jeudi 16 mai 2019

MICHAEL BRÜCKNER & MATHIAS GRASSOW: Polar Vortex (2019)

“Another sonic immersion not always so easy to tame, this ambient tale from Brückner & Grassow has many seductive elements, including two thunderous numbers”
1 The North 18:16
2 Mirror 9:36
3 Drums of Shoom 6:00
4 The Waiting Hour 5:46
5 Xau Etách 10:29
6 Shanti 15:19

7 The Falling of Leaves (Melodic Version) 10:05
(Ambient & Drones)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
What's more natural than a collaboration between Mathias Grassow and Michael Brückner? Despite the multitude of associations of musical ideas which have come and go in the career of the two musicians, never the opportunity to cross their visions has occurred. We must talk to the past, since it's now done with POLAR VORTEX. And the experience is up to the expectations of fans of these two musicians with a manufactured CD almost at full capacity. POLAR VORTEX offers nearly 76 minutes of an EM composed in the ambiospherical textures of the two German musicians who, without being poles apart, have some very precise visions of ambient music and music of ambiences. Reverberant effects and luminescent synth layers become the main accomplices of a musical fauna drawn from two imaginations that are never short of ideas. The sound fauna is made up of organic as well as out of the ordinary tones, while the ambiances and the musicality are rather diversified with the presence of Cornelia Kern on piano, Doris Hach on Monochord and the voice Cilia di Ponte on
"Shanti" Let's add the cello, the guitar and the percussions of Mathias Grassow to his anesthetic synth layers to the work of Michael Brückner on synths and keyboards, we have all the ingredients to enjoy an ambient work rich of its musical diversity.
"The North" plunges us into dismal atmospheres with a long guttural growl from which emerge bluish synth filaments waltzing with an orchestral philosophy in a forest where no one has yet laid down their ears. The slow layers of chimerical violins dance with groans and raucous sighs, before turning into solos agonizing in a hostile environment. Strange noises, such as long gurgles, percussive jingles and other hard-to-describe noises cling to the permutation of the resonant shadows which merge into layers of synths with more seraphic tints. Slamming of doors make our eardrums jump, changing the long course of "The North". The mists become less opaque and the synth writes down some extended notes which turn into small aerial solos. The synth multiplies these solos which are always on the edge of being similar which sing with more agility, more freedom in the shadow of moaning drones. I don't know if we are in the North, but we are in a remote territory where everything can be scary, as enchanting.  A piano steal the presence of floating arpeggios with isolated notes weakened by these atmospheres. Birds chirp and the sun seems to have found the northern route. But the turbulence of the atmospheres is never completely gone. The air tumult remains. "The North" tries to return to the dead ends of its opening. We are around 10 minutes and the piano of Cornelia Kern is timely. Crumbling its notes with the fear of getting lost, it resists this sonic and tonal turmoil. And the synth supports it with tears that flow in suspension, drawing these tasks that slip but refuse to fall on this wall of eclectic tones which has gnaw the first 17 minutes of this title that deserves to be hear more than once. Evanescent in its melody, the piano completes the torments of "The North" with a sensibility that we had not heard coming.
"Mirror" follows with a burst of hollow breezes and winds filled with crystalline drizzle in an ambient pattern and with different intensity levels. The arpeggios trapped in this gust of cold winds sound like in the universe of Vangelis, Antartica, or like those of "The North". Crunches and crackles add tonus to the gloomy look of "Mirror". "Drums of Shoom" offers a solo of percussions, kind of tom-tom, from Mathias Grassow.  One would say like thunders which purr in a soundscape which will remind you of Steve Roach & Byron Metcalf, but in a more sober way. Percussive effects attract our sense hearing on this music without harmony, except for the very melancholic one from the cello which points out at the end of a title imagined for percussions. "The Waiting Hour" is a short track of quite disturbing vibes with a horde of sound effects that fill our ears to the brim. Yes! The more I think about it and the more the links with Vangelis, for the orchestrations here, are solid. Fascinating and seductive, we get hooked on the first listen of "Xau Etách". While one expects to find this universe of gloomy ambiences, the long meditative hum helping, a series of spasmodic sequences pile up and dance in jolts. A bit like a movement of sifting. Chords with bass tones revolve around this stationary dance where you can also hear the cello draw on some strings. A thrill of intensity is felt and brings this dance on 3 chords and shakes of the sequencer towards an ambient passage where a fascinating Elvish voice awaits us. The tone is set and "Xau Etách" embraces a dance of wooden shoes on brick while Michael Brückner floods the sky with nice solos and synth effects rolling in loops. Extremely strange and absolutely attractive! "Shanti" is a purely ambient song featuring Doris Hach and Cilia di Ponte. The voice is as seductive as the effects of the monochord whose astral blues melts into silence before returning with a crash. A confusing noise, since it was very quiet until then, which has displeased me more than anything else. But hey, nothing is perfect! "The Falling of Leaves (Melodic Version)" ends POLAR VORTEX with another duel between drones, cello lamentations and synth layers haloed by delicate melodious lines in a panorama of ambient elements illuminated by the songs of the stars. And one feels a slight pulse of a phantom rhythm in a structure never short of intensity.
You have probably guessed; POLAR VORTEX is not for all ears. I am fortunate enough to discover new music and new musical horizons, and I have the chance to sit down and enjoy the many projects of Michael Brückner and other artists who like to come out of their comfort zones. And I come out rarely disappointed. In fact, when I don't like, I don't talk about it! And I liked this POLAR VORTEX ...
Sylvain Lupari (May 16th, 2019) *****
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Quoi de plus naturel qu'une collaboration entre Mathias Grassow et Michael Brückner? Malgré les multitudes d'associations d'idées musicales qui jalonnent la carrière des 2 musiciens, jamais la possibilité de croiser leurs visions ne s'est produite. On doit parler au passé, puisque c'est maintenant chose faite avec POLAR VORTEX. Et l'expérience est à la hauteur des attentes des amateurs de ces deux musiciens avec un CD manufacturé rempli quasiment à sa pleine capacité. POLAR VORTEX propose près de 76 minutes d'une MÉ composée dans les textures d'ambiances des 2 musiciens allemands qui, sans être aux antipodes, possèdent des visions très précises de la musique ambiante et d'ambiances. Des effets de réverbérations et des couches de synthé plus luminescentes deviennent ainsi les principaux complices d'une faune musicale puisée dans deux imaginations qui ne sont jamais à court d'idées. La faune sonore est maquillée de tonalités autant organiques qu'insolites alors que les ambiances et la musicalité est plutôt diversifiée avec les présences de Cornelia Kern au piano, Doris Hach au Monochord et Cilia di Ponte qui chante sur Shanti. Ajoutons le violoncelle, la guitare ainsi que les percussions de Mathias Grassow à ses couches de synthé anesthésiantes au travail de Michael Brückner aux synthés et claviers, nous avons là tous les ingrédients pour déguster une œuvre ambiante riche de sa diversité musicale.
"The North" nous plonge dans des ambiances lugubres avec un long grognement guttural d'où émergent des filaments de synthé bleutés qui valsent avec une philosophie orchestrale dans une forêt où personne n'a encore déposé ses oreilles. Les lentes couches de violons chimérique dansent avec des murmures et des soupirs rauques, avant de se déposer en solos agonisants dans un environnement hostile. Des bruits étranges, comme des longs gargouillements, des tintements percussifs et autres bruits difficilement décrivables s'accrochent à la permutation des ombres résonnantes qui se fondent dans les couches de synthés aux teintes plus séraphiques. Des cognements de portes font sursauter nos tympans, modifiant le long parcours de "The North". Les brumes deviennent moins opaques et le synthétiseur écrit quelques notes allongées pour de petits solos aériens. Le synthé multiplie ses solos semblables qui chantent avec plus d'agilité, plus de liberté à l'ombre des drones gémissants. Je ne sais pas si nous sommes au Nord, mais nous sommes dans un territoire reculé où tout peut faire peur, comme enchanter. Un piano dérobe la présence des arpèges flottants avec des notes fragilisées par ces ambiances. Des oiseaux pépient et le soleil semble avoir trouvé la route du Nord. Mais la turbulence des ambiances n'est jamais tout à fait partie. Le tumulte aérien subsiste. "The North" tente de retourner dans les impasses de son ouverture. Nous sommes autour des 10 minutes et le piano de Cornelia Kern tombe à point. Émiettant ses notes avec la peur de se perdre, il résiste à cette tourmente sonore et tonale. Et le synthé l'appuie avec des larmes qui coulent en suspension, dessinant ces tâches qui glissent mais refusent de tomber sur cette muraille de tonalités éclectiques qui rongent les premières 17 minutes de ce titre qui mérite d'être réattendu. Évanescent dans sa mélodie, le piano achève les tourments de "The North" avec une sensibilité que l'on n’avait pas entendu venir.
"Mirror" suit avec une rafale de brises creuses et de vents remplis de bruine cristalline dans un pattern ambiant et avec différents niveau d'intensité. Les arpèges pris au piège dans cette bourrasque sonnent comme dans l'univers de Vangelis, Antartica, ou comme ceux de "The North". Des craquements et crépitements ajoutent du tonus à l'aspect glauque de "Mirror". "Drums of Shoom" propose un solo de percussions du genre tam-tam par Mathias Grassow. On dirait des tonnerres qui ronronnent dans un panorama sonique qui va vous rappeler Steve Roach & Byron Metcalf dans un jeu de tam-tams plus sobre. Des effets percussifs attirent notre ouïe sur cette musique sans harmonie, exceptée pour celle très mélancolique du violoncelle qui se pointe vers la finale d'un titre imaginé pour des percussions. "The Waiting Hour" est un court titre d'ambiances assez dérangeantes avec une horde d'effets sonores qui remplit nos oreilles à ras-bord. Oui! Plus j'y pense et plus les liens avec Vangelis, pour les orchestrations ici, sont solides. Fascinant et séduisant, on accroche à la première écoute sur "Xau Etách". Alors que l'on s'attend à retrouver cet univers d'ambiances lugubres, le long bourdonnement méditatif aidant, une série de séquences spasmodiques s'entassent et dansent par saccades. Un peu comme dans un mouvement de sassement. Des accords aux tonalités basses gravitent autour de cette danse stationnaire où l'on peut aussi entendre le violoncelle tirer sur quelques cordes. Un frisson d'intensité se fait sentir et amène cette danse sur 3 accords et secousses du séquenceur vers un passage ambiant où nous attend une fascinante voix Elfique. Le ton est lancé et "Xau Etách" embrasse une danse de sabots de bois sur de la brique alors que Michael Brückner inonde le ciel de très beaux solos et effets en boucles. Extrêmement étrange et absolument séduisant. "Shanti" est un titre purement ambiant qui met en vedette Doris Hach et Cilia di Ponte. La voix est aussi séduisante que les effets du monochord dont le blues astral fond dans le silence avant de revenir avec fracas. Un fracas déroutant, puisque c'était très tranquille jusqu'à là, qui m'a plus déplu qu'autre chose. M'enfin, rien n'est parfait! "The Falling of Leaves (Melodic Version)" termine POLAR VORTEX avec un autre duel entre drones, lamentations de violoncelle et nappes de synthé nimbées de délicates lignes mélodieuses dans un panorama ambient illuminé par des chants d'étoiles. On sent une légère impulsion d’un rythme fantôme dans une structure jamais à court d'intensité.
Vous l'avez sans doute deviné, POLAR VORTEX n'est pas pour toutes les oreilles. Moi qui a cette chance de découvrir sans cesse de la nouvelle musique et des nouveaux horizons musicaux, j'ai la chance de m'assoir et de savourer à ma guise les nombreux projets de Michael Brückner et autres artistes qui aiment sortir de leurs zones de confort. Et j'en sors rarement déçu. En fait, quand je n'aime pas, je n'en parle pas! Et j'ai bien aimé POLAR VORTEX…

Sylvain Lupari (16/05/19)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.