dimanche 24 février 2019

NORD: Digital Dreams (2019)

Digital Dreamsis a nice album where Nord still manages to enhance the value of his compositions with outcomes that defy any auditory wandering of the listener
1 Sirens Part 1 11:01
2 Sirens Part 2 8:20
3 Sirens Part 3 10:47
4 The Stream Behind the Door 11:12
5 Contemplations 10:03
6 The Crows and the Boy 11:09

Nord Music (DDL 62:35)
(Progressive E-Rock & Berlin School)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
Nord had a very good year in 2018 with two of his albums (Black Tears in 11th place and The Tree of Life in 18th place) which were nominated for the album of the year as part of the prestigious Schallwelle Award; the Oscars of Electronic Music. He starts 2019 on the right foot with an album which makes the share between his first love for big progressive rock and his late favorite heart-struck for EM. In doing so, “Digital Dreams” is quite consistent with his latest opuses. The music is influenced between dreams and slices of life that are real daydreams. The 6 structures proposed are evolutive and comfortably crisscross its two poles of music on compositions which don't suffer from its always prolific writing. The rhythms are forged by a good vision of the sequencer and good drum acts, giving at times quite exciting structures, sometimes even wild, which are in continuous movements. The synths, still very piercing and strangely singular, are again very creative, both at the level of solos and effects, which often have a slight Vangelis side, as well as for the arrangements and melodies which have a little sibylline vision. In short, a nice album with very few dead moments and which starts pretty well 2019 for this likeable Romanian musician.
It's with a wave of resonance and distortion that begins "Sirens Part 1". Shimmering effects and flickering layers are joining to an introduction rich of its effects which clings to a zigzagging movement of the sequencer. This framework of the ambiences and the rhythm a bit organic reminds me a little of "A" 200 from Deep Purple that we found in the Burn album. The layers intersect their destinies in a movement of astral waltz, while the organic effects of the sequencer nourish a fluttering rhythm which always hesitates to start up. The synth is great with lamentations, or solos, of such a sharp intonation that it looks like a metal bow rubbing on the edge of a razor. These layers and piercing solos are very addictive and drive "Sirens Part 1" to timpani drums whose rolling bring the music into a phase of quite exciting electronic rock. The transition of ambient EM, still kept alive by vibrating organic sequences, towards a heavy electronic rock, hammered by drums and bitten by sharp riffs, is true to Nord's signature even if a little more aggressive. The synth layers gradually extend their footprints to become hazy orchestrations with charms that gradually envelop the fury of "Sirens Part 1". We are not far from the Scandinavian Progressive Hard Rock. These 11 minutes are a good indicator of “Digital Dreams” next 50 other ones to come, even if "Sirens Part 2" is more ambient with its symphony of laments that fill our ears to the top. Some have airs of Vangelis and others are bursting of intensity with a slow and moving flow. This avalanche of circular layers makes us forget the movement of the sequencer which drives a discrete and pulsating rhythm. The drum gets activate at around the 4th minute, giving more vitamins to this traveling movement which remains very attractive with those multilayers of iridescent tones and others flowing like magma of mist.
An evolving title, "Sirens Part 3" begins with a movement of the sequencer which spreads a range of oscillating tones sliding pleasantly in stereo mode between the ears. These intersecting sequencer flights weave a stationary structure in constant boiling. The sequencer regurgitates its organic tones after 5 minutes, expiring now some more limpid sequences and with a more classical Berlin School identity. This phase initiates an indecision between rock and an EM torpedoed by its hesitations between rhythm and ambient phases in a final without outlet. Inspired by a slice of life, a night walk with his boy, "The Stream Behind the Door" is a title that also sails between ambient vibes, which depict the enchanting surroundings of a river, and a heavy rock phase dynamited by aggressive percussions. But the ambiences dominate, in accordance with the tranquility which adorns the seraphic vision of a river flowing its quiet journey within a city. A bouquet of piano notes and a cloud of iridescent layers inspire a discreet pulsating rhythm which try to get out "Contemplations" from its cocoon of ambient elements. Nebulous synth pads spread an aura of mysticism over a structure in full rout. Effects and foggy pads feed an intensity which increases with the confident presence of the sequencer whose pulsations structure a motionless rhythm. The synth is displaying its charms with piercing layers and lines haunting a piano which disintegrates its notes in a contemplative vision more sibylline than dreamlike. "The Crows and the Boy" is a rather intriguing title. Inspired by an outing to the park with his son, the introduction is fed of crows’ cawing that are quietly swallowed by a very mathematical pulsating rhythm and by synth pads whose chloroformic approach is nuanced by crystalline doses which are flying out in long enigmatic laments. The croaking resist to form the heart of the elements of ambiances while the synth swaps its enigmatic laments into orchestral thin lines. Bass layers and sequencer rolling keys in form of direct current add a slight touch of intensity to this ambio-rhythmic structure which wobbles like the stationary movements of the EM where we can hear the little Nord ask his dad; Where are the crows? Gradually, the symphony of crows takes on the appearance of tension music that would go pretty well in a suspense movie. The synth solos are crucial with laments which become the accomplices of very cinematic orchestrations in a finale which embraces this vision of Nord electronic progressive rock.
In conclusion! “Digital Dreams” is a nice album where Nord still manages to enhance the value of his compositions with outcomes which defy any auditory wandering of the listener. Whether through changes in rhythm structures, synth solos which are as dominant as they are captivating, and arrangements; there is always something that sticks to the tympanums in this opus and which will certainly please Nord's fan base as well as fans of Scandinavian Progressive Hard Rock in search of a different option, although it’s rather a shy entry but still an entry.
Sylvain Lupari (February 24th, 2019) *** ½**

synth&sequences.com
Available at Nord's Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Nord a connu une très bonne année 2018 avec 2 de ses albums (Black Tears au 11ième rang et The Tree of Life au 18ième rang) qui ont été en nomination pour l'album de l'année dans le cadre du prestigieux Schallwelle Award; les Oscar de la MÉ. Il débute 2019 sur le bon pied avec un album qui partage assez bien ses premiers amours pour du gros rock progressif et son coup de cœur tardif pour la MÉ. Cela faisant, “Digital Dreams” est assez conforme avec ses derniers opus. La musique est influencée entre les rêves et les tranches de vie qui sont de véritables rêves éveillés. Les 6 structures proposées sont évolutives et traversent confortablement ses deux pôles de musique sur des compositions qui ne souffrent pas de son écriture toujours prolifique. Les rythmes sont forgés par une bonne vision du séquenceur et de la bonne batterie, donnant par moments des structures assez enlevantes, parfois sauvages, qui sont en continuels évolutions. Les synthés, très perçants et étrangement singuliers, sont toujours aussi créatifs, tant au niveau des solos que des effets, qui ont souvent un petit côté Vangelis, ainsi que pour les arrangements et les mélodies qui ont un petit côté sibyllin. Bref, un bel album avec très peu de moments morts et qui débute assez bien 2019 pour ce sympathique musicien Roumain. 
C'est avec une onde de résonnances et de distorsions que débute "Sirens Part 1". Des effets miroitants et des nappes vacillantes se greffent à une introduction riche en effets et qui s'agrippe à un mouvement zigzagant du séquenceur. Cette ossature d'ambiances et de rythme un brin organique me rappelle un peu "A" 200 de Deep Purple que l'on trouve dans l'album Burn. Les nappes entrecroisent leurs destinés dans un mouvement de valse astral, alors que les effets organiques du séquenceur nourrissent un rythme papillonnant qui hésite toujours à se mettre en marche. Le synthé est fabuleux avec des lamentations, ou solos, d'une intonation si tranchante que l'on dirait un archet métallique se frottant sur le fil d'un rasoir et conduisent "Sirens Part 1" vers des grosses caisses dont les roulements amènent la musique dans une phase de rock électronique assez enlevante. La transition ME ambiante, toujours maintenue en vie par des séquences organiques vibrionantes, vers du gros rock électronique lourd, tabassé par la batterie et mordu par des riffs tranchants, est fidèle à la signature de Nord même si un peu plus agressive. Les nappes de synthés étendent graduellement leurs emprises pour devenir des orchestrations brumeuses avec des charmes qui enveloppent peu à peu la fureur de "Sirens Part 1". Nous ne sommes pas loin du Hard Rock Progressif Scandinave. Ces 11 minutes sont un bon indicateur des 50 prochaines de “Digital Dreams”, même si "Sirens Part 2" est plus ambiant avec sa symphonie de complaintes qui nous en met plein les oreilles. Certaines ont des airs de Vangelis et d'autres sont crevantes d'intensité avec un débit lent et émouvant. Cette avalanche de nappes circulaires fait oublier quelque peu le mouvement du séquenceur qui pilote un rythme discret et pulsatoire. La batterie s'active autour des 4 minutes, donnant ainsi plus de vitamines à ce mouvement ambulant qui reste très séduisant par les multicouches de synthé aux tonalités irisées et d'autres coulant comme du magma de brume.
Titre évolutif, "Sirens Part 3" débute avec un mouvement du séquenceur qui étale une gamme de tons oscillateurs glissant agréablement en mode stéréo entre les oreilles. Ces vols entrecroisés du séquenceur tissent une structure stationnaire qui est constamment en ébullition. Le séquenceur régurgite ses tonalités organiques vers les 5 minutes, expirant maintenant des séquences plus limpides et avec une identité plus Berlin School classique. Cette phase initie une constante indécision entre du rock et une MÉ torpillée par ses hésitations entre rythme et phases ambiante dans une finale sans débouché. Inspiré d'une tranche de vie, soit une promenade nocturne avec son garçon, "The Stream Behind the Door" est un titre qui vogue aussi entre des ambiances qui dépeignent les alentours enchanteurs d'une rivière et une phase de rock lourd dynamité par des percussions agressives. Mais les ambiances dominent, conformément à la tranquillité qui orne la vision séraphique d'une rivière qui suit son tranquille parcours à l'intérieur d'une ville. Un bouquet de notes de piano et une nuée de strates de synthés aux couleurs irisées inspirent une discret rythme pulsatoire qui tentent de sortir "Contemplations" de son cocon d'ambiances. Des nappes de synthé brumeuses étendent une aura de mysticisme sur une structure en déroute. Des effets et des nappes brumeuses alimentent une intensité qui s'accroit avec la présence plus certaine du séquenceur dont les pulsations structurent un rythme stationnaire. Le synthé fait l'étalage de ses charmes avec des nappes perçantes hantant un piano qui désagrège ses notes dans une vision contemplative plus sibylline qu'onirique. "The Crows and the Boy" est un titre plutôt intrigant. Inspiré d'une sortie au parc avec son fils, l'introduction est nourrie de cris de corbeaux qui se font tranquillement avalé par un rythme pulsatoire très mathématique et des nappes de synthé dont l'approche chloroformique est nuancée par des doses cristallines qui s'échappent en longues complaintes énigmatiques. Les croassements résistent pour former le cœur des éléments d'ambiances tandis que le synthé permute ses complaintes énigmatiques en filets orchestraux. Des nappes de basses et des roulements du séquenceur en forme de courant continu ajoutent un léger brin d'intensité à cette structure ambio-rythmique qui vacille comme les mouvements stationnaires de la MÉ où on peut entendre le petit Nord demander à son papa où sont les corbeaux. Peu à peu, la symphonie des corbeaux prend des allures de musique à tension qui irait assez bien dans un film à suspense. Les solos de synthé, qui nourrissent aussi l'ensemble de “Digital Dreams”, sont cruciaux avec des complaintes qui deviennent complices d’orchestrations très cinématographiques dans une finale qui embrasse cette vision de rock progressif électronique de Nord.
En conclusion! “Digital Dreams” est un bel album où Nord réussit toujours à rehausser la valeur de ses compositions avec des modifications qui déjouent une quelconque flânerie auditive de l'auditeur. Que ce soit par les changements des structures de rythmes, les solos de synthé qui sont aussi dominants que captivants et les arrangements; il y a toujours quelque chose qui colle aux tympans dans cet album qui plaira assurément aux fans de Nord ainsi qu'aux fans de Hard Rock Progressif Scandinave à la recherche d’une différente option, quoique là c'est plutôt une entrée timide mais avouée.

Sylvain Lupari 22/02/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.