vendredi 22 mars 2019

VARIOUS GROOVE: Free Grooves (2019)

“This is some great EM that will satisfy the greedy Berlin School fans all around the planet”
1 Sparks (Martin Peters) 7:54
2 Phenomenon (Arcane) 5:46
3 Lost in Fear (Alt Version) (Gert Emmens) 11:20
4 Slow Right Down (Spyra) 8:06
5 Oblivion (Volt) 11:00
6 Sad Day (Rene de Bakker) 7:59
7 Neon (Synthex) 4:23
8 Darya-ye- Mazandaran (Skoulaman) 12:4

9 You Are Still My Ears (John Kerr & Ron Boots) 5:49
GR-901 (CD 75:21)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
We love Electronic Music, and we love to bring this music to the world! This is the maxim of GrooveNL and mainly of Ron Boots. FREE GROOVES is a very nice compilation of EM that represents very well the musical genre of Groove NL. It can be obtained free with the purchase of 2 CDs in the catalog of the Dutch label. An incentive? For sure! But this is some great EM that will satisfy the greedy Berlin School fan in you.
And it starts strong with "Sparks" from Martin Peters. A huge line of bass sequences plus another with brighter keys jump with heaviness and musicality in a parallel movement but not necessarily in symbiosis. A small pad of mist spreads the spirit of nebulosity, while the synth throws some good harmonious solos. A ghost line rolls in the shadow of this empirical melody and the sequences illuminate the rhythm of "Sparks" with reflections of wriggling castanets. That’s a solid Berlin School loaded of resonating effects from the half of Beyond Berlin, while the other half, Rene de Bakker, presents a title, "Sad Day", which requires more listening to appreciate it to its full value. Arcane offers us in "Phenomenon" the origin of its influences with a music that throws as many scents of the Logos years as the Seattle's, especially for the many soundtracks there, of Tangerine Dream. That sounds so much like TD that we believe to hear a track lost and found in Edgar's many vaults. In this kind of compilation, everything is allowed! Especially a title with as much resemblance to the German trio from Arcane that plunges into his early years. Gert Emmens follows with another version of Lost in Fear, which can be found on his latest album Dark Secrets of the Urban Underground. "Lost in Fear (Alt Version)" is not so far from the original version. "Slow Right Down" is a fiery title of Spyra. It is in the oscillations of an organic language that a cloud of loops expands its rhythmic field with oscillations saturated with sonic radio activities. It is a festival of tones jumping between our ears with the support of a plethora of percussions, nervous and agitated, who dance like giant castanets in a sea of oscillating reverberations from which distorted filaments of melodies escape sung by electronic nightingales on acid. It's quite harsh for the ears and the melancholy mist cushions add a softness that feels good to the eardrums. By far the most complex title of FREE GROOVES, but the richness of the percussive elements and the softness of the anesthetic mists help to better pass this din that flirts with the genius.
There is of everything in the first 4 minutes of "Oblivion" from the English duo Volt. A heavy resonant veil floats to spread its snoring texture. Strange cries of seagulls trapped in the shadows flutter on this rough tarmac where circular waves revolve with a perfume of Vangelis in the chthonian airs. The waves and layers intersect their differences in a sibylline funereal concerto which is shredded by heavy roaring sequences, percussions in mode rock and by spasmodic sequences that are carried away by this torrent of percussions and its structure of rhythm too fast for the most agile feet. From a chthonian opening to a huge immoderate England School hard rock with good solos always very sharp, that's what this "Oblivion" from Volt is! I wrote above how the structure of "Sad Day" could be complex with its flashy texture that stays folded in ambient mode. There is a very tight block of stormy sequences and slamming percussions whose surface gives a den to the threads of emotions rather difficult to grasp of a rather emotional synth. As with Spyra, it takes time but we end up being attracted by this paraphernalia of percussive effects. "Neon" is a loud and catchy synth-pop from Synthex. Not my cup of tea, but I must say that it is very lively. I could not wait to hear some new music from Skoulaman, and "Darya-ye-Mazandaran" did not disappoint me. A delicate structure of ambient rhythm spreads its iridescent tones in a gentle trot of a horse galloping in a meadow dressed up of fog. The sequences have two shades, including a sizzling if not organic one, and other arpeggios extend their prismed chirpings in a harmonic glow which is in half tint. Romantic and touching with its morning fog, the music still jumps in its gurgling bursts that are never out of tune. A beautiful title, as one can expect from an artist such as Skoulaman. I had promised myself to listen carefully to "You Are Still My Ears" by John Kerr and Ron Boots. My first observation was to establish a link between this piece and the music found in Refuge en Verre, a collaborative album between Ron Boots and SynthNL. It's charming, quite catchy and close to the New Age electronic melodies, but with much better synth solos. Impossible not to love, so much it is well crafted! Let's say it's the cherry on the Sundae of a very nice compilation that will pleased for sure the ears always greedy of great EM, mostly very Berlin School.

Sylvain Lupari (March 22, 2019) *****
You will find this album at Groove NL
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Nous aimons la MÉ et nous aimons l'apportée à tout le monde! Tel est la maxime de Groove et principalement de Ron Boots. FREE GROOVES est une très belle compilation de MÉ qui représente très bien le genre musical de Groove NL. On peut l'obtenir tout à fait gratuitement à l'achat de 2 CD dans le catalogue du label Hollandais. Un incitatif? Certes! Mais de la belle MÉ qui va satisfaire le gourmand de Berlin School en vous.
Et ça débute fort avec "Sparks" de Martin Peters. Une grosse ligne de basses séquences et une autre avec des ions plus lumineux sautillent tant avec lourdeur que musicalité dans un mouvement parallèle mais pas nécessairement en symbiose. Un petit coussin de brume étend le parfum de nébulosité, alors que le synthé lance de superbes solos harmonieux. Une ligne fantôme roule dans l'ombre de cette mélodie empirique et les séquences illuminent le rythme de "Sparks" avec des reflets de castagnettes frétillantes. Du très solide Berlin School résonnant de la moitié de Beyond Berlin, alors que l'autre moitié, Rene de Bakker, présente un titre, "Sad Day", qui demande plus d'écoute afin de l'apprécier à sa pleine valeur. Arcane nous offre en "Phenomenon" l'origine de ses influences avec une musique qui jette autant de parfums des années Logos que des années Seattle, notamment pour la musique de films, de Tangerine Dream. C'est tellement ressemblant qu'on dirait un titre perdu que l'on vient juste de retrouver dans les voutes d'Edgar. Dans ce genre de compilation, tout est permis! Surtout un titre avec autant de ressemblance d
'Arcane qui plonge dans ses premières années. Gert Emmens suit avec une autre version de Lost in Fear, que l'on retrouve sur son dernier album Dark Secrets Of The Urban Underground. "Lost in Fear (Alt Version)" n'est pas si loin de la version originale. "Slow Right Down" est un titre fougueux de Spyra. C'est dans les oscillations d'un langage organique qu'une nuée de boucles élargit son champ rythmique avec des oscillations gorgées de radioactivités soniques. C'est un festival de tons qui sautent entre nos oreilles avec l'appui d'une pléthore de percussions, nerveuses et agitées, qui dansent comme des castagnettes géantes dans une mer de réverbérations oscillatoires d'où s'échappent des filaments tordus de mélodies chantées par des rossignols électroniques sur acide. C'est assez âpre pour les oreilles et les coussins de brume mélancolique ajoutent une douceur qui fait du bien aux tympans. De loin le titre le plus complexe de FREE GROOVES, mais la richesse des éléments percussifs et la douceur des brumes anesthésiantes aident à mieux passer ce tintamarre qui flirte avec le génie.
Il y a de tout dans les 4 premières minutes de "Oblivion" du duo Anglais Volt. Un lourd voile résonant flotte pour étendre sa texture ronflante. D'étranges pépiements de mouettes trappées dans les pénombres s'agitent sur ce tarmac rugueux où tournoient des ondes circulaires avec un parfum de Vangelis dans les airs méphistophéliques. Les ondes et nappes entrecroisent leurs différences dans un funèbre concerto sibyllin qui se fait déchiqueter par de lourdes séquences vrombissantes, des percussions en mode rock et des séquences spasmodiques qui sont emportées par ce torrent de percussions et de sa structure de rythme trop rapide pour les pieds les plus agiles. D'une ouverture chthonienne à du gros England School immodéré, avec de bons solos toujours très tranchants, voilà de quoi est fait ce "Oblivion" de Volt! J'écrivais plus haut comment la structure de "Sad Day" pouvait être complexe avec sa texture tapageuse qui reste repliée en mode ambiant. Il y a un bloc très serré de séquences houleuses et de percussions claquantes dont la surface donne un repaire a des filets d'émotivités plutôt difficiles à saisir d'un synthé assez émotif. Comme avec Spyra, il faut du temps mais nous finissons par être attiré par cet attirail d'effets percussifs. "Neon" est un gros synth-pop bruyant et entraînant de Synthex. J'avais très hâte d'entendre le titre de Skoulaman et "Darya-ye- Mazandaran" ne m'a pas déçu. Une délicate structure de rythme ambiant étale ses tonalités irisées dans un doux trot d’un cheval galopant dans une prairie de brume. Les séquences ont deux teintes, dont une grésillante sinon organique, et d'autres arpèges étendent leurs éclats prismiques dans une lueur harmonique à demi complète. Romanesque et attendrissante avec ses nappes de brouillard matinal, la musique sautille toujours dans ses éclats gargouillants qui ne sont jamais déplacés. Un beau titre, comme on est en mesure de s'attendre d'un artiste tel que Skoulaman. Je m'étais promis d'écouter attentivement "You Are Still My Ears" du duo John Kerr et Ron Boots. Mon premier constat a été d'établir un lien entre cette pièce et la musique que l'on retrouve dans Refuge en Verre, un album collaboration entre Ron Boots et SynthNL. C'est beau, assez entrainant et près des mélodies électroniques New Age, mais avec de bien meilleurs solos de synthé. Impossible de ne pas aimer, tant c'est bien fait! Disons que c'est la cerise sur le Sundae d'une très belle compilation qui se déguste les oreilles toujours bien gourmandes.

Sylvain Lupari 22/03/19


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.