lundi 18 juin 2018

MATTHEW STRINGER: Changing Landscapes (2018)

 “This is a splendid album where the many Berlin School tracks go along with the very harmonic touch of Matthew. An album where we have the best of Perge's both worlds”
CD1 (63:56)
1 A Man with a Van 2:04
2 Sundrip 7:09

3 Ten Thousand Days 5:55
4 I Feel Laserium 14:38
5 Crystal 3:45
6 Zed Won 6:05
7 Little Novas 3:31
8 Retrospect 7:50
9 Albedo: Zero Point One Five 4:34
10 Mars 8:26
CD2 (54:10)
1 Mesentoa 8:22
2 Hypatia 11:09
3 Out of the Woodwork 14:16
4 Haumea 10:22

Perge Music (CD/DDL 118:06)
(Berlin School & Harmonic E-Rock)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Is it the end of Perge? There are rumors ... But with this latest solo album from Matthew Stringer, where the signature of Graham Getty is present in a few places, one can say that the succession of the mythical duo is in good hands in this period where Perge is just on a break . And it's while wanting to make a compilation of the band that the English musician notes that there is still good original material of Perge, in addition to find a good amount of his own compositions that he wrote through the sessions of the duet. Gradually, “Changing Landscapes” took shape. First considered as a simple album, Matthew Stringer sees the possibility of adding his music for a second album on which also appear some titles of a totally new Perge which seems to get away from the claws of Tangerine Dream. The result is an extremely attractive and complete album with short titles and longer ones in a form of these Berlin School monuments as well as atmospheric titles. And always the harmonic signature, sometimes melancholy and sometimes joyous, of Matthew Stringer who revealed his capacities in the very good The Second Sun, one of the best albums published in 2015. The perfect recipe to give a big album of EM.
"A Man with a Van" comes into our ears without subtleties. It's direct and musical with synth pads which push songs in a cathedral atmosphere. The arrangements seem to be a kind of nod to the opening of the album Turn of the Tides, in a less classic version by cons. "Sundrip" changes the game with a light rhythm and a beautiful melody structure that cannot deny the influences of the Dream on the music of Matthew Stringer, period Logos. If the sequencer is as lively as musical with its removable fluidity, the synth is not bad either with beautiful solos enchanting. It's a very Johannes Schmoelling title. What would you do with "Ten Thousand Days" to live? It's a little the questioning, and the echo of his thoughts, of a synthesized voice. The following rhythm is semi slow with a beautiful Mellotron in mode singing under starry prisms. The intensity is progressing with finesse. The Mellotron becomes synth, the sequences more accentuated and some play in symbiosis with the harmonic projection in a very Peter Baumann structure, Romance 76 period. "I Feel Laserium" is a title written by Graham Getty and performed by Perge. And this is probably the most original title of the band, in that we hardly feel the influences of the Dream. This is a good Berlin School with a rhythmic structure supported by a tandem sequences and percussion and which takes unexpected turns under a rain of synth riffs. The synths are in melody mode with beautiful solos and just what is needed as a bed of sound effects. A very good title! "Crystal" is very representative of its title with a symphony for chimes forged in ice. The flow is fluid with a beautiful harmonious approach that is lost in a very eventful finale. "Zed Won" is an ambient ballad modeled in the sessions of Turn of the Tides or Tyranny of Beauty. The orchestrations are dense and the melody as inspired than very inspiring. "Little Novas" is a short title animated by a lively movement of the sequencer that Matthew Stringer decorates with effects and arpeggios as crystalline as the solos. "Retrospect" is this beautiful melodious electronic ballad which was the bonus title of the album The Second Sun, while "Albedo: Zero Point One Five" is the vision of Matthew of this composition from Vangelis. "Mars" ends this first CD of “Changing Landscapes” a little on the same tone as "A Man with a Van" but in less ceremonial. It's a title of very musical atmospheres with big strata of screaming synth which get pile up in a dark sonic sky. A sky which get clears by the insistence of a beautiful melody plays on piano and which hatches with panache in beautiful orchestrations. The influences of Schmoelling are also very present in this title.
The CD2 contains 4 long titles that are all related to the Berlin School style. After an opening filled with layers of synths which intertwine their visions of moods and defeat their songs filled of angelic trumpets, "Mesentoa" explodes with an infernal rhythm. An ostinato rhythm that is as lively as it is fluid and well supported by equally nervous percussions. Here, the programming of the sequencer, ditto for "Out of the Woodwork", is the business of Graham Getty. The moods are actually very TD for synths and the harmonic solos. The structure is quite personal to the new sound of Perge, as in "I Feel Laserium". Adorned of splendid solos, the stubborn rhythm gradually fades, attracting "Mesentoa" in a final as much very ethereal as TD with nice solos which sing on sequences still hot and ready to explode. "Hypatia" is more ambient and is born of the mysteries and the nebulous tones of EM. Synthetic graffiti adorn an acrylic mist where fragments of very evasive melodies and a bass pulsation without ambition are heard. A keyboard weaves hopping notes in order to build a more melodic opening when a sequencer emerges from this sonic fog to sculpt the sharp leaps of a motionless rhythm. The added percussions bring more strength to "Hypatia", joining the harmonious portion of the title. But it's too little too late, since the rhythm becomes cocoon again and the harmonies are melting in a decor now richer of its emotive ambiences and of its solos which are more emotive than musical. "Out of the Woodwork" is my favorite title of the 2nd CD, and possibly of “Changing Landscapes”. Here, Perge, as on "I Feel Laserium" and "Mesentoa", surpasses itself with an envelope, a musical imprint, of its own. This makes some catchy rhythms for the neurons and the cravings of a Berlin School fan. And the sequencer here is in mode; run after me so that I'll make you damn. Two lines of rhythmic sequences, and a more harmonic one, as well as electronic percussions leave a living imprint which perfectly supports the weight of lost narrations in its structure. The nature of the tones varies with some organic spikes and some more limpid balls which add up nervously on a rhythmic conveyor. The solos are simply splendid and fly like spectrums of melodies which charm in these 15 minutes simply majestic. Composed by Matthew Stringer, the structure of "Haumea" shows that the latter is as comfortable behind a sequencer as his piano or his synths. Emerging gently from its atmospheres, the title clings to a good electronic rock and its tempo which makes us easily stamp foot and where nestles a beautiful melody in a very TD style of the Virgin years. The sharp oscillations of a sequencer push "Haumea" to a more furious rhythm, thus setting the table to Graham Charman for heavy and incisive guitar solos which make very Frank Dorittke, otherwise Zlatko Perica. The violence of "Haumea" melts in a foggy finale and a morphic atmosphere, as if the music was going to enjoy again its change of sonic landscapes.

This excellent album of Matthew Stringer comes with a 3rd CD if we buy the album in download format. There is nearly 40 more minutes on this CD which hides 5 tracks ranging from 3 to 13 minutes. The music is good with more moments of ambience. "Bip" is a good and very catchy electronic rock with a good synthesized guitar solo. "The Fluidity of Memory" is a title of rather meditative moods with a nice touch of emotion which reaches its limit with the arrival of a nice dreamy acoustic guitar. "Emodius" is a long title of ambiences dotted with samplings of nature and which ends with a piano in nostalgia mode. The intensity of the atmospherical fog buries the presence of the piano. "Tock" is a good ballad which is very New Age. And "Makemake" vibrates too much in my speakers with its structure as heavy and intense as in "Emodius". Unless you absolutely want to dance on "Bip", this 3rd CD is not essential. This is bonus material which doesn't alter the richness and the depth of this splendid album from Matthew Stringer. In the end, “Changing Landscapes” is an impressive tour-de-force of an incredible depth and which makes me say from the tip of my lips; Perge is dead, long live Matthew Stringer! But I don't want to. We can easily live with the 2 and I miss Perge. Especially if its orientations are redefined by the titles present in “Changing Landscapes” where we have the best of both worlds from Perge.
Sylvain Lupari (June 18th, 2018) ****½*
synth&sequences.com
Available on CD and DDL on Perge Bandcamp
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Est-ce la fin de Perge? Il y a des rumeurs…Mais avec ce dernier album solo de Matthew Stringer, où la signature de Graham Getty est présente à quelques endroits, on peut dire que la succession du mythique duo est entre bonne main dans cette période où Perge est justement en pause. Et c'est voulant faire une compilation du groupe que le musicien Anglais constate qu'il existe encore du bon matériel original de Perge, en plus de trouver bonne quantité de ses propres compositions qu'il a composé au travers les sessions du duo. Peu à peu, “Changing Landscapes” prenait forme. D'abord considéré comme un album simple, Matthew Stringer voit la possibilité d'ajouter de sa musique pour un 2ième album sur lequel paraîtrait aussi quelques titres d'un Perge totalement nouveau qui se détache des griffes de Tangerine Dream. Il en résulte en un album extrêmement séduisant et complet avec de courts titres et d'autres plus longs dans une forme de ces monuments du Berlin School ainsi que des titres d'ambiances. Et toujours la signature harmonique, tantôt mélancolique et parfois joyeuse, de Matthew Stringer qui a révélé ses capacités dans le très beau The Second Sun, paru en 2015. La recette parfaite pour donner un grand album de MÉ.
"A Man with a Van" rentre dans nos oreilles sans subtilités. C'est direct et musical avec des nappes de synthé qui poussent des chants dans une ambiance de cathédrale. Les arrangements semblent être un genre de clin d'œil à l'ouverture de l’album Turn of the Tides, dans une version moins classique par contre. "Sundrip" change la donne avec un rythme léger et une belle structure de mélodie qui ne peut renier les influences du Dream sur la musique de Matthew Stringer, période Logos. Si le séquenceur est aussi entraînant que musical avec sa fluidité amovible, le synthé n'est pas en reste avec de beaux solos enchanteurs. C'est un titre qui fait très Johannes Schmoelling. Que feriez-vous avec "Ten Thousand Days" à vivre? C'est un peu le questionnement, et l'écho de ses songes, d'une voix synthétisée. Le rythme qui suit est semi lent avec un beau Mellotron chantant sous des prismes étoilés. L'intensité progresse avec finesse. Le Mellotron devient synthé, les séquences plus accentuées et certaines jouent en symbiose avec la projection harmonique dans une structure très Peter Baumann, période Romance 76. "I Feel Laserium" est un titre écrit par Graham Getty et performé par Perge. Et c'est sans doute le titre le plus original du groupe, en ce sens que l'on sent à peine les influences du Dream. C'est un bon Berlin School avec une structure rythmique soutenue par un tandem séquences et percussions et qui prend des petits virages inattendus sous une pluie de riffs de synthés. Les synthés sont en mode mélodie avec de beaux solos et juste ce qu'il faut comme lit d'effets sonores. Un très bon titre! "Crystal" est très représentatif de son titre avec une symphonie pour carillons forgés dans la glace. Le débit est fluide avec une belle approche harmonieuse qui se perd dans une finale très mouvementée. "Zed Won" est une ballade ambiante modelée dans les sessions de Turn of the Tides ou encore Tyranny of Beauty. Les orchestrations sont denses et la mélodie aussi inspirée que très inspirante. "Little Novas" est un court titre animé par un mouvement vif du séquenceur que Matthew Stringer décore avec des effets et des arpèges aussi cristallins que les solos. "Retrospect" est cette superbe ballade mélodieuse électronique qui était le titre en prime de The Second Sun, alors que "Albedo: Zero Point One Five" est la vision de Matthew de cette composition de Vangelis. "Mars" termine ce premier CD de “Changing Landscapes” un peu sur le même ton que "A Man with a Van" mais en moins cérémonial. C'est un titre d'ambiances très musicales avec de grosses strates de synthé criantes qui s'amoncellent dans un ciel sonique sombre. Un ciel qui s'éclaircit par l'insistance d'une belle mélodie pianotée qui éclot avec panache dans de belles orchestrations. Les influences de Schmoelling sont aussi très présentes dans ce titre.
Le CD2 contient 4 longs titres qui sont tous liés au style Berlin School. Après une ouverture remplie de strates de synthés qui entrelacent leurs visions d'ambiances et défusionnent leurs chants bourrés de trompettes angéliques, "Mesentoa" explose avec un rythme infernal. Un rythme ostinato aussi vif que fluide et bien appuyé par des percussions tout autant nerveuses. Ici, la programmation du séquenceur, idem pour "Out of the Woodwork", est l'affaire de Graham Getty. Les ambiances sont effectivement très TD pour les synthés et les solos harmonique. La structure par contre est tout à fait personnelle, comme dans "I Feel Laserium". Orné de splendides solos, le rythme entêté s'essouffle peu à peu, attirant "Mesentoa" dans une finale aussi très TD qu'éthérée avec des beaux solos qui chantent sur des séquences encore toutes chaudes et toutes prêtes à exploser. "Hypatia" est plus ambient et naît des mystères et nébulosités sonores de la MÉ. Des graffitis de synthé ornent une brume d'acrylique où rôdent des fragments de mélodies très évasives et une basse pulsation sans ambition. Un clavier tisse des notes qui s'attachent en sautillant afin de construire une ouverture plus mélodique lorsqu'un séquenceur émerge de ce brouillard sonique afin de sculpter les vifs bondissements d'un rythme stationnaire. Les percussions qui s'ajoutent apportent plus de vigueur à "Hypatia", rejoignant ainsi la portion harmonieuse du titre. Mais c'est trop peu trop tard, puisque le rythme redevient cocon et les harmonies se fondent dans un décor maintenant plus riche de ses ambiances émotives et de ses solos plus émotifs que musicaux. "Out of the Woodwork" est mon titre préféré du 2ième CD, et possiblement de “Changing Landscapes”. Ici, Perge, comme sur "I Feel Laserium" et "Mesentoa", se surpasse avec une enveloppe, une empreinte musicale qui lui est propre. Cela fait des rythmes vifs et entraînants pour les neurones et les envies d'un fan de Berlin School. Et le séquenceur ici est en mode court après moi que je te fasse damner. Deux lignes de séquences rythmiques, et une plus harmonique, ainsi que des percussions électroniques laissent une empreinte vivante qui supporte à merveille le poids de narrations égarées dans sa structure. La nature des tonalités varie avec quelques pointes organiques et des billes plus limpides qui s'ajoutent nerveusement sur un convoyeur rythmique. Les solos sont tout simplement splendides et volent comme des spectres de mélodies qui charment dans ces 15 minutes tout simplement majestueuses. Composé par Matthew Stringer, la structure de "Haumea" démontre que ce dernier est aussi à l'aise derrière un séquenceur que son piano ou ses synthés. Émergeant doucement de ses ambiances, le titre s'accroche à un bon rock électronique et son tempo qui nous fait taper aisément du pied et où niche une belle mélodie dans un style très TD des années Virgin. Les vives oscillations d'un séquenceur poussent "Haumea" vers un rythme plus furieux, mettant ainsi la table à Graham Charman pour de lourds et incisifs solos de guitare qui font très Frank Dorittke, sinon Zlatko Perica. La violence de "Haumea" fond dans une finale imprégnée de brume et d'une ambiance morphique, un peu comme si la musique se couchait pour bien profiter à nouveau de son changement de paysages soniques.
Cet excellent album de Matthew Stringer vient avec un 3ième CD si on achète l'album en format téléchargement. Il y a près de 40 minutes supplémentaires sur ce CD qui cache 5 titres allant de 3 à 13 minutes. La musique est bonne avec plus de moments d'ambiances. "Bip" est un bon rock électronique très accrocheur avec un bon solo de guitare synthétisé. "The Fluidity of Memory" est un titre d'ambiances assez méditatives avec une belle pointe d'émotivité qui atteint sa limite avec l'apparition d'une belle guitare acoustique assez rêveuse. "Emodius" est un long titre d'ambiances parsemé d'échantillonnages de la nature et qui se termine par un piano en mode nostalgie. L'intensité du brouillard d'ambiances enterre par contre la présence du piano. "Tock" est une splendide ballade qui fait très New Age. Et "Makemake" vibre trop dans mes haut-parleurs avec sa structure ambiance aussi lourde et intense que dans "Emodius". À moins de vouloir absolument danser sur "Bip", ce 3ième CD n'est pas un indispensable. C'est du matériel en boni qui n'altère en rien la richesse et la profondeur de ce splendide album de Matthew Stringer. Au final, “Changing Landscapes” un impressionnant tour-de-force d'une profondeur inouïe et qui me fait dire du bout des lèvres, Perge est mort, vive Matthew Stringer! Mais je ne veux pas. On peut aisément vivre avec les 2 et je m'ennuie de Perge. Surtout si ses orientations sont redéfinies par les titres présents dans “Changing Landscapes” où nous avons le meilleur des deux univers de Perge.
Sylvain Lupari 18/06/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire