mercredi 15 mai 2019

MICHAEL BRÜCKNER & VOLKER LANKOW: Monsoon Offerings (2019)

“A bit difficult to tame at some points, this Monsoon Offerings offers a tribal ambient vision of MB whose musical world sounds like Steve Roach's here”
1 10.000 Mermaids 18:20
2 Monsoon Offering/The Red Lamb 34:44
3 The Boon (Candraka Vasu) 23:06
4 10.000 Mermaids - Alternative Take (Bonus Track) 21:20

5 Playa Imaginaria (Bonus Track) 10:51
Michael Brückner Music (CD/DDL108:21)
(Tribal ambient)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
Michael Brückner is without a doubt the counterpart of Steve Roach on the side of EM for our German friends. The native Heidelberg musician is extremely productive and has been composing music at a steady pace since the 2000's. He is on all fronts of creativity and can as much sail on Berlin School as on ambient music, like progressive E-rock and experimental music. MOONSOON OFFERINGS brings us to the borders of a tribal ambient style with a psychedelic vision du to these tribal percussions which drum these sometimes slow and hypnotic rhythms, as well as other lively and frenetic moments. Volker Lankow, who learned how to handle drums in Africa and the Middle East, met Michael Brückner at random rehearsals during concerts around 2015. They have collaborated, always at concerts and/or rehearsals, since with the idea to make an album later. It was while listening to Michael's music on SoundCloud that the percussionist decided to make some tests and present those to the musician who lives now in Mainz. Quietly, the idea of MOONSOON OFFERINGS took shape. While working on Pentecost - The Red Lamb, Suzannah Moon, who had already participated to the mega album All The Pieces Fit Forever, joined the duo.

It's with a blow of Gong that begins the story of "10.000 Mermaids". The background is rather electronic with lapping of ice that crackle in dark breezes. A bass pulsation wanders, waiting for the arrival of Volker Lankow's percussions which begin to dance frantically. The flow of tom-toms is lively and sculpts some African horizons beneath synth layers haloed of dark voices that slip into the reverberant effects of sound drones. The color of the buzzes, as well as the amplitude, evolve without shadowing the work of Lankow who beats his skins with the same efficiency and energy as Byron Metcalf. Moreover, the link to be made between the tribal rhythms of the latter and the colors of the gliding shadows of Steve Roach is without appeal. Perhaps the structure of "10,000 Mermaids" is more African tribal than American Indian. But for the rest, it's quite similar and the frenzy and tribal trance are at the same pitch. The synth weaves chirping effects that turn into loops and initiates a beautiful, a more electronic approach at the 9th minute which highlights the talent and agility of Volker Lankow's hands. This is a fiery phase that rolls up until the 15th minute. "10.000 Mermaids" is then building itself an ambient finale where wander a few jingles that sounds like an electronic xylophone. The alternative take seems more attractive to me because of a higher intensity in the rhythms and the ambiences. I had the chance to hear "Monsoon Offering / The Red Lamb" naked. Without percussions, voices nor flutes! Entitled Pentecost - The Red Lamb on SoundCloud, it's a long ambient title and totally deprived of rhythms. It's on this track that Volker Lankow and Suzannah Moon have decided to join their skills in a huge 30 minutes of an EM not really easy to tame. We flirt with an approach that I would describe as a tribal psybient with a strong propensity to be better consumed with a substance that switches up the brain to the fullest. Its first 7 minutes are soporific with the unconvincing voice of Suzannah Moon who hums on a percussion design quite like what we found in the opening room. Without being great, the flute is effective. A new horizon settles with nebulous mists of a synth that also throws jets of mysterious sound incantations. Mists and voices float on a better effort of the percussionist while, discreetly, the flute succeeds in imposing a presence as sibylline as the synth layers with scarlet tones. Between the jerking effects of the synth lines which fall down the ground, the voices and the flutes are dueling with more creative percussions up until that the 2nd part of "Monsoon Offering / The Red Lamb" reaches a fascinating zenith of dissension. The dynamism of the music transports us into a sort of musical shambles where nothing agrees and yet we feel a fascinating symbiosis. We recognize the influence of Markus Reuter here. There are as many good times as there are idle times. And 10 minutes less with a more energetic dose would have created quite a number!
"The Boon (Candraka Vasu)" is a very good title. Its introduction is a scientific speech on music and sounds. Crevices juicy of reverberations tear the moods behind this voice and another voice of astral mermaids. The rhythm that comes is a slow tribal with jingles from a xylophone of the South Islands. It's slow but really catchy with a pattern similar to "10,000 Mermaids", less the African approach, in this quiet trance that is clearly in the Roach/Metcalf genre, especially with those weird noises coming from an unknown fauna. "Playa Imaginaria (Bonus Track)" offers us the best of Michael Brückner, and Volker Lankow by ricochet, in a music based on nervous and spasmodic sequences which roll and hiccough against the drive of very lively percussions. A fluty wave emerges from nothingness, animating a sequencer that loosens its lines of rhythms into sequenced balls which roll in loops into a minimalist pattern. The synth throws discordant solos that get entangled in a mosaic of rhythms and effects that is pretty well supported by the work of manual percussions. It's Brückner, so it's rich with a little zest of experimentation, both in beats and in synth solos whose tones and complexity have nothing to envy to the best moments of Klaus Schulze. The more we advance in "Playa Imaginaria" and the more the tension of the rhythm reaches the summits, making of this title an excellent bonus which says a lot about what one can do on the music of Michael Brückner.
Michael Brückner is a real surprise box full of audacity and creativity. MOONSOON OFFERINGS amply shows it by being an album that will reward the one who decided to face the bull by the horns. Despite the many listening, I still find that "Monsoon Offering / The Red Lamb", in its original version or this one, is too long for nothing. But the rest is candy for the ears. Volker Lankow's percussion adds an impressive dimension to the electronic odes of the German musician/synthesist whose talent comes out of his ears! Available on Michael Brückner's Bandcamp and the bonus tracks come as well as with the CD purchase that the download version.
Sylvain Lupari (May 15th, 2019) ***½**
Available at Michael Brückner's Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Michael Brückner est sans contredit le pendant de Steve Roach du côté de la MÉ chez nos amis les allemands. Le musicien natif de Heidelberg est hyper productif et compose de la musique à un rythme soutenu depuis les années 2000. Il est sur tous les fronts de la créativité et peut autant voguer sur du Berlin School que de la musique d'ambiances, comme du rock progressif et de la musique expérimentale. MOONSOON OFFERINGS nous amènes aux frontières du tribal ambiant avec une vision psychédélique de par ces percussions claniques qui tambourinent ces rythmes tantôt lents et hypnotiques, entre autres moments vifs et frénétiques. Volker Lankow, qui a appris les maniements des tambours en Afrique et au Moyen-Orient, a rencontré Michael Brückner au hasard des répétitions lors de concerts autour de 2015. Ils ont collaboré, toujours lors de concerts et/ou pratiques, depuis avec l'idée de faire un album plus tard. C'est en écoutant la musique de Michael sur SoundCloud que le percussionniste a décidé d'en faire des essais et de les présenter au musicien qui vit maintenant à Mainz. Tranquillement, l'idée de MOONSOON OFFERINGS prenait forme. C'est en travaillant sur Pentecost - The Red Lamb que Suzannah Moon, qui avait déjà participé au méga album All The Pieces Fit Forever, s'est joint au duo.
C'est avec un coup de Gong que débute l'histoire de "10.000 Mermaids". Le fond est plutôt électronique avec des clapotis de glace qui crépitent dans des brises sombres. Une basse pulsation erre, attendant l'arrivée des percussions de Volker Lankow qui se mettent à danser frénétiquement. Le débit des coups est entraînant et sculpte des horizons africaines sous des couches de synthés nimbées de voix sombres qui se glissent dans les effets réverbérant de drones sonores. La couleur des bourdonnements, ainsi que l'amplitude, évoluent sans porter ombrage au travail de Lankow qui tambourine ses peaux avec la même efficacité et la même énergie que Byron Metcalf. D'ailleurs le lien à faire entre les rythmes tribaux de ce dernier et les couleurs des ombres planantes de Steve Roach est sans appel. Peut-être que la structure de "10.000 Mermaids" est plus tribale Africaine qu'Amérindienne. Mais pour le reste, c'est assez ressemblant et la frénésie et la transe tribale sont au même diapason. Le synthé tisse des effets de pépiements qui tournent en boucles et initie une belle approche plus électronique vers la 9ième minute qui met en relief le talent et l'agilité des mains de de Volker Lankow. Voilà une phase enflammée qui roule jusqu'à la 15ième minute. "10.000 Mermaids" se construit alors une finale ambiante où errent quelques tintements qui ressemble à du xylophone électronique. La prise alternative me semble plus séduisante en raison d'une plus grande intensité dans les rythmes et les ambiances. J'ai eu le privilège d’avoir entendu "Monsoon Offering/The Red Lamb" tout nu, soit sans percussions, ni voix et flûtes. Intitulé Pentecost - The Red Lamb sur SoundCloud, c'est un long titre ambiant et totalement dénudé de rythme. C'est sur ce titre que Volker Lankow et Suzannah Moon ont décidé d'unir leurs talents dans un gros 30 minutes d'une MÉ pas vraiment facile à apprivoiser. Nous flirtons avec une approche que je qualifierais de psybient tribal avec une forte propension à être mieux consommé avec une substance qui allume le cerveau au maximum. Ses 7 premières minutes sont soporifiques avec la voix peu convaincante de Suzannah Moon qui fredonne sur un design de percussions assez identique à ce que nous trouvions dans la pièce d'ouverture. Sans être géniale, la flûte est efficace. Un nouvel horizon s'installe avec des brumes nébuleuses d'un synthé qui lance aussi des jets d'incantations sonores mystérieuses. Brumes et voix flottent sur un meilleur effort du percussionniste alors que, toute discrète, la flûte réussit à imposer une présence tout aussi sibylline que les nappes de synthés aux couleurs d'égorgés. Entre les effets de saccades des lignes de synthés qui tombent vers le sol, la voix et les flûtes font duel avec des percussions plus créatives jusqu'à ce que la 2ième partie de "Monsoon Offering/The Red Lamb" atteigne un fascinant zénith de discorde. Le dynamisme de la musique nous transporte dans une sorte de capharnaüm musicale où rien ne s'accorde et pourtant on sent une fascinante symbiose. On reconnait l'influence de Markus Reuter ici. Il y a autant de bons moments que de temps mort. Et 10 minutes de moins avec une dose plus énergique aurait créé tout un morceau de musique!
"The Boon (Candraka Vasu)" est un très beau titre. Son introduction fait entendre un discours scientifique sur la musique, sur les sons. Des lézardes juteuses de réverbérations déchirent les ambiances derrière cette voix ainsi qu'une autre voix de sirènes astrales. Le rythme qui vient est un tribal lent avec des tintements d’un xylophone des îles du Sud. C'est lent mais bigrement entraînant avec une formule similaire à "10.000 Mermaids", moins l'approche africaine dans cette transe tranquille qui est nettement dans le genre Roach/Metcalf, surtout avec ces bruits bizarroïdes venus d'une faune inconnue. "Playa Imaginaria (Bonus Track)" nous offre le meilleur de Michael Brückner, et de Volker Lankow par ricochet, dans une musique sise sur des séquences nerveuses et spasmodiques qui roulent et hoquètent à contresens des percussions très vivantes. Une onde flûtée émerge du néant, animant un séquenceur qui délie ses lignes de rythmes en boules séquencées qui roulent en boucles dans un pattern minimaliste. Le synthé lance des solos discordants qui s’enchevêtrent dans une mosaïque de rythmes et d’effets qui est assez bien soutenue par le travail des percussions manuelles. C'est du Brückner, donc c'est riche avec un petit zest d'expérimentation, tant dans les battements que les solos de synthé dont les tonalités et la complexité n'ont rien à envier aux meilleurs moments de Klaus Schulze. Plus on avance dans "Playa Imaginaria" et plus la tension du rythme atteint des sommets, faisant de ce titre un excellent bonus qui en dit long sur ce qu'on peut faire sur la musique de Michael Brückner.
Michael Brückner est une véritable boite à surprises pleine d'audace et de créativité. MOONSOON OFFERINGS le démontre amplement en étant un album qui récompensera celui qui a décidé d'affronter le taureau par les cornes. Malgré les écoutes je trouve encore que "Monsoon Offering/The Red Lamb", dans son étoffe originale ou celle-ci, est trop long pour rien. Mais le reste est du bonbon. Les percussions de Volker Lankow ajoutent une impressionnante dimension aux odes électroniques du musicien/synthésiste Allemand chez qui le talent sort par les oreilles! Disponible sur le site Bandcamp de Michael Brückner et les titres en prime viennent autant à l'achat du CD que du téléchargement.

Sylvain Lupari 15/05/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.