fear of Failure", the rhythm puts down a vegetative approach in a sound pool filled of star dusts. The resonances of a bass sequence jump in with more energy, drawing these zigzagging rhythms of Berlin School. Syndromeda deploys the arsenal of his synthesizer with multi-lines with reverberation arches and solos as melodious as a song of nightingale engulfed in the interstices of this synth. It's very Edgar Froese, in the clothes of Syndromeda! "Here and There" progresses in these visions of Danny Budts where everything is frozen in eclecticism, both in terms of rhythms and soundscapes.
Available in HQ CD-r, from the SynGate factory, or in downloadable edition, “Eternal Destination” offers over 71 minutes of captivating and intriguing EM that could certainly expand the audience of Syndromeda. The range is wide, and the rhythms dominate more than those soundscapes conceived in the mysticism or this art that Dany Budts possesses to raise the horizons of dark ambient music of a notch. Some very good Syndromeda!
Sylvain Lupari (October 19th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at SynGate Web Shop

===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Des séquences imbibées de tonalités caoutchouteuses initient le vif galop de "No Fear of Failure". Des nappes de chœurs chthoniens grossissent à mesure que ce rythme débridé s'éloigne de nos oreilles et revient toujours avec force. Des arpèges grassouillets se greffent à ce virulent mouvement du séquenceur qui n'arrête jamais d'interroger le sens de notre écoute avec différentes couleurs tonales. Statique et furieusement entraînant pour les neurones, le rythme poursuit son approche de rock acide sous les flagellations de lignes de synthés dont les longs gargouillements flirtent avec une approche autant psychédélique que post apocalyptique. "No Fear of Failure" amorce ce 31ième album solo de Syndromeda, et son 25ième chez SynGate, avec force et fureur. Danny Budts ne perd pas de temps à capter instantanément l'attention de l'auditeur avec un rythme vif, riche en séquences disloquées, et un décor toujours aussi près des racines maléfiques du Dark Ambient. Sans aucun doute son meilleur album, et certainement l'un des plus accessibles selon moi, “Eternal Destination” amène l'auditeur dans ce monde de tonalités très particulières de Syndromeda où les séquences dansent comme des pieds de jeunes cerfs sur un étang glacé, ou encore dans une délicieuse incohésion, sous les morsures et/ou les caresses d'un synthésiste dans ses habits de Mr Hyde et Dr Jekyll.
Et "Purity" nous le rappelle avec son introduction cousue dans le mysticisme. De multiples lignes de synthé ondoient et élargissent des cercles dominés par la noirceur et qui dominent une pulsation dont les tonalités glauques finissent par engendrer ces rythmes sournois de l'univers Syndromeda. Une séquence plus limpide sautille en amont, éveillant ce synthé dormant qui lance maintenant de lents solos anesthésiants. C'est du pur Syndromeda qui coule ici avec une intensité lourde de sa richesse tonale et de sa structure rythmique sédentaire où traine toujours cette empreinte de John Carpenter dans Halloween. "Nothingness" est coulé dans le même moule, mais avec une lenteur plus aphasique. Chaque album de Danny Budts ouvre sa fenêtre dans l'univers d'ambiances et de méditation ésotérique. La longue introduction de "Moving In" nous le rappelle avec ses nappes d'orgue anesthésiantes où tente de résister un mouvement du séquenceur. Mais contrairement à "The Core" qui est juste d'ambiances, même si une séquence nage afin de survivre, un rythme ambiant où deux mouvements du séquenceur progressent à contre-courant nous amène vers une finale remplie de tintements harmonieux. Pour le reste, le décor est toujours d'ambiances noires avec des ondes réverbérantes et des souffles poussiéreux qui flottent dans un sourd tintamarre venant des enfers. "Here and There" termine “Eternal Destination” avec une approche plus animée. Moins violent que dans "No Fear of Failure", le rythme couche une approche végétative dans un bassin sonore rempli de poussières d'étoiles. Les résonnements d'une basse séquence sautillent dans avec plus d'entrain, dessinant ces rythmes zigzagants de la Berlin School. Syndromeda déploie l'arsenal de son synthétiseur avec des multi lignes aux arcs de réverbérations et des solos aussi mélodieux qu'un chant de rossignol englouti dans les interstices de ce synthé. Ça fait très Edgar Froese, dans les habits de Syndromeda! "Here and There" progresse dans ces visions de Danny Budts où tout est figé dans l'éclectisme, tant au niveau des rythmes que du décor de ses ambiances.
Disponible en format CD-r de l'usine SynGate ou en format téléchargeable, “Eternal Destination” propose plus de 71 minutes de MÉ à la fois captivante et intrigante qui pourrait certainement élargir le public de Syndromeda. L'éventail est large et les rythmes dominent plus que ces ambiances conçues dans le mysticisme ou cet art que possède Dany Budts pour relever d'un cran les horizons de la musique ambiante ténébreuse. Du très bon Syndromeda!

Sylvain Lupari 19/10/18

mercredi 17 octobre 2018

E-TIEFENGRUND: Fusion Machines (2018)

“This is another wonder of minimalist and hypnotic beats carved in the wonderful art of sequencing”
1 Wendelstein 27:32
2 Tokamak 25:23
3 Sonolumineszenz 24:15

SynGate CD-R TI05 (CD-r/DDL 77:10)
(Retro Berlin & Düsseldorf Schools)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
A reverberant canvas emits its rays of distortions to develop quietly the long minimalist structure of "Wendelstein". Suspended synth tears and thunderous sound effects feed an ambiospherical opening that picks up everything that prowls in its black hole, including tiny bells in sequencing mode, to weave a mosaic of sounds from deep into the cosmos. Tears become nice laments while the scenery is still densely deafening. A line of bass pulsations is born from this always tamed tumult, sculpting an ascending cadence that makes us forget this good permutation of bells for tones from a plump and nervous woodpecker. One clearly hears noises in a computer language as the duo Silvia and Michael Kempe take us to a rhythmic mishmash filled with percussive and sound elements, including fire shots which carve a rhythm line in the background. At this point, around the 11 minutes, the sequencer re-evaluates its rhythmic strategy by accelerating the pace of the woodpecker that drives the synth in its jazzman's coat and the reverberant undulations in its disillusioned singer's clothes. This tasty chaos lingers until about the 16th minute, moment when "Wendelstein" deploys its semi-slow form without altering anything of its sonic disorder.
These first 27 minutes, difficult to tame if I want to be honest, lead us, hypnotized by this sonic amplitude, into the fascinating universe where everything seems the same, but nothing is really is from E-Tiefengrund. From “Fusion Machines”! The model remains the same. Long structures sitting on minimalist rhythms built on analog sequencers which play with speeds and infinite rhythmic possibilities. From the same gesture formula, "Tokamak" is the most seductive and easy to tame title of E-Tiefengrund's 5th album, all on SynGate. The sound mass and its reverberant effects remain the core of its genesis, except that the sequences and the percussive elements, totally seductive by the way, sculpt a very Düsseldorf School approach which is hypnotically lively. The last part, which happens around the 15 minutes, is feed of a sound fauna as variegated as totally crazy. A sound fauna filled with graffiti and braids from synths as much dynamic as the sequencers and which adorn too the more languid rhythm of "Sonolumineszenz".
Well settled in its comfort zone, E-Tiefengrund managed to charm as much as Kraftwerk ... But in anonymity! And it's a shame because the German duo has this art of concocting a seductive and magnetizing minimalist music with just what is enough to amaze our ears every five minutes. The sound textures in this “Fusion Machines” are ultra rich and become as important than its rich textures of rhythms built in the wonderlands of the sequencing art intertwined in crossroads where the disorders are also sources of cohesions. This duo is always so good since Voltage Sessions back in 2013!
Sylvain Lupari (October 17th, 2018) ***¾**

synth&sequences.com
Available at SynGate Web Shop
===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Une toile réverbérante émet ses rayons de distorsions afin de développer bien tranquillement la longue structure minimaliste de "Wendelstein". Des larmes de synthé en suspension et des effets sonores tonitruants alimentent une ouverture ambiosphérique qui ramasse tout ce qui traîne dans son trou noir, y compris de fines clochettes en mode séquences, afin de tisser une mosaïque sonore venant de loin dans le cosmos. Les larmes deviennent de belles complaintes alors que le décor reste toujours aussi densément assourdissant. Une ligne de basses pulsations naît de ce tumulte toujours apprivoisé, sculptant une cadence ascendante qui nous fait oublier cette superbe permutation des clochettes pour des tonalités de pic-bois dodus et nerveux. On entend clairement des bruits gazouiller un langage informatique alors que le duo Silvia et Michael Kempe nous amène vers un micmac rythmique rempli d'éléments sonores et percussifs, notamment des coups de feu qui sculptent une ligne de rythme en arrière-plan. C'est à ce moment, autour des 11 minutes, que le séquenceur réévalue sa stratégie rythmique en accélérant la cadence des piciformes qui entraîne le synthé dans son manteau de jazzman et les ondulations réverbérantes dans leurs habits de chanteur désillusionné. Ce savoureux chaos traîne jusque vers la 16ième minute, moment où "Wendelstein" déploie sa forme semi-lente sans rien altérer à son désordre sonique.
Ces 27 premières minutes, difficiles à apprivoiser si je veux être honnête, nous entraînent bien hypnotisé par cette amplitude sonore dans le fascinant univers où tout semble pareil mais rien ne l'est de E-Tiefengrund. De “Fusion Machines”! Le modèle reste le même. De longues structures bien assises sur des rythmes minimalistes construit sur des séquenceurs analogues qui jouent avec les vitesses et les infinis possibilités rythmiques. Issu de la même formule gestative, "Tokamak" reste le titre le plus séduisant et le plus facile à apprivoiser du 5ième album d'E-Tiefengrund, tous sur SynGate. La masse sonore et ses effets réverbérants restent le cœur de sa genèse, sauf que les séquences et les éléments percussifs, totalement séduisants par ailleurs, sculptent une approche très Düsseldorf School qui est hypnotiquement entraînante. La dernière partie, qui arrive autour des 15 minutes, est nourrie d'une faune sonore aussi bigarrée que disjonctée. Une faune sonore remplie de graffitis et de torsades de synthés aussi dynamiques que les séquenceurs et qui ornent le rythme plus alangui de "Sonolumineszenz".
Bien installé dans sa zone de confort, E-Tiefengrund réussi à charmer autant que Kraftwerk… Mais dans l'anonymat! Et c'est dommage puisque le duo Allemand a cet art de concocter une musique minimaliste séduisante et magnétisante avec juste ce qu'il faut pour émerveiller nos oreilles à toutes les cinq minutes. Les textures sonores dans ce “Fusion Machines” sont ultra riches et deviennent aussi importantes que ses riches textures de rythmes construites dans le merveilleux art du sequencing et entrecroisés dans un carrefour où les désordres sont aussi sources de cohésions. Toujours aussi bon depuis Voltage Sessions en 2013!

Sylvain Lupari 17/10/18

lundi 15 octobre 2018

ELECTRIC ORANGE: Unterwasser (Live 2002) (2002-2018)

“This is a pure feast of Psy Rock, Krautrock and EM of the great analog era of Berlin music eclosion”
1 ffurg 15:51
2 transit ins jenseits 18:50
3 sauerkirsch 5:54
4 myd 18:41
5 not of 17:45
6 wet cake 7:23
7 ortat 17:35
8 span 13:57
9 hydrog 16:17
10 lake 11:21
11 mk 13:23

Electric Orange Music (DDL 157:00 & Vinyl)
(Blend of analog Berlin School, psy rock and Krautrock)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
Electric Orange on Synth&Sequences!? Don't worry, this Blog doesn't intend to issue reviews about Krautrock music. There are much more specialized sites on the subject. But sometimes, both genres can harmonize with a real complicity. Like in this fascinating “Unterwasser (Live 2002)”! It was after a post on Facebook that I dipped my ears on a video of the half of Electric Orange playing "transit ins jenseits". I had found the music as good as the post mentioned, even though the music was more in mode Floydian psychedelic rock of the late 60's. Like in XXV by the way, the latest EO album! The post in question also referred to what was some very good Berlin School to be find in this album. And it's indeed the case! So, I decided to push the adventure further … It's with electronic noises, others more of the cosmic kind, and effects of vapors in reverberant mutations that "ffurg" is lodged between my ears. From these noises are born effects of lascivious percussive elements without wills. Calmly, a hypnotic trance rhythm of a pleasant slowness forms behind a thick wall of reverberations and sound distortions. Drums and sequences are added to this anesthetic rhythm. The range and swarm form a fascinating texture of percussive elements that grows like an ethereal ride under the many caresses of a misty Mellotron and the many bites of psychedelic effects. Evolutionary, the rhythmic frame captures all these small details and nuances to mix the Krautrock motorik with the model of sequenced rhythms of the Berlin School. In this form or in others, the 11 structures and the 157 minutes of “Unterwasser (Live 2002)” lug the listener into a unique realm where the tasty music of the golden years of Berlin's creativity transcends its borders.
Electric Orange is labeled first and foremost as a Krautrock and a psychedelic rock band of about 4 musicians; a drummer, a bassist, a guitarist and a keyboardist. It's this keyboardist, Dirk Jan Müller, who is the founder of this group whose first self-entitled album was released on Mario Schönwälder's label, Manikin Records, in 1993.  And it's in the framework of Manikin's 10th anniversary that this “Unterwasser (Live 2002)” was improvised and recorded. The band was invited to play at the Manikin Festival held in Bad Sulza on April 6th, 2002. For this event, Electric Orange was represented by 2 musicians; Dirk Jan Müller on keyboards, synths and Mellotron and Dirk Bittner on guitars, vocoder and synthesizers too. It's therefore without computers that EO performed in the morning and evening for two sets of more than 60 minutes each. This resulted in a double CD, released shortly after, which will be reissued in vinyl version in November of this year. In its simplest device, EO offered thus a music loaded of analog tones and fragrances on long improvised tracks worthy of the good times of Ash Ra and Pink Floyd with a superb electronic vision driven by a Tangerine Dream still on the exploratory path.
"transit ins jenseits" is more in the genre of Ash Ra, while "sauerkirsch", as well as "wet cake", offer short ambiospherical passages a little more experimental. Languishing in its oriental scent and slightly psychedelic texture, "myd" is as much tasty, although the voice of Dirk Bittner (I hear Arthur Brown here) can annoy some, than "ffurg". "not of" is in the same genre, with a psychedelic essence more oriented towards the A Saucerful of Secrets period from the pink flamingo. The Mellotron in "ortat" is quite divine in a structure straddling between a psychedelic genre and the analog electronics as well as well supported by Nick Mason's drumming style. We are entering in the Berlin School core of “Unterwasser (Live 2002)” with compositions simply just great for improvised music. "span" is a marvel! The sequencer, and its steps of young deer on a frozen pond, as well as the Mellotron takes us back to the nice time of the Dream on a long structure where noises and unusual sound effects remain sources of charm. The rhythm unbridled by a superb cohesion of sequences and percussions, "hydrog" is even more convincing with its vision of Force Majeure. "lake" is another title that develops with a lascivious slowness. The fragrances of Orient float on a sequencer which doesn't want to know anything about anonymity. "mk" concludes this little gem of Electric Orange with a processional structure where the borders of Pink Floyd, Ash Ra and Tangerine Dream merge into a more obscure or even more Chthonian musical structure. The procession moves with percussions in mode spiritual trance whereas that guitar riffs and breaths of flutes squabble a harmonic dimension in decay that blends into the huge layers of Mellotron filled of mist and mysticism.
Released in 2002, “Unterwasser (Live 2002)” remains of actuality with its next vinyl reissue which follows the 25th album of Electric Orange soberly titled XXV. A double album that I listened too, thanks to the kind collaboration of Dirk Jan Müller, and which is closer to the textures of the 1st part of this live album of more than 2 hours of music. But 2002 or 2018, this album of EO is a solid opus that would please to fans of Berlin School for sure. Who knows? That's maybe how the entirely analog Berlin School style project of Dirk Jan Müller, Cosmic Ground, was set on its feet some 12 years later. A must!
Sylvain Lupari (October 15th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available on Electronic Orange Bandcamp
===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Electric Orange sur Synth&Sequences!? Ne vous en faites pas, ce Blog n'a pas l'intention d'émettre des chroniques sur la musique Krautrock. Il y a des sites nettement plus spécialisés sur le sujet. Mais parfois, les deux genres peuvent s'harmoniser avec une réelle complicité. Comme dans ce fascinant “Unterwasser (Live 2002)”! C'est à la suite d'un post sur Facebook que j'ai trempé mes oreilles sur une vidéo de la moitié d'Electric Orange qui interprétait "transit ins jenseits". J'avais trouvé ça effectivement aussi bon que le post mentionnait, même si la musique était nettement plus en mode rock psychédélique très Floydien de la fin des années 60. Comme XXV d'ailleurs, le dernier album d'EO. Le post en question faisait aussi référence à ce qu'il y avait du très bon Berlin School dans cet album. Et c'est effectivement le cas! Ainsi, j'ai décidé de pousser l'aventure plus loin…C'est avec des bruits électroniques, d'autres plus du genre cosmique, et des effets de vapeurs en mutations réverbérantes que "ffurg" se loge entre mes oreilles. De ces bruits naissent des effets percussifs lascifs et sans volontés. Calmement, un rythme de transe hypnotique d'une lenteur agréable se forme derrière une épaisse muraille de réverbérations et distorsions sonores. Des percussions et des séquences se greffent à ce rythme anesthésiant. L'éventail et l'essaim forment une fascinante texture d'éléments percussifs qui grandit comme une chevauchée éthérée sous les multiples caresses d'un Mellotron brumeux et les nombreuses morsures des effets psychédéliques. Évolutive, l'armature rythmique saisie tous ces petits détails et nuances afin de bien mélanger le style Krautrock motorique au modèle des rythmes séquencés de la Berlin School. Dans cette forme ou dans d'autres, les 11 structures et les 157 minutes de “Unterwasser (Live 2002)” trimballent l'auditeur dans un royaume unique où la savoureuse musique des années d'or de la créativité berlinoise dépassait ses frontières.
Electric Orange est étiqueté d'abord et avant tout comme étant un groupe de Krautrock et de rock psychédélique de plus ou moins 4 musiciens; un batteur, un bassiste, un guitariste et un claviériste. C'est ce claviériste, Dirk Jan Müller, qui est le fondateur de ce groupe dont le premier album est sorti sur le label de Mario Schönwälder, Manikin Records, en 1993. Et c'est dans le cadre du 10ième anniversaire de Manikin que ce “Unterwasser (Live 2002)” fut improvisé et enregistré. Electric Orange était invité à jouer au Festival commémoratif de la maison Manikin qui s'est tenu à Bad Sulza le 6 Avril 2002. Pour cette occasion, Electric Orange était représenté par 2 musiciens; Dirk Jan Müller au claviers, synthés et Mellotron et Dirk Bittner aux guitares, vocodeur et synthétiseurs. C'est donc sans computeurs qu'EO performait en matinée et en soirée pour deux sets de plus d'une heure chaque. Il en a résulté à un double CD, sorti peu de temps après, qui sera réédité en version vinyle en Novembre de cette année. Dans son plus simple appareil, EO offrait donc une musique aux sonorités analogues et aux improvisations dignes des bons moments d'Ash Ra et Pink Floyd avec une superbe vision électronique mue par un Tangerine Dream encore sur la voie exploratrice.
"transit ins jenseits" est plus dans le genre Ash Ra, alors que "sauerkirsch", ainsi que "wet cake", offrent de courts passages ambiosphériques un peu plus expérimentaux. Langoureux dans son parfum d'orient et sa texture légèrement psychédélique, "myd" est aussi savoureusement languissant, quoique la voix de Dirk Bittner (j'entends du Arthur Brown ici) peut agacer certains, que "ffurg". "not of" est dans le même genre, avec une essence psychédélique plus orientée vers la période A Saucerful of Secrets du flammant rose. Le Mellotron dans "ortat" est tout à fait divin dans une structure à cheval entre le psychédélique et l'électronique analogue et bien soutenue par des percussions genre Nick Mason. On entre dans le cœur du genre Berlin School de “Unterwasser (Live 2002)” avec des compositions tout simplement géniales pour une musique improvisée. "span" est une merveille! Le séquenceur, et ses pas de jeunes cerfs sur un étang gelé, ainsi que le Mellotron nous ramène à la belle époque du Dream sur une longue structure où bruits et effets sonores insolites restent des sources de charme. Le rythme débridé par un superbe cohésion séquences et percussions, "hydrog" est encore plus convaincant avec sa vision très Force Majeure. "lake" est un autre titre qui se développe avec une lenteur lascive. Les parfums d'Orient flottent sur un séquenceur qui ne veut rien savoir de l'anonymat. "mk" conclut cde petit bijou d'Electric Orange avec une structure processionnelle où les frontières de Pink Floyd, Ash Ra et Tangerine Dream se fondent dans une structure musicale plus obscure, voire plus Chthonienne. La procession progresse avec des percussions en mode transe spirituelle alors que des riffs de guitare et des souffles de flûtes se chamaillent une dimension harmonique en décrépitude qui se fond dans les immenses couches de Mellotron remplies de brume et de mysticisme.
Paru en 2002, “Unterwasser (Live 2002)” reste d'actualité avec sa prochaine réédition vinyle qui suit le 25ième album d'Electric Orange sobrement intitulé XXV. Un album double aussi que j'ai écouté, grâce aussi à l'aimable collaboration de Dirk Jan Müller, et qui se rapproche plus des textures de la 1ière partie de “Unterwasser (Live 2002)”. Mais 2002 ou 2018, cet album d'EO est un solide opus qui allait sans doute initier le projet solo, entièrement Berlin School analogue, de Dirk Jan Müller Cosmic Ground quelques 12 ans plus tard. Un incontournable!

Sylvain Lupari 15/10/18 

jeudi 11 octobre 2018

MICHEL HUYGEN: Kryptyk (2018)

“That's have to be the most beautiful and most accessible album that Michel Huygen has produced so far”
1 Al-Ula 5:16
2 Return to Mystykatea 6:41
3 La Hija Del Sol 1:49
4 In Your Dimension 4:53
5 Elon's Visions 4:19
6 Electro-Bubbles of Energy4:20
7 Santa Monica Promenade 4:08
8 Suvarnabhumi (The Golden Land) 7:21
9 Kryptyk 4:00
10 Et Ad Te Ipsum 5:30

Neuronium Records
(48:17)
(Ambient, New Age, Melodic)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
Michel Huygen is not Neuronium! In the sense that the co-founder of the Spanish cult band of EM is very able to move away from the spheres of Neuronium when he proposes an album under his name. Two entities for two very distinct approaches where his music is much more meditative and perfumed by the melodious sweetness of New Age, while that of Neuronium is more focused on a psychotronic model allied to Berlin School. Except that on “Kryptyk”, Michel Huygen transgresses with an unstoppable fingering his own borders. The music proposed on this (already) 44th opus of Huygen/Neuronium, since that Quasar 2C361 has treaded our ears in 1977, travels between phases of meditation, beautiful soft melodies to make our soul shivering and structures animated of rhythms as complex as very catchy. The arrangements, the effects of voices and guitar are amazingly realistic and transports us to a beautiful sonic collection that even seduced my beautiful Lise. The most beautiful and most accessible album that Michel Huygen has produced so far!
And it starts with slight jingles and synth lines whose reverb effects even caress our ears. "Al-Ula" releases these synth lines with very diversified colors that twist like a nest of snakes on a prisoner island in the middle of an astral ocean. Filaments with absent voices hum an embryonic melody that melts into a brief rhythmic offering and loses itself in a finale splashed with ephemeral tones like moths trapped in an electric trap. Subsequently, we fall into the first operation charm of “Kryptyk” with the superb "Return to Mystykatea". This elegiac title offers a romantic piano with tears of melancholy that resonate in the web of void. Michel Huygen has created a splendid soprano voice in the interstices of his synthesizer. Its seraphic chants light up the furnace of our emotions. And paired with this piano as evasive as the most beautiful moments of Vangelis or Suzanne Ciani, they pull us quietly towards the sweet songs of astral whales. A superb moment which continues, even if the two titles are not linked, with another piece of tenderness, "La Hija Del Sol" and its concerto for sampled voices on the bed of a celestial harp. Another title that shows Huygen's talent of creator is "In Your Dimension" which continues this path of tenderness and melancholy initiated by "Al-Ula". Here it's an acoustic guitar that weaves the canvases of romance of a lonely soul under a starry sky. The guitar notes resonate with realism and its pinched tweets that go straight to the heart are dampened by a layer of an absent choir and some nice orchestral arrangements.
"Elon's Visions" ends this emotional relationship between Michel Huygen and his listener with very twisted solos jostling in a structure without other lives, apart from some notes that try to come together in order to create a more coherent structure. I'm not sure, but I hear some notes whispering to me as the solos gesticulate and sing with the implants of a soprano on drug. Finally, these chords and sequences sculpt a rhythm always without cohesion where charm however textures and forms of solos sometimes quite ethereal. We are in the rhythmic phase of “Kryptyk” with a very playful "Electro-Bubbles of Energy" in its musical funfair elements. Crystal clear arpeggios unfold an endless harmonic bed on a dislocated dance rhythm, like break-dance, where are tinkling some big juicy sequences and other fat chords. We stay in a good EDM phase with the suave "Santa Monica Promenade". This title cuts through all the elements in order to obsess us all day long; a light and catchy rhythm, sensual voices in the background and a divine female singer who radiates our ears with a voice of goddess while the piano weaves an incredible melody weaver of musical itch. One whistles and hums in our head for a while! When Michel informed us that "Suvarnabhumi (The Golden Land)" was nominated at the Hollywood Music Awards, Media section, as one of the best New Age Ambient tracks in 2018, I didn't expect the Americans to have a so open-minded. It's indeed an ambient title with fragrances of the East which astonishes by the purity of the Diva sampled and arranged by himself in the filters of his synthesizer. The title-track offers a good bold rock where our friend Michel overflows with his meditative style to flirt with his Neuronium side with a complex and tasty approach in both organic and psychotronic textures. Let's say I didn't like it the first time...maybe the second shot too! I think it's because of its creativity and its incredible stereo effects that we end up by liking this "Kryptyk". "And Ad Te Ipsum" ends “Kryptyk” by an ocean of serenity, thus closing the loop of an album that takes us through the gamut of emotions. A very surprising album by Michel Huygen for whom the synthesizers don't have any more secrets but which still remain to our ears, at least mine, those instruments of endless auditory pleasures!
Sylvain Lupari (October 11th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available at CD Baby and Amazon

===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Michel Huygen n'est pas Neuronium! En ce sens que le cofondateur du groupe culte Espagnol de MÉ est très capable de s'éloigner des sphères de Neuronium lorsqu'il propose un album sous son nom. Deux entités pour deux approches très distinctes où sa musique est nettement plus en mode méditative et parfumée des douceurs mélodieuses du New Age, alors que celle de Neuronium est plus axée sur le modèle psychotronique Berlin School. Sauf que sur “Kryptyk”, Michel Huygen transgresse avec un imparable doigté ses propres frontières. La musique proposée sur ce (déjà) 44ième opus de Huygen/Neuronium, depuis que Quasar 2C361 a foulé nos oreilles en 1977, voyage entre des phases de méditations, de splendide mélodies moelleuses à faire frémir notre âme et des structures animées de rythmes autant complexes que très accrocheurs. Les arrangements, les effets de voix et de guitare sont d'un réalisme stupéfiant et nous transporte sur un très beau recueil sonique qui a séduit ma très belle Lise. Le plus beau et le plus accessible que Michel Huygen ait produit à date!
Et ça débute avec de légers tintements et des lignes de synthé dont les réverbérations caressent tout de même nos oreilles. "Al-Ula" libère ces lignes de synthé aux couleurs très diversifiées qui s'entortillent comme un nid de couleuvres sur une île prisonnière au milieu d'un océan astral. Des filaments avec des voix absentes fredonnent une mélodie embryonnaire qui se fond dans une brève offrande rythmique et se perd dans une finale éclaboussée de tonalités aussi éphémères que les papillons de nuit trappés dans un piège électrique. Par la suite, nous tombons dans la 1ière opération charme de “Kryptyk” avec le superbe "Return to Mystykatea". Ce titre élégiaque offre un piano romanesque avec ses larmes de mélancolie qui résonnent dans la toile du néant. Michel Huygen a créé une splendide voix de soprano dans les interstices de son synthétiseur. Ses chants séraphiques allument le fourneau de nos émotions. Et jumelés à ce piano aussi évasif que les plus beaux moments de Vangelis ou de
Suzanne Ciani,  ils nous tirent tranquillement vers les doux chants de baleines astrales. Un superbe moment qui se poursuit, même si les deux titres ne sont pas liés, avec une autre pièce de tendresse, "La Hija Del Sol" et son concerto pour voix échantillonnées sur le lit d'une harpe céleste. Autre titre qui démontre le talent de créateur d'Huygen, "In Your Dimension" qui poursuit cette route de tendresse et mélancolie amorcée par "Al-Ula". Ici, c'est une guitare acoustique qui tisse les toiles de romance d'une âme solitaire sous un ciel étoilé. Les notes de guitare résonnent de réalisme et ses pincements acuités qui vont droit au cœur sont amortis par une nappe d'une chorale absente et de beaux arrangements orchestraux.
"Elon's Visions" termine ce rapport affectif entre Michel Huygen et son auditeur avec des solos très torsadés qui se bousculent dans une structure sans autres vies, mise à part quelques notes qui tentent de se rassembler afin d'endosser une structure plus cohérente. Je ne suis pas certain, mais j'entends certaines notes me chuchoter alors que les solos gesticulent et chantent avec des implants de soprano sur l'acide. Finalement, ces accords et des séquences sculptent un rythme toujours sans cohésion où charment cependant les textures et les formes des solos parfois assez éthérés. Nous sommes dans la phase rythmique de “Kryptyk” avec un "Electro-Bubbles of Energy" très enjoué gans ses éléments de fête foraine musicale. Des arpèges limpides déroulent un lit harmonique sans fin sur un rythme de danse disloquée, genre break-dance, où tintent de grosses séquences juteuses et autre accords gras. On reste dans du bon EDM avec le suave "Santa Monica Promenade". Ce titre recoupe tous les éléments pour nous obséder à longueur de journée; rythme léger et entraînant, voix sensuelles en arrière-plan et une divine chanteuse qui irradie nos oreilles avec une voix de déesse alors que le piano tisse une incroyable mélodie tisseuse de ver d'oreille. On la siffle et chantonne dans notre tête pour un bout de temps! Lorsque Michel nous a informé que "Suvarnabhumi (The Golden Land)" était en nomination au Hollywood Music Awards, section Media, comme un des meilleurs morceaux de New Age Ambient en 2018, je ne m'attendais pas à ce que les Américains aient une si grande ouverture d'esprit. C'est effectivement un titre ambiant avec des parfums d'Orient qui étonne par la pureté de la Diva échantillonnée et arrangée par lui-même dans les filtres de son synthétiseur. La pièce-titre offre un bon rock audacieux où l'ami Michel déborde de son style méditatif pour flirter avec son côté Neuronium avec une approche complexe et savoureuse dans texture autant organique que psychotronique. Disons que je n'ai pas aimé à la première écoute! Je crois que c'est à cause de sa créativité et de ses incroyables effets stéréo que l'on finit par aimer ce "Kryptyk"."Et Ad Te Ipsum" termine “Kryptyk” par un océan de sérénité, bouclant ainsi la boucle d'un album qui nous fait passer par toute la gamme des émotions. Un album très surprenant de Michel Huygen pour qui les synthétiseurs n'ont plus vraiment de secrets mais qui restent encore à nos oreilles, à tout le moins les miennes, des instruments de plaisirs auditifs sans fin!

Sylvain Lupari 11/10/18

lundi 8 octobre 2018

NORD: Whispers (2018)

“That's has to be Nord's oddest album to date, but it still has those fascinating moves and moments in some dense paranormal vibes”
1 Whispers Part 1; Do You Want to Know a Secret? 19:12
2 Whispers Part 2; Hypnos 16:52
3 Shadows 9:43
4 Whispers Part 3; It Was Just a Dream 12:58

Nord Music (DDL 58:46)
(Berlin School)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
What's going on under this very vintage artwork? We are a little far from the air of California with this sweet face that seems to whisper the music of Nord in another light. We had a right to questioning since the Romanian synthesist liked to present progressive rock within the Berliner parameters just a few months ago. An incursion into the Californian style of the 60's and 70's? None of that in this “Whispers” which is a literally strange album, as if the whole Nord's universe was now focused on paranormal or on science fiction.

"Do You Want to Know a Secret?" starts this last offering of Sztakics István Attila with this ascendant rhythm movement typical of the Berlin School ambient genre. The sequencer frees this line of rhythm that goes up and down, stumbles and gets up in a sound mass stuffed with slow effects of reverberations and orchestrations where wander some solos of synth well scattered in this universe of ether and melancholy. At times, the orchestrations become large sonic wings that engulf us in a more sibylline than lyrical universe. In fact, the secret would be keep silent by entities of a parallel universe that I would believe it, so much it's nebulous and always in sepulchral mode. Strident solos and grave chords guide us to Part 2 where "Do You Want to Know a Secret?" releases its secret by the mean of a big electronic rock of 5 minutes before the music returns to the habitats of its introduction. The music in “Whispers” changes direction more often that it has to, within its 4 tracks, touching even a chaos and a din that always finds the essence of its roots. And "Hypnos" has nothing like of the ambient music that one would have thought. The rhythm is lively and surrounded by the spectral songs of the synth and its solos. The sequences are keen and undisciplined, structuring this rhythm of acid rock that whirls in the same direction as the spectral songs and the spirals of the synth and its effects tributary of its vision of beyond the world or invasions of bad aliens. Calmer and more in hypnotizing Berlin School mode, the second part takes us into these whisperings that often don't serve the cause of a music designed for a film by John Carpenter.
"Shadows" always stays in this envelope of a world beyond the grave with an introduction full of Vangelis synth effects and other effects that mix elements of fear and of EM. A sequence flickers behind this wall of dramatic effects with a synth and its twirling solos just like they were absorbed by a cyclone eye. Another sequence begins its surreal dance with a continuous beat that kicks in the spot, bringing "Shadows" into a short rhythmic escapade that didn't need it, so much the stationary rhythmic decor and the sonic graffiti of a synth and its solos contorted like an acrobat from the Cirque du Soleil restrain its vigor. "It Was Just a Dream" remains the most consistent title of “Whispers”. Imaged in the futuristic structures of Vangelis, its introduction combines softness and rigor with nice arpeggios floating in those allegorical mists. A beautiful piano sings with the weeping effects of the synth, forging a beautiful structure of intense melancholy. I would have liked it to remain as it is, because it does very Bernd Kistenmacher too, but the sequencer decides otherwise around the 4th minute. Carrying the last vestiges of this nostalgic dawn, it brings "It Was Just a Dream" to a fascinating electronic rock where the symphonic portion of its introduction throws its fractions in a beautiful rhythmic spiral that is more musical, and more surprising, than that of "Hypnos". Except that in the end, "It Was Just a Dream" concludes an album that is also at the height of its permutation towards this astonishing universe of discord as well as cohesion which structures the 60 minutes of “Whispers”.
Sylvain Lupari (October 8th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available at Nord Bandcamp

===============================================================================
                                          CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Que se passe-t-il sous cette pochette très vintage? Nous sommes un peu loin des airs de la Californie avec ce doux visage qui semble nous chuchoter la musique de Nord sous un autre jour. On avait un peu de quoi s'interroger puisque le synthésiste Roumain aimait bien nous présenter du rock progressif à l'intérieur des paramètres Berliner il y a quelques mois à peine. Une incursion dans le style Californien des années 60-70? Rien de cela dans ce “Whispers” qui est un album littéralement étrange, un peu comme si l'univers tout entier de Nord se concentrait maintenant sur le paranormal ou encore sur la science-fiction.
"Do You Want to Know a Secret?" débute cette dernière offrande de Sztakics István Attila  avec ce mouvement de rythmes ascensionnel typique au genre Berlin School ambiant. Le séquenceur libère cette ligne de rythme qui monte et descends, trébuche et se relève dans une masse sonore bourrée de lents effets de réverbérations et d'orchestrations où errent quelques solos de synthé bien éparpillés dans cet univers d'éther et de mélancolie. Par moments, les orchestrations deviennent de grandes ailes sonores qui nous engloutissent dans un univers plus sibyllin que lyrique. En fait, le secret serait tu par des entités d'un univers parallèle que j'y croirais, tant c'est nébuleux et toujours en mode sépulcral. Les solos acuités et des accords graves nous guident vers la 2ième partie où "Do You Want to Know a Secret?" libère son secret dans un gros rock électronique de 5 minutes avant que la musique ne revienne dans les habitats de son introduction. La musique dans “Whispers” change de directions plus souvent qu'à son tour à l'intérieur de ses 4 titres, frôlant même un chaos et du tintamarre qui retrouve toujours l'essence de ses racines. Et "Hypnos" n'a rien des allures de musique ambiante que l'on aurait pensé. Le rythme est vif et cerné dans les chants spectraux du synthé et de ses solos. Les séquences sont vives et indisciplinées structurant ce rythme de rock acide qui tournoie dans le même sens que les chants spectraux et les spirales du synthé et de ses effets tributaires de sa vision d'outre-monde ou d'invasion d'extra-terrestres méchants. Plus calme et plus en mode Berlin School hypnotisant, la 2ième partie nous entraîne dans ces chuchotements qui souvent ne servent pas la cause d'une musique conçue pour un film de John Carpenter.
"Shadows" reste toujours dans cette enveloppe d'outre-monde avec une introduction bourrée d'effets de synthé Vangelis et d'autres effets qui mixent éléments de peur et électroniques. Une séquence scintille derrière cette muraille d'effets dramatiques avec un synthé et ses solos virevoltants comme étant absorbés par un œil de cyclone. Une autre séquence débute sa danse surréelle avec un battement continu qui trépigne vivement sur place, amenant "Shadows" dans une courte escapade rythmique qui en n'avait nullement besoin tant le décor rythmique stationnaire et les graffitis soniques d'un synthé et ses solos aussi contorsionnés qu'un acrobatique du Cirque du Soleil, restreignent sa vigueur. "It Was Just a Dream" reste le titre le plus cohérent de “Whispers”. Imagée dans les structures futuristes de Vangelis, l'introduction allie douceur et rigueur avec de beaux arpèges flottant dans ces brumes allégoriques. Un très beau piano chante avec les effets pleureurs du synthé, forgeant une belle structure de mélancolie très intense. J'aurais aimé que ça reste tel quel, car ça fait très Bernd Kistenmacher aussi, mais le séquenceur en décide autrement autour de la 4ième minute. Transportant les derniers vestiges de cette aubade nostalgique, il amène "It Was Just a Dream" vers un fascinant rock électronique où la portion symphonique de son introduction lance ses fractions dans une belle spirale rythmique qui est plus musicale, et plus étonnante, que celle de "Hypnos". Sauf qu'au final, "It Was Just a Dream" conclut un album qui est aussi à la hauteur de sa permutation vers l'étonnant univers de discorde autant que de cohésion qui structure les 60 minutes de “Whispers” dans l'absolu improbable. 

Sylvain Lupari 08/10/18