lundi 9 juillet 2018

ALPHA LYRA: Ultime Atome (2018)

“Ultime Atome offers us a great musical panorama on a subject difficult to put into music but which Alpha Lyra succeeds on its always lyrical touch”
1 Uuu111 5:44
2 Uub112 3:54
3 Uut113 4:48
4 Uuq114 7:58
5 Uup115 4:31
6 Uuh116 12:44
7 Uus117 2:49
8 Uuo118 3:59
9 Uun119 4:36

10 Ultime Atome 9:33
Alpha Lyra Music (CD/DDL 60:44)
(Ambient Music with a touch of Pacific School)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
An album on atoms! Is it interesting you? With a series of titles bearing different nicknames of atoms in search of life and names, Alpha Lyra concocts an EM which flirts with the different variables of these atoms in an album where ambient music is delicately propelled by a nameless rhythmic life. “Ultime Atome” is a superb continuity to the very good Between Cloud and Sky album with figures of ambient rhythms camouflaged in a swarm of synth pads with contrasting tones and where the translucent side is never too far from the sibylline state. And if my cranial space is not overloaded with painkillers, I'd dare to say that it's a neutron concert dictated by a musician who flirts dangerously with the boundaries of being and non-being.
Cottony mist breezes open the "Uuu111" experience. A slight manipulation of the sequencer carves a traveling rhythm whose minimalist approach hosts a concert of translucent synth pads filled by radiations and others filled by heavenly voices. Filaments of an azure blue cover this delicate approach which melts too quickly in the silence. No problem, the beefy "Uub112" shows its rhythm all in radiation while jumping of its fragile feet under an avalanche of waterlogged layers. Fire and water are elements which draw contrasts all over “Ultime Atome”, either with heavy oceanic layers or by those voices of fire which furrow the tumultuous elements of the last Alpha Lyra album. After these two animated titles, "Uut113" returns to the more ambient signature of Christian Piednoir. If there is a slight pulsating movement, it's buried and ochered by a duality between the ether and the angelic which squabbles this fascinating musical poetry on abstract elements of our daily life. The attention to detail is omnipresent in this album where a real texture of iodine grows up to our ears in each chapter of this “Ultime Atome”. "Uuq114" is a small jewel structured on an approach of a sequencer in mode Steve Roach. And what about the synth layers where spectral voices are lost in a mist? Pure Steve Roach, just like "Uuh116" while "Uuo118", another track animated of a fascinating tumultuous structure, offers a concerto of pearls which dance with their mirrored reflections in the echoes of multiple effects of reverberations. "Uup115" is an ambient title astonishing musical. If one listens attentively, one notices the genesis of a melody quite sublime in its frame of foggy voice. The synth pads are quite striking. Ditto for "Uus117" which lays down a seraphic veil to the multiple ambient structures of this album. "Uun119" lays cavernous layers which circulate in an endless corridor. "Ultime Atome" is in the pure Alpha Lyra tradition with an ambient pattern where burst out bubbles carrier of a melody fragmented and scattered and of which the tinklings are floating in a universe filled of misty layers and of sibylline lines. Thus concluding an album which survives very well to Between Cloud and Sky, even if the subject is devilishly more delicate. A beautiful album that we listen the head going adrift, but not too much because we can miss elements that will come to haunt us over the next listenings.

Sylvain Lupari (July 9th, 2018) ****½*
synth&sequences.com
Available on CD and DDL on Alpha Lyra Bandcamp
===============================================================================

CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Un album sur les atomes! Ça vous intéresse? Avec une série de titres portant différents surnoms d'atomes en quête de vie et de noms, Alpha Lyra concocte une MÉ qui flirte avec les différentes variables de ces atomes dans un album où la musique ambiante est délicatement propulsée par une vie rythmique sans noms. “Ultime Atome” est une superbe continuité au très beau Between Cloud and Sky avec des figures de rythmes ambiants camouflées dans un essaim de nappes de synthés aux tonalités pleines de contrastes où le côté translucide n'est jamais trop loin du sibyllin. Et si mon espace crânien ne serait pas trop chargé d'antidouleurs, j'oserais dire que c'est un concert pour neutrons dicté par un musicien qui flirte dangereusement avec les frontières d'être et du non-être.
Des brises de brume cotonneuse ouvrent l'expérience "Uuu111". Un léger maniement du séquenceur sculpte un rythme ambulant dont l'approche minimaliste accueille un concert de nappes au rayonnement translucide et d'autres qui sont gorgées de voix célestes. Des filaments d'un bleu azur recouvrent cette approche délicate, mais qui fond trop vite dans le silence. Pas de problème, le costaud "Uub112" montre son rythme tout en radiation qui sautille de ses pieds fragiles sous une avalanche de nappes gorgées d'eau. Le feu et l'eau sont des éléments qui font contrastes à la grandeur de “Ultime Atome”, soit avec de lourdes nappes océaniques ou par ces voix de feu qui sillonnent les éléments tumultueux du dernier Alpha Lyra. Après ces deux titres animés, "Uut113" renoue avec la signature plus ambiante de Christian Piednoir. S'il existe un léger mouvement pulsatoire, il est enseveli et ocré par une dualité entre l'éther et l'angélique qui se tiraillent cette fascinante poésie musicale sur des éléments abstraits de notre vie quotidienne. Le souci du détail est omniprésent dans cet album où une véritable texture d'iode monte à nos oreilles à chaque chapitre de cet album. "Uuq114" est un petit bijou structuré sur une approche d'un séquenceur en mode Steve Roach. Et que dire de ces nappes où les voix spectrales se perdent dans une brume? Du pur Steve Roach, tout comme "Uuh116" alors que "Uuo118", un autre titre animé d'une fascinante structure tumultueuse, propose un concerto de perles qui dansent avec leurs reflets miroités dans l'écho de multiples effets de réverbérations. "Uup115" est un titre ambiant étonnement musical. Si on prête une oreille attentive, on remarque la genèse d'une mélodie tout à fait sublime dans son cadre de voix brumeuse. Les nappes de synthé sont tout à fait saisissantes. Idem pour "Uus117" qui étend un voile séraphique dans les multiples structures d'ambiances de cet album. "Uun119" étend des nappes caverneuses qui circulent dans un couloir sans fin. Et la pièce-titre, "Ultime Atome", est dans la pure tradition Alpha Lyra avec un pattern ambiant où éclatent des bulles qui sont porteuse d'une mélodie fragmentée et dont les tintements éparpillés flottent dans un univers rempli de strates brumeuses et de lignes sibyllines. Concluant ainsi un album qui survit très bien à Between Cloud and Sky, et ce même si le sujet est diablement plus délicat. Un très bel album qui s'écoute la tête à la dérive, mais pas trop parce que nous pourrons rater des éléments qui viendront nous hanter lors des prochaines écoutes. 
Sylvain Lupari 09/07/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire