mardi 12 décembre 2017

MTA LAB: In Luv (2017)

“Great sequencing and percussive effects, lot of solos and effects; In Luv is a sweet jewel of old and new Berlin School with a good touch of Pyramid Peak in the vibes”
1 In Luv 14:18
2 Timeless 14:39
3 Synergy 9:17
4 Analogus 9:40
5 SynthFctry 7:08
6 Industrial Pulse 9:44
7 Sequenz Isolation 14:51

SynGate | CD-r MTA02 (CD-r/DDL 71:58)
(Retro & New Berlin School)
In a parallel to his solo career, Thomas Meier highlights other musical visions within the trio MTA LAB which includes the musicians Marcel Margis (Synth, Sequencer and Drumcomputer) and Andre Danker (Synth and guitars) since 2016. Walking a little on ashes of Synthetica, especially for these dances of Zombies snorting ether, “In Luv” still exploits these evolutionary structures of rhythms where the sequences and the percussions confront or complete each other in a pond of percussive effects even more striking. Available in a download format on the Bandcamp site of SynGate, “In Luv” shows proudly its 80 minutes in a very good mosaic of rhythms and of ambiences where every title is linked within their differences. And there are! I discovered a very beautiful album where I had the feeling, and more than once, to hear some very good Pyramid Peak.
"In Luv" starts with sinister waves where voices and vocal effects, as well as shadowy lines forge a nebulous introduction. Fragments of waves get loose to form sound strands a bit more melodious which float in this electronic decoration haloed of murmurs and of layers of voices. A sequence escapes from the attention of the sequencer to skip like a dolphin which pierces the horizon of waters while begin to stream some percussive ornaments as much pleasant to the ears as these songs of astral flutes begin to take forms more and more harmonious. A line of bass snores in this setting, spreading reverberating layers which give more depth to the slow evolution of "In Luv". Even with its very good effects of percussions, the structure of rhythm remains as so little conventional as the multiple capacities of the instruments which uses the German trio. If a synth charms with sharpened songs of flutes, another casts lines of bass reverberations which sculpt solos of which the origins seem to arise from the vintage years. The percussions, the oscillating sequences and the very good line of bass forge the base of a progressive rhythm which is slightly more livened up than ambient. The finale is melting in the immense jingles of "Timeless", where the synth layers are necessarily from the Backdance era. The rhythm is more livened up with an eternal ascent of the sequencer movement, sculpting even the movement of a train on the way towards mountains. It's a good title which sounds very
Pyramid Peak (the splendid "Industrial Pulse" sounds even more) with good cosmic effects, a captivating rhythm and a sequencer which strews the road of jumping keys a bit uncontrollable. A very good piece of music which unloads its last beatings, a bit more muted, in the introductory tumult of "Synergy", a title heat up by multiple lines of sequences which bind themselves in automated percussions. This rhythm sparkles between our ears with a good liveliness, leaving little place to the synths which stand back, casting here and there reverberations of singing waves and very vintage electronic effects. Except towards the finale where a synth blows a little more dramatic, kind of apocalyptic, approach. So far, I like what I hear. It's a very good fusion between the retro and the new Berlin School styles.
"Analogus" highlights this spasmodic movement of the sequencer which makes its keys oscillate in beautiful aerial effects and chirping solos. It's no big deal, but it passes very well because of the nuances in the structure of rhythm rather motorik. I also like the wealth of the anesthetic layers. Please adjust your earphones because "SynthFctry" proposes several little noisy and percussive effects. The rhythm is knotted in jerky spasms which parade like cutting knocks under the chants of a rather passive synth. Very good effects of organic percussions manhandle this convoluted structure in the 2nd part, so giving the taste to listen again to "SynthFctry" immediately. Except that the anarchy of the movement of crystal the balls is swallowed by a more fluid movement of the sequencer, of the bass percussions and of another movement which sounds like these old rock dances of the 70's and of the 80's. Between "SynthFctry" and "Timeless", "Industrial Pulse" screws us to our earphones with a so great electronic rock where the jingles of the percussions and the twinkling movement of the sequencer get a hold onto the elastic effect of the bass line. The solos are immense and intense. They give a little break to a rhythm which needs to breath before taking this shape of snakes fleeing a forest fire such as imagined by Chris Franke at the end of the 70's. Even the synth sometimes breathes of these perfumes of Tangerine Dream with very nice harmonious phases. It's a great track which invites us in a dance of fingers and to roll of the neck with great solos and fragments of harmonies in a setting richly vaporized of multiple effects in all sorts. And if we thought that we have hit the jackpot, "Sequenz Isolation" screws us even more profoundly in the universe of “In Luv” with another rich phase built on the ambiguities between the sequencer and the bludgeoning of the percussions, I hear Jarre here, while the synths, rich in harmonious solos, are apparently intimidated by the robustness and the creativity of Marcel Margis. As much good my friends as the best of Pyramid Peak!
Sylvain Lupari (December 11th, 2017) ****½*
You can find this album on SynGate Bandcamp
site

____________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
____________________________________________________________________________________
Parallèlement à sa carrière en solo, Thomas Meier met en relief d'autres visions musicales au sein du trio MTA LAB qui comprend les musiciens Marcel Margis (Synthé, Séquenceur et Drumcomputer) et Andre Danker (Synthé et guitares) depuis 2016. Marchant un peu sur les cendres de Synthetica, surtout pour ces danses de Zombies sniffeurs d'éther, “In Luv” exploite encore ces structures de rythmes évolutives où séquences et percussions s'affrontent ou se complètent dans un bassin d'effets percussifs encore plus séduisants. Disponible en format téléchargeable sur le site Bandcamp de SynGate, “In Luv” affiche fièrement ses 80 minutes dans une belle mosaïque de rythmes et d'ambiances où chaque titre s'imbrique avec leurs différences. Et il y en a! J'ai découvert un très bel album où j'ai eu l’impression, et plus d'une fois, d'entendre du très bon Pyramid Peak.
"In Luv" démarre avec des ondes sinistres où effets de voix, effets vocaux et lignes ombrageuses forgent une introduction nébuleuse. Des fragments d'ondes se détachent afin de former des filaments soniques un brin plus mélodieux qui flottent dans ce décor électronique nimbé de murmures et de nappes de voix. Une séquence échappe à l'attention du séquenceur pour sautiller comme un dauphin qui perce l'horizon des eaux alors que commencent à affluer des ornements percussifs aussi séduisants que ces chants de flûtes astrales qui commencent à prendre des formes de plus en plus harmonieuse. Une ligne de basse ronfle dans ce décor, étendant des nappes réverbérantes qui donnent plus de profondeur à la lente évolution de "In Luv". Même avec ses très bons effets percussifs, la structure de rythme reste aussi peu conventionnelle que les multiples capacités des équipements qu'utilisent le trio Allemand. Si un synthé charme avec des chants de flûtes aiguisés, un autre étend des lignes de basses réverbérations qui sculptent des solos dont les origines semblent naître des années vintage. Les percussions, les séquences oscillantes et une très bonne ligne de basse forge la base d'un rythme progressif qui est légèrement plus animé qu'ambiant. La finale fond dans les immenses cliquetis de "Timeless", là où les nappes de synthé sont obligatoirement de cette période Backdance. Le rythme est plus animé avec une éternelle ascension du mouvement du séquenceur, sculptant même le mouvement d'un train en route vers les montagnes. C'est un bon titre qui sonne très Pyramid Peak (le superbe "Industrial Pulse" encore plus) avec de bons effets cosmiques, un rythme engageant et un séquenceur qui parsème la route d'ions sauteurs un peu incontrôlables. Un très morceau de musique qui décharge des derniers battements plus muets dans le tumulte introductif de "Synergy", un titre chauffé par des multiples lignes de séquences qui s'arriment à des percussions robotisées. Ce rythme pétille entre nos oreilles avec une belle vivacité, laissant peu de place aux synthés qui restent en retrait, jetant ici et là des réverbérations d'ondes chantante et des effets électroniques très vintage. Sauf vers la finale où un synthé souffle une approche un peu plus dramatique, genre apocalyptique. À date, j'aime ce que j'entends. C'est une très belle fusion entre le rétro et le nouveau Berlin School.
"Analogus" met en lumière ce mouvement spasmodique du séquenceur qui fait osciller ses ions dans de beaux effets aériens et des solos siffleurs. Ce n'est pas la grosse affaire, mais ça passe très bien à cause des nuances dans la structure de rythme plutôt motorique. J'aime bien la richesse des nappes anesthésiantes aussi. Ajustez bien vos écouteurs car "SynthFctry" propose plusieurs petits trésors bruitaux et percussifs. Le rythme est attaché en spasmes saccadés qui défilent comme des coups tranchants sous les chants de synthé plutôt passifs. De très bons effets de percussions organiques malmènent cette structure alambiquée en 2ième partie, donnant ainsi le goût de réécouter "SynthFctry" aussitôt. Sauf que l'anarchie du mouvement de billes de cristal est avalée par un mouvement plus fluide du séquenceur, des basses percussions et un autre mouvement qui fait comme ces danses un peu délabrées des années 70-80. Entre "SynthFctry" et "Timeless", "Industrial Pulse" nous visse à nos écouteurs avec un trop bon rock électronique où les cliquetis des percussions et le mouvement scintillant du séquenceur s'agrippe à l'effet élastique de la ligne de basse. Les solos sont immenses et intenses. Il donne du répit à un rythme qui respire avant de prendre cette forme de serpents fuyant un feu de forêt tel qu'imaginé par Chris Franke à la fin des années 70. Même le synthé respire parfois de ces parfums de Tangerine Dream avec de belles phases harmonieuses. C'est un très beau titre qui invite à une danse des doigts et à rouler du cou avec de très bons solos et des bribes d'harmonies dans un décor richement orné de multiples effets en tous genres. Et si on pensait avoir frapper le jackpot, "Sequenz Isolation" nous visse encore plus profondément dans l'univers de “In Luv” avec une autre riche phase construite sur les ambiguïtés entre le séquenceur et le matraquage des percussions, j'entends du Jarre ici, alors que les synthés, riche de solos harmoniques, sont visiblement intimidés par la robustesse et la créativité de Marcel Margis. Aussi bon mes amis que du très bon Pyramid Peak!

Sylvain Lupari (11/12/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire