samedi 11 mai 2019

BEYOND BERLIN: Totem (2019)

“Ron is right; Totem is intoxicating, provoking and utterly brilliant for Berlin School fans and of those who like convoluted structures”
1 Marrakech 12:01
2 Far Beyond 12:31
3 Adante 10:26
4 Enkore 14:14

5 Freak Mout 11:28
Groove | GR-265 (CD/DDL 60:41)
(Sequencer-based Berlin School style)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
An industrial groan goes from one ear to another! We don't have time to suspect a phase of abyssal ambiences that already the sequencer hiccups of a spasmodic line with crystalline keys which jump now in a moan that has never left the backdrop of "Marrakech". The sequencer spits another line of sequence whose movement goes up/down resonates with its imprecise heaviness. Synth pads extend their presences in the form of solos that are difficult to identify in this mass of sounds and sequenced beats. The sequences rain from all directions with their tonal differences and their axes of independent rhythms that touch each other, if not intersect, in a crossroads of sequences and sequenced rhythms which parade beneath the caresses of synth with a very Tangerine Dream tones of the Encore years. The rhythm is captivating, even if not too catchy, because of the sequences and their tonal reflections which are the catalyst of a constantly changing movement. The rhythm is in the style Berlin School with a little less dominant passage that is used to recharge the sequencer which explodes of ingenuity by trafficking a range of percussion and percussive elements that leaves us speechless. In this regard, what happens after the seventh minute is pure genius. The cadence fractures into composite pieces where echo effects, the silvery shadows and highlights as well as other keys coming in reinforcement prolong a rhythmic fauna which is tinkling with a pleasurable effect in the eardrums. This creative ballet continues even until the last second of "Marrakech". That starts TOTEM on the right foot, and not just a little! My friend Ron Boots was very excited about this new Beyond Berlin album.  He described it as being intoxicating, provoking and utterly brilliant. And he was not just promoting this album available at Groove, he was just aiming right. The sequencers here are simply breathtaking. There is no drum computers on TOTEM. But there are 3 pairs of hands, those of Rene de Bakker, Martin Peters and Oscar van den Wijngaard, who draws treasures of rhythmic creativity throughout the 61 minutes of an album that will surprise you to each of its titles.
Two sequencer lines trace the rhythm of "Far Beyond". A third one adds a melodic vision which is taken up by a synth and its honeyed breezes. Other lines of sequences invite themselves in this lunar choreography where the rhythm beats gently, as in a lunar ballad. The synths blow evasive harmonies that stick rather well to the reality of the title being quite distant, whereas fog pads lie down an aura of mysticism. This minimalist movement completes its palette of magnetizing tones with organic sequences that cackle in the genre of Robert Schroeder and others whose glitter reflections come and go in the strategic locations of "Far Beyond". We remain in the lunar movement with the succulent "Adante" and its sonic dragonflies which flutter with their bright wings. What we have here is a beautiful morphic ballad which get weaves only with the innumerable capabilities of sequencers and synthesizers. It's already in my iPod Touch, section night music, next to "Far Beyond" which is just a little less romantic. Composed and recorded during the rehearsal of Beyond Berlin for the E-Live 2017 festival, "Enkore" is another little gem of rhythm regarding the sequencing patterns that has probably paved the way for TOTEM, considering the presence of Oscar van den Wijngaard in the band since. We can't strictly speak of rhythm here. It's an announced ritornello by a sequencer' movement on which get grafted a multitude of sequences, percussive and psychedelic effects in a stationary din. The synths are also very active by injecting soothing layers, especially at the beginning, as well as different tonal effects that are in close symbiosis with the different elements that are supported in a sonic mass that sways between the experimental side for sequencers and psybient. "Freak Mout" concludes this TOTEM on another note. The sequencer is always very attractive with chords jumping weakly on a frozen pond, leading another line which dances just as much gracefully. Here, the synths are more exploited with harmonies whistled in banks of chthonic mists. This is the true nature of the Berlin School with a convulsive framework and dark atmospheres where the harmonies of a secret flute are roaming. Well, I was talking about the true nature of the Berlin School! But things change from the 6th minute... The sequencer is dribbling its keys fluttering like these objects wandering on a disordered conveyor. We immediately think of Chris Franke, and with good reason! The sequencers weave a superb rhythmic bed where shimmering arpeggios cling to a solid bass line. "Freak Mout" becomes a good electronic rock with chords that tinkle like bottoms of empty bottles under the warm caresses of a synth that has lost its chthonic layers when the rhythm has stormed our ears. They will return with the songs and nasal solos of a synth that struggles to follow the creative rhythmic progression of "Freak Mout".
I fully agree with Ron; TOTEM is stunning, intoxicating and quite awesome. A must for Berlin School fans, that's for sure! But this is also a must for fans of sequencers and of convoluted structures that are the ingenuity and daring of those who handle those sequencers. As much effective with the ears in open air than well wrapped in headphones, this TOTEM from Beyond Berlin will probably be one of the best albums of its kind in 2019!
Sylvain Lupari (May 11th, 2019) ****½*
synth&sequences.com
Available at Groove NL
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Un râlement industriel passe d'une oreille à l'autre! Nous n'avons pas le temps de suspecter une phase d'ambiances abyssales que déjà le séquenceur hoquète une ligne spasmodique avec des ions cristallins qui sautillent maintenant dans un râlement qui n'a jamais quitté le décor arrière de "Marrakech". Le séquenceur crache une autre ligne de séquence dont le mouvement monte/descend résonne de sa lourdeur imprécise. Des pads de synthé étirent leurs présences sous formes de solos qui sont difficilement identifiable dans cette masse de sons et de rythmes des séquenceurs. Les séquences pleuvent de toutes les directions avec leurs différences tonales et leurs axes de rythmes indépendants qui se touchent, sinon se croisent, dans un carrefour de séquences et de rythmes séquencés qui défilent sous les caresses de synthé aux tonalités très Tangerine Dream des années Encore. Le rythme est captivant, même si pas trop entraînant, à cause des séquences et de leurs reflets tonals qui sont le catalyseur d'un mouvement en constante mutation. Le rythme est dans le style Berlin School avec un petit passage moins dominant qui sert à recrinquer les séquenceurs qui explosent d'ingéniosité en trafiquant une gamme de percussions et d'éléments percussifs qui nous laisse pantois. À cet égard, ce qui se passe après la 7ième minute est du pur génie. La cadence se fracture en morceaux composites où les effets d'écho, les ombres et les reflets argentés ainsi que d'autres ions arrivant en renfort étendent une faune rythmique qui tinte avec un effet jouissif pour les tympans. Ce ballet de créativité se prolonge même jusqu'à la dernière seconde de "Marrakech". Ça part TOTEM du bon pied, et pas juste un peu! Mon ami Ron Boots était très enthousiasmé à propos de ce nouvel album de Beyond Berlin. Il le décrivait comme étant étourdissant, provoquant et tout à fait brillant. Et il ne faisait pas juste la promotion de cet album disponible chez Groove, il visait juste. Les séquenceurs ici sont tout simplement époustouflants. Il n'y a aucune batterie électronique dans TOTEM. Mais il y a 3 paires de mains, celles de Rene de Bakker, Martin Peters et d'Oscar van den Wijngaard, qui soutirent des trésors de créativité rythmique tout au long des 61 minutes d'un album va vous surprendre à chacun de ses titres.
Deux lignes de séquenceur tracent le rythme de "Far Beyond". Une troisième ajoute une vision mélodique qui est reprise par un synthé et ses brises mielleuses. D'autres lignes de séquences s'invitent dans cette chorégraphie lunaire où le rythme bat doucement, comme dans une ballade lunaire. Les synthés soufflent des harmonies évasives qui collent plutôt bien à la réalité du titre en étant assez distantes, alors que des pads de brume étendent une aura de mysticisme. Ce mouvement minimaliste complète sa palette de tonalités magnétisantes avec des séquences organiques qui caquètent dans le genre Robert Schroeder et d'autres dont les reflets de paillettes vont et viennent dans des endroits stratégiques de "Far Beyond". On reste dans les mouvement lunaires avec le succulent "Adante" et ses libellules soniques qui papillonnent de leurs ailes lumineuses. Ce que nous avons ici est une superbe ballade morphique qui se tisse seulement avec les innombrables capacités des séquenceurs et synthétiseurs. C'est déjà dans mon iPod Touch section musique de nuits, à côté de "Far Beyond" qui est juste un peu moins romantique. Titre composé et enregistré lors de la pratique de Beyond Berlin en vue du festival E-Live 2017, "Enkore" est un autre petit bijou de rythme en égard de mouvements de séquenceurs qui a sans doute pavé la voie à TOTEM, considérant la présence d'Oscar van den Wijngaard dans le groupe depuis. On ne peut parler ici de rythme proprement dit. Il s'agit d'une ritournelle annoncée par un mouvement du séquenceur auquel se greffent une multitude de séquences, d'effets percussifs et psychédéliques dans un tintamarre stationnaire. Les synthétiseurs sont aussi très actifs en injectant des nappes apaisantes, notamment en début, ainsi que différents effets tonals qui sont en étroite symbiose avec les différents éléments qui se soutiennent dans une masse sonique qui tangue entre le côté expérimental pour séquenceurs et du psybient. "Freak Mout" conclut ce TOTEM sur une autre note. Le séquenceur est toujours très attrayant avec des accords qui sautillent fragilement sur une mare gelée, entrainant une autre ligne qui y danse tout aussi gracieusement. Ici, les synthés sont plus exploités avec des harmonies sifflotées dans des bancs de brumes chthoniennes. C'est la vrai nature du Berlin School avec une ossature convulsive et des ambiances sombres où rôdent les harmonies d'une flûte secrète. Bon, je parlais de vrai nature du Berlin School! Mais les choses changent à partir de la 6ième minute…Le séquenceur fait dribbler ses ions qui voltigent que ces objets errant sur un convoyeur déréglé. On pense tout de suite à Chris Franke, et avec raison! Les séquenceurs tissent un superbe lit rythmique où des arpèges miroitant s'agrippent à une solide ligne de basse. "Freak Mout" devient un bon rock électronique avec des accords qui tintent comme des fonds de bouteilles vides sous les caresses chaudes d'un synthé qui a égaré ses nappes chthoniennes lorsque le rythme à pris d'assaut nos oreilles. Ces nappes reviendront avec les chants et solos nasillards d'un synthé qui peine à suivre la créative progression rythmique de "Freak Mout".
Je suis pleinement en accord avec Ron Boots; TOTEM est étourdissant, enivrant et tout à fait génial. Un must pour les fans de Berlin School, ça c'est certain! Mais aussi un indispensable pour les fans de séquenceurs et des structures alambiquées qui sont issues de l'ingéniosité et de l'audace de ceux qui manipulent ces séquenceurs. Autant efficace les oreilles à l'air libre que bien emmitouflées dans des écouteurs, ce TOTEM de Beyond Berlin fera sans doute partie des meilleurs albums du genre en 2019!

Sylvain Lupari 11/05/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.