samedi 20 avril 2019

SON OF OHM: Paradigma (2019)

“Filled with perfumes of analog tones and with psychedelic vibes, Paradigma is another fine album from Son of Ohm who never stops to amaze with its sweet motorik beats”
1 Algorhythms 10:10
2 Cosmic Revival I 1:25
3 Pixies 11:49
4 Cosmic Revival II 1:38
5 Caravanserai 10:26
6 Cosmic Revival III 1:10

7 Spirit Flash 12:19
Son of Ohm Music (DDL 48:47)
(Analog EM with a bit of Krautrock)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
Son of Ohm comes back to fill our ears with this good mix of Krautrock and Electronic in a 5th album called PARADIGMA. Involved in his projects from A to Z, Leonardo Wijma also draws these nice front artworks that still have a psychedelic aura which is also found in his music. Home product offered on his download platform, PARADIGMA is a well-made album with a pretty decent tone in 24Bits that allows us to discern the instruments used, although with EM we are sure of nothing! This last album of Son of Ohm offers a route of charms that we must collected as the 4 long titles are running. They deploy structures of ambient rhythms with a different approach between each. Structures that are in connection with the 3 other ones. In this new adventure, the one that was once Leonardo offers 7 structures, all well balanced at the level of length, which are linked in a mosaic filled with the vintage years' perfumes, with charming organic and cosmic tones whose pulsating rhythms create an addiction that we satisfy by discovering a little more the universes of Leonardo Wijma.
"Algorhythms" doesn't waste time before reaching the inexorable border where psybient, krautrock and EM coexist with all their discordant charms. A seductive organic tone from the sequencer forges some ample oscillations which make stumble a first line of rhythm in a burning rivulet of arpeggios vibrating of their strong static oscillations. A wave of mist covers this fascinating mesh. Bass sequences roll in loops in the background, while percussive elements hobble like wooden shoes a little drunk. A good bass runs 3 and 4 creeping notes and the guitar throws its kaleidoscopic circles. The circles turn into small solos and the effects are turning into the pace of a sequencer, whereas the rhythm of "Algorhythms" becomes a good retro Berlin School with a Mellotron and its perfumes of flutes. Are these sequences or riffs? This is one of the many charms of the world of Son of Ohm where everything can take the colors of his composer who never hesitates to show his great respect for the whirling and repetitive loops of Manuel Göttsching. The rhythm disjointed, like a spasmodic skeleton, attached to percussive sequences, the flute and its piercing songs, the breezes of guitar, and the waves of mist from a synth and of its astral threats; Leonardo Wijma balances a first title that requires a great exercise to our eardrums as the tones and their colors try to outwit two ears that should only focus on the listening. But it doesn't matter, "Algorhythms" puts us in confidence with an EM whose sonorous perfumes go back as far as the good period of Ashra, the first Klaus Schulze albums and the innovations on sequencers by Baumann & Franke. PARADIGMA proposes 4 long titles interspersed by 3 very short which are brief episodes based on the old cosmico-ambiant Berlin School. "Cosmic Revival I" thus presents a synth which illuminates the stars with a very Ashra sound on bass pulsations/sequences put in an ambient rhythm mode. "Pixies" gets grafting while embracing the remain of astral ashes. The rhythm is always ambient with a series of loops braided by a fusion of guitar and synth that hypnotically wave on the strata of a vampiric bass line. A sequencer invites itself to this sweet magnetizing trance by releasing keys whose diverging tonal colors go very well with this cosmic decoration. A rhythmic disorder settles down with the sweeping stubborn reverberant waves, causing "Pixies" to extinction. Its last breaths are from a very Klaus Hoffmann-Hoock guitar and sail towards the ambient and pulsating rhythm of "Cosmic Revival II" which proposes more seraphic songs of astral flutes than in "Cosmic Revival I".
This short moment prepares the arrival of the very good "Caravanserai". A title that one hooks onto from the first listen. The rhythm is quiet and pulses through nice harmonies, tinted with Arabic perfumes, and an organ which benefits from the seraphic sweetness of the sequencer. Guitar riffs fall, awakening synth pads that hatch with an iridescent color. The guitar produces riffs in series, while the setting intensifies its preference for psychedelia. Reverberation waves follow the evolution of the riffs which also receive the support of the sequencer. A great motorik beat is getting on, bringing "Caravanserai" on a hypnosis track where the light Arab perfumes take all the place by good harmonious solos of synth (or guitar) in mode 70's. A very good passage that returns to its bed of moods and rhythmic hesitations of its opening. The keyboard and the organ are small wonders in this transitional phase where guitar riffs become support elements. "Cosmic Revival III" hovers in cosmic atmospheres of the analog time, with also some organic threads (like gurgles of amphibians). The very powerful "Spirit Flash" arrives then in our eardrums! From the last breaths and breezes of "Cosmic Revival III" emerges another reverb wave from which a plethora of strange tones emerge. A jerky rhythm, a bit nasal flute, deploys its orchestral effects in a sort of cemetery garnished of muted knocks and chants of ectoplasms. Little by little, the rhythm feeds on vivacity when the dull blows become frank blows sounding like hooves on concrete. This delightfully bewitching rhythm bears this series of riffs became very melodious, while the roaring organ layers spread sound carpets which look (or sound) like the different paths in a columbarium. The winds howl timidly, carried away by these funereal chants of a Mellotron (or organ) which rooted the analog approach of the 4 long musical sites of PARADIGMA.
A very beautiful album from Son of Ohm, PARADIGMA is got to be added to a discography full of very good albums from the Netherlands musician. For a little that we love these charms of an EM drenched in psybient and animated with motorik rhythms for Zombies marinated in THC, this album is a necessity. Like all the albums of Son Of Ohm by the way! Simply very good!
Sylvain Lupari (April 19th, 2019) *****
Available at Son of Ohm's Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Son of Ohm revient remplir nos oreilles de ce bon mélange de Krautrock et d'Électronique dans un 5ième album intitulé PARADIGMA. Impliqué dans ses projets de A à Z, Leonardo Wijma dessine aussi ces belles pochettes qui possèdent toujours une aura psychédélique que l'on retrouve aussi dans sa musique. Produit maison offert sur sa plateforme de téléchargement, PARADIGMA est un album bien réalisé avec une belle tonalité en 24Bits qui nous permet de bien discerner les instruments utilisés, quoiqu'avec la MÉ on ne soit sûr de rien! Ce dernier album de Son of Ohm offre un parcours de charmes qu'il faut amasser au fur et à mesure des 4 longs titres qui déploient des structures de rythmes ambiants avec une différente approche, en lien avec les 3 autres structure, entre chaque. Dans cette nouvelle aventure, celui qui fut autrefois Leonardo propose 7 structures, tous assez bien balancées au niveau temps, qui sont attachées dans une mosaïque remplie des parfums des années vintages, de charmantes tonalités organiques et cosmiques dont les rythmes pulsatoires créent une dépendance que l'on assouvie en découvrant toujours un peu plus les univers de Leonardo Wijma.
"Algorhythms" ne perd pas de temps avant d'atteindre l'inexorable frontière où le psybient, le krautrock et la MÉ cohabitent de tous leurs charmes discordants. Une séduisante tonalité organique du séquenceur forge d'amples oscillations qui font tituber une première ligne de rythme dans un ruisselet ardent d'arpèges vibrionnant de leurs vives oscillations statiques. Une onde de brume recouvre cet étonnant maillage. Des basses séquences roulent en boucles en arrière-plan, alors que des éléments percussifs clopinent comme des sabots de bois un peu ivres. Une bonne basse coule 3 et 4 notes rampantes et la guitare lance ses cercles kaléidoscopiques. Les cercles tournent un petits solos et les effets deviennent le pas du séquenceur, alors que le rythme de "Algorhythms" devient du bon Berlin School rétro avec un Mellotron et ses parfums de flûtes. Sont-ce des séquences ou des riffs? C’est l'un des charmes de l'univers de Son of Ohm où tout peut prendre les couleurs de son compositeur qui n'hésite jamais à afficher son grand respect pour les boucles tournoyantes et répétitives de Manuel Göttsching. Le rythme décousu, comme un squelette spasmodique, fixé à des séquences percussives, la flûte et ses chants perçants, la guitare et les ondes de brume, le synthé et ses menaces astrales; Leonardo Wijma nous balance un premier titre qui demande un gros exercice à nos tympans tant les tons et leurs couleurs tentent de déjouer deux oreilles qui devraient seulement se concentrer sur l'écoute. Mais peu importe, "Algorhythms" nous met en confiance avec une MÉ dont les parfums sonores remontent aussi loin que la bonne période d'Ashra, des premiers Klaus Schulze et des innovations sur séquenceurs par Baumann & Franke. PARADIGMA propose 4 longs titres entrecoupés par 3 très courts qui sont de brefs épisodes sur le vieux Berlin School cosmique. "Cosmic Revival I" présente ainsi un synthé qui illumine les astres avec un son très Ashra sur des basses pulsations/séquences en mode rythme ambiant. "Pixies" se greffe tout en épousant ses cendres astrales. Le rythme est toujours ambiant avec une série de boucles tressées par une fusion de guitare et synthé qui ondulent hypnotiquement sur les nappes d'une ligne de basse vampirique. Un séquenceur s'invite à cette douce transe magnétisante en libérant des ions dont les divergentes couleurs tonales vont très bien avec ce décor cosmique. Un désordre rythmique s'installe avec les balayements de tenaces ondes réverbérantes, entraînant "Pixies" vers son extinction. Ses derniers souffles sont d'une guitare très Klaus Hoffmann-Hoock et voguent vers le rythme ambiant et pulsatoire de "Cosmic Revival II" qui propose des chants plus séraphiques de flûtes astrales que dans "Cosmic Revival I".
Ce court moment prépare l'arrivée du très bon "Caravanserai". Un titre qui accroche dès la première écoute. Le rythme est tranquille et pulse à travers de belles harmonies, teintées de parfums arabes, d'un orgue qui profite de la douceur séraphique du séquenceur. Des riffs de guitare tombent, éveillant des pads de synthé qui éclosent avec une couleur irisée. La guitare produit des riffs en série, alors que le décor intensifie sa préférence pour du psychédélisme. Des ondes de réverbérations suivent l'évolution des riffs qui reçoivent aussi l'appui du séquenceur. Un fabuleux rythme motorique s'installe, amenant "Caravanserai" sur une piste d'hypnose où les légers parfums arabes prennent toute la place par de bons solos harmonieux de synthé (ou guitare) en mode des années 70. Un très bon passage qui retourne à son lit d'ambiances et d'hésitation rythmique de son ouverture. Le clavier et l'orgue font des petites merveilles dans cette phase transitoire où les riffs de guitare deviennent des éléments de support. "Cosmic Revival III" plane dans des atmosphères cosmiques du temps de l'analogues, avec aussi des filaments un peu organiques (genre gargouillements de batraciens). Le très puissant "Spirit Flash" débarque alors dans nos tympans! Des derniers souffles et brises de "Cosmic Revival III" nait une autre onde réverbération d'où sort une pléthore de bruits étranges. Un rythme saccadé, un brin flûte nasillarde, déploie ses effets orchestraux dans un genre de cimetière garni de coups sourds et de chants d'ectoplasmes. Peu à peu, le rythme se nourrit de vivacité lorsque les coups sourds deviennent des coups francs sonnant comme des sabots sur du ciment. Ce rythme délicieusement ensorcelant porte cette série de riffs devenus très mélodieux, alors que les nappes d'orgue grondantes étendent des tapis sonore qui ressemble aux différents chemins dans un columbarium. Des vents hurlent timidement, emportés par ces chants funèbres d'un Mellotron (ou orgue) qui enracine l'approche analogue des 4 longs chantiers musicaux de PARADIGMA.
Un très bel album de Son of Ohm, PARADIGMA s'ajoute à une discographie jalonnée de très bons albums du musicien Néerlandais. Pour un peu que l'on aime ces charmes d'une MÉ trempée dans du psybient et animée de rythmes motoriques pour Zombies marinées au THC, cet album est une nécessité. Comme tous les albums de Son Of Ohm en passant! Simplement très bon!

Sylvain Lupari 19/04/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.