samedi 23 décembre 2017

INDRA: Archives-Diamond One (2016)

“Magical, like always in the universe of Indra, the music here starts thing big time in the fourth chapter of the Archives series”
1 Bellatrix 9:26
2 The Djinn 15:52
3 Jubilee 12:32
4 She's Good 12:03
5 Zian 16:38
6 Alice in Wonderland 11:29

Indra Music (CD/DDL 78:02)
(Berlin & Roumanian School)
Indra is at his best when he tosses us an album of a half-dozens of titles which flirt with an average of 12 minutes each. Not too long, nor too short, the music pieces have amply the time to develop without that we regret their beginnings. And it's even more true when the artist, as here with Indra, favors minimalist structures of which the evolutions pass by a considerable addition of sound ornaments.
After a very short introduction of usual formalities, "Bellatrix" skips between our ears with a lively movement of the sequencer which cuts some slack to its keys jumping such as electronic castanets. Agile and fluid, the luminous movement of "Bellatrix" spheroidal rhythm flutters around and sparkles until it hangs onto a solid line of bass which resounds heavily and accelerates the race of blood in our veins. Indra decorates his 1st minimalist movement with layers of seraphic voices and with another line of rhythm which oscillates with a scent of a nightingale's chants in the rhythm. The echoes which reverberate in the entanglement of other sequences give a percussive painting of the most pleasant while the main rhythmic part accelerates the pace with the addition of elements of tribal percussions and other percussions which tumble constantly from a stratosphere of sounds rich in percussive elements. The synth adds colors and nuances, whereas the sequencer articulates another line filled of melodious tones. "Bellatrix" begins with strength this first chapter of the new series, entitled Diamond, from the Rumanian synth wizard. Released at the very beginning of 2016, this series makes an overview over Indra's 2009-2012 era, that is to say in the heart of his Tantric Celebration period. Except that the music here is a little bit distant from this edition by proposing a great mixture between the Roumanian and the Berlin Schools. And if you like percussions and the uncountable possibilities of those electronic beatboxes, this “Diamond One” is a real mine of percussive nuggets …"The Djinn" begins with this wide strip of hollow winds which are as well threatening as intriguing which characterize the usual introductions in EM. Isolated chords ring in this abstruse sky, inviting the course of stars to moor on it and to crumble its dusts which are snatched by strong lunar winds. A distant lament is translated by the strings of a cello saddened by this pain that the rust infiltrates in a system which was for a long time dead. The laments warm themselves and weave out some superb Oriental harmonies, giving us a delicious gooseflesh which is heavenly hammered by heavy and terribly effective percussions. Each time it's the same thing! And I always wonder why it took me so long to please my ears by listening the music of Indra. By discovering his delicious leftovers. Let's be frank here; this huge Archives collection is composed of musical leftovers since the early steps of Indra up until the 2010's. And it contains music of extremely high quality which justifies without a shadow of a doubt this impressive Boxset of 25 CD. And the least that I can write is that “Diamond One” starts things big time with in particular 4 tracks which are going to bring you to the heaven of EM. And we go on with the lascivious, the slow and the proud to desire the subjugation of your senses with its divine cosmic slow dance, "The Djinn". Structuring marvelously its 15 minutes, it's a splendid movement of musical dependence which ends a little in a rather acceptable ambient chaos, just like "Bellatrix". We got a little dozed off? Not really a problem because "Jubilee" is going to rock your mind down! Its rhythm is heavy because hammered by powerful percussions. Lively too, because it's nibbled by good sequences. But the charm lives in the synths. Between anesthetic layers and chords which get lost in an illusion of harmonies, they throw solos and melodies that make us dream about Klaus Schulze. And with a title like that, we couldn't hope for something else. Very good! The first 3 titles of “Diamond One” are wonderfully good. "She's Good" brings us to another level. A voice of intergalactic mermaid (kind of those in Ulysses) sprinkles lovely aerial songs over a sharp and circular movement of the sequencer. That reminds me the kind of ERA or still Enigma with this structure which swirls from its continual jerks among dramatic effects of percussions and seraphic songs. These jerks are jolting for a good 4 to 5 minutes before "She's Good" embrace an ambient phase which invites in an astral meditation. We are in an ambient meditative phase here until the rhythm takes back its strength some 5 minutes later. The evolution of "Zian" reminds me of Steve Roach. The layers are very restful while the delicate rhythm, knit around effects of manual and tribe percussions, is drumming with more insistently. That becomes very intense. And the arpeggios which sparkle as stars add a strange paradox to a structure which becomes more and more threatening for those who opted for a soundscape of relaxation. Indra spreads here his magic for sounds and effects by decorating the structure of "Zian" with a skill which competes very well with the increasing intensity in the evolution of its rhythm always more cerebral than physical. Between the turbulences of the cosmic winds and the quietude of the layers which float such as sweet digital violins in the electronic cosmos, "Alice in Wonderland" ends another very beautiful album of this collection where the charms and the bewitchments are also dominant than this sweet desire to let ourself being dominated by a contemporary EM certainly, but built with this spirit of the nice vintage years. Incredible when we think of the music as leftovers…

Sylvain Lupari (December 22nd, 2017) *****
You will find this album on
Indra Bandcamp

____________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
____________________________________________________________________________________
Indra est à son meilleur lorsqu'il nous balance un album d'une demi-douzaine de titres qui flirtent avec une moyenne de 12 minutes chaque. Pas trop longues, ni trop courtes, les pièces de musique ont amplement le temps de se développer sans que l'on s’ennuie de leurs commencements. Et c'est encore plus vrai lorsque l'artiste, comme ici avec Indra, privilégie des structures minimalistes dont les évolutions passent par un ajout considérable d'ornements soniques.
Après une très brève introduction d'usage, "Bellatrix" sautille entre nos oreilles avec un mouvement vif du séquenceur qui donne du lousse à ses ions sautant comme des castagnettes électroniques. Agile et fluide, le lumineux mouvement de rythme sphéroïdale de "Bellatrix" marivaude et scintille jusqu'à s’accrocher à une forte ligne de basse pulsatoire qui résonne lourdement et accélère la course du sang dans nos veines. Indra orne son 1ier mouvement minimaliste de nappes de voix séraphiques et avec une autre ligne de rythme qui oscille avec une odeur de chants de rossignol dans le rythme. Les échos qui se répercutent dans l'enchevêtrement des séquences donnent une toile percussive des plus agréables alors que la rythmique principale accélère la cadence avec l'ajout d'éléments de percussions claniques et d'autres percussions qui déboulent constamment d'une stratosphère de sons riche en éléments percussifs. Le synthé ajoute des couleurs et des nuances, tandis que le séquenceur articule une autre ligne gorgée de tonalités mélodieuses. "Bellatrix" débute fort ce premier volet de la nouvelle série Diamond du synthésiste Roumain. Livrée en tout début de 2016, cette série jette une oreille sur la période de 2009-2012, soit au cœur de sa période Tantric Celebration. Sauf que la musique ici est un peu plus loin de l'aspect spirituel et méditatif de cette autre collection d'Indra en proposant un très beau mélange entre la Roumanian et la Berlin School. Et si on aime les percussions et les innombrables possibilités des boîtes à rythmes électronique, ce “Diamond One” est une véritable mine de pépites percussives… "The Djinn" débute avec cette large bande de vents creux qui sont aussi menaçants qu'intrigants et qui caractérisent les usuelles introductions en MÉ. Des notes isolées tintent dans ce ciel abscons, invitant la course des étoiles à s'y amarrer et à émietter ses poussières qui sont happés par de forts vents lunaires. Une lointaine complainte se traduit par les cordes d'un violoncelle affligée par cette douleur que la rouille instaure à un système qui fut longtemps sans vie. Les complaintes se réchauffent pour nous larguer de superbes harmonies Orientales, nous donnant une délicieuse chair de poule mise à mal par des percussions lourdes et terriblement efficaces.
À chaque fois c'est la même chose! Je me demande pourquoi j'ai pris tant de temps avant d'écouter, de réécouter du Indra. Pourtant, je ne cesse d'être étonné par la qualité de ses restes musicaux. La collection Archives renferme des CD de grandes qualités qui justifient la nécessité de cet impressionnant coffret de 25 CD. Et le moins que je puisse écrire est que “Diamond One” démarre les choses en grand avec notamment 4 titres qui vont vous amener aux nues de la MÉ. Poursuivons avec le lascif, lent et orgueilleux vouloir de subjugation de nos sens avec ce divin slow cosmique qu'est "The Djinn". Structurant à merveille ses 15 minutes, c'est un splendide mouvement de dépendance musicale qui se termine un peu dans un chaos ambiant assez acceptable, tout comme "Bellatrix". Nous nous sommes un peu assoupis? Pas vraiment grave car "Jubilee" va virer vos meubles à l'envers! Son rythme est lourd car martelé par des percussions puissantes. Vif aussi, car mordiller par de bonnes séquences. Mais le charme réside dans les synthés. Entre des nappes anesthésiantes et des accords qui se perdent dans une illusion d'harmonies, ils jettent des solos et des mélodies qui nous font rêver à Klaus Schulze. D'ailleurs avec un titre comme tel, on ne pouvait espérer autre chose. Très bon! À date, les 3 premiers titres de “Diamond One” sont superbement bons. "She's Good" nous amène à un autre niveau. Une voix de sirène intergalactique (genre Ulysse) saupoudre des chants suaves sur un mouvement vif et circulaire du séquenceur. Ça me fait penser au genre ERA ou encore du Enigma avec cette structure qui tourbillonne par saccades continuelles avec de gros effets de percussions et des chants séraphiques. Ces saccades se bousculent pour un bon 4 à 5 minutes avant que "She's Good" embrasse une phase ambiante qui invite à une méditation astrale. Nous sommes dans l'ambiant méditatif ici jusqu'à ce que le rythme reprenne sa vigueur quelque 5 minutes plus tard. L'évolution de "Zian" me fait penser à du Steve Roach. Les nappes sont très reposantes alors que le délicat rythme, tricoté autour d'effets de percussions manuelles et claniques, tambourine avec plus d'insistance. Ça devient très intense. Et les arpèges qui scintillent comme des étoiles ajoutent un étrange paradoxe à une structure qui devient de plus en plus menaçante pour ceux qui ont opté pour un diaporama musical de relaxation. Indra déploie ici sa magie des sons et des effets en agrémentant la structure de "Zian" avec une adresse qui rivalise très bien avec l'intensité croissante dans l'évolution de son rythme toujours plus cérébral que physique. Entre les turbulences des vents cosmiques et la quiétude des nappes qui flottent comme de tendres violons numériques dans le cosmos électronique, "Alice in Wonderland" termine un autre très bel album de cette collection où les charmes et les envoûtements sont aussi dominant que cette douce envie de se laisser dominer par une MÉ contemporaine certes, mais construite avec cette esprit des belles années vintage. Incroyable lorsque l'on pense que c'était des restants…
Sylvain Lupari (21/12/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire