samedi 6 avril 2019

SEQUENTIA LEGENDA: Over There (2019)

“This is a stunning album forges with a splendid sequencing work from Sequentia Legenda”

1 The Return 27:13
2 Floating Time 21:12

3 Mind Lake 23:48
Sequentia Legenda Music (CD/DDL 72:19)
(New Berlin School)
==================================

  **Chronique en français plus bas**
==================================
With perseverance and a very classical vision of the Berlin School, period Mirage, Sequentia Legenda has managed to climb among the most beautiful discoveries of the modern EM with 3 albums of an eloquent sonic poetry. Then came the very amazing Renaissance last year! Originally conceived in the 80's, OVER THERE took almost 35 years to land on Compact Disc. I don't know all the secrets and legends of my dear friend Laurent Schieber, but I know that he has an exceptional talent in marketing. So, the story of OVER THERE is walking on different websites and stretches over different times. Sequentia Legenda started this musical journey with some analog instruments and finishes it with virtual ones adapted with analog tones. Honestly, I didn't really hear analog tones on OVER THERE, except for Tommy Betzler on drums. On the other hand, I heard an impressive work of the sequencer, which sounds like the dawn of the MIDI time but with a bank of tones much larger, in 3 very fiery title that recall all the talent and know-how that Laurent has developed since Blue Dream in 2015.
"The Return" begins on the hats of wheels! Some arpeggios flutter without power in an environment without sounds, except that the echo of an empty space. A very Berliner bass line, like the heavy one which rises constantly, whips up these arpeggios that stick to it, structuring these vertiginous rhythms that roll and run like a train without destination. A train crisscrossing the sound plains as evidenced by these zigzags not too certain that roll like snakes. In short, a solid and fierce pace. All around is a mass of arpeggios that twinkle and twirl with their tones of crystal beads. Percussions enter in the beat. We notice them later, like these layers of mists and orchestrations which are tracing the wavy structures of atmospheres in the background of "The Return". I don't have the time to write that the structure is minimalist, that the line becomes jerkier and borrows an even faster pace which activates both the neurons and the feet. The use of electronic percussion adds more panache to the rhythms of Sequentia Legenda in this OVER THERE and the dexterity of the French musician at this level brings subtle modulations that are done gently. Here, as on the other two tracks of this album. The 27 minutes of "The Return" are quite exquisite. If the layers of mists and of chthonic voices are known elements, the percussive elements, which dance the tap here and there, are nice surprises that thwart any attempt by the listener to doze in an effect of redundancy. If the percussion and the bass line are contagious, the arpeggios that vibrate all around this rhythmic framework burst with vivacity and velocity with effects of white noises and sometimes of organic noises which trace luminous metallic hoops all around these multiple very attractive beats. It's a solid title where each new listening makes us discover another jewel well hidden behind the 27 minutes of "The Return".
I had big expectations for "Floating Time", especially because of the presence of Tommy Betzler on drums. But the real star of this title is none other than Laurent Schieber on sequencer. The title begins slowly with an arpeggio rodeo that follows a spasmodic spiral. A tone of diamond sounds bursts with a pure clarity behind each note of the sequencer. And this string of lustered keys in crystal glass of Arque borrows various tortuous and semi-tortuous paths, accentuating the cadence as throwing a little of ballast before releasing impetuous ardour throughout its sonic course. The ambiences in the background consists of veils of mist and of chthonic voices. The velocity of the serial dances follows its attractive tonal path as the background intensifies its presence with more opacity as well as the beginning of Tommy Betzler's work. There is intensity and drama in this approach that reaches another emotional level around the 11th minute. One observes the fascinating convulsive dance of arpeggios which adopts an unsuspecting melodious approach while the drums are running wild by hammering a heavy and slow rhythm which goes clearly against the hard work, and the word is weak, from the sequencer. The fight is uneven and the union of all these elements converge on a musical mass that is heavy and whose sequencer is the sole owner, even with the clubbing of Tommy Betzler on the kegs. The music of Sequentia Legenda and of Klaus Schulze is often mentioned. If the first two titles of OVER THERE let filter a more personal signature from Laurent Schieber, "Mind Lake" is no doubt as to its source of inspiration that sticks this time to albums such as Dreams, En=Trance and Inter*Face. Here again the work of the sequencer forges a steady pace which circulates inside corridors filled of a sordid atmosphere. Layers of extinct voices and of Mephistophelic mist are responsible for these atmospheres while the rhythm is catchy and gets even more with the arrival of the electronic percussions. A very good title which concludes a fascinating and oh so excellent album from an artist who deserves all of his commercial hype on the great wild Web!

Sylvain Lupari (April 6th, 2018) ****½*
Available on Sequentia Legenda Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================
À force de persévérance et d'une vision très classique de la Berlin School, période Mirage, Sequentia Legenda est parvenu à se hisser parmi les plus belles découvertes de la MÉ moderne avec 3 albums d'une éloquente poésie sonique. Puis vint le très étonnant Renaissance l'an dernier! Pensé initialement dans les années 80, OVER THERE aura pris près de 35 ans avant d'atterrir sur Compact Disc. Je ne connais pas tous les secrets et légendes de mon cher ami Laurent Schieber, je sais cependant qu'il a un exceptionnel talent au niveau du marketing. Donc, l'histoire de OVER THERE se promène sur différents sites web et sur différentes époques. Sequentia Legenda a débuté ce voyage musical avec des équipements analogues pour le terminer avec des instruments virtuels adaptés avec des tonalités analogues. Honnêtement, je n'ai cependant pas vraiment entendu de tonalités analogues sur OVER THERE, mis à part pour Tommy Betzler à la batterie. Par contre, j'ai entendu un impressionnant travail au niveau des séquences, qui sonnent comme à l'aube du MIDI mais avec une banque de tonalités beaucoup plus vaste, dans 3 titre très fougueux qui rappellent tout le talent et le savoir-faire que Laurent à développer depuis Blue Dream en 2015.
"The Return" commence sur les chapeaux de roues! Quelques arpèges virevoltent sans puissance dans un environnement sans sons, si ce n'est que l'écho d'un espace vide. Une ligne de basse très Berliner, genre la lourde qui monte constamment, fouette ces arpèges qui s'y collent, structurant ces rythmes vertigineux qui roulent et courent comme un train sans destination. Un train sillonnant des plaines sonores comme en font foi ces zigzags pas trop certains qui roulent comme des couleuvres. Bref, un rythme solidement féroce et entraînant. Tout autour se forme une masse d'arpèges qui scintillent et virevoltent avec leurs tonalités de perles de cristal. Des percussions s'ajoutent. On les remarque sur le tard, comme ces nappes de brumes et d'orchestrations traçant d'ondoyantes structures d'ambiances dans le background de "The Return". Je n'ai pas le temps d'écrire que la structure est minimaliste que la ligne devient plus saccadée et emprunte un rythme encore plus vif qui active autant les neurones que les pieds. L'utilisation des percussions électronique ajoutent plus de panache aux rythmes de Sequentia Legenda dans ce OVER THERE et la dextérité du musicien français à ce niveau amène de subtiles modulations qui se font tout en douceur. Ici, comme sur les deux autres titres de cet album. Les 27 minutes de "The Return" sont tout à fait exquises. Si les nappes de brumes et de voix chthoniennes sont des éléments connues, les éléments percussifs, qui dansent la claquette ici et là, sont de belles surprises qui déjouent toute tentative chez l'auditeur de somnoler dans un effet de redondance. Si les percussions et la ligne de basse sont contagieuses, les arpèges qui vibrionnent tout autour de cette ossature rythmique éclatent de vivacité et de vélocité avec des effets de bruits blancs et parfois organiques qui tracent des cerceaux métalliques lumineux tout autour de ces multiples battements très séduisants. C'est un solide titre où chaque nouvelle écoute nous fait découvrir un autre joyau bien dissimulé derrière les 27 minutes de "The Return".

J'avais beaucoup d'attente envers "Floating Time", notamment à cause de la présence de Tommy Betzler à la batterie. Mais la véritable vedette de ce titre est nul autre que Laurent Schieber au séquenceur. Le titre débute lentement avec un rodéo d'arpèges qui suit une spirale spasmodique. Une tonalité de diamants sonores éclate avec une pure netteté derrière chaque note du séquenceur. Et ce chapelet d'ions lustrés dans du verre de cristal d'Arque emprunte divers chemins tortueux et semi-tortueux, accentuant la cadence comme jetant un peu de lest avant de libérer des fougues impétueuses tout au long de son parcours sonique. Le fond des ambiances est constitué de voiles de brumes et de voix chthoniennes. La vélocité des danses en série suit son attractif parcours tonal alors que le background intensifie sa présence avec plus d'opacité ainsi que le début du travail de Tommy Betzler. Il y a de l'intensité et du drame dans cette approche qui atteint un autre niveau émotionnel autour de la 11ième minute. On observe la fascinante danse convulsive des arpèges qui se dote d'une approche mélodieuse insoupçonnable alors que la batterie se dégêne en martelant un rythme lourd et lent qui va nettement à contresens d'un travail acharné, et le mot est faible, du séquenceur. Le combat est inégal et le mariage de tous ces éléments convergent vers une masse musicale qui est lourde et dont le séquenceur est l'unique propriétaire, même avec le labourage de Tommy Betzler aux futs. On fait souvent état des rapprochements entre la musique de Sequentia Legenda et celle de Klaus Schulze. Si les deux premiers titres de OVER THERE laissaient filtrer une signature plus personnelle pour Laurent Schieber, "Mind Lake" ne fait aucun doute quant à sa source d'inspirations qui se colle cette fois-ci à des albums tel que Dreams, En=Trance et Inter*Face. Encore ici le travail du séquenceur forge un rythme soutenu qui circule à l'intérieur de corridors remplis d'une sordide ambiance. Des nappes de voix éteintes et de brume méphistophélique sont les responsables de ces ambiances alors que le rythme est entraînant et le devient encore plus avec l'arrivée des percussions électroniques. Un très bon titre qui conclut un fascinant et oh combien excellent album d'un artiste qui mérite tout son tapage commercial sur le grand Web!
Sylvain Lupari 06/04/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.