dimanche 10 juin 2018

SVERRE KNUT JOHANSEN: The Vast Expanse (2018)

“The Vast Expanse is this kind of sonic jewels collection aiming particularly to fans of a more musical EM with melodies which remain tie to our senses all day long”
1 Origins of the Universe 9:12
2 The Vast Expanse 5:51
3 Emotion Strata 5:41
4 Space and Time 9:31
5 The Beginning 11:20
6 DNA (deoxyribonucleic acid) 4:09
7 Perfect Creation 6:33
8 Abiogenesis 6:09

Spotted Peccary | SPM-3003 (CD 58:29)
(Melodious cinematographic E-Rock
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
What a beautiful artist this Sverre Knut Johansen is! His compositions are melodious with a cinematic vision that is not unlike that of Vangelis. Flanked by David Helpling and his shadows of spectral guitars, the Norwegian multi-musician signs here a work inspired by the Big Bang theory and the writings of astrophysicist Stephen Hawking. “The Vast Expanse” is the third album of SKJ on the American label Spotted Peccary. It cements his reputation as a melodist and orchestral arranger with nearly 60 minutes of an EM where the complexity lies in nice textures of moods rich in tones but especially in orchestrations where the genres of David Wright and Mike Oldfield are only at an ear-jet.
A buzz and multicolored strata which get deform according to their tones open the ambiences decor of "Origins of the Universe". The slow waltz of the sound effects gives a feeling of slow motion to the 90 seconds of the opening where are added breaths of voices and more aggressive sound elements, including tears of synth (guitar?) which seem to put the brakes so as not to crush the origins of the universe. White noises, pulsations and organic whispers fill these moods while moving towards a very lively pulsating beat, but the race is significantly slowed by the mass of very colorful sound effects and the roars of a synth to sharp colors. It's on the edge of the 4 minutes that the rhythm runs away in a semi-dance approach with its sequences, its percussion and its rattling. The melodic skills fill the second portion of "Origins of the Universe". Always wrapped in orchestral arrangements which make it twirl, the rhythm hosts not 2 melodic strategies, but 3 with keyboard chords, orgasmic voice sings and synth sighs. These elements converge into a beautiful earworm that sticks to our eardrums and intertwine their magnetizing charms in a rhythmic whirlwind well surrounded by multiple orchestral arrangements, it's like in the days of Giorgio Moroder, and by that Elven siren voice who will bewitching in several places in “The Vast Expanse”. "Origins of the Universe" set the tone for a high-pitched album in tonal colors with catchy and sometimes magnetizing rhythms where chills for dreamy souls are at the turn of each title. The structures are in evolutionary modes, passing from openings paved with atmospheric elements to embryonic rhythms which progress towards a Berlin School a la Erik Wollo or a music which will bring your feet back to life. The title-track evolves in these parameters to rely on a pulsating rhythm where a river of orchestrations and fragments of lunar melody are clinging. Here again, it's very David Wright or Code Indigo, and it's especially comfortable to the ears. In fact, we are not very far of a Yanni style of melodic New Age. But there is more! A harmonic filament escapes from the title and overflows into the territories of "Emotion Strata" which is a superb melody nesting in the effects of vertical jerks from a bed of staccato orchestrations. The piano and keyboard are impregnated with tenderness, while the synth completes this trio of electronic romance with well-drawn dreams in a soundscape which gains in intensity.
"Space and Time" is my favorite title of this album. It's a beautiful, an intrusive Berlin School with a spiral of slow-motion sequences whose influences seem to come from Erik Wollo's floating sequential movements. The structure presents halftone sequences which spin with zigzags in a spheroidal race beneath the stars and under layers of cosmic mist and of astral voices. It's these zigzags that catch the magnetizing effect of this title of which the cosmic textures of David Helpling's guitar are floating like a large white cover to which is clinging a chant of Perseids. The first 3 minutes are ambient moves as I like them. With its sonic painting rich in different textures and additional sequences, the walking rhythm reaches a more intense level in its decoration than in its rhythm, sparing the various fragments of melodies and lyrical effects which mate on a path dominated by rather cinematic intensity changes, including a unique and delicate lunar moment. "The Beginning" walks on the ashes of "Space and Time", but with more grip, more dramatic emphasis in its rhythm while the decor is filled of multiple textures of ambiences and of seductive percussive effects. A beautiful melody, sculpted in the parameters of the album, clings to the different evolutions of this long title, both symphonic and cinematographic. "DNA (deoxyribonucleic acid)" is an atmospheric title with orchestral impulses guiding a slow staccato and its caramelized tone of metal writhing in a bath of scarlet magma. "Perfect Creation" is a title which sounds a bit like the title track. It's lively, not too much on the other hand, with a nice melodious envelope which flirts with the New Age essences, for the melody, and the Berlin School, for the sequences and some textures of well-garnished ambiences. "Abiogenesis" ends “The Vast Expanse” with a nice lunar ballad approach where Sverre Knut Johansen spreads all his talent of multi-instrumentalist. There is a good mix of electronics and acoustics on this title of which progression borrows the structures of "Space and Time" and "The Beginning", two of the very beautiful jewels of this last opus of Sverre Knut Johansen which is aimed mainly to fans of a more musical than complex form of EM with melodies and rhythms which remain tie to our senses all day long.
Sylvain Lupari (June 8th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available at Spotted Peccary Webshop

===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Quel bel artiste que ce Sverre Knut Johansen! Ses compositions sont mélodieuses avec une vision cinématographique qui n'est pas sans rappeler celle de Vangelis. Flanqué de David Helpling et de ses ombres de guitares spectrales, le multi musicien Norvégien signe ici une œuvre inspirée par la théorie du Big Bang et les écrits de l'astrophysicien Stephen Hawking. “The Vast Expanse” est le 3ième opus de SKJ sur le label américain Spotted Peccary. Il cimente sa réputation de mélodiste et d'arrangeur orchestral avec près de 60 minutes d'une MÉ où la complexité réside dans de belles textures d'ambiances riches en tonalités mais surtout en orchestrations où les genres de David Wright et Mike Oldfield ne sont qu'à un jet d'oreille.
Un bourdonnement et des strates multicolores qui se déforment au gré de leurs tonalités ouvrent le décor d'ambiances de "Origins of the Universe". La valse lente des effets sonores donne une sensation de ralenti aux 90 secondes d'ouverture où s'ajoutent des souffles de voix et des éléments sonores plus agressifs, dont des larmes de synthé (guitare?) qui semblent mettre les freins afin de ne pas écraser les origines de l'univers. Des crépitements de bruits blancs, des pulsations et des murmures organiques remplissent ces ambiances tout en se dirigeant vers un rythme pulsatif très vif, mais dont la course est nettement ralentie par la masse d'effets sonores très bigarrés et des rugissements d'un synthé aux couleurs acérées. C'est au bord des 4 minutes que le rythme se sauve dans une approche semi danse avec ses séquences, ses percussions et ses cliquetis. Les talents de mélodiste remplissent la seconde portion de "Origins of the Universe". Toujours enveloppé dans des arrangements qui le font tournoyer de vitesse, le rythme accueille non pas 2 stratégies mélodiques, mais 3 avec des accords de clavier, des fredonnements de voix orgasmiques et des soupirs de synthétiseur. Ces éléments convergent en un beau ver-d'oreille qui colle à nos tympans et entrelacent leurs charmes magnétisants dans un tourbillon rythmique bien cernée par les multiples arrangements orchestraux, on se croirait à l'époque de Giorgio Moroder, et cette voix de sirène Elfique qui ensorcèlera à plusieurs endroits dans “The Vast Expanse”. "Origins of the Universe" donne le ton à un album haut en couleurs tonales avec des rythmes entraînants et parfois magnétisants où les frissons pour âmes rêveuses sont aux tournants de chaque titre. Les structures sont en modes évolution, passant d'ouvertures pavées d'éléments d'ambiances à des rythmes embryonnaires qui progressent vers du Berlin School à la Erik Wollo ou une musique idéale pour dégourdir les pieds. La pièce-titre évolue dans ces paramètres pour s'appuyer à un rythme pulsatif où s'accroche une rivière d'orchestrations et des bribes de mélodie lunaires. Encore ici, ça fait très David Wright ou encore Code Indigo, et c'est surtout très confortable pour les oreilles. En fait, on n'est pas très loin d'un New Age à la Yanni.  Mais il y a plus! Un filament harmonique s'échappe du titre et déborde dans les territoires de "Emotion Strata" qui est une superbe mélodie nichant dans les effets de saccades verticales d'un lit d'orchestrations en staccato. Le piano et le clavier sont imprégnés de tendresse, tandis que le synthé complète ce trio de romance électronique avec des songes bien dessinés dans un panorama sonore qui gagne en intensité.
"Space and Time" est mon titre préféré de cet album. C'est un superbe Berlin School très intrusif avec une spirale de séquences qui tourne au ralenti et dont les influences émanent des mouvements séquencés planants d'Erik Wollo. La structure propose des séquences en demi-teintes qui tournoient avec des zigzagues dans une course sphéroïdale sous les étoiles et sous des nappes de brume cosmique et de voix astrales. Ce sont ces zigzags qui accrochent l'effet magnétisant de ce titre dont les textures cosmiques de la guitare de David Helpling flottent comme un grand drap blanc où s'accrochent un chant de Perséides. Les 3 premières minutes sont à l'image des titres ambiants tel que je les aime. Avec son tableau sonique riche en différentes textures et en séquences additionnelles, le rythme ambulant atteint un niveau plus intense dans son décor que dans son rythme, épargnant les diverses bribes de mélodies et d'effets lyriques qui s'accouplent sur un parcourt dominé par les changements d'intensité assez cinématographique, dont un délicat moment lunaire. "The Beginning" embrasse un peu l'approche de "Space and Time", mais avec plus de poigne, plus d'emphase dramatique dans son rythme alors que le décor est garni de multiples textures d'ambiances et de séduisants effets percussifs. Une belle mélodie, sculptée dans les paramètres de l'album, s'accroche aux différents évolutions de ce long titre à la fois symphonique et cinématographique. "DNA (deoxyribonucleic acid)" est un titre d'ambiances avec des impulsions orchestrales qui guident un lent staccato et sa tonalité caramélisée dans du métal se tordant dans un bain de magma écarlate. "Perfect Creation" est un titre qui ressemble à la pièce-titre. C'est vivant, pas trop, avec une belle enveloppe mélodieuse qui flirte avec les essences du New Age, pour la mélodie, et du Berlin School, pour les séquences et certaines textures d'ambiances bien relevées. "Abiogenesis" termine “The Vast Expanse” avec une approche de ballade lunaire où Sverre Knut Johansen étale tout son talent de multi instrumentaliste. Il y a un beau mélange d'électronique et d'acoustique sur ce titre dont la progression emprunte les structures de "Space and Time" et "The Beginning", deux des très beaux joyaux de ce dernier opus de Sverre Knut Johansen qui s'adresse principalement aux amateurs de MÉ plus musicale que complexe avec des mélodies et des rythmes qui nous restent collés aux sens toute la journée.

Sylvain Lupari 08/06/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire