samedi 19 janvier 2019

ERIK WOLLO: Infinite Moments (2018)

“Erik Wollo doesn't reinvent the genre here! But his will to create a deep soundscapes from guitar drones brings Infinite Moments where he wants us to be”
1 Part 1 11:12
2 Part 2 11:24
3 Part 3 9:48
4 Part 4 5:50
5 Part 5 10:04
6 Part 6 10:09

PROJEKT| PRO357 (CD/DDL 58:34)

(Ambient, Drones)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
Morose and resounding thoughts on a cold Scandinavian night!   is a very intimate album that Erik Wollo offers to his fans. More ambient and even more intimate than the Silent Currents series, this latest opus of the Norwegian bard offers 6 sonic odes without any sources of rhythms and especially without any sonic delights which come from a synthesizer. Everything turns around drones. Buzzing laying down and sculpted on the horizontal which float like those sound waves usual to the EM of ambiances. Except that here, the source comes from electric guitars which pile up vibrating strata which get intertwine in a sonic sky torn by the variances and the translucent tones of these layers often without harmonies. Like dreams forgotten in the bites of coldness. These oblong electric paths are like sound lovers whose intertwining in the mysterious mists are supervised by an E-Bow which acts as the splitter of a more harmonic vision.
The harmonies! We must listen quite a few times in order to discern them. Those familiar with the Wollo universe recognize these isolated strands which get melted into a more compact sound mass. The drones float like souls wandering aimless. Like in a sibylline dance, they waltz with the oblivion swallowing here and there harmonious little lines that we recognize by this clarity which emerges from this landscape of moods placarded of solitude. "Part 1" introduces us into this universe where everything is similar, even those subtleties which stand out to melt again in anonymity. The opaque sound waves are like those whales which undulate in a black ocean spotted by the furrows of jellyfish. The sound mass varies from one title to another with fine subtleties in the landscapes of ambiances found in "Part 5" and "Part 6". The spectral side finds an interstellar door to flirt with a more seraphic vision in "Part 2". The intensity distinguishes the titles! Although less intense at the abyssal level, this "Part 2" has a melancholic approach that is more conducive for a night sleep. Same thing for "Part 3" and its very melodious blooming which precedes its conquest of drones. The tonal vision here is close to a scarlet passion. "Part 4" is the first title where the guitar breathes such as, thus modifying the textural context of “Infinite Moments” which offers us its most beautiful moments since the end of "Part 1". Moreover, "Part 5" follows with a vision just as sharp as in the introductory title. Lyrical and sibylline, the music shines a little less at night, especially when we are two to read the book of Morpheus.
All things considered, I would not recommend “Infinite Moments” to someone who wants to discover Berlin School universe of Erik Wollo. This album is a monument of meditative music that can help sink into Morpheus's arms, even if some of the buzzing movements are intense and lugubrious. In this vast universe of ambient music or meditative ambiences, few artists reinvent the genre. But there are always artists who can bring a very personal touch to a genre which has a huge legion of followers. Erik Wollo is one of those artists! Available on manufactory pressed CD from Projekt Records or in a downloadable format on Projekt's Bandcamp
Sylvain Lupari (January 19th, 2019) *****

synth&sequences.com
Available at Projekt Records

===============================================================================
                                          CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Songes moroses et retentissants par une froide nuit scandinave! “Infinite Moments” est un album très intimiste qu'Erik Wollo offre à ses fans. Plus ambiant et même plus intime que la série Silent Currents, ce dernier opus du barde norvégien propose 6 odes soniques sans aucunes sources de rythmes et surtout sans aucune source sonore qui provient d'un synthétiseur. Tout se joue avec les drones sonores. Des bourdonnements couchés et sculptés en mode horizontal qui flottent comme ces ondes sonores usuelles à la MÉ d'ambiances. Sauf qu'ici, la source provient de guitares électriques dont l'amoncellement des strates vibrantes s'entrecroisent dans un ciel sonore déchiré par les variances et les demi-teintes translucides dans les tonalités de ces couches souvent sans harmonies. Comme des songes oubliés dans les morsures de la froideur. Ces oblongs parcours électriques sont comme des amants sonores dont les entrelacements dans les brumes mystérieuses sont supervisés par un E-Bow qui agit comme le répartiteur d'une vision plus harmonique.
Les harmonies! Il faut s'y prendre à quelques reprises afin de les discerner. Ceux qui sont familiers avec l'univers Wollo reconnaissent ces filaments isolés qui sont fondus dans une masse sonore des plus compactes. Les bourdonnements flottent comme des âmes errant sans but. Comme une danse sibylline, ils valsent avec le néant gobant ici et là des petites lignes harmonieuses que l'on reconnait de par cette limpidité qui ressort de ce paysage d'ambiances placardés de solitude. "Part 1" nous introduit dans cet univers où tout se ressemble, même ces subtilités qui se détachent pour se refondre dans l'anonymat. Les ondes opaques sont comme ces baleines qui ondulent dans un océan noir tacheté par les sillons des méduses. La masse sonore varie d'un titre à l'autre avec de fines subtilités dans les paysages d'ambiances que sont "Part 5" et "Part 6". Le côté spectral trouve une porte intersidérale afin de flirter avec une vision plus séraphique dans "Part 2". L'intensité distingue les titres! Même si moins intense au niveau abyssal, ce "Part 2" possède une approche mélancolique qui est plus propice au dodo. Idem pour "Part 3" et sa floraison très mélodieuse qui précède sa conquête des drones. La vision tonale ici se rapproche d'une passion écarlate. "Part 4" est le premier titre où la guitare respire comme tel, modifiant ainsi le contexte textural de “Infinite Moments” qui nous offre ses plus beaux moments depuis la fin de "Part 1". D'ailleurs, "Part 5" suit avec une vision tout aussi acuité que dans le titre introductif. Lyrique et sibylline, la musique s'écoute un peu moins la nuit, surtout lorsque nous sommes deux à lire le journal de Morphée.
À tout bien considéré, je ne recommanderais pas “Infinite Moments” à quelqu'un qui cherche à découvrir l'univers du Berlin School d'Erik Wollo. Cet album est un monument de musique méditative qui peut aider à sombrer dans les bras de Morphée, même si certains mouvements de bourdonnements sont intenses et lugubres. Dans ce vaste univers de musique ambiante ou d’ambiances méditatives, peu d'artistes réinventent le genre. Mais il y a toujours des artistes qui sont capable d'apporter une touche très personnelle à un genre qui a une énorme légion d'adeptes. Erik Wollo est l'un de ceux-là! Disponible chez Projekt Records en format CD ou en format téléchargeable sur le site Bandcamp de Projekt Records

Sylvain Lupari 19/01/19

jeudi 17 janvier 2019

ANDY PICKFORD: Objects & Expressions III (2018)

“O&E III is the best balanced of the 3 parts regarding the palette of Electronica styles presents here while conserving this daring touch of E-Rock with a colorful use of tone effetcs over driven sequenced beats”
1 Casablanco 6:49
2 Walk 6:26
3 No Fear 5:54
4 Reach 7:34
5 Maschinengeist 5:04
6 Deep Inside 5:31
7 Mitra 6:24
8 I Saw 5:58
9 Tarantellum 6:36
10 Moon to Shine 6:02

Andy Pickford Music (DDL 62:22)
(Electronica)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
"Casablanco" sounds the end of this other fascinating, and greedy, trilogy from Andy Pickford with a pulsating rhythm arched on another frantic sequencer movement. The percussive marbles jump from everywhere! Even that some develop a slimy vision with a rubber dress, facilitating the abrasive rebounds which are starving for other bounces. The synth weaves its harmonic thread with solos which flow over this structure that a shadow of bass leads to the explosion. The percussion sounds and resounds in this lively structure filled with voice effects which, coupled to spasmodic jolts, weave a linear line of riffs which gives an even more mordant to a very explosive Dance Music of the new millennium. “Objects & Expressions III” begins with the best part, according to my tastes, of Objects & Expressions. "Walk" tempers the game a bit with a kind of Ambient House in a cosmic hip-hop suit. The bass is delicious, and its harmonious jolts are in a cosmic setting enriched of good percussive effects, such as these delicious tones of rattlesnakes. Voice effects and dialogues also adorn this panorama of rhythm and sound elements. The rhythm plays a little on its strength than more on its velocity, bringing even another harmonic element performed by a flute. "No Fear" is as catching as "Casablanco" and has also many more percussive effects, which makes it much more attractive. The bass line is very good and even throws a dialect in the form of belly gurgles and the orchestrations, dense and epic, are going against the sharp and jerky movement of the sequencer. We are not far from Trance & Trash here! "Reach" gives us a nice big 7 minutes of respite with a ballad, not denuded of a catchy rhythm, accompanied by a good guitar patch and later a synth which aims to our ears in order to deposit a big melodious worm. A great track and it sounds very AP of his 95's repertoire.
The volumes follow each other and are similar by the content of the structures! So, a beautiful melody is always followed by another thing as soft and tender, not to say romantic. Like this "Maschinengeist" which is a beautiful ballad at making melt the carapace of an eternal grouch. The arpeggios parade on a milky way awakening on their way a synth and its fluty tunes which mystify some beautiful orchestrations. The seraphic voices and a tempo which gains a little velocity! And always this delicious bass line which consolidates its presence when the title cracks for another acceleration pushed by the orchestrations. We are at the pinnacle of a sweet pinky tune which does fit very good in this mishmash of disheveled rhythms. At first glance, "Deep Inside" appears to us like a movie music, kind of espionage film, with its slow and heavy structure that is rather between Pulp and Sneaker Pimps. The music still breathes these sound effects which invariably are complicit in these riffs scrolling like adjacent line of rhythm to a sequencer's one and to some tasty manual percussions. Orchestrations, vocoder and acoustic guitar accompany this structure surrounded by another dense tonal envelope. Woossshh and wiissshh precede a piano line and its notes wandering through the metal breezes. The bass, superb in this “Objects & Expressions III” hurries to put us a rhythmic worm in the ears and "Mitra" puts down its hopping rhythm as lively as the arrangements in a mid-tempo dipped in the roots of Death in Vegas. "I Saw" is very close to this music with a heavy dose of a heavy and slow indie vibe. An Ambient House more pompous, "Tarantellum" gets compare to the structures of "Casablanco" and "No Fear" with less sound effects. A title without story! While that "Moon to Shine" finishes this last part of Objects & Expressions' trilogy with a slow beat adorned of sequenced sequins which sparkle like the reflections of a magical water in suspension. And behind a soft bass line, a voice in a vocoder murmurs Moon to Shine. A vocoder always presents in this trilogy and which replaces a singer in a pocket of fog without being too unpleasant. Indeed, “Objects & Expressions III” is the best and the well balanced of the 3 parts. Even though all that Andy Pickford touches is still worth hearing.
Sylvain Lupari (January 17th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Andy Pickford's Bandcamp
===============================================================================
                                          CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

"Casablanco" sonne la fin de cette autre fascinante, et gourmande, trilogie fantaisiste d'Andy Pickford avec un rythme pulsatif arqué sur un autre mouvement frénétique du séquenceur. Les billes percussives sautent de partout! Même que certaines élaborent une vision visqueuse avec une robe en caoutchouc, facilitant les rebonds abrasifs qui sont affamés pour d'autres rebonds. Le synthé tisse son filet harmonique avec des solos qui coulent sur cette structure qu'une ombre de basse amène vers l'explosion. Les percussions claquent et résonnent dans cette structure vive remplie d'effets de voix qui, jumelés aux saccades spasmodiques, tissent une ligne de riffs linéaire qui donne encore plus de mordant à une Dance Music du nouveau millénaire très explosive. “Objects & Expressions III” commence fort la meilleure partie, selon mes goûts, d'Objects & Expressions. "Walk" tempère un peu le jeu avec un genre d'Ambient House dans un veston de hip-hop cosmique. La basse est délicieuse et ses soubresauts harmonieux se font dans un décor cosmique enrichi de bons effets percussifs, comme ces délicieuses tonalités de crotales. Des effets de voix et des dialogues ornent aussi ce panorama de rythme et d'éléments sonores. Le rythme jeu un peu sur sa force, plus que sa vélocité, amenant même un autre élément harmonique performé par une flûte. "No Fear" est aussi entraînant que "Casablanco" et possède aussi beaucoup plus d’effets percussifs., ce que le rend nettement plus séduisant. La ligne de basse est très bonne et restitue même un dialecte en forme de gargouillements ventriloquant et les orchestrations, denses et épiques, vont en contresens du mouvement vif et saccadé du séquenceur. Nous ne sommes pas loin du Trance&Trash ici! "Reach" nous donne un beau gros 7 minutes de répit avec une ballade, non dénudée de rythme entrainant, accompagnée d'une belle guitare et plus tard un synthé qui lorgnent vers nos oreilles afin d'y déposer un gros ver mélodieux. Très bon et ça sonne très année 95 du répertoire d'AP.
Les volumes se suivent et se ressemblent par la teneur des structures! Ainsi une belle mélodie est toujours suivie d'un autre truc aussi mou et tendre, pour ne pas dire romantique. Comme ce "Maschinengeist" qui est une belle ballade à faire fondre une carapace d'éternel grognon. Les arpèges défilent en dansottant sur une voie lactée éveillant au passage un synthé et ses airs de flûtes qui mystifient de belles orchestrations. Les voix séraphiques et un tempo qui gagne un peu de vélocité! Et toujours cette délicieuse ligne de basse qui consolide sa présence lorsque le titre se fissure pour une autre accélération poussée par les orchestrations. Nous sommes au pinacle du rose bonbon qui fait du bien dans ce micmac de rythmes échevelés. À prime abord, "Deep Inside" nous apparait comme une musique de film, genre espionnage, avec sa structure lente et pesante qui fait plutôt entre Pulp et Sneaker Pimps. La musique respire toujours de ces effets sonores qui invariablement sont complices de ces riffs défilant comme une ligne de rythme adjacente au séquenceur et aux savoureuses percussions manuelles. Orchestrations, vocodeur et guitare acoustique accompagnent cette structure nimbée d'une autre dense enveloppe tonale. Des woossshh et des wiissshh précèdent une ligne de piano et ses notes errant dans les brises métalliques. La basse, superbe dans “Objects & Expressions III” se dépêche afin de nous placer un ver rythmique dans les oreilles et "Mitra" abat son rythme aussi entraînant que les arrangements dans un mid-tempo trempé dans les racines de Death in Vegas. "I Saw" est tout près de cette musique avec une forte dose d'industrielle lourde et lente. Un Ambient House plus pompeux, "Tarantellum" se compare aux structures de "Casablanco" et "No Fear" avec moins d'effets sonores. Un titre sans histoire, alors que "Moon to Shine" termine ce dernier volet de la trilogie d'Objects & Expressions avec un rythme lent orné de paillettes séquencées qui scintillent comme les reflets d'une eau magique en suspension. Et derrière une ligne de basse molle, une voix dans le vocodeur chantonne Moon to Shine. Un vocodeur toujours présent dans cette trilogie et qui remplace un chanteur dans une poche de brume sans être trop déplaisant. Effectivement, “Objects & Expressions III” est le meilleur et le mieux balancé des 3 volumes. Quoique tout ce que touche Andy Pickford vaut toujours la peine d'être entendu.

Sylvain Lupari (17/01/19)

mercredi 16 janvier 2019

ANDY PICKFORD: Objects & Expressions II (2018)

“The music is made in the flesh and bones of the first volume with a bunch of titles exploring the many visages of Electronica”
1 Distant Place 7:27
2 Blown Away 8:16
3 Freedom 6:34
4 Elipse 6:12
5 Maniac 6:19
6 Fly 7:13
7 Prism 8:33
8 Believe 6:59
9 What You Leave Behind 5:14

Andy Pickford Music (DDL 62:49)
(Electronica)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
The radiations of a strange organic gurgling hang in the air while "Distant Place" installs its rhythmic base with a sustained pulsation. Ghostly voices effects, like in Binar, float through this mass of rhythms now composed of this filament of stroboscopic sequences and some sober electronic percussions. Keyboard riffs support this tempo which gets increase with the presence of a bass line as voracious as the palpitations emitted by the sequencer. A pop music singer performs a melody part which is supported by a choir of spectral voices. A guitar comes later, to launch harmonic solos, nailing "Distant Place" in its approach of electronic rock weighing and lively. Released 1 month later, “Objects & Expressions II” remains in the same way as the first volume. AP offers a nice brochette of titles which all have a little something, even those which seem to us unattractive at a first listen. Hold on, we will end to like them all…
"Blown Away" follows with an Electronica pattern and a rhythmic structure that goes from a down-tempo, and its notes of keyboards which freeze with a rather lunar harmonic design, and a solid up-tempo nervous and very well-fed percussion and sequences which like to sound as a hail of bullets. The many sound effects, including vocals, stay very effective while the bass line is also ravaging with a fluid move. "Freedom" is this kind of title that screws us to our emotions. The rhythm is slow and twirls like a beautiful slow with pulsations, echoes of them and some sober percussions. The arrangements are sewn into seraphic lace with a celestial chorus which enchants and a few bows on a very discreet cello. Everything is hyper harmonious and seems just as hyper fragile, even when the pace accelerates our pulse and a guitar adds a little more weight. Rose bonbon music impossible to not like! We are in the melodic and romantic phase of “Objects & Expressions II” with another splendid ballad; "Ellipse". This time the rhythm is more animated, like a cosmic down-tempo, with violins whirling all around our senses and an electronic melody which makes twirl its belt of sequences in spheroidal mode. Arpeggios sing under the orchestrations, like a keyboardist alone under a shower of prism. "Maniac" reminds us that romance is far behind with a heavy and powerful lead rhythm that turns fiercely. A frenetic and hyper jerky rhythm stuffed with riffs and fed by percussions as hungry as our feet can tolerate. "Fly" is a hyper-ballad well catching and especially very melodious. The decor is still lunar with a hobbling rhythm in a context of electro-cosmic which spits good solos synth. "Prism" is rather in the synth-pop genre with the artifices of the 90's while "Believe" is the kind of ambient-house with a ritornello of arpeggios always melodious and voices effects which are much present in this sequel to Objects & Expressions I. Effects which are also present in "What You Leave Behind" which oscillates between a down-tempo and a slow for Zombies that are replete. This kind of slow beat spins in an electronic setting where rock, stars and an Electronica not always easy to identify make such as good union as in the first part of Andy Pickford's newest sonic saga.
Sylvain Lupari (January 16th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Andy Pickford's Bandcamp
===============================================================================
                                          CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Les radiations d'un étrange gargouillis organique traînent dans les airs tandis que "Distant Place" installe sa base rythmique avec une pulsation soutenue. Des effets de voix fantomatiques, genre Binar, flottent à travers cette masse de rythmes composée maintenant de ce filament de séquences stroboscopiques et de sobres percussions électroniques. Des riffs de clavier appuient ce tempo qui s'alourdit avec la présence d'une ligne de basse aussi vorace que les palpitations émises par le séquenceur. Un chanteur de pop music assure une partie mélodie qui est appuyée d'une chorale de voix spectrales. Une guitare s'amène par la suite, afin de lancer des solos harmoniques, clouant "Distant Place" dans son approche de rock électronique pesant et vivant. Paru 1 mois plus tard, “Objects & Expressions II” reste dans la même voie que le premier volume. AP offre une belle brochette de titres qui ont tous un petit quelque chose, même ceux qui nous semble à la première écoute peu intéressant.
"Blown Away" suit avec un pattern Électronica et une structure de rythme qui passe d'un down-tempo, et ses notes de claviers qui se figent avec un dessein harmonique plutôt lunaire, et un solide up-tempo bien nerveux et très bien alimenté par des percussions et des séquences qui aiment jouer de la mitraille. Les moult effets sonores, notamment de voix, restent très efficaces alors que la ligne de basse fait aussi ses ravages avec un mouvement fluide. "Freedom" est ce genre de titre qui nous visse à nos émotions. Le rythme est lent et tournoie comme un beau slow avec des pulsations, ses échos et quelques sobres percussions. Les arrangements sont cousus dans de la dentelle séraphique avec un chœur céleste qui ensorcèle et quelques coups d'archets bien discrets sur un violoncelle. Tout est hyper harmonieux et semble tout autant hyper fragile, même lorsque le rythme accélère notre pouls et qu'une guitare ajoute un peu plus de poids. Du rose-bonbon impossible de honnir! Nous sommes dans la phase mélodique et romantique de “Objects & Expressions II” avec une autre splendide ballade; "Elipse". Cette fois-ci le rythme est plus animé, genre down-tempo cosmique, avec des violons qui tournoient tout autour de nos sens et une mélodie électronique qui fait tournoyer sa ceinture de séquences en mode sphéroïdale. Des arpèges chantent sous les orchestrations, comme un claviériste seul sous une pluie de prisme. "Maniac" nous rappelle que la romance est bien loin derrière avec un rythme de plomb lourd et puissant qui tourne avec férocité. Un rythme frénétique et hyper saccadé bourré de riffs et nourri par des percussions aussi affamées que nos pieds peuvent tolérer. "Fly" est une hyper-ballade bien contagieuse et surtout très mélodieuse. Le décor reste toujours lunaire avec un rythme boitillant dans un contexte d'Électro-cosmique qui crache de bons solos de synthé. "Prism" fit plutôt dans le genre synth-pop et ses artifices des années 90 alors que "Believe" est du genre ambient-house avec une ritournelle d'arpèges toujours bien mélodieux et des effets de voix qui sont en force dans cette suite à Objects & Expressions I. Des effets qui sont également présents dans "What You Leave Behind" qui oscille entre du down-tempo et un slow pour Zombies repus tournoyant dans un décor électronique où le rock, les étoiles et l'Électronica pas toujours facile à identifier font un aussi bon mariage que dans le premier volet de cette dernière saga sonique d'Andy Pickford.

Sylvain Lupari 16/01/19

lundi 14 janvier 2019

BREIDABLIK: Nhoohr (2019)

“A splendid album with a perfect balance between its inspirations, its generations and its ambiences, this Nhoohr offers a Berlin School vision which has find new sources of its origin”
1 Arrival 2:47
2 At the Windswept Planes of Nhoohr 14:16
3 Clouddancing 10:13
4 The old Forest 6:23
5 Strange Lands 11:27
6 Perihelion 5:19

Breidablik Music (DDL 50:28)
(Berlin School)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
The expectations were rather high in order to survive an album as big as Penumbra! Except that Morten Birkeland Nielsen does not care and makes another musical gem which has brought me yet to the territories of Phaedra and Stratosfear, but in a tone so dark that reminded me of the best moments of Jim Kirkwood, this brilliant English artist too little known. In fact, “Nhoohr” surpasses Breidablik's Penumbra with a better-defined sound signature where the darker aspect of his music is less fogged in a heavy and stuffy envelope. In addition, the friend Morten adds instruments to his bow, I'm thinking especially guitars, thus restoring a highly precise musical texture. Mellotrons? They are always present and blow veils of flutes and ethereal voices which gave this ghostly cachet to the analog EM of the early 70's. Breidablik also adds an organic fauna to his funereal decor, leading me in his very last  wonderful musical adventure where I did not have to force my imagination to travel inside the 6 sonic chapters of this imposing album where the vintage Berlin School finds new sources of its origin.
Nhoohr” is an imaginary land where plants and animals live and flourish freely, without the tracking and destruction of humans. So, an intuition of virgin and abundant lands colors our ears with the vision of Breidablik. The opening is usual with a sound wave which rises while drawing its reverberant radiations. There is a bit of musicality in "Arrival" and a lot of intensity with a rise of layers, some of prism and others darker, which breathe life to these ambiences and whose attenuation turns into nebulous breezes which leads us to the edge of an intriguing forest and its crows croaking. Each title is independent, "At the Windswept Planes of Nhoohr" opens a little in the same way, except that the synth throws harmonious breaths slowly undulating over a steaming ember. A movement of the sequencer frees a line which ripples vividly, structuring a fluid and lively rhythm strongly marked by the influences of Phaedra. For the next 6 minutes, the rhythmic flow will intoxicate your senses! Apart from the rippling effects which flow there, some sibylline veils, scarlet streaks, humming in two shades are flying over and wrap up warmly this dizzying escalation, bursting with subtle variations in its oscillations a little before the barrier of the seventh minute. The fury then becomes ambience with layers of granular dust which push its clouds around a river and of its dancing circles, guiding the 2nd phase of "At the Windswept Planes of Nhoohr" towards a celestial moment with orchestral layers and a seraphic choir. A core of reverberations is there. It casts its rays into a gloomy décor and its sinister organ layers. The water continues to make dance its lapping, hunting the dark elements in order to make glimmering for a few seconds a waddling movement probably lost by a sequencer became so limpid in this final.
It's in a spirit of fantasy that opens "Clouddancing". The sequencer traces a muffled waddling through the breaths of a hybrid Mellotron, blowing its precious air with a bucolic vision. A guitar infiltrates these ambiences with harmonious solos which sing in a world made of bells. Taking the shape of the last breath from the electric six-string, the synth injects acute lamentations which are totally like a razor wire between our ears. The universe gets iridescent with thin lines of voices haloed of an abstruse balm which push the music into a black area. Thunders are thundering and the winds stop shaping these fascinating windy intrigues, bringing "Clouddancing" to a 2nd phase animated by a fluid upward movement from the sequencer. Its electronic rhythm rolls and zigzags beneath a blackened sky of winds, voices and clatters from a parallel universe which has all the elements of the chthonian sects. "The old Forest" is a splendid title that has all the mysticism of its meaning. What is a forest without chirping birds and breezes which tickle its dense foliage? An acoustic guitar does conversation with nature which responds to it with the lapping and shimmering of its brooks. A dark shadow casts an occult veil which gets amplified by the cries of crows and a gentle avalanche of strata from a Mellotron and its so mysterious chants. A brief ominous passage before that the beauties of "The Old Forest" resume their rights. The color of the tones of "Strange Lands", at least its introduction, brings us back to the chthonic ambiances which are the many soundscapes of the retro Berlin School. Layers of voices and some fog are floating here, while discreetly the synth scatters strange tunes in a massive magma of sounds always in motion. The chant of synths seems to herald better days, whereas all the ambiences seem to thicken and dominate the first moments of a dark music that a swamp seems to contain. The fauna of this marsh sparkles in our ears with good samplings, moving the mysterious reach of these ambiences to an underground entrance where dance goblins, black elves and orcas of all kinds and that a movement from a sequencer tries to flee with a fluid but smothered race. A delicious vintage Berlin School! "Perihelion" ends “Nhoohr” in a completely different register. The rhythm is very lively without dark veil but a good clear envelope which brings the music to a catchy electronic rock that could easily serve as an encore. In fact, it is exactly his scope on “Nhoohr” which is a superb album of EM as we liked to discover them at the time. The edition of 250 copies vinyl is already sold out and the album will be released only by download in mid-February. Pity! Really a pity that the music is at this point!
Sylvain Lupari (January 14th, 2019) ****½*

synth&sequences.com
Available at Breidablik's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

La marche était assez haute afin de survivre à un album aussi imposant que Penumbra! Sauf que Morten Birkeland Nielsen n'en n'a cure et réalise un autre petit bijou musical qui m'a amené dans les territoires de Stratosfear et Phaedra, mais dans une tonalité tellement sombre qui m'a rappelé les meilleurs moments de Jim Kirkwood, ce brillant artiste Anglais trop méconnu. En fait, “Nhoohr” surpasse ce dernier album de Breidablik avec une signature sonore mieux définie où l'aspect ténébreux de sa musique est moins embué dans un tissu lourd et étouffant. De plus, l'ami Morten ajoute des instruments à son arc, je pense notamment aux guitares, restituant ainsi une texture musicale très précise. Les mellotrons? Ils sont toujours présents et soufflent des voiles de flûtes et de voix éthérées qui donnaient ce cachet si fantomatique à la MÉ analogue du début des années 70. Breidablik ajoute aussi une faune organique à son décor funèbre, m'amenant ainsi dans sa toute dernière aventure musicale mirifique où je n'ai pas eu à forcer mon imagination pour voyager à l'intérieur des 6 chapitres soniques de cet imposant album où le Berlin School rétro retrouve de nouvelles sources de son origine.
Nhoohr” est une contrée imaginaire où les plantes et les animaux vivent et s'épanouissent en toute liberté, sans les traques et la destruction des hommes. Donc, une intuition de terres vierges et abondantes colore nos oreilles de la vision de Breidablik. L'ouverture est usuelle avec une onde sonore qui se lève en libérant ses radiations réverbérantes. Il y a un peu de musicalité dans "Arrival" et beaucoup d'intensité avec une levée de nappes, certaines prismiques et d'autres plus sombres, qui insufflent une vitalité à ces ambiances et dont l'atténuation résulte en des brises nébuleuses qui nous amène à l'orée d'une forêt intrigante avec ses croassements de corbeaux. Chaque titre étant indépendant, "At the Windswept Planes of Nhoohr" s'ouvre un peu de la même façon, sauf que le synthé jette des souffles harmonieux qui ondulent lentement dans une braise fumante. Un mouvement du séquenceur libère alors une ligne qui ondule vivement, structurant un rythme fluide et entraînant fortement marqué par les influences de Phaedra. Pour les prochaines 6 minutes, le débit rythmique enivrera vos sens! Outre ces effets de clapotis qui y ruissèlent, des voiles sibyllins, des stries écarlates, des fredonnements en deux teintes survolent et emmitouflent cette escalade vertigineuse crevée de subtiles variations dans ses oscillations un peu avant la barrière des 7ième minute. La furie devient alors ambiance avec des nappes de poussières granuleuses poussant ses nuages autour d'une rivière et de ses cercles dansants, guidant la 2ième phase de "At the Windswept Planes of Nhoohr" vers un moment céleste avec des nappes orchestrales et une chorale séraphique. Un noyau de réverbérations s'y trouve. Il projette ses rayons dans un décor lugubre assujetti par des nappes d'orgue patibulaires. L'eau continue de faire danser ses clapotis, chassant les éléments ténébreux afin de faire miroiter pour quelques secondes un dandinement sans doute égaré du séquenceur devenu tellement limpide dans cette finale.
C'est dans un esprit de fantaisie que s'ouvre "Clouddancing". Le séquenceur trace un ballant sourd qui se dandine dans les souffles d'un Mellotron hybride, soufflant son air précieux avec une vision bucolique. Une guitare infiltre ces ambiances avec des solos harmonieux qui chantent dans un univers tinté de clochettes. Épousant le dernier souffle de la six-cordes électrique, le synthé injecte des lamentations acérées qui sont comme un fil de rasoir entre nos oreilles. L'univers devient moiré des filets de voix auréolées d'un baume abscons qui enfoncent la musique dans une zone noire. Des tonnerres grondent et les vents cessent de façonner ces fascinantes intrigues ventées, amenant "Clouddancing" vers une 2ième phase animée par un fluide mouvement ascendant du séquenceur et de son rythme électronique courant et zigzagant sous un ciel noirci de vents, de voix et de cliquetis d'un univers parallèle qui a tous les éléments des sectes chthoniennes. "The old Forest" est un splendide titre qui possède tout le mysticisme de son sens. Qu'est-ce qu'une forêt sans pépiements d'oiseaux et de ces brises qui chatouillent son dense feuillage? Une guitare acoustique fait la conversation avec la nature qui lui répond avec les clapotis et le miroitement de ses cours d'eau. Une ombre sombre jette un voile occulte qui devient amplifié par les cris de corbeaux et par une douce avalanche de strates d'un Mellotron et de ses chants si mystérieux. Un bref passage ombrageux avant que les beautés de "The old Forest" ne reprennent ses droits. La couleur des tons de "Strange Lands", à tout le moins son introduction, nous ramène aux ambiances chthoniennes que sont les nombreux panoramas soniques du Berlin School rétro. Des nappes de voix et de brume flottent ici, alors que discrètement le synthé éparpille des airs étranges dans un massif magma de sons toujours en mouvement. Le chant des synthés semble annonciateur de jours meilleurs alors que l'ensemble des ambiances semblent pourtant s'épaissir et dominer les premiers instants d'une musique ténébreuse qu'un marécage semble contenir. La faune de ce marais pétille dans nos oreilles avec de bons échantillonnages, déplaçant la portée mystérieuse de ces ambiances vers une entrée souterraine où dansent lutins, Elfes noirs et orques de tous genres qu'un mouvement d’un séquenceur tente d'échapper avec une course fluide mais étouffée. Un délicieux Berlin School vintage! "Perihelion" conclut “Nhoohr” dans un tout autre registre. Le rythme est très entraînant sans voile ténébreux mais une belle enveloppe limpide qui amène la musique vers un rock électronique accrocheur qui pourrait servir aisément de rappel. En fait, c'est exactement sa portée sur “Nhoohr” qui est un superbe album de MÉ comme on aimait les découvrir à l'époque. L'édition de 250 copies vinyles est déjà épuisée et l'album sortira seulement qu'en téléchargement à la mi-février. Dommage! Vraiment dommage que la musique en soit rendue là!

Sylvain Lupari 14/01/19

vendredi 11 janvier 2019

ASCENDANT: Particle Horizon (2017)

“Particle Horizon is a great album that will pleased fans of Chris Franke's sequencing patterns and of the musical visions of TD's soundtracks”
1 Luminescence 8:24
2 Gateway Aura 6:08
3 Edge of the Infinite 7:11
4 Zero-Crossing 5:58
5 Twilight Gap 6:02
6 Gardens of Light 7:19
7 Radiance 7:43
8 The Age of Acceleration 8:05
9 Taking the Void 8:37
10 The Particle Horizon 8:16

Synphaera Records | SYN10 (CD/DDL 73:44)
(New Berlin School)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
A Los Angeles duo consisted of Chris Bryant and Don C. Tyler, we heard one of their compositions (Black Flowers) in the Greenosophy Chapter II compilation from the
Ultimae Records label, Ascendant has a solid background in the world of electronic music. Both musicians are involved in various projects, either as musicians or at different levels of production. “Particle Horizon” is a third album on Synphaera Records, an American label which seems to offer very nice productions inspired by the Berlin School or by the ambient cosmic rock. Two genres that are at the heart of this album whose 10 tracks are flowing following this vision of ambient rhythm, and especially very melodious, which are mainly animated by multiline of sequencers in Black Flowers. From the outset, I have to tell you that I really loved this album! Complex since the model of rhythm proposed is structured on formulas of rhythmic centipedes which disintegrate in order to form groups more harmonic, when not convoluted, and which entangle in a tonal universe that Ascendant adorns with swarms of crystalline arpeggios which tinkle and sparkle in the furrow of these rhythms. Cosmic effects, streaks of shooting stars as well as percussive effects and creeping bass lines infuse a little bit of the psybient universe fantasies and its derivatives of floating rhythms, into intriguing carcasses of tones and sounds effects.
"Luminescence" doesn't waste time to show us what will be the 74 minutes of “Particle Horizon”. A swarm of arpeggios escapes the ascent of an anesthetic layer, releasing a rhythmic melody stigmatized in the flight of a dragonfly. Another melody emerges. More invasive this time, she adopts the shadow of the rhythm with beautiful cooing and other paradisiacal songs rolling in loops. A bass line adds a dramatic weight to this opening, as do percussion effects stifled in some prism, reminding us that the psybient universe still breathes in the maneuvers of Ascendant. It's at this moment that the sequencer releases a compact mass of sequenced keys which hop on the spot with an incredible sonic precision. A small ambient passage and the title breathes again on a rhythmic structure livelier but always retained in a stationary state. What skips first is this musical and tonal promiscuity between the Los Angeles duo and a certain German trio who drew the parameters of a more harmonious Berlin School-style EM at the end of the 80's. Added to these lines of crawling bass with a psybient vision educated in the
Ultimae Records mold and we have a refreshing thing which seduces title in title. "Gateway Aura" follows with an equally nebulous intro where hang oblong dying riffs in the tart colors of Tangerine Dream. We can't pass aside! The similarities are so obvious and so abundant that not talking about it would hurt my credibility. There are not just these elements of ambiences which correspond to them, the rhythms too. That of "Gateway Aura" gallops into cosmos with fine nuances in the colors and the oscillations, weaving in fact an earworm with its harmonic propensity. Rampant like a snake full of vices, the bass line does its job by deflecting the first axis of rhythm to another livelier phase by the accumulation of an armada of sequences whose purpose is to structure a rhythm slightly removable. We walk here between Firestarter and Wavelength. And I would say the same thing about "Edge of the Infinite" which starts crumbling chords which stroll in a desert cultivated of Tangerine Dream's protein-tone vitamins. The structure of rhythm flows while subdividing its core which is moored to sober pulsations, thus giving an approach a little more of the cosmic rock genre. The color of the tones as well as the sound aesthetic, the great strength of Particle Horizon make this title particular which refuses all harmonic compromise. "Zero-Crossing" relies on the spheroidal movement of the sequencer to build a rhythmic approach that remains the main harmonious attraction of this title invaded by a mass of video game sounds.
"Twilight Gap" is a more atmospheric title with filaments of sequenced rhythms which break through a great wall full of obstacles, like a sonic centipede and its strange zigzags which come and go with fascination. Speaking of fascination, "Gardens of Light" is one of the easiest titles to assimilate in this album. The ambiances and the jeremiad of the stars à la Wavelength on a bed of nervous sequences, jumping with a captivating cohesion in the agitated tumult, are weaver of musical itches' elements. Closer to the roots of a cosmic psybient, "Radiance" also proposes this structure where the legs of duck giggle frantically while the palmiped shows its passive phlegm. If one likes sequences which bone out their tones on a conveyor on which is missing a check mark, tell yourself that "The Age of Acceleration" respects the meaning of its title with accelerated lines of a rhythm which breathes the passivity of psybient vibes with these felted percussions and this heavy bass line which invades the listening. A slight point of comparison can be made with the melodious cooing of "Luminescence". "Taking the Void" covets this conveyor but in a speed-oriented approach. I would say that at this point, blinking rhythms like glass beads in each centipede membrane can become aggressive. It's for this reason that we must refocus our ears on the illuminated cosmic setting of “Particle Horizon”. In addition to this lunar haze and its celestial curtain of mist, the stars sing and the celestial bodies appear in different tonal forms in the soundscape of the 74 minutes of this 3rd album of Ascendant. The American duo completes this fusion between cosmic rock and these sound elements which flirt with the more contemporary borders of its decor. Like this frank and well-drawn rhythm of the title track which is a pure Berlin School, without the harmonies and the synth solos. A great absent from this album that will certainly please fans of structures built around sequencers than of synths and their solos, although their effects are also ubiquitous.
I enjoyed the discovering of Ascendant music. As long as I asked for the latest album entitled Meridian. The sound and musical aesthetics are high level and I loved the play of the sequencers and those rhythmic swarms which subdivide themselves in order to create parallel rhythmic movements rolling at different speeds while sharpening melodic rhythms which flow and roll in a lunar scenery that can be associated to the music of Wavelength, or other soundtracks of Tangerine Dream, I think of Firestarter or Flashpoint. Sometimes I like to think that Chris Bryant and Don C. Tyler attended Chris Franke School as the similarities are so obvious. A very nice discovery!
Sylvain Lupari (January 11th, 2019) *****

synth&sequences.com
Available at Synphaera Records' Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Un duo de Los Angeles composé de Chris Bryant et de Don C. Tyler, on a pu entendre une de leurs compositions (Black Flowers) dans la compilation Greenosophy Chapter II du label Ultimae Records, Ascendant possède un solide background dans l'univers de la musique électronique. Les 2 musiciens sont impliqués dans divers projets, soit en tant que musiciens ou à différents niveaux de production. “Particle Horizon” est un 3ième album sur Synphaera Records, un label américain qui semble offrir de très belles productions inspirées par le Berlin School ou le rock cosmique ambiant. Deux genres qui sont au cœur de cet album dont les 10 titres coulent en suivant cette vision de rythme ambiant, et surtout très mélodieux, qui sont principalement animé par des multilignes de séquenceurs de Black Flowers. D'entrée de jeu, je vous dis que j'ai adoré cet album! Complexe, mais pas trop, et harmonieuse, sans verser dans le New Age facile, la musique de cet album est assez facile à apprivoiser. Complexe puisque le modèle de rythme proposé est structuré sur des formules de centipèdes rythmiques qui se défont afin de former des groupuscules plus harmoniques, lorsque pas alambiqués, et qui s'enchevêtrent dans un univers tonal qu'Ascendant orne d'essaims d'arpèges cristallins qui tintent et pétillent dans le sillon de ces rythmes. Des effets cosmiques, des stries d'étoiles filantes ainsi que des effets percussifs et des lignes de basses rampantes insufflent un léger brin des fantaisies de l'univers psybient, et de ses dérivés de rythmes flottants, dans d'intrigantes carcasses de sons et d'effets sonores.
"Luminescence" ne perd pas de temps pour nous montrer de quoi seront constituées les 74 minutes de “Particle Horizon”. Un essaim d'arpèges échappe à l'ascension d'une nappe anesthésiante, libérant une mélodie rythmique stigmatisée dans le vol d'une libellule. Une autre mélodie émerge. Cette fois-ci plus envahissante, elle épouse l'ombre du rythme avec de beaux roucoulements et autres chants paradisiaques roulant en boucles. Une ligne de basse ajoute un poids dramatique à cette ouverture, de même que ces effets de percussions étouffés dans du prisme, nous rappelant que l'univers du psybient respire encore dans les manœuvres d'Ascendant. C'est à ce moment que le séquenceur libère une masse compacte d'ions séquencés qui sautillent sur place avec une incroyable précision sonore. Un petit passage ambient et le titre respire de nouveau sur une structure rythmique plus vive mais toujours retenue dans un état stationnaire. Ce qui saute en premier est cette promiscuité musicale et tonale entre le duo de Los Angeles et un certain trio Allemand qui a tracé les paramètres d'une MÉ du style Berlin School plus harmonieuse à la fin des années 80. Ajouté à cela ces lignes de basse rampantes avec une vision psybient éduquée dans le moule Ultimae Records et nous avons un truc rafraichissant qui séduit de titre en titre. "Gateway Aura" suit avec une intro tout aussi nébuleuse où traînent d'oblongs riffs agonisants aux couleurs acariâtres de Tangerine Dream. On ne passera pas à côté! Les ressemblances sont trop évidentes et tellement abondantes que de ne pas en parler nuirait à ma crédibilité. Il n'y a pas juste ces éléments d'ambiances qui y correspondent, les rythmes aussi. Celui de "Gateway Aura" galope dans le cosmos avec de fines nuances dans les couleurs et les oscillations, tissant en fait un ver-d'oreille avec sa propension harmonique. Rampante comme un serpent plein de vices, la ligne de basse fait son job en faisant dévier le premier axe de rythme vers une autre phase plus vive de par l'amoncellement d'une armada de séquences dont le but est de structurer un rythme ambiant légèrement amovible. On se promène ici entre Firestarter et Wavelength. Et je dirais la même chose de "Edge of the Infinite" qui débute en émiettent des accords flânant dans un désert protéiné des vitamines tonales de Tangerine Dream. La structure de rythme coule tout en subdivisant son noyau qui s'amarre à de sobres pulsations, donnant ainsi une approche un peu plus du genre rock cosmique. La couleur des tons ainsi que l'esthétisme sonore, la grande force de “Particle Horizon” rendent ce titre particulier qui refuse tout compromis harmonique. "Zero-Crossing" s'appuie sur le mouvement sphéroïdal du séquenceur afin de construire une approche rythmique qui reste le principal attrait harmonieux de ce titre envahit par une masse de sons de jeu vidéo.
"Twilight Gap" est un titre plus en mode ambiances avec des filaments de rythmes séquencés qui déboulent une grande muraille pleine d'obstacles, comme un centipède sonique et ses étranges zigzags qui vont et viennent avec fascination. Parlant fascination, "Gardens of Light" est un le titre le plus facile à assimiler dans cet album. Les ambiances et les jérémiades des étoiles à la Wavelength sur un lit de séquences nerveuses, sautant avec une captivante cohésion dans le tumulte agité, sont des éléments tisseurs de démangeaisons musicales. Plus près des racines d'un psybient cosmique, "Radiance" propose aussi cette structure où les pattes de canards gigotent frénétiquement alors que le palmipède garde son flegme passif. Si on aime les séquences qui se décarcassent le ton sur un convoyeur auquel il manque un coche, dites-vous que "The Age of Acceleration" respecte le sens de son titre avec des lignes accélérées d'un rythme qui respire la passivité du psybient avec ces percussions feutrées et cette lourde ligne de basse qui envahit l'écoute. Un léger point de comparaison peut se faire avec les roucoulements mélodieux de "Luminescence". "Taking the Void" convoitise ce convoyeur mais dans une approche axée sur la vitesse. Je dirais qu'à ce stade-ci, les rythmes clignotants comme des billes de verre dans chaque membrane d'un centipède peuvent devenir des éléments agressants. C'est pour cette raison qu'il faut recentrer nos oreilles sur le décor cosmique très illuminé de “Particle Horizon”. Outre cette brume lunaire et son rideau de bruine céleste, les étoiles chantent et les astres se pointent sous différentes formes tonales dans le panorama sonore des 74 minutes de ce 3ième album d'Ascendant. Le duo américain peaufine à merveille cette fusion entre le rock cosmique et ces éléments sonores qui flirtent avec les frontières plus contemporaines de son décor. Comme ce rythme franc et si bien dessiné de la pièce-titre qui est un pur Berlin School, sans les harmonies et solos de synthé. Un grand absent de cet album qui plaira assurément aux amateurs de structures construites plus autour des séquenceurs que des synthés et de leurs solos, quoique leurs effets soient aussi omniprésents.
J'ai bien aimé découvrir la musique d'Ascendant. Tant que j'ai demandé le dernier album Meridian. L'esthétisme sonore et musical sont de haut niveau et j'ai adoré le jeu des séquenceurs et des essaims rythmiques qui se subdivisent afin de créer des mouvements rythmiques parallèles qui roulent à différentes vitesses tout en aiguisant des rythmes mélodiques qui coulent et roulent dans un décor lunaire que l'on peut associer à la musique de Wavelength, ou à d'autres bandes sonores de Tangerine Dream, je pense à Firestarter ou Flashpoint. Des fois j'aime penser que Chris Bryant et de Don C. Tyler ont fréquenté l'École Chris Franke tant les ressemblances sont évidentes. Une belle découverte!

Sylvain Lupari 11/01/19