dimanche 9 décembre 2018

RUDOLF HEIMANN: TranceFusion (93-18)

 “TranceFusion requires a fairly open mind for a very diverse EM which slips quite often towards Rhythm & Groove beats”
1 Livin' on a Dream 7:01
2 Energy Fooled the Electrician 3:54
3 Fantasist's Mushroom Experience 8:36
4 Tequila Sunset 7:12
5 Trancefusion 8:08
6 On the Rebound 6:37
7 Smurfs in Space (VCO Edit) 14:07
8 Acid Drive 6:53
9 Leaving the Logic Sector 9:10
10 Track and Field 6:07

MellowJet Records|cdr-hm1802 (CD-R/DDL 77:35)
(EDM, E-Rock, Dance Music, etc...)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
Inspired primarily by Mike Oldfield and by Alan Parsons' progressive rock, Rudolf Heimann's universe shifts from electronic rock to synth-pop, Funk with a catchy bass, Rhythm & Groove and a more progressive electronic rock where some perfumes smell the music of Jethro Tull. The gap is big? Hum ... Imagine now when Rap and Techno are added! We have here a macedonia of genres whose disparity of styles is always difficult to encircle. Holger Stausberg (Guitars), Marc Schreiner (Acoustic Guitar), Uta Minzberg (Flutes), Ralf Schönenberg (Tenor Sax), Wiebke Troue (Violin), Geesche Troue (Viola), Damien v. Helsing (Bass), Dirk J. Müller (Hammond) and Bernd Rasche (Programming) are the guest musicians in the creation of “TranceFusion” which is actually the 3rd album of the German musician. Originally released on the Musique Intemporelle label in 1993, founded by Bernd Kistenmacher and which is now MIR, this album came back to the surface in 2006 on the SynGate label, which included a bonus track (John's Theme), and now on the MellowJet Records label, also with one more title (Track and Field) and remastered by Bernd Moonbooter Scholl on last September. But before going further, a statement is needed; open-mindedness and patience are required here! On the other hand, in this mishmash of styles, Rudolf Heimann always imposes a harmonious writing which facilitates the domestication of “TranceFusion”.
And that begins with "Livin' on a Dream" and its oneiric introduction which fades and floats for a stroboscopic momentum before landing on a rock mould à la like Phil Collins and whose guitar is very Mike Oldfield. One can easily compares the approach here to the commercial period of the British musician, from Five Miles Out to the Islands years. The saxophone dominates this pop-rock without voice. "Energy Fooled the Electrician" immerses us in the German countryside with a quite charming bucolic vision. String instruments rule on a music that reminds me of a good Mannheim Steamroller. With a title such as "Fantasist's Mushroom Experience", we are entitled to expect a totally crazy music? Well no! In a beautiful opening just as poetic as the opening title, the music transits between these atmospheres always very rustic to a nice slow tempo with a guitar and its poignant solos. The music is heavy, well packed by good percussion and as well wrapped in the caresses of a very discreet Hammond. The music of "Tequila Sunset" reflects the essence of its title. The bass is in Funky style, so the rhythm follows this trend? Not quite, the programming is excellent here with a very diverse rhythmic progression where all the instruments give a boost, the saxophone dominates just as much, to anchor itself to the evolution of the 7 minutes of "Tequila Sunset". It's lively and melodic and it's not quite my style. The title track begins with the leaping of a half-metallic and half-wooden ball that raises a heat wave stormed by percussions rattling and hands' clapping. A line of organic sequences introduces a rhythmic croak which jumps in Techno mode supported by a bouncy and catchy bass line. A very Schmoelling piano frees two lines; one which accompanies the beat and the other which establishes the melodious parameters of "Trancefusion". Among the usual effects of EM, others focused on a more abstract music, even orchestral, and on a Funk movement. The 8 minutes of this title-piece explains what “TranceFusion” is made of.
"On the Rebound" is the Rythm & Groove title of the Rudolf Heimann's 3rd album. I searched for the presence of Earth, Wind & Fire here ... not found it! Definitely not my type! "Leaving the Logic Sector" is pretty much in the same genre with lots of vocals and vocal effects of Rap style performed by Kali Orexi, BIG B., Angie and John Paul II. "Smurfs in Space (VCO Edit)" is a good and purely EM title. The rhythm is forged on a complicity between the sequencer and electronic percussions. It skips forming hesitant zigzags and a harmonic structure, it reminds me of Peter Baumann in Trans Harmonic Nights. The structure evolves finely with good electronic assets, including a nice melancholic synth approach. Arpeggios tinkle while embracing a structure of rhythm which accelerates a little the pace without ever overflowing towards an explosive structure. This is a good electronic rock decorated very simply. All the opposite of "Acid Drive" which is a good mix of electronic rock and bucolic rock molded into a very Jethro Tull vision. The flute and the guitar are very active, we even have a very wild solo from Holger Stausberg and a softer one performed by Uta Minzberg's flute. "Track and Field" is the bonus track of this reissue of “TranceFusion” on MellowJet Records and it's really in the spirit of Bernd Scholl's EDM. The rhythm twirls like a stroboscopic spinning-top with a good play of stroboscopic sequences and percussions which are very much in the tone. The synth turns its solos into saxophone chants in a good electronic coating specific to the Moonbooter signature. This is one of the best titles of this album which, as described above, requires a fairly open mind for a very diverse EM and which slips quite often towards Rhythm & Groove beats. Me? I only keept a few titles that I inserted into my iPod!
Sylvain Lupari (January 9th, 2018) *****

synth&sequences.com
You will find this album on MellowJet Records shop
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Inspiré principalement par le rock progressif de Mike Oldfield et Alan Parsons, l'univers de
Rudolf Heimann transite entre le rock électronique aux saveurs de synth-pop, de Funk avec une basse très accrocheuse, de Rythm & Groove et de rock électronique plus progressif où certaines essences croisent du Jethro Tull. L'écart est grand? Hum… Imaginez maintenant lorsque du Rap et du Techno s'ajoutent! Nous avons là une macédoine des genres dont la disparité des styles est toujours difficile à cerner. Holger Stausberg (Guitares), Marc Schreiner (Guitare acoustique), Uta Minzberg (Flutes), Ralf Schönenberg (Sax tenor), Wiebke Troue (Violon), Geesche Troue (Alto), Damien v. Helsing (Basse), Dirk J. Müller (Hammond) et Bernd Rasche (Programmation) sont les musiciens invités dans la création de “TranceFusion” qui est en réalité le 3ième album du musicien Allemand. Initialement paru sur l'étiquette Musique Intemporelle en 1993, fondée par Bernd Kistenmacher et qui devenu MIR aujourd'hui, l'album est revenu à la surface en 2006 sur l'étiquette SynGate, qui incluait un titre boni (John's Theme), et maintenant sur le label MellowJet Records, aussi avec un titre de plus (Track and Field) et remasterisé par Bernd Moonbooter Scholl en Septembre dernier. Mais avant d'aller plus loin, un constat s'impose; de l'ouverture d’esprit et de la patience sont requis ici! Par contre dans ce micmac des genres, Rudolf Heimann impose toujours une écriture harmonieuse qui facilite la domestication de “TranceFusion”.
Et cela débute avec "Livin' on a Dream" et son introduction onirique qui s'évanouit dans un élan stroboscopique avant d'atterrir sur un rock genre Phil Collins et dont la guitare fait très Mike Oldfield. On peut aisément comparer l'approche à la période commerciale du musicien Britannique, années Five Miles Out à Islands. Le saxophone domine ce pop-rock sans voix. "Energy Fooled the Electrician" nous plonge dans la campagne Allemande avec une vision bucolique tout à fait charmante. Les instruments à cordes dominent sur une musique qui me fait penser à un bon Mannheim Steamroller. Avec un titre tel que "Fantasist's Mushroom Experience", on est en droit de s'attendre à une musique tout à fait déjantée? Eh bien non! Dans une belle ouverture toute aussi poétique que le titre d'ouverture, la musique transite entre ces ambiances toujours très champêtres vers un beau slow avec une guitare et ses solos poignants. La musique est lourde, bien tassée par de bonnes percussions et aussi bien emmitouflée dans les caresses d'un Hammond bien discret. La musique de "Tequila Sunset" reflète l'essence de son titre. La basse est Funky, donc le rythme suit cette tendance? Pas tout à fait, la programmation est excellente ici avec une progression rythmique très diversifiée où tous les instruments donnent un coup de pouce, le saxophone domine tout autant, afin de bien s'ancrer à l'évolution des 7 minutes de "Tequila Sunset". C'est enlevant et mélodique et ce n'est pas tout à fait dans mon genre. La pièce-titre débute par le bondissement d'une bille à demi métallique et à demi en bois qui soulève une onde de chaleur prise d'assaut par les cliquetis de percussions et des effets de mains claquantes. Une ligne de séquences organiques instaure un croassement rythmique qui sautille en mode Techno soutenu par une ligne de basse bondissante et entraînante. Un piano très Schmoelling libère deux lignes; une qui accompagne le rythme et l'autre qui établit les paramètres mélodieux de "Trancefusion". Entre les effets usuels de la MÉ, d'autres axés sur une musique plus abstraite, voire orchestrale, et un mouvement Funk. Les 8 minutes de cette pièce-titre explique à elle seule de quoi est fait “TranceFusion”. "On the Rebound" est le titre Rythm & Groove du 3ième album de Rudolf Heimann. J'ai cherché la présence de Earth, Wind & Fire ici…pas trouvé! Définitivement pas mon genre! "Leaving the Logic Sector" est assez dans le même genre avec beaucoup de voix et d'effets de voix de style Rap performés par Kali Orexi, BIG B., Angie et John Paul II. "Smurfs in Space (VCO Edit)" est un bon titre purement de MÉ. Le rythme est forgé sur une complicité entre le séquenceur et les percussions électroniques et sautille en formant des zigzags hésitants et une structure harmonique, ça me fait penser à Peter Baumann dans Trans Harmonic Nights. La structure évolue finement avec de beaux atouts électroniques dont une belle approche de synthé mélancolique. Des arpèges tintent tout en épousant une structure de rythme qui accélère un peu la cadence sans jamais pour autant déborder vers une structure explosive. Il s'agit d'un bon rock électronique décoré bien sobrement. Tout le contraire de "Acid Drive" qui est un bon mélange de rock électronique et de rock bucolique moulé dans une vision très Jethro Tull. La flûte et la guitare sont très actives, on a même droit à un solo très endiablé de Holger Stausberg et un autre plus doux performé par la flûte d'Uta Minzberg. "Track and Field" est le titre boni de cette réédition de “TranceFusion” sur MellowJet Records et c'est vraiment dans l'esprit de la EDM de Bernd Scholl. Le rythme tournoie comme une toupie stroboscopique avec un bon jeu de séquences stroboscopiques et de percussions très dans le ton. Le synthé transforme ses solos en chants de saxophone dans un bel enrobage électronique propre à la signature Moonbooter. C'est un des meilleurs titres de cet album qui, comme décrit plus haut, demande une assez grande ouverture d'esprit pour une MÉ très diversifiée qui glisse assez souvent vers le Rythm & Groove. Moi? Je ne conserve que quelques titres que j'ai inséré dans mon iPod

Sylvain Lupari 09/12/18

vendredi 7 décembre 2018

ROBERT SCHROEDER: Spaceland (2018)

“From start to end this Spaceland is Robert Schroeder's best album since a good while. Period!”

1 Space Discovery 12:07
2 Dream Garden 6:41
3 Terraforming 9:14
4 Ozone 6:19
5 Mineral Extractor 5:32
6 Upcoming Life 4:34
7 Dream Garden Ext 11:45
8 Transmission 13:12

Spheric Music ‎| SMCD-2039 (CD 69:28)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
Already a 39th solo album, yes he also made albums in duet with Double Fantasy which later became Food For Fantasy, for Robert Schroeder! And what this “Spaceland” is made of? It's not "Space Discovery" that gives us the answer! Slow footsteps, a fence that is opened by hurting its hinges. The doors of the cosmos open with a sound explosion that lets its reverberations spread a trail of cosmic fog. "Space Discovery" puts us immediately in the vibes of “Spaceland”! With sound effects always very stylized, chimes brewed by a gentle caress and synth solos always bursting with futuristic saxophone tones; Schroeder's signature shine of its thousand sonic fires in an introduction worthy of an interplanetary tale. The solos extricate themselves from synths, always ahead of their time, and groan with songs that stretch their laments in hoarse voice effects or long acrobatic twists. The multiplicity of solos and synth effects here are as tasty as they are poisonous to my ears. If the synths are charming, hushed beats and percussive chords are just as much. They blow a smooth and floating cadence adjusted by torn sequences between rhythm and harmonies. This structure reinterprets a Berlin School that we heard moons ago. In fact, the movement of the sequencer is lunar, even if painted of a modern touch, and that puts a little life at our feet. The chthonic voices are penetrating, mesmerizing whereas this voice of an Elf of the Enchanted Woods groans to make us dream in this musical setting that gradually deviates to a phase of Chill Out, then Space Rock with strong percussive effects, shivering riffs and staccato voice effects which always reminds us that one should never takes anything for granted in the world of Robert Schroeder. The musician of Aachen likes to surprise his public by transiting between the different periods and especially the styles that he deepened, and even initiated, during his impressive career. But the common thread is good and we already know that the other 7 titles of “Spaceland” will be at our expectations. And no, "Space Discovery" is far from representative of the next 58 minutes! The mechanical fog and the remaining voices pull the finale towards the fascinating special effects of "Dream Garden" opening. Two lines of percussive sequences trace a haunting pattern where the modern and the retro merge into an opening built on relationships between different percussion approaches. One plunges easily into the fantasies of the German musician here with this vision of the intergalactic Caribbean. Fog and synth solos in mode celestial song deepening the fields of charm of this title whose percussions dominate throughout the 7 minutes. This rhythm of cosmic feast evaporates in the atmospheres of astral contaminations which ignite the first 4 minutes of "Terraforming". The introduction is intense with an opaque nebulous haze where dull knocks pulsate and where synth solos float whose astral chants drift in a zone petrified by a radioactive mass of sound. These atmospheres move gradually towards a delicate lunar ballad with charming riffs. This title evolves fairly quickly for its 9 minutes with a short approach of the kind up-tempo before returning to the ashes of its opening.
"Ozone" follows with a similar approach. This time, they are riffs of sequences that gambol lovingly in a much more oneiric context. Synth layers spread a comfortable anesthetic mist and brief incomplete arias. Percussive effects still hang in the scenery of “Spaceland” and they animate the structure of "Ozone" which goes to a sweet mid-tempo where the melody hangs even more with thin lines of seraphic voices. This 39th opus of Robert Schroeder scrolls in a beautiful musical tale without interruption. Each bridge between the 9 titles is thus decorated with meticulousness, plunging the listener into a world of sound discoveries. This is how "Mineral Extractor" is prepared! The impression of being in a cave is omnipresent with these pulsations whose echoes resound in the seeps of the walls. Percussive riffs soaked with white noises whirl deliciously between my speakers, nourishing my listening room with a contemplative richness. This brief incarnation of rhythm may last for a few breaths that I'm still under the spell when muffled beats, in mode Techno for sleeping souls, are also extinguished in a lunar sky where sparks an ambient melody which plunges my dreams in the beautiful "Upcoming Life". This charming moon lullaby presents astral songs that match their emotions with the very Bohemian synth of the one who gave us the imposing Harmonic Ascendant in 1979. Gently, this lullaby illuminated by the caress of the arpeggios in glass goes off in a dried snap (I also jumped here) in order to plunge us in the splendid universe of "Dream Garden Ext" and in the last stretch of “Spaceland”. We enter here in the period that many are fond of; the Berlin School style of the early 80's where Schroeder aligned jewels which have marked those years. Reverberant waves, sound crashes, organic and/or whimsical woods sequences, symphonic percussions and other sound effects of impressive quality; "Dream Garden Ext" progresses in a world haunted by remarkable percussive effects. The synth sharpens sonic blades which cut out the atmosphere while the rhythm follows a form of hip-hop which waddles in a strange forest of sounds. This rhythm becomes more fluid. Always remaining in the parameters of the Berlin School, it defines a similarly melodic approach that charms under immense layers of chthonic voices. Evolutionary, the movement forces a good electronic rock copiously sprinkled with solos with tones unique to Robert Schroeder. "Transmission" ends this album in splendor with a heavy and incisive movement that welcomes solos and a sweet melody whistled by a synth with multiple creative functions. "Transmission" finishes in cosmic mist banks, concluding without a doubt one of Robert Schroeder's best albums since a good while.
Sylvain Lupari (December 7th, 2018) ****½*

synth&sequences.com
Available at Spheric Music
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Déjà un 39ième album solo, oui il a aussi fait des albums en duo avec Double Fantasy qui est devenu par la suite Food For Fantasy, pour Robert Schroeder. Et de quoi est fait ce “Spaceland”? Ce n'est pas "Space Discovery" qui nous donne la réponse! Des bruits de pas lents, une clôture qu'on ouvre en faisant souffrir ses gonds. Les portes du cosmos s'ouvrent avec une explosion sonore qui laisse ses réverbérations répandre une trainée de brouillard cosmique. "Space Discovery" nous place tout de suite dans les ambiances de “Spaceland”! Avec des effets sonores toujours très stylisés, des carillons brassés par une douce caresse et des solos de synthé toujours gorgés de ces tonalités de saxophones futuristes; la signature Schroeder resplendie de ses milles feux sonores dans une introduction digne d'un conte interplanétaire. Les solos s'extirpent de synthés, toujours en avant de leurs temps, et s'égosillent avec des chants qui étirent leurs complaintes dans des effets de voix éraillées ou encore de longues torsades acrobatiques. La multiplicité des solos et des effets de synthé ici est aussi savoureuse qu'hautement toxique pour mes oreilles. Si les synthés sont de charme, les battements feutrés et les accords percussifs le sont tout autant. Ils soufflent une cadence douce et flottante ajustée par des séquences déchirées entre le rythme et les harmonies. Cette structure reluque un Berlin School que l'on a entendu il y a des lunes, en fait le mouvement du séquenceur est lunaire, même peinte d'une approche moderne, et qui met un peu de vie à nos pieds. Les voix chthoniennes sont pénétrantes, envoûtantes alors que cette voix d'Elfe des bois enchantés gémit à faire rêver dans ce décor musical qui graduellement dévie vers une phase de Chill Out, puis de Space Rock avec de solides effets percussifs, des riffs chevrotants et des effets de voix en staccato qui nous rappelle toujours qu'il ne faut jamais prendre rien pour acquis dans l'univers de Robert Schroeder. Le musicien d'Aachen aime surprendre son public en transitant entre les différentes époques et surtout les styles qu'il a approfondis, et même initiés, au fil de son impressionnante carrière. Mais le fil conducteur est bon et on sait déjà que les 7 autres titres de “Spaceland” seront à la hauteur. Et non, "Space Discovery" est loin d'être représentatif des 58 prochaines minutes! Le brouillard mécanique et des restants de voix traînent la finale vers les fascinants effets spéciaux de l'ouverture de "Dream Garden". Deux lignes de séquences percussives tracent une envoûtant pattern où le moderne et le rétro fusionnent dans une ouverture construite sur des rapports entre différentes approches de percussions. On plonge aisément dans les fantaisies du musicien Allemand ici avec cette vision des Caraïbes intergalactiques. De la brume et des solos de synthés en mode chants célestes approfondissent les champs de charme de ce titre dont les percussions dominent tout au long des 7 minutes. Ce rythme de fête cosmique s'évapore dans les ambiances de contaminations astrales qui embrasent les 4 premières minutes de "Terraforming". L'introduction est intense avec une opaque brume nébuleuse où pulsent des cognements sourds et où flottent des solos de synthé dont les chants astraux dérivent dans une zone pétrifiée par une masse sonore radioactive. Ces ambiances se déplacent peu à peu vers une délicate ballade lunaire avec des riffs charmeurs. Ce titre évolue assez rapidement pour ses 9 minutes avec une courte approche du genre up-tempo avant de revenir sur les cendres de son ouverture.
"Ozone" suit avec une approche similaire. Cette fois-ci, ce sont des riffs de séquences qui gambadent amoureusement dans un contexte nettement plus onirique. Les nappes de synthé dégagent une confortable brume anesthésiante ainsi que de brèves arias incomplètes. Des effets percussifs traînent toujours dans les décors de “Spaceland” et ils animent la structure de "Ozone" qui file vers un doux mid-tempo où la mélodie accroche encore plus avec des filets de voix séraphiques. Ce 39ième opus de Robert Schroeder défile en un beau conte musical sans interruption. Chaque pont entre les 9 titres est ainsi décoré avec minutie, plongeant l'auditeur dans un univers de découvertes sonores. C'est de cette façon que se prépare "Mineral Extractor"! L'impression d'être dans une grotte est omniprésente avec ces pulsations dont les échos résonnent dans les suintements des parois. Des riffs percussifs imbibées de bruits blancs tournoient délicieusement entre mes haut-parleurs, nourrissant ma pièce de musique d'une richesse contemplative. Cette brève incartade de rythme a beau durer le temps de quelques respirations que j'en suis toujours sous les charmes lorsque des battements sourds, en mode Techno pour âmes dormeuses, s'éteignent aussi dans un ciel lunaire où scintille une mélodie ambiante qui plonge mes rêves dans le très beau "Upcoming Life". Cette belle berceuse lunaire présente des chants astraux qui jumellent leurs émotions avec le synthé très Bohème de celui qui nous a donné l'imposant Harmonic Ascendant en 1979. Doucement, cette berceuse illuminée par la caresse des arpèges en verre s'éteint dans un claquement sec (j'ai d'ailleurs sursauté ici) afin de nous plonger dans le splendide univers de "Dream Garden Ext" et dans le dernier droit de “Spaceland”. On entre ici dans la période que plusieurs affectionnent; le style Berlin School du début des années 80 où Schroeder alignait des joyaux qui ont qui ont marqué ces années. Ondes réverbérantes, fracas sonores, séquences organiques et/ou de bois fantaisistes, percussions symphoniques et autres effets sonores d'une impressionnante qualité; "Dream Garden Ext" progresse dans un univers tarabusté par de remarquables effets percussifs. Le synthé aiguise des lames soniques qui découpent les ambiances alors que le rythme épouse une forme de hip-hop qui se dandine dans une étrange forêt de sons. Ce rythme devient plus fluide. Restant toujours dans les paramètres du Berlin School, il définit une approche tout autant mélodique qui charme sous d’immenses strates de voix chthoniennes. Évolutif, le mouvement force un bon rock électronique copieusement arrosé de ses solos aux tonalités unique à Robert Schroeder. "Transmission" conclut cet album en splendeur avec un mouvement ascendant lourd et incisif qui accueille des solos et une très belle mélodie sifflotée par un synthé aux multiples fonctions créatives. "Transmission" fini dans des bancs de brume cosmique, concluant sans aucun doute un des meilleurs albums de Robert Schroeder depuis un bail.

Sylvain Lupari 07/12/18 

jeudi 6 décembre 2018

BERNHARD WÖSTEINRICH: Elsewhere (2018)

“Hard to tame? Of course! But it’s Bernhard Wöstheinrich and Elsewhere will take you to territories that you will have difficulty selling and justifying but only for you”

1 Weisses Venn 18:22
2 Quenhorn 17:30
3 Pixel 15:43
4 Sandknapp 17:09

Iapetus Music (LP/CD/DDL 63:48)
(Experimental & Modern Krautrock)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
A fascinating electronic dialect chirps like an alien bird opens "Weisses Venn". This sung language of cyborg comes and goes again and again, multiplying its layers which form an endless loop from which other forms of synthesized chirping also escape. Muffled pulsations form a zone of resonance, thus covering with an electronic heat this strange concerto for babble of non-identifiable cherubim. This kaleidoscopic loop progresses between jingles and clouds of electronic fog where these voices without identities wander. Becoming insistent and amplified, the pulsations structure an ambient rhythm that undulates in these banks of syncretic fog while amphigouri without borders gradually loses its vitality and finally disappear around 9 minutes. Bernhard Wöstheinrich puts the listener in front of his ambiances identified as a source of the Berlin School with a round and juicy pulse which throbs in a setting very close to Klaus Schulze's. Percussive effects peck this bass line with strong hypnotic resonance, which puts my ears in appetite. This 2nd phase of "Weisses Venn" remains in full uncertainty, even if elements of rhythm attempt a rhythmic resuscitation. Chords ring like an ill-fitting carousel which is struggling to turn, while the decor still breathes from those analog years. These chords will become the last harmonic phase of this long title which opens a hard album to tame. Recorded live in studio sessions, “Elsewhere” is the album that the German musician absolutely wanted to do since he heard Zeit from Tangerine Dream in the late 80's. Pressed vinyl on a double-album, this album mixed by Markus Reuter, faithful companion of Bernhard Wöstheinrich for moons, offers nearly 70 minutes of an EM which flirts with Krautrock experiments. And when I mention experiments, I'm hardly exaggerating. This very progressive music is also inspired by the Berlin School model with 4 long evolutionary structures animated by sequenced beats whose minimalist forms welcome a plethora of sound effects that require some listening to defend their charms close to our ears. But are we really surprised at this, considering that Bernhard Wöstheinrich has always been on the sidelines of any commercialization of his works? An example? "Quenhorn"!
Its introduction is chloroformed of these oblong endless lamentations, like a fight between the melancholy of cello strings and the coldness of the synthesizer blades, which shear up the ambiences of a metallic tone. The sequencer gets into battle and boosts an anti-beat rhythm with inarticulate sequences that get grafted into spasmodic impulses as violent as wild horse kicks which are strongly intoxicated. Despite the din of the sound razor blades, a glow of comfort emerges with foggy caresses (I hear voices?) trying to breathe in a lull in this series of endless kicks. The desynchronization of this man-orchestra meets a moment of serenity around the 9th minute, with a music woven for an oasis, although a short moment of lost beats opposes it, which lasts up until the finale of "Quenhorn". "Pixel" is the most musical, and the silkiest, moment of “Elsewhere”. Acrimony, the movement unfolds its contradictory vision between its beats which refuse any form of symbiosis with the splendor of the seraphic layers waltzing with our conscience. Gradually, a form of mutualism ties up the two entities. "Sandknapp" is also made of strangeness and of eclectic sounds in its composition which is differentiated by its approach much more experimental of this last opus of Wöstheinrich. The line of rhythm crawls with its fascinating sequenced pulsations which try to appropriate a dialect as heterogeneous as that of "Weisses Venn". Except that its fluidity gives it a sensual aspect that can easily be compared to a spiritual dance of an implacable blackness. Here again, this mixture of haze and voice which surrounds this anesthetic dance gives a delicate and seraphic approach to ambiences which are also embellished by synth lines with an apocalyptic design. Finally, it's my vision and I'm sure yours will be different! But one thing is sure; the music of this “Elsewhere” will take you to territories that you will have difficulty selling and justifying to those who will look at you with frowning eyebrows and incredulous ears.
Sylvain Lupari (December 6th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Iapetus Music's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Un fascinant dialecte électronique pépie comme un oiseau extra-terrestre en ouverture de "Weisses Venn". Ce langage chanté de cyborg va et vient à répétition, multipliant ses strates qui forment une boucle sans fin d'où s’échappent aussi d'autres formes de gazouillis synthétisés. De sourdes pulsations forment une zone de résonnance, recouvrant ainsi d'une chaleur électronique cet étrange concerto pour babillages de chérubins non-identifiables. Cette boucle kaléidoscopique progresse entre des tintements et des nuages de brouillard électronique où errent ces voix sans identités. Devenant insistantes et amplifiées, les pulsations structurent un rythme ambiant qui ondulent dans ces bancs de brouillard syncrétique alors que l'amphigouri sans frontières perd peu à peu de sa vitalité pour finalement disparaître autour des 9 minutes. Bernhard Wöstheinrich met ainsi l'auditeur en face de ses ambiances identifiées comme une source de la Berlin School avec une pulsation ronde et juteuse qui palpite dans un décor très près de Klaus Schulze. Des effets percussifs picorent cette ligne de basse à forte résonnance hypnotique, ce qui met mes oreilles en appétit. Cette 2ième phase de "Weisses Venn" reste en pleine incertitude, même si des éléments de rythme tente une réanimation rythmique. Des accords tintent comme un carrousel mal-ajusté qui peine à tourner, alors que le décor respire toujours de ces années analogues. Ces accords deviendront la dernière phase harmonique de ce long titre qui ouvre un album très difficile à apprivoiser. Enregistré en direct lors de sessions studio, “Elsewhere” est l'album que le musicien Allemand voulait absolument faire depuis qu'il a entendu Zeit de Tangerine Dream à la fin des années 80. Pressé en vinyle sur un double-album, cet album mixé par Markus Reuter, fidèle compagnon de Bernhard Wöstheinrich depuis des lunes, propose près de 70 minutes d'une MÉ qui flirte avec les expérimentations du Krautrock. Et lorsque je mentionne expérimentations, j'exagère à peine. Cette musique très progressive s'inspire aussi du modèle Berlin School avec 4 longues structures évolutives animées par des battements séquencés dont les formes minimalistes accueillent une pléthore d'effets sonores qui demandent quelques écoutes afin de défendre leurs charmes auprès de nos oreilles. Mais sommes-nous vraiment surpris de ce fait, considérant que Bernhard Wöstheinrich a toujours été en marge d'une quelconque commercialisation de ses œuvres? Un exemple? "Quenhorn"!
Son introduction est chloroformée d'oblongues lamentations sans fin, comme un combat entre la mélancolie des cordes de violoncelles et la froideur des lames de synthé, qui cisaillent les ambiances d'une tonalité métallique. Le séquenceur se met en bataille et pistonne un rythme anti-beat avec des séquences inarticulées qui se greffent dans des élans spasmodiques aussi violents que des ruades de chevaux sauvages et qui sont fortement intoxiqués. Malgré le tintamarre des lames de rasoir sonore, une lueur de confort émerge avec des caresses brumeuses (j'entends des voix?) qui tentent d'insuffler une accalmie à cette suite de ruades sans fin. La désynchronisation de cet homme-orchestre rencontre un banc de sérénité autour de la 9ième minute, avec une musique tissée pour un oasis, bien qu'un court moment de battements égarés s'y oppose, qui dure jusqu’à la finale de "Quenhorn"."Pixel" est le moment le plus musical, et le plus soyeux aussi, de “Elsewhere”. Acrimonie, le mouvement déploie sa vision contradictoire entre ses battements qui refusent toute forme de symbiose avec la splendeur des nappes séraphiques qui valsent avec notre conscience. Peu à peu, une forme de mutualisme attache les deux entités. "Sandknapp" est aussi fait d'étrangeté et d'éclectisme sonore dans sa composition qui se différencie par son approche nettement plus expérimentale de ce dernier opus de Wöstheinrich. La ligne de rythme rampe avec ses fascinantes pulsations séquencées qui tentent de s'approprier un dialecte aussi hétéroclite que celui de "Weisses Venn". Sauf qu'ici sa fluidité lui donne un aspect sensuel que l'on peut aisément comparé à une danse spirituelle d'une noirceur implacable. Encore ici, ce mélange de brume et de voix qui enserre cette danse anesthésiante donne une approche délicate et séraphique aux ambiances qui sont aussi agrémentées par des lignes de synthé au dessein apocalyptique. Enfin, c'est ma vision des choses et je suis certain que la vôtre sera différente! Mais une chose est certaine, c'est que la musique de ce “Elsewhere” vous amènera dans des territoires que vous aurez de la difficulté à vendre et à justifier à ceux qui vont regarderont les sourcils froncés et les oreilles incrédules.

Sylvain Lupari 06/12/18

mercredi 5 décembre 2018

ALLUSTE: Quantum Atmospheres (2018)

“Quantum Atmospheres is a true little bombshell of charms and daring, this collection of 8 tracks offers a wide range of music styles from  Psybient moods to solid New Berlin School”

1 Diamond Defects 6:26
2 Breaking Symmetries 11:07
3 Fundamental Symmetries 5:46
4 Runchana Theme (album version) 6:24
5 Secrets of Matter 6:16
6 Quantum Atmospheres 9:43
7 Zone of Influence 6:37
8 Time Crystal 6:35

Alluste Music (DDL 58:57)
(Retro & Neo Berlin Schools)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
Who follows Alluste's career since the release of Constellation in 2008 already had knowledge of the immense potential of the Italian synthesist. And from album to album, this intuition became a certainty. Evolving constantly within its parameters; at the level of time, knowledge and equipment, Piero Monachello offered albums where beautiful musical pearls slept. If Tunnels in Time-Space stigmatized his place among the elite of EM, “Quantum Atmospheres” goes even further by becoming the absolute album of Alluste. A true little bombshell of charms and daring, this collection of 8 tracks offers a wide range of music with Piero Monachello as a weaver of ear worm who plunges into the Psybient moods while keeping the course on the New Berlin School that he knew brilliantly how to preserve it in an evolutionary approach.
A series of fragile arpeggios which tinkle with an eroded glass tone opens up the delightful ambient ballet of "Diamond Defects". Imperfect, this sequence-based ritornello spins in staggering. Attempting to cling to the mists, she evaporates candidly to make room for a melody that turns into solos of a synth as melancholy as those notes that have already replaced her. Despite an increasingly steady pulse that has been grafted in it slyly, the structure of "Diamond Defects" remains ambient, preferring to enrich our ears than to move our legs. Ambient and melodiously mysterious, "Breaking Symmetries" is my first blow-of-heart! The nebulous haze is at the rendezvous. And its mysterious breezes cover an intro where is waking up a synth line woven in fine astral undulations. Noises light out a psybient ambience while a muffled pulsation animates a slow and constant rhythm. Felted percussive effects are popping up everywhere, while another line emerges with some delicious stellar kickings. It's like seeing the signs of the Zodiac clashing in the interstellar nothingness. The echo responds to this rhythm that needs all these effects to survive. The mist thickens, becoming almost lyrical, while clatters get in and another line of sequences stigmatizes a rhythmic melody which rings with resonant clarity in the seraphic thin lines of voices. A fascinating title inspired by this fusion Psybient and Berlin School from the Belgian School's recent outbreak.
It's in this creative sonic scheme that the 59 minutes of “Quantum Atmospheres” take place. If the title of this album suggests any link with the last direction of Tangerine Dream, it is with "Fundamental Symmetries" that we notice it first. The sequencer adopts these delicious dislocated movements of Chris Franke and the percussions structure an electronic rock very close to the last years of the Dream. Ditto for "Runchana Theme (Album Version)", an ambient ballad, offered on free download since last October here,  nestled in a nest of sequences teeming with static spasms. This melodious approach is full of effects and riffs that cannot deny the influences of Tangerine Dream on Piero Monachello. "Secrets of Matter" stays in the same vein with a ballet of slowly spinning sequences, while the melody comes and goes in an approach reminiscent of the mysteries of Wavelength or Near Dark. The title-track is my second favorite with frivolous sequences that dance taps in the warm resonance of a line of bass pulsations. Voice effects add a surreal dimension to this fascinating rhythmic structure that trades its indiscipline for a more melodic approach. The synth pours harmonic solos with a hoarse tint, adding to mysticism in a fairly Vangelis structural setting. The movement is developing its 10 minutes with an evolutionary approach, including a more incisive pace that plays sneakily with our appetite for a creative sequencer. And the Italian synth wizard responds clearly to this appetite. Two lines intersect their rhythmic visions under a sky cracked by lines with metallic tones, the galloping and bouncing cadence of "Zone of Influence" is in the purest Alluste tradition. "Time Crystal" finishes his quite solid last opus in a very Moonbooter mold. The melody is catchy and poignant. She weaves her imposing earworm on an ambient Techno structure with a breathtaking finale. Yes, this is Alluste's best album who has no fear of getting out of his comfort zone with this “Quantum Atmospheres”.
Sylvain Lupari (December 5th, 2018) ****¼*

synth&sequences.com
Available on Alluste Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Qui suit la carrière d'Alluste depuis la parution de Constellation en 2008 connaissait déjà l'immense potentiel du synthésiste Italien. Et d'album en album, cette intuition devenait une certitude. Évoluant constamment à l'intérieur de ses paramètres; tant au niveau temps, connaissance et équipements, Piero Monachello offrait des albums où dormaient de belles petites perles musicales. Si Tunnels in Time-Space stigmatisait sa place parmi l'élite de la MÉ, “Quantum Atmospheres” va encore plus loin en devenant l'album absolu d'Alluste. Véritable petite bombe de charmes et d'audace, cette collection de 8 titres propose un large éventail musical avec un Piero Monachello tisseur de ver d'oreille qui plonge dans le psybient tout en gardant le cap sur le New Berlin School qu'il a su brillement conservé dans une approche évolutive.
Une série d'arpèges fragiles qui tintent avec une tonalité de verre érodé ouvre le délicieux ballet ambiant de "Diamond Defects". Imparfaite, cette ritournelle séquencée tournoie en titubant. Tentant de s'accrocher aux brumes, elle s'évapore candidement pour laisser la place à une mélodie qui se transforme en solos d'un synthé aussi mélancolique que ces notes qui ont déjà remplacé la ritournelle. Malgré une pulsation de plus en plus soutenue qui s'est greffé sournoisement, la structure de "Diamond Defects" reste ambiante, préférant enrichir nos oreilles que faire bouger nos jambes. Ambiant et mélodieusement mystérieuse, "Breaking Symmetries" est mon premier coup de cœur! La brume nébuleuse est au rendez-vous. Et ses souffles mystérieux recouvrent une intro où s'éveille une ligne de synthé tissée dans de fines ondulations astrales. Des bruits allument une ambiance psybient alors qu'une sourde pulsation anime un rythme lent et constant. Des effets percussifs feutrés éclatent un peu partout, tandis qu'une autre ligne émerge en effectuant de savoureuses ruades stellaires. C'est comme voir les signes du Zodiaque s'affronter dans le néant intersidéral. L'écho répond à cette rythmique qui a besoin de tous ces effets pour survivre. La brume s'épaissit, devenant quasiment lyrique, alors que des cliquetis s'invitent et qu'une autre ligne de séquence stigmatise une mélodie rythmique qui tinte avec une clarté résonnante dans des filets de voix séraphiques. Un titre fascinant inspiré de cette fusion Psybient et Berlin School de l'éclosion Belge.
C'est dans ce créatif schéma sonique que se déroule les 59 minutes de “Quantum Atmospheres”. Si le titre de cet album laisse présager un lien quelconque avec la dernière direction de Tangerine Dream, c'est avec "Fundamental Symmetries" qu'on le remarque en premier. Le séquenceur épouse ces délicieux mouvements disloqués de Chris Franke et les percussions structurent un rock électronique très près des dernières années du Dream. Idem pour "Runchana Theme (Album Version)", une ballade ambiante nichée dans un nid de séquences grouillant de spasmes statiques et qui est disponible gratuitement depuis Octobre dernier ici. Cette approche mélodieuse est bourrée d'effets et de riffs qui ne peuvent nier les influences de Tangerine Dream sur Piero Monachello. "Secrets of Matter" reste dans le même genre avec un ballet de séquences qui tournoient lentement, alors que la mélodie va et vient dans une approche qui rappelle un peu les mystères de Wavelength ou encore de Near Dark. La pièce-titre est mon deuxième coup de cœur avec des séquences frivoles qui dansent des claquettes dans les chaudes résonnances d'une ligne de basses pulsations. Des effets de voix ajoutent une dimension surréaliste à cette fascinante structure rythmique qui troque son indiscipline pour une approche plus mélodique. Le synthé verse des solos harmoniques avec une teinte éraillée, ajoutant au mysticisme dans un cadre structurel assez Vangelis. Le mouvement développe bien ses 10 minutes avec une approche évolutive, dont une cadence plus incisive qui joue sournoisement avec notre appétit pour un séquenceur créatif. Et le synthésiste Italien répond sans ambages à cette appétence. Deux lignes entrecroisent leurs visions rythmiques sous un ciel lézardé de lignes aux tonalités métalliques, la cadence galopante et bondissante de "Zone of Influence" est dans la plus pure tradition Alluste. "Time Crystal" termine son solide dernier opus dans un moule très Moonbooter. La mélodie est accrocheuse et poignante. Elle tisse son imposant ver d'oreille sur une structure de Techno ambiant avec une finale à couper le souffle. Oui, le meilleur album d'Alluste qui n'a aucune crainte à sortir de sa zone de confort avec dans ce “Quantum Atmospheres”.

Sylvain Lupari 04/12/18

lundi 3 décembre 2018

AXESS: Seashore

“Seashore is a nice collection of 7 titles with moods as light as the rhythmic structures that animate them”
1 Olympus Mons 10:34
2 Snowflakes 9:26
3 Pure Obsession 10:24
4 Seashore 12:08
5 La Luna 10:46
6 Tranquility Base 8:57
7 In Orbit 8:38

Spheric Music | SMCD 8013 (CD 71:05)
(Chill Out, Down-tempos)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
When the Spheric Music label announced this summer that a new Axess album was planned for the fall, this news had delighted many fans of the Berlin School style. And that's quite normal since Axel Stupplich, whether with Pyramid Peak, Pyramaxx or Axess, is handling the Berlin School style with a superb rhythmic and melodic vision. But then, after the secret aired out, we learned that “Seashore” was oriented to a Chill Out style in the genre of Mind Over Matter (sic!) or Café Del Mar. Mind Over Matter? It's okay! Café Del Mar? I'm not really sure to have affinities with this genre ... Except that after a few plays, which have flowed so easily, I fell under the spells of this latest Axess album which, indeed, surfs on the moods of Café Del Mar style. Even more than those of M.O.M.'s which I haven't found dominant perfumes at all. In fact, “Seashore” flirts with the vibes of Food for Fantasy and Robert Schroeder.
The introduction of "Olympus Mons" does rather Berlin School / New Age with knocks tinkling in azure mists. The tick-tock is a rhythmic dangling which stretches its presence while the moods thicken with a vision always dreamlike. The introductions, like the finals, of “Seashore” are consistent with the evolving moments, as the regressive ones, of the slow musical embraces of EM. A bass line is crawling languorously in this setting where the chime of the jingles excites our expectations. Electronic percussions tie up with this approach around the 3rd minute, sinking the rhythm of "Olympus Mons" into a down-tempo decorated with lunar decorations. The pace is getting excited? Not really! It flows with a gentle velocity, choosing rather to seduce at the first listen than to enchant on long term ... The strength, and also the weakness, of “Seashore”. Although I don't see any relationship with the meaning of its title, "Snowflakes" offers a more dynamic pace but just as soft. Before we are entitled to a good 2 minutes of introduction designed in a form of astral nebulosity. The synth multiplies Inuit songs on a bank of percussive effects borrowed from the universe of the psybient. No snowflake effects here! Just a gentle rhythm which emerges and gradually turns into a very good down-tempo more lively than morphic. A voice of goddess whispers sweetness to our ears on this structure which preserves a certain homogeneity with a small purely ambient break with wandering chords in search of its original beat. It's very good and I hear effects unique to the signature of Axel Stupplich here. I'm told that it's also very Café Del Mar! In this vein, "Pure Obsession" follows with a good Chill Out quite dynamic. The rhythm wanders at the gates of Morpheus with a rhythm of plumb which is nourished by the essential vitamins of EM. These sound effects and other percussive chords feed well a pace which accelerates a bit more. The title-track is a beautiful slow-tempo that brings us to the cosmos. The movement is slow and well framed by a melody which floats like blue ink stains whose ripples are propelled by invisible impulses. The progression of "Seashore" is pure candy for the ears with an accentuated rhythm and a still better-defined melody in a sumptuous electronic decoration. And all this arrangement gives us a serious thrill, so much its intense and poignant. "La Luna" follows a bit with the vibes of "Seashore", but in a slightly more vigorous approach. A kind of mid-tempo with a mesh of bass pulsations and percussions, while vocal and reverb effects of guitar and keyboard chords add a melodic appeal already implanted by a melancholic piano. "Tranquility Base" is another down-tempo that is also in Chill Out mode with its good heavy percussions. The melody is lunar and its decor cosmic. Everything is rendered accurately. "In Orbit" ends this last opus of Axess with a chant of charm conceived on a battle between 6 chords and 4 others which return in series but in a more random approach. And all of this screw us a beautiful earworm in a vision of the most ethereal. At first, these chords tinkle in the colors of the prism. Subsequently, they fly and dance on a heavy and resistant down-tempo with a rumbling rhythmic membrane. The effects of echo and this series of sequenced ritornello which charm relentlessly lead us undeniably to rewind this title in this last album by Axel Axess Stupplich.
Nothing striking nor progressive, “Seashore” is a collection of 7 titles with moods as light as the rhythm structures that animate them. It's beautiful, that's sure, catchy and easy to tame, no doubt about it. There are poignant moments and beautiful musical itches on this album whose only flaw is to be too beautiful and very accessible. It's time to sit comfortably and drift on the 71 beautiful minutes where the scents of Axel and of Pyramid Peak are not really far from this “Seashore”.
Sylvain Lupari (December 3rd, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Spheric Music
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Lorsque le label Spheric Music annonçait cet été qu'un nouvel album d'Axess était prévu pour l'automne, cette nouvelle avait réjoui plusieurs amateurs du style Berlin School. Et c'est tout à fait normal puisqu'Axel Stupplich, que ce soit avec Pyramid Peak, Pyramaxx ou avec Axess, manie le style Berlin School avec une superbe vision autant rythmique que mélodique. Mais voilà, après le secret éventé on apprenait que “Seashore” était orienté vers un style Chill Out dans le genre Mind Over Matter (sic!) ou encore Café Del Mar. Mind Over Matter? Ça va! Café Del Mar? Je ne suis plus vraiment certain d'avoir des affinités avec ce genre…Sauf qu'après quelques écoutes, qui ont coulées tellement aisément, je suis tombé sous les charmes de ce dernier album d'Axess qui, effectivement, surfe sur la musique d'ambiances genre Café Del Mar. Plus même que sur celles de M.O.M. dont je n'ai pas trouvé de parfums prépondérants ici. En fait, “Seashore” flirte avec les ambiances de Food For Fantasy et de Robert Schroeder.

L'introduction de "Olympus Mons" fait plutôt Berlin School/New Age avec des cognements qui tintent dans des brumes azurées. Le tic-tac est un ballant rythmique qui étire sa présence alors que les ambiances s'épaississent avec une vision toujours onirique. Les introductions, comme les finales, de “Seashore” sont conformes avec les moments évolutifs, comme régressifs, des lentes étreintes musicales de la MÉ. Une ligne de basse rampe langoureusement dans ce décor où le carillon des tintements enivre nos attentes. Des percussions s'arriment à cette approche autour de la 3ième minute, coulant le rythme de "Olympus Mons" dans un bon down-tempo orné de décorations lunaires. Le rythme s'emballe? Pas vraiment! Il coule avec une douce vélocité, choisissant plutôt de séduire à la 1ière écoute que d'enchanter sur du long terme… La force, et aussi la faiblesse, de “Seashore”. Bien que je ne voie aucun rapport avec la signification de son titre, "Snowflakes" propose un rythme plus entrainant mais tout aussi mou. Avant nous avons droit à un bon 2 minutes d'introduction conçue dans une forme de nébulosité astrale. Le synthé multiplie des chants inuits sur une banquise d'effets percussifs emprunté à l'univers du psybient. Pas d'effets de flocons de neige ici! Juste un rythme doux qui émerge et se transforme peu à peu en un très bon down-tempo plus animé que morphique. Une voix de déesse murmure des douceurs à nos oreilles sur cette structure qui préserve une certaine homogénéité avec un petit break purement ambiant où errent des accords à la recherche de son beat original. C'est très beau et j'entends des effets uniques à la signature d'Axel Stupplich ici. On me dit que ça fait aussi très Café Del Mar! D'ailleurs "Pure Obsession" suit avec un bon Chill Out assez dynamique. Le rythme erre aux portes de Morphée avec un tempo de plomb qui est nourrit des vitamines essentielles de la MÉ. Ces effets sonores et autres accords percussifs alimentent bien une cadence qui accélère un peu le pas. La pièce-titre est un très beau slow-tempo qui nous amène dans le cosmos. Le mouvement est lent et bien encadré par une mélodie qui flotte comme des tâches d'encre bleu dont les ondulations sont propulsées par des impulsions invisibles. La progression de "Seashore" est du pur bonbon pour les oreilles avec un rythme accentué et une mélodie encore mieux définie dans un somptueux décor électronique. Et tout cet agencement nous donne un sérieux frisson, tant c'est intense et poignant. "La Luna" suit en respectant un peu les ambiances de "Seashore", mais dans une approche un peu plus vigoureuse. Genre mid-tempo avec un maillage de basses pulsations et de percussions alors que des effets de voix et de réverbérations dans les accords de guitare et de clavier ajoutent un attrait mélodique déjà implanté par un piano mélancolique. "Tranquility Base" est un autre down-tempo qui est aussi en mode Chill Out avec de bonnes percussions un peu lourdes. La mélodie est lunaire et son décor cosmique. Et le tout est rendu avec justesse. "In Orbit" termine ce dernier opus d'Axess avec un chant de charme conçu sur une bataille entre 6 accords et 4 autres qui reviennent en série mais dans une approche plus aléatoire. Et le tout nous visse un superbe ver-d'oreille dans une vision des plus éthérées. Au début, ces accords tintent dans les couleurs du prisme. Par la suite, ils volent et dansent sur un down-tempo lourd et résistant avec une membrane rythmique qui gronde. Les effets d'écho et cette suite de ritournelle séquencée qui charme sans relâche nous amène indéniablement à reculer d'un titre ce dernier album d'Axel Axess Stupplich.
Rien de percutant ni de progressif, “Seashore” est une collection de 7 titres aux ambiances aussi légères que les structures de rythme qui les animent. C'est beau, ça c'est certain, accrocheur et facile à apprivoiser, aucun doute là-dessus. Il y a des moments poignants et de très beaux vers d'oreille sur cet album dont le seul défaut est d'être trop beau et très accessible. C’est le temps de s’assoir confortablement et de dériver sur 71 belles minutes où les parfums d'Axel et de Pyramid Peak ne sont pas vraiment loin de ce “Seashore”.

Sylvain Lupari 03/12/18