jeudi 26 avril 2018

BROEKHUIS, KELLER & SCHONWALDER: Repelen Revisited (2018)

“If people will find something to say against Repelen Revisited it will be that it's too easy to tame, to like the music on it…”
1 Ready for Lounge 11:19
2 Walking Under the Moon 8:35
3 Repelen Groove 10:11
4 Electric Chess 10:49
5 A New Day 8:31
6 Song of Life 11:28
7 Rush Hour 6:30

MRCD 7107 (CD/DDL 67:28)
(Mix of New Age & Berlin School)
====================================
  **Chronique en français plus bas**

====================================
I'm always divided when I start to dig into a new album of the Repelen Series from Broekhuis, Keller & Schönwälder along with their musical journeymen on this project; Raughi Ebert on guitars and Thomas Kagermann on violin and flutes. Not because it's not good, nor interesting! The quintet explores a musical avenue which struggles between New Age, or a kind of a very pleasant Easy Listening, and an EM which flirts with a clearly more accessible Berlin School style. But always, I get seduced so easily by a production without smudge among which the mastering and the mixing allows every instrument to seduce the most timid eardrums. Contrary to what the title can indicate, “Repelen Revisited” is not a compilation nor an album of remixes. It's rather a collection of titles that the quintet played or rehearsed during the performances and/or the sessions of 2011 and 2016. Thus, it's original material which respects in every aspect the music without borders of Broekhuis, Keller, Schönwälder, Ebert & Kagermann.
It's with Raughi Ebert's that begins "Ready for Lounge". The notes travel from a loudspeaker to another one with a hint of Mediterranean romance. A pulsation seizes the last breath of this first acoustic melody, awakening the tears of a dreamy violin while riffs of keyboard slumbers in suspension. The jingles of the percussions peck at a structure which increases its pace while staying in its limits of cosmic Funk and Groove so peculiar to Broekhuis, Keller & Schönwälder. Stimulating tinklings of xylophone add a surreal touch while the violin always cries so much. In my opinion, "Ready for Lounge" seems to be offer to the sound journeymen BK& S so that they sharpen their talents. "Walking Under the Moon" is more interesting with its very Berlin School structure. The sequencer, and its very nervous keys, skip on a Halloween theme, or yet Tubular Bells, to form these Berlin School rhythms lively for the neurons, and the for fingers. Instead of drawing solos, the synths stimulate good effects and ambient riffs to deepen the soundscapes and the field of Thomas Kagermann's violin laments. This is a very good title and I suspect that "Repelen Groove" is inspired by it by offering a slower, a dreamier structure of Groove as we say, to submit to our ears a bigger diversity in instruments and other synth effects. One can hear an acoustic guitar, percussions bongo drums, lines of flute and piano here. The solos are hearing-illusion with a synth which shows tones of saxophone besides forging ethereal layers where we can even hear voices with a tribal essence as a seraphic one. Ideal for on a Sunday morning.
In fact, all of “Repelen Revisited” is even more beautiful on a morning when the senses are amazed in front of the beauties of life and its natures. "The Electric Chess" sounds familiar? Well, it's a kind of tribute to the cult title of Manuel Göttsching's album E2-E4. We jump over its psychedelic introduction to dance immediately on a kind of cosmic Groove and its clothes of ambient Funk. Raughi Ebert is in nice shape with his guitars, as acoustic as electric, which scatter appropriate riffs and also vapors of blues, as well as romances, while more discreet, even more retiring than the violin, the synth is in mode very cool saxophone. "A New Day" is a small serenade structured on a beautiful momentum of rhythmic growth. The music is very soft and floats through the harmonies of clarinets forged skillfully by a synth. Discreet, the guitar is of use as melodic bed to a duel between this clarinet, as with the lines of seraphic voices and the tears of violins. The percussions raise the romantic intensity of this title which livens up slowly by crumbling its seconds. Impossible to not like this one! "Song of Life" is another title of the Berlin School genre with a floating movement dipped into gases of ether. The ambiences liven up gradually, binding even themselves with a rhythm sculpted by percussions always of the Bongo kind, while the ambiospherical décor is split between good synth solos which include perfumes of the 70's and solos of a violin at times too present. Set apart the synth riffs, the ambiences are decorated with the electronic effects of the Klaus Schulze repertoire and with pretty nice Mellotron layers. That's a title that I would have like a bit more in its purely electronic envelope of the good analog years. At this level, "Rush Hour" answers more my waits. Even if Thomas Kagermann's violin tries to bring in it a folkloric touch, the rhythm shows a good swiftness under lively percussions and riffs of hiccupping sequences. The synth solos are what we expect of EM with their aerial pirouettes which spin in and out in an ear-catchy electronic décor filled with sounds and with mists which are familiar to our ears.
Always carefully presented in a six panels digipack artwork, “Repelen Revisited” wears proudly the Manikin signature. In this sense that the music is polished up well with an incredible precision in the tones and where each title possesses a little something catchy. The music is nice and very accessible with a light and lively melodious side. It's this kind of album of which the biggest defect is that it's too easy to like…

Sylvain Lupari (April 25th, 2018) ***½**
synth&sequences.com
You will find this album on Manikin Bandcamp

===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Je suis toujours partagé lorsque je pars à la découverte d'un nouvel album de la série Repelen de Broekhuis, Keller & Schönwälder et de leurs compagnons soniques sur ce projet; Raughi Ebert aux guitare et Thomas Kagermann au violon et flûtes. Pas parce que ce n'est pas bon, ni intéressant! Le quintet explore une avenue musicale qui se démène entre du New Age, ou un genre de Easy Listening très convivial, et une MÉ qui flirte avec le style Berlin School nettement plus abordable à découvrir. Mais toujours, je me laisse aussi aisément séduire par une production sans bavure dont le mastering et le mixage permet à chaque instrument de séduire les tympans les plus frileux. Contrairement à ce que le titre peut indiquer, “Repelen Revisited” n'est pas une compilation ni un album de remixes. Il s'agit plutôt d'une collection de titres que le quintet a joué ou pratiqué lors des performances et/ou des sessions des années 2011 et 2016. Donc, c'est du matériel original qui respecte en tous points la musique sans frontières de Broekhuis, Keller, Schönwälder, Ebert & Kagermann.
C'est avec la guitare acoustique de Raughi Ebert que débute "Ready for Lounge". Les notes voyagent d'un haut-parleur à l'autre avec un soupçon de romance méditerranéenne. Une pulsation s'empare du dernier souffle de cette première mélodie acoustique, éveillant les larmes d'un violon rêveur alors que des riffs de clavier sommeillent en suspension. Les cliquetis des percussions picorent une structure qui augmente sa cadence tout en restant dans ses limites du Funk et Groove cosmique propre à Broekhuis, Keller & Schönwälder. Des tintements stimulants de xylophone ajoutent une touche surréelle alors que le violon pleure toujours autant. À mon sens, "Ready for Lounge" est offert aux compagnons soniques de BK&S afin qu'ils aiguisent leurs talents. "Walking Under the Moon" est plus intéressant avec sa structure très Berlin School. Le séquenceur, et ses ions très nerveux, sautillent dans une thématique à la Halloween, ou encore Tubular Bells, afin de former ces rythmes entraînants pour les neurones, et les doigts, de la Berlin School. Au lieu de dessiner des solos, les synthés stimulent de bons effets et des riffs ambiants afin d'approfondir le champ sonore des lamentations du violon de Thomas Kagermann. Un très bon titre et je soupçonne que "Repelen Groove" s'en soit inspiré en offrant une structure plus lente, plus rêveuse à la Groove comme on dit, afin de soumettre à nos oreilles une plus grande diversité dans les instruments et autres effets de synthé. On peut y entendre une guitare acoustique, des percussions bongos, des lignes de flûte et de piano. Les solos sont trompe-oreille avec un synthé qui affiche des tonalités de saxophone en plus de forger des nappes éthérées où l'on peut même entendre des voix aux influences tant tribales que séraphiques. Idéal pour un dimanche matin.
En fait, tout de “Repelen Revisited” est encore plus beau par un matin où les sens s'émerveillent devant les beautés de la vie et de ses natures. "The Electric Chess" vous dit quelque chose? Eh bien, il s'agit d'un genre d'hommage au titre culte de l'album E2-E4 de Manuel Göttsching. On saute son introduction psychédélique pour danser immédiatement sur un genre de Groove cosmique et de ses habits de Funk ambiant. Raughi Ebert est en belle forme avec ses guitares, tant acoustique qu'électrique, qui éparpillent les riffs de convenances et des vapeurs de blues, ainsi que de romances, alors que plus discret, même plus effacé que le violon, le synthé est en mode saxophone très cool. "A New Day" est une petite sérénade structurée sur un bel élan de croissance rythmique. La musique est très douce et flotte au travers les harmonies de clarinettes forgées habilement par un synthé. Discrète, la guitare sert de lit mélodique à un duel entre les clarinettes, des lignes de voix séraphiques et des larmes de violons. Les percussions élèvent l'intensité romantique de ce titre qui s'anime doucement en émiettant ses secondes. Impossible de ne pas aimer! "Song of Life" est un autre titre du genre Berlin School avec un mouvement flottant trempé dans des gaz d'éther. Les ambiances s'animent graduellement, s'arrimant même à un rythme sculpté par des percussions toujours du genre Bongos, alors que le décor ambiosphérique est partagé entre de bons solos d'un synthé qui pige dans les parfums des années 70 et des solos d'un violon par moments trop présent. Mis à part les riffs de synthé, les ambiances sont ornées des effets électroniques du répertoire Klaus Schulze et de belles nappes de Mellotron. Un titre que j'aurais aimé davantage dans son enveloppe purement électronique des belles années analogues. À ce niveau, "Rush Hour" répond plus à mes attentes. Même si le violon de Thomas Kagermann tente d'y imprégner un décor folklorique, le rythme affiche une belle vélocité sous des percussions entraînantes et des riffs de séquences hoquetantes. Les solos de synthé sont superbes avec leurs girouettes aériennes qui virevoltent dans un séduisant décor électronique rempli de sons et de brumes qui sont familiers à nos oreilles.
Toujours présenté avec soin dans une pochette digipack à 6 côtés, “Repelen Revisited” porte fièrement la signature Manikin. En ce sens que la musique est bien fignolée avec une précision inouïe dans les tons où chaque titre possède un petit quelque chose d'attrayant. La musique est belle et très accessible avec un côté mélodieux léger et entraînant. C'est ce genre d'album dont le plus gros défaut est qu'il est trop facile à aimer…

Sylvain Lupari (25/04/18)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire