lundi 10 juin 2019

FD PROJECT: NIKO (2019)

“NIKO is a soft musical, harmonious and a very nice to hear album with a New Age scent that I will listen certainly when my senses seek a quay for appeasement”
1 The Journey Starts 8:11
2 The Arrival and Discoveries 3:20
3 The First Day (Morning and Night) 5:52
4 Dancing in the Woods 2:27
5 Mary Alone 5:54
6 Encounters 6:12
7 Friend and Enemy 2:47
8 The Cave 5:43
9 The Last Day 4:54

10 Goodbye and Back Home 12:54
Groove | GR-272 (CD 58:17)
(New Age, Oldfield style)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
When he sent me this album, Frank had written; it's a whole new sound, a new style for me. And he was absolutely right! NIKO is just a name which that doesn't mean anything, as it can say everything. It can mean a moment of overwhelming sadness, like an astral journey. For Frank Dorritke, it's almost 60 minutes of dreams full of hope and happiness. Like its opposite, almost an hour of fear and sadness. And this bipolar side is extremely well felt in the first concept album of the German musician. It's a soundtrack for the mind with our imagination as a cinematographic projector. In fact, FD Project actually surfs on a movie music! The arrangements are meant for this purpose, with atmospheres sometimes folkloric and sometimes medieval reminiscent of the music of Games of Thrones, such as that of The Lord of the Ring. But even if Frank wanted to offer a unique album, it remains that the imprint of Mike Oldfield, the motor of his influences and creativity of the rocky guitarist, blows over NIKO's 10 tracks.
"The Journey Starts" with a strange musical alarm clock. An acoustic guitar and castanets effects adorn an introduction in ballad mode. The falling drums give a rockier impulse to an introductory track which is built on the exchanges between an acoustic six-string and a piano. Note, don't search the riffs and solos of the electric guitar! Since this instrument is totally absent on this album which has a more bucolic and acoustic vision, than electronic. The style is light with a lively rhythm. The synth is present behind this acoustic duel with chirps and some good solos. The arrangements are quite penetrating with Elvish voice effects that merge into the harmonies of the synth and its solos. "The Arrival and Discoveries" is an intense title with big percussions, kind of those stimulating ones for rowers in the dragon-boats, and a rain of staccatos by violins hidden in the interstices of the synth. The vision is pretty cinematic with good arrangements. Between Oldfield and Gandalf of the 90's! Each title is linked in a long mosaic of 57 minutes, and it's without knowing that we have just left "The Arrival and Discoveries" that "The First Day (Morning and Night)" clings to our ears with a slow pace which is nurtured by acoustic six-string's riffs and percussions throwers of vaporous jets. The orchestrations have an arabic scents. In short, a cute track which savors an electronic portion with a circular effect slightly stroboscopic and a bass line, perhaps the sequencer, which gurgles and croaks. The Elvish choir adds at the seraphic decor. "Dancing in the Woods" rooted this vision of Mike Oldfield's album with an astonishing folkloric approach that can be likened to a party in the land of Hobbits. Violin, acoustic guitar and bass drums stimulate a popular dance on a balmy summer evening in the land of Bilbo Baggins.
Soft and sentimental, "Mary Alone" is another ballad which drags the bindle of its light rhythm between more ambient phases. Its intro develops slowly with a synth which whistles some nice floating harmonies. The chimes that tinkle in the background are as harmonic as the synth. The percussions structure a kind of hyper-melodious up-tempo with a cello at the troll. The music embraces an ambient phase where a guitar sculpts a melody caressed by shadows of violins. And hop! The rhythm becomes again charmer and all nice after this short dream phase. Weeping violin on waves and synth swirls blown by a strange beast, "Encounters" hides a very electronic approach behind the catchy chords of the six-string acoustic. The sequencer sculpts a stationary rhythm which moves with the tuning of percussions, a good bass line and riffs which became catchier. The music becomes a dynamic ballad with good electronic arrangements. "Friend and Enemy" follows with this Oldfield's folklore vision. Violin of yesteryear and virginal choir unite lightness and harmony before the path of war opens with big percussions that thunder under the ominous shades of the synth and a burst of staccatos. It's in the medieval, genre Games of Thrones. The first 3 minutes of "The Cave" are drawn from the ambient territories. First, a series of jingles and a thoughtful piano. Shadows of the synth weave a dark decor with silent breezes. The piano notes encourage the mood to become more intense until the percussions get it out of its torpor, after 3 minutes. A brief, catchy ballad follows. "The Last Day" offers an Arab tribal vision with tam-tams which activate a stationary rhythm. The synth offers here a pleasant melody weaver of earworm with a sharpness tone. And, like the vast majority of titles in NIKO, the structure changes direction to become more intense, livelier while maintaining the very harmonious approach of the synth. The music really reflects the spirit of the title. "Goodbye and Back Home" ends this odyssey in our imaginations with chirping of birds and Elvish voices in a tropical setting. An acoustic guitar lays down its notes which get coil to this voice so seraphic, and this synth coming from nowhere and its dreamy song. Layers of fiddles obscure the decor with lazy flights. This introduction is in the Mike Oldfield mold and The Songs of Distant Earth. We are in New Age all that is more melodious with a subtle and catchy rhythm, like good pop without a song on it. The second part is more daring with an electronic approach nuanced by a shade of Jazz.
What to think of this NIKO from FD Project? Well, I will be honest; it's a very harmonious album that has this Oldfield's New Age soul from his Warner era albums. There is no place for Berlin School style here. No sequencer, or very little! His electric guitar is completely absent, no big thunderous solos, or heavy riffs that cut out your emotions. It's musical, harmonious and it's very nice to hear. In short, a New Age opus that I will listen certainly when my senses seek a quay for appeasement.
Sylvain Lupari (June 9th, 2019) ***½**
Available at Groove
===========================================================================
                                         CHRONIQUE en FRANÇAIS
===========================================================================

Lorsqu'il m'a fait parvenir cet album, Frank avait écrit; c'est un tout nouveau son, un nouveau style pour moi. Et il avait entièrement raison! NIKO est juste un nom qui ne veut rien dire, comme il peut tout dire. Ça peut signifier un moment de tristesse accablante comme un voyage astral. Pour Frank Dorritke, c'est près de 60 minutes de rêves plein d'espoir et de bonheur. Comme son contraire, soit près d'une heure de crainte et de tristesse. Et ce côté bipolaire est extrêmement bien sentie dans le premier album concept du musicien Allemand. C'est une bande sonore pour l'esprit avec notre imagination comme projecteur cinématographique. En fait, FD Project surf réellement sur une musique de film! Les arrangements sont destinés à cette fin, avec des ambiances tantôt folkloriques et parfois médiévales qui rappellent la musique de Games of Thrones, comme celle de The Lord of the Ring. Mais même si Frank voulait offrir un album unique, il reste que l'empreinte de Mike Oldfield, le moteur d'influences et de créativité du bouillant guitariste, respire sur les 10 titres de NIKO.
"The Journey Starts" avec un étrange réveille-matin très musical. Une guitare acoustique et des effets de castagnettes ornent une introduction en mode ballade. Les percussions qui tombent donnent un élan plus rock à un titre introductif construit sur des échanges entre une six-cordes acoustique et un piano. Fait à noter, ne chercher pas les riffs et solos de la guitare électrique, puisque cet instrument est totalement absent dans cet album qui a une vision plus bucolique et acoustique, qu'électronique. Le style est léger avec un rythme entraînant. Le synthé est présent derrière ce duel acoustique avec des pépiements et quelques bons solos. Les arrangements sont assez pénétrants avec des effets de voix Elfiques qui se fondent dans les harmonies du synthé et de ses solos. "The Arrival and Discoveries" est un titre intense avec de grosses percussions, genre stimulantes pour rameurs dans les bateaux-dragons, et une pluie de staccatos par des violons cachés dans les interstices du synthé. La vision est assez cinématographique avec de bons arrangements. Entre du Oldfield et un Gandalf des années 90! Chaque titre s'enchaîne en une longue mosaïque de 57 minutes et c’est sans savoir que nous venons de quitter "The Arrival and Discoveries" que "The First Day (Morning and Night)" s'accroche à nos oreilles avec un rythme lent qui est nourrie de riffs de la six-cordes acoustique et de percussions lanceurs de jets de vapeurs. Les orchestrations ont un teint arabique. Bref un titre mignon qui savoure une portion électronique avec un effet circulaire légèrement stroboscopique et une ligne de basse, peut-être du séquenceur, qui gargouille et croasse. La chorale Elfique ajoute au décor séraphique. "Dancing in the Woods" enracine cette vision d'un album de Mike Oldfield avec une étonnante approche folklorique qui peut s'apparenter à une fête dans le contrée des Hobbits. Violon, guitare acoustique et caisson grave stimule une danse populaire par un doux soir d'été dans la contrée de Bilbon Sacquet.
Doux et sentimental, "Mary Alone" est une autre ballade qui traine le baluchon de son rythme léger entre des phases plus ambiantes. Son intro se développe lentement avec un synthé qui siffle de belles harmonies flottantes. Les carillons qui tintent dans le décor sont aussi harmoniques que le synthé. Les percussions structurent un genre d'up-tempo hyper mélodieux avec un violoncelle à la traine. La musique embrasse une phase ambiante où une guitare sculpte une mélodie caressée par des ombres de violons. Et hop! Le rythme redevient charmeur et tout gentil après cette courte phase onirique. Violon pleurnicheur sur des vagues et remous de synthé soufflés par une bête étrange, "Encounters" cache une approche très électronique derrière les accords entraînants de la six-cordes acoustique. Le séquenceur sculpte un rythme stationnaire qui bouge avec l'accord des percussions, d'une bonne ligne de basse et des riffs devenus plus entraînants. La musique devient une ballade dynamique avec de bons arrangements électroniques. "Friend and Enemy" suit avec cette vision folklorique à la Oldfield. Violon d'antan et chorale virginale unisse légèreté et harmonie avant que le sentier de la guerre s'ouvre avec de grosse percussions qui tonnent sous des ombres sinistres du synthé et une salve de staccatos. Ça fait dans le médiéval, genre Games of Thrones. Les 3 premières minutes de "The Cave" sont puisées dans les territoires ambiants. Tout d'abord, une série de tintements et un piano pensif. Des ombres du synthé tissent un décor sombre avec des brises silencieuses. Les notes de piano incitent les ambiances à devenir plus intenses jusqu'à ce que des percussions sortent le titre de sa torpeur au bout de 3 minutes. S'ensuit une brève ballade entraînante. "The Last Day" offre une vision tribale arabique avec des tam-tams qui activent un rythme stationnaire. Le synthé offre ici une agréable mélodie tisseuse de ver-d'oreille avec une tonalité acuité. Et comme la très grande majorité des titres dans NIKO, la structure change de direction pour devenir plus intense, plus animée tout en conservant l'approche très harmonieuse du synthé. La musique reflète vraiment l'esprit du titre. "Goodbye and Back Home" termine cette odyssée dans nos imaginations avec des pépiements d'oiseaux et une voix Elfique dans un décor tropical. Une guitare acoustique couche ses notes qui se lovent à cette voix si séraphique et à ce synthé venu de nulle part et de son chant onirique. Des nappes de violons viennent obscurcirent le décor avec des envolées paresseuses. Cette introduction est dans le moule Mike Oldfield et The Songs of Distant Earth. On est dans du New Age tout ce qu'il y a de mélodieux avec une rythmique souple et entraînante, comme du bon pop sans chansons dessus. La 2ième partie est plus audacieuse avec une approche électronique nuancée par une teinte de Jazz.
Que penser de ce NIKO de FD Project? Bien, je vais être honnête; c'est un album très harmonieux qui a cette âme de New Age à la Oldfield et ses albums de la période Warner. Il n'y a pas de place pour la MÉ de style Berlin School. Pas de séquenceur, ou très peu! Sa guitare électrique étant tout à fait absente, pas de gros solos tonitruants, ni de lourds riffs qui vous découpent les sens. C'est musical, harmonieux et ça s'écoute très bien. Bref, du New Age que je vais écouter certainement lorsque mes sens chercheront un quai d'apaisement.

Sylvain Lupari 09/06/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.