jeudi 14 juin 2018

ERIK WOLLO: Threshold Point (2018)

"Erik Wollo has this gift to surpass himself from an album to another one and this Threshold Point is no exceptions. It's this kind of opus that you will play tirelessly"
1 Behind the Clouds 4:18
2 Traverse 8:45
3 Arches 6:08
4 Mosaic of Time I; Route Diverge 7:14
5 Mosaic of Time II; Threshold Point 8:42
6 Ravel Peak 4:09
7 Mosaic of Time III; Hidden Path 8:09
8 Eon 6:27
9 Mosaic of Time IV; Bridge Crossing 6:42

Projekt ‎– PROJEKT351 (CD-DDL 60:39)
(Mix of Berlin School & World Beats)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================

An album from Erik Wollo is like a story painted in different paintings where the emotions of the
Norwegian are transposed on cinematographic and/or panoramic textures. The one who has accustomed us to a music of atmospheres, and its delicate floating rhythms, proposes here an album in two shades with textures of rhythms which amaze, especially coming from his side.
Threshold Point” is a title which means a new beginning. A kind of reflection (some passages here were composed while he was at the bedside of his dying sister in New York) on the metamorphosis of a soul to another form of life. It's a bit like changing of cosmic address, as Edgar Froese liked to think. Anyway, the Norwegian electronic bard offers on this last album a delightful and enticing balance between his ambiences, always at the paroxysm of the ethereal, and beats of the world as well as some rhythms well put on Berlin School's style of sequenced ritornellos.
It's in a state of mind well-thought that "Behind the Clouds" carves a place deep inside the motor of our emotions. Breezes tinged of black, almost pious, float with floating banks of clouds blown in a shady sky. It's a very nice ambient music with a distinct line which sings sadly in this mass of cavernous breezes. "Traverse" is the first rhythmic surprise of “Threshold Point”. If Erik Wollo had accustomed us to a timid universe of rhythm, as in "Arches" with his very intrusive guitar, here he exploits a good zigzagging movement with a clever mix of sequences and percussions of which the flow is as fluid as jerky. A layer of voices surrounds this rhythm which adopts an oblong sinusoidal curve. This layer trades its place with a guitar and his solos which transpierce us. Solos unique to the musical poetry of Wollo, even in those percussive moments and others frankly moving. Despite the flow of the beat, we can turn our thoughts into dreams with this beautiful piece of EM. "Mosaic of Time I; Route Diverge" is also a very pleasant surprise. The introduction offers a rhythmic structure and its frantic hundred little steps running in circles and without any specific purpose, whereas synth-trumpet pads attempt to propel winds from a colony of lost trumpeters. Drums and bass pulsations add to the depth of the initial rhythm while the trumpet chants make up the atmospheres with eurhythmies a little frayed. The rhythm is superb with its small nuances in percussions and the remodeling of the sequences whose flow became more fluid and more harmonized.
We jump from surprise to surprise with the frantic tribal rhythm of "Mosaic of Time II, Threshold Point". Nervous, the structure unleashes the spasms of manual percussions under a sky shaded by layers of a darker synth, while other layers bring a cryptic vision. Piano notes and tears of guitar adorn this rhythmic decor which continues to grow fat with the additions of sequences, percussive elements, synth riffs and others of a guitar and its spasmodic loops. Delicious and highly emotional at times, as in the golden age of Ashra. "Ravel Peak" is a rather solemn panoramic and cinematographic movement. It's an ascent described in music of a mountain of the same name in Antarctica. An in-between, I would add, which brings us to "Mosaic of Time III, Hidden Path" which, once after having conquered its moments of ambiances, bursts with a rhythm of tribal trance animated by good shamanic percussions which are joining nervous sequences. A piano crumbles its dreams while erecting chills between our ears. Another remarkable title which evolves with strength and passion. "Eon" also acts as a panoramic interlude. Except that its atmospheres are intense with a mesh of lines and voices whose contrasting tones throw a sibylline veil to dreams and sighs carved in the Gardens of Melancholy. It's very intense and powerful for a title of ambiences. Different but as beautiful as the first three parts, "Mosaic of Time IV, Bridge Crossing" offers a fusion between electronics and the acoustics of a music and its rhythms of the world. The voices of the mermaids from the Gardens of Melancholy are superb with their chants as acuities as very penetrating, while the world of the sequencer makes shimmer its keys and their silver songs which shine on a bed of nervous sequences and clan percussion. And it's already ended!

Very good from start to end to another and flawless, even moments of ambiences are offered on a tray of temptations, “Threshold Point” is a powerful album, both in terms of rhythms and ambiences. Erik Wollo imposes a new vision in his career with a metamorphosis which responds very well to the meaning, to the dimension of the album title. Available on a limited CD Digipack edition, and also in download, the lyricism of Erik Wollo is striking and extremely powerful. Indispensable to his fans, it's also the best way for others to break into a world where wonders are wisely waiting to be discovered. Enjoy yourself!
Sylvain Lupari (June 12th, 2018) ****½*
synth&sequences.com
Available on Projekt Bandcamp
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Une œuvre d'Erik Wollo est comme une histoire peinte en différents tableaux où les émotions du Norvégien se transposent sur des textures cinématographiques et/ou panoramiques. Celui qui nous a habitué à une musique d'ambiances, et ses délicats rythmes flottants, propose ici un album en deux teintes avec des textures de rythmes qui étonnent de sa part. “Threshold Point” est un titre qui signifie un nouveau départ. Un genre de réflexion (certains passages ici ont été composé alors qu'il était au chevet de sa sœur mourante à New-York) sur la métamorphose d'une âme vers une autre forme de vie. C'est un peu comme changer d'adresse cosmique, comme Edgar Froese aimait le penser. Quoiqu'il en soit, la barde électronique Norvégien propose sur ce dernier album une délicieuse et séduisante balance entre ses ambiances, toujours au paroxysme de l'éthéré, et des beats du monde ainsi que certains rythmes bien montés sur des ritournelles séquencées à la Berlin School.
C'est dans un état de réflexion bien sentie que "Behind the Clouds" se taille une place bien au fond du moteur de nos émotions. Des brises teintées de noir, quasiment pieuses, flottent avec flottent comme des bancs de nuages soufflés dans un ciel ombrageux. C'est de la très belle musique ambiante avec une ligne bien distincte qui chante avec tristesse dans cette masse de brises caverneuses. "Traverse" est la première surprise au niveau rythmique de “Threshold Point”. Si Erik Wollo nous avait habitué à un timide univers de rythme, comme dans "Arches" et sa guitare très intrusive, ici il exploite un bon mouvement zigzagant avec un habile mélange de séquences et de percussions dont le débit est aussi fluide que saccadé. Une nappe de voix encadre ce rythme qui épouse une oblongue courbe sinusoïdale. Elle échange tout de même sa place avec une guitare et ses solos qui nous transpercent. Des solos uniques à la poésie musicale de Wollo avec ses moments percutants et d'autres franchement émouvants. Malgré le débit du rythme, on peut perdre ses songes en rêves avec ce beau morceau de MÉ. "Mosaic of Time I; Route Diverge" est aussi une très agréable surprise. L'introduction propose une structure de rythme et ses cents pas affolés qui courent en rond et sans but précis, alors que des nappes de synthé-trompette tente de propulser des vents d'une colonie de trompettistes disparus. Des percussions et des basses pulsations ajoutent à la profondeur du rythme initial alors que les chants de trompettes maquillent les ambiances avec des eurythmies un peu éraillées. Le rythme est superbe avec ses petites nuances dans les coups de percussions et un remodelage des séquences dont le débit est devenu plus fluide et plus harmonisée.
On saute de surprise en surprise avec le frénétique rythme tribal de "Mosaic of Time II; Threshold Point". Nerveuse, la structure délie des spasmes de percussions manuelles sous un ciel ombragé par des nappes d'un synthé plus sombre, alors que d'autres nappes apportent une vision sibylline. Des notes de piano et des larmes de guitare ornent ce décor rythmique qui ne cesse de s'engraisser avec des ajouts de séquences, d'éléments percussifs, des riffs de synthé et d'autres d'une guitare et de ses boucles spasmodiques. Délicieux et hautement émouvant par moments, comme à la belle époque d'Ashra. "Ravel Peak" est un mouvement panoramique et cinématographique plutôt solennel. C'est une ascension décrite en musique d'une montagne du même nom en Antartique. Un entre-deux, j'ajouterais, qui nous amène à "Mosaic of Time III; Hidden Path" qui, une fois après avoir vaincu ses moments d'ambiances, éclate avec un rythme de transe tribale animé de bonnes percussions chamaniques qui se joignent à des séquences nerveuses. Un piano émiette ses songes tout en érigeant des frissons entre nos oreilles. Un autre remarquable titre qui évolue avec puissance. "Eon" agit aussi comme un intermède panoramique. Sauf que ses ambiances sont intenses avec un maillage de lignes et de voix dont les tonalités contrastantes jettent un voile sibyllin à des songes et soupirs sculptés dans les Jardins de la Mélancolie. C'est très intense et puissant comme titre d'ambiances. Différent mais aussi superbe que les 3 premiers volets, "Mosaic of Time IV; Bridge Crossing" propose une fusion entre l'électronique et l'acoustique d'une musique et ses rythmes du monde. Les voix des sirènes des Jardins de la Mélancolie sont superbes avec leurs chants aussi acuités que très pénétrants, alors que l'univers du séquenceur fait miroitant ses ions et leurs chants argentés qui brillent sur un lit de séquences nerveuses et de percussions claniques. Et c'est déjà fini!

Très bon d'un bout à l'autre et sans failles, même les moments d'ambiances sont offerts sur un plateau de tentations, “Threshold Point” est un album puissant, tant au niveau des rythmes et des ambiances. Erik Wollo impose un moment charnier de sa carrière avec une métamorphose qui répond très bien au sens, à la dimension du titre de l'album. Disponible en édition CD Digipack et aussi en téléchargement, le lyrisme d'Erik Wollo est percutant et extrêmement saisissant. Indispensable à ses fans, c'est aussi le meilleur moyen pour les autres de s'introduire à un univers où des merveilles attendent sagement d'être découvertes. Faites-vous plaisir!
Sylvain Lupari 11/06/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire