vendredi 15 février 2019

WINTHERSTORMER: D.E.S.H. (2018)

“D.E.S.H. is a rough album where Berlin School is reinvents in so many musical genres, including art music for daring ears”
1 d.e.s.h. 14:06
2 Lunger er for unger det er gjeller som gjelder 9:17
3 Intermezzo 4:43
4 Nitrogen 24:52

Pakusch Project Records PP1801 (CD 52:02)
(Progressive Berlin School)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
Phew! It takes a lot of understanding oil, maybe even tolerance, in order to bring down the music of this “D.E.S.H.”  deep in our eardrums. Yes, an open mind towards new musical horizons is required to anchor well our ears to this first album of WintherStormer in the last 7 years. I even thought that the Norwegian group had stopped making music! Amputee of his drummer, Geir Marthin Helland left the quartet, the music of “D.E.S.H.”  does not suffer in any way because of a tight complicity between Terje Winther and Erik Stormer on synths, sequencers and other electronic instruments and the guitarist Atle Pakusch Gundersen who also plays the flute, and I even suspect that he has kept his intimacy with the Theremin and the vocoder. Presented as part of a concert in Oslo at the end of October 2018, this fifth opus of WintherStormer displays a fascinating violence which is fragmented between Berlin School style rhythmic monuments and phases of cosmic rock in a psychedelic Hard Rock envelope that is very particular to the Scandinavian countries and which is in the order of things of the Norwegian band.
It's a double rhythm movement of the sequencer which introduces the title-track. The sequences hop from one speaker to another in accordance with the pure rhythms of the Berlin School, while a tasty bass line decorates the structure with a harmonic fluidity. Guitar riffs fall and "d.e.s.h." sinks into a Berlin School heavy, hard and as jerky as the armada of riffs which become however quite musical. A gallop like those of a mini-horse in a carousel rotating too fast, the rhythm is as catchy as a solid Progressive Hard Rock, one forgets that we listen to a supposed Berlin School, where the synth solos steal the show to the rhythmic riffs and the sequencer. Redesigning speed and heaviness, the sequencer alternates the velocity of its keys which hop with a fraction of a second of gasp between each beat. "d.e.s.h." so deviates in a rather intriguing ambiospherical phase which let hear crumbling guitar solos and its cosmic bluesy tone in a finale where the indecision between violence and serenity will remain the fight of “D.E.S.H.”. The bacteriological tone of "Lunger er for unger deter gjeller som gjelder" makes jumpy our distracted ears and souls when the music bursts in a structure that seems to mock those ears. The sequencer modulates its rhythm on the organic and cold approach of the introduction, sculpting this up-and-down approach of the Berlin School style which is filled of synth and guitars solos. The latter are very corrosive and awaken this structure that spits batrachian gurgles, giving an organico-psychedelic cachet to a title which will require several listenings and which ends with a flute trying to bring our ears to reason. Even in its somewhat odd ambiospherical envelope, "Intermezzo" remains a title filled of oscillations, reverberations and dissonances. A sequencer tries to establish a more musical presence with brief appearances to undulate in an anesthetic rhythm structure. But the music continues to release this grip of discomfort. A bit like looking for a safe shelter in a Jurassic forest.
With its 25 minutes, "Nitrogen" is lining up to be the cornerstone of this “D.E.S.H.”. And with reason! The structure is evolving and changes shapes a few times, embracing both Progressive Hard Rock and Dark Berlin School. Industrial mist jets blow on a fraction of the sequencer which releases clattering of hooves on a metal sheet and a slightly pulsating rhythm which allows the guitar to drop solos with harmonic riff tones. The synth also vaporizes solos on this structure that makes me think of a coastal city about to be invaded by a horde of ghosts. The intensity is palpable until the sequencer remodulates its structure by throwing series of 3 chords which jump quickly. Synth solos weave spectral harmonies in a gloomy ambience filled of intriguing percussive effects, organ pads and chthonic chants. There is not even 9 minutes of past and already "Nitrogen" embraces its 3rd skin. This time, we are in an anti-music zone with weird cries and sound effects which are just as much, guiding our ears in a vision of psychedelic apocalypse of a rare tonal intensity. It's a necessary evil to reach the core of "Nitrogen" which moves into a kind of unfathomable cosmic blues with Luciferian choirs but where the harmonious riffs of the guitar struggle unevenly with the intriguing appearance of the vocoder. A 5th change of sonic skin starts around the 15th minute, guiding "Nitrogen" in a furious electronic rock. The sequencers make their keys dance with a relentless alternation, structuring those furious movements of an excellent drummer, in a mutant art rock with a rhythm which slides and rises and becomes the ideal catalyst for a horde of solos as many synths that a guitar always in love with these indomitable duels. Little advice here; it is best to lower the volume around the 22 minutes because the distortion effects can cause ear burns.
As you can notice, this “D.E.S.H.” which roughly means diatonic elaboration of static harmony (sic!) is a hard-rock-electronic-progressive-psychedelic-noisy album that requires some listenings before savoring the extreme efficiency of 3 musicians who like to defy the order of things. One tames the title-track and the rest will follow with some eye-strokes that will become sources of pleasure. And a bit like Mile Oldfield's Amarok, I enjoyed the experience more with my speakers because the sound range is wide and surprisingly musical for the genre.
Sylvain Lupari (February 14th, 2019) *****

synth&sequences.com
Available only on CD at the WintherStormer site
====================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
====================================================================

Ouf! Ça prend beaucoup d'huile de compréhension, peut-être même de tolérance, afin de bien faire descendre la musique de ce “D.E.S.H.” tout au fond de nos tympans. Eh oui, une ouverture d'esprit vers de nouveaux horizons musicaux est requise afin de bien s'ancrer dans ce premier album de WintherStormer depuis 7 ans. Je pensais même que le groupe Norvégien avait cessé ses activités! Amputé de son batteur, Geir Marthin Helland a quitté le quatuor, la musique de “D.E.S.H.” n'en souffre nullement avec une complicité tissée très serrée entre Terje Winther et Erik Stormer aux synthés, séquenceurs et autres instruments électroniques et le guitariste Atle Pakusch Gundersen qui joue aussi de la flûte, et je soupçonne même qu'il a gardé son intimité avec le Theremin. Présenté dans le cadre d'un concert à Oslo à la fin Octobre 2018, ce 5ième opus de WintherStormer affiche une fascinante violence qui se fragmente entre des monuments de rythme du style Berlin School et quelques phases de rock cosmique dans une enveloppe de Hard Rock psychédélique très particulier des pays Scandinaves qui s'inscrit dans la suite des choses du groupe Norvégien.
C'est un mouvement double rythme du séquenceur qui introduit la pièce-titre. Les séquences sautillent d'un haut-parleur à l'autre en conformité avec les rythmes purs de la Berlin School, alors qu'une savoureuse ligne de basse décore la structure avec une fluidité harmonique. Les riffs de guitare tombent et "d.e.s.h." s'enfonce dans un Berlin School lourd, rude et aussi saccadé que l'armada de riffs qui deviennent pourtant assez musicaux. Un galop comme ceux d'une mini-cheval dans un carrousel qui tourne trop vite, le rythme est aussi entraînant que du gros Hard Rock progressif, on oublie que nous écoutons du supposé Berlin School, où les solos de synthé volent le spectacle au rythme des riffs et du séquenceur. Remaniant la vitesse et la lourdeur, le séquenceur alterne la vélocité des ions qui sautillent avec une fraction de seconde de vide entre chaque battement. "d.e.s.h." dévie donc dans une phase ambiosphérique plutôt intrigante qui laisse entendre des solos émiettés d'une guitare et sa tonalité de bleues cosmique dans une finale où l'indécision entre violence et sérénité restera le combat de “D.E.S.H.”. La tonalité bactériologique de "Lunger er for unger det er gjeller som gjelder" fait sursauter oreilles et âmes distraites lorsque la musique éclate avec une structure qui semble se moquer de ces oreilles. Le séquenceur module son rythme sur l'approche organique et enrhumée de l'introduction, sculptant cette approche de monte-et-descend de la Berlin School qui s'emplie de solos de synthés et de guitares. Ces derniers sont très corrosifs et éveillent cette structure qui crache des gargouillements batraciens, donnant un cachet organico-psychédélique à un titre qui demandera plusieurs écoutes et qui se termine par une flûte qui tente de ramener nos oreilles à la raison. Même dans son enveloppe ambiosphérique un peu bizarre, "Intermezzo" reste un titre rempli d'oscillations, d'effets de réverbérations et de dissonances. Un séquenceur tente d'instaurer une présence plus musicale avec de brèves apparitions qui ondulent dans une structure de rythme anesthésiant. Mais la musique continue de dégager cette emprise d'inconfort. Un peu comme si on cherchait un abri sécuritaire dans une forêt Jurassique.
Avec ses 25 minutes, "Nitrogen" s'enligne pour être la pierre angulaire de ce “D.E.S.H.”. Et avec raison! La structure est évolutive et change de formes à quelques reprises, embrassant autant le Hard Rock progressif que le Berlin School ténébreux. Des jets de brume industrielle soufflent sur une fraction du séquenceur qui libère des claquements de sabots sur une feuille en métal et un rythme légèrement pulsatoire qui permet à la guitare de déposer des solos avec des tonalités de riffs harmoniques. Le synthé vaporise aussi des solos sur cette structure qui me fait penser à une ville côtière sur le point d'être envahie par une horde de spectres. L'intensité est palpable jusqu'à ce que le séquenceur remodule sa structure en lançant des séries de 3 accords qui sautillent promptement. Des solos de synthé tissent des harmonies spectrales dans une ambiance glauque qui s'emplie d'effets percussifs intrigants, de nappes d'orgue et de chants chthoniens. Il n'y a pas 9 minutes d'écoulées et déjà "Nitrogen" embrasse sa 3ième peau. Cette fois-ci nous sommes dans une zone anti-musique avec des cris bizarres et des effets sonores qui le sont tout autant, guidant nos oreilles dans une vision d'apocalypse psychédélique d'une rare intensité tonale. C'est un mal nécessaire pour atteindre le cœur de "Nitrogen" qui mue en un genre de blues cosmique insondable avec chorale luciférienne mais où les riffs harmonieux de la guitare luttent à armes inégales avec l'intrigante apparition du vocodeur. Un 5ième changement de peau sonique se met en marche autour de la 15ième minute, guidant "Nitrogen" dans un furieux rock électronique. Les séquenceurs font danser leurs ions qui sautillent avec une alternance sans répit, structurant le mouvement acharné d'un excellent batteur dans un rock mutant en art rock avec un rythme qui glisse et remonte et qui devient le catalyseur idéal pour une horde de solos autant des synthés que d'une guitare toujours amoureuse de ces indomptables duels. Petit conseil; il vaut mieux baisser le volume autour des 22 minutes parce que les effets de distorsion peuvent causer des risques de brûlures aux tympans. 
Comme vous pouvez le constater, ce “D.E.S.H.” qui grosso-modo signifie élaboration diatonique de l'harmonie statique (sic!) est un album de hard-rock-électronique-progressif-psychédélique-bruyant qui nécessite quelques écoutes avant d'en savourer l'extrême efficacité de 3 musiciens qui aiment défier l'ordre des choses. On apprivoise la pièce-titre et le reste suivra avec quelques sourcillements qui deviendront sources de plaisir. Et un peu comme avec Amarok de Mile Oldfield, j'ai mieux apprécié l'expérience avec mes haut-parleurs puisque la portée sonore est large et étonnement musicale.

Sylvain Lupari 14/02/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.