samedi 9 mars 2019

TANGERINE DREAM: The Sessions 1 (2017)

“Too much is like not enough! Except that "Blue Arctic Danube" is very good and the first 20 minutes of "Gladiatorial Dragon" are very respectable”
1 Blue Arctic Danube 31:42
(10pm Session at A38 Budapest)
2 Gladiatorial Dragon 27:49
(9.35pm Session at AC Hall Hong Kong)

Eastgate 080CD
(CD 59:31)
(Berlin School)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================

My ears have devoured the excellent album Particles. Composed of music performed in concert and a reworked version of Rubycon, the album also brought to our ears a whole improvised track in studio. A title which reflected this approach of Tangerine Dream's concerts during the years 73-83. Faced with the unexpected success of 4:00 pm Session, Thorsten Quaeschning, Ulrich Schnauss and Hoshiko Yamane decided to redo the experience during the concerts in Budapest and Hong Kong in early 2017. Performed as an encore, they appear in the first of a series of Cup-Disc, or Double Cup-Disc, entitled The Sessions. And since I'm always on time with my Tangerine Dream reviews (Sic!) and to mostly responding to my readers' requests, here is the first in a series of columns on the latest Tangerine Dream albums from the Quantum years. Dedicated to the memory of Edgar Froese, “The Sessions 1” goes from a simple note, generating two sonic tornados that have been warmly welcomed by the hardcore fans of Tangerine Dream. Even if they have long decried this approach proposed by many imitators of the mythical German trio and even if the 3 new amigos of contemporary Electronic Music are also the equivalent of these groups that could not tolerate these same fans ... Go figure! But no matter, it's always very interesting to soak our ears in these ambiences which are full of surprises. Good as bad.
Recorded in Budapest on January 28, 2017, "Blue Arctic Danube" is the encore of an excellent concert that I had the chance to watch on YouTube. A shadow settles between our ears with a circular motion. The footprint lets pads float in the void, while quietly settles a multitude of drifting pads in search of a more homogeneous structure in the hope of crashing on it. We can detect imprints of the Jive years, but it is barely. The ambiences are enveloping, even with a reverberation wave which extends a disturbing buzzing aura. Luxurious layers, whose sound rays offer a vision of aurora borealis, arise here and there, while the ambiences unveil some beautiful ethereal orchestrations. Yes, we have these flute fragrances flowing here and there, whereas jinglings multiply their echoes in a portal of percussive elements which take more and more control of "Blue Arctic Danube". We arrive at the 9th minute and I have the impression that the music has just started. It's at this moment that the sequencer starts. Supported by other elements of percussive sequences and effects, caressed by layers of deep chthonic voices, the rhythm is heavy and lively. Pure Berlin School with its ascending loops and resonant shadows, "Blue Arctic Danube" rolls like a stubborn train beneath an avalanche of nebulous layers, of effects and of highly stylized solos. A first fall slows the rhythm's race around the 17th minute, whereas a sequence loses its rhythmic compass. The effect is contagious to the ears. Amputated from this sequence, the rhythm loses its vigor more and more until it hobbles with difficulty at the point of 20 minutes. Without ever disappearing, it fights against an envelope of voices, mists and songs of a sharp flute in a sort of floating, like a body drifting between two layers of sonic shimmers. A ballet of effects and crystal chords as well as percussive floating effects invades our ears. The layers of ambience get multiplying and we discern with difficulty the lamentations of Hoshiko Yamane's cello who, honestly, seems to be lost in this setting. Cathedral layers cover this possible rhythmic hatch, bringing the final of "Blue Arctic Danube" in an ambient hideout.
Recorded on February 27, 2017 at the Academic Community Hall of Hong Kong, "Gladiatorial Dragon" begins with a round of applause. Listening with headphones is prioritized here, because of too much overload of effects, including these innumerable sounds of slide whistles. The tone and especially the approach are quite different from "Blue Arctic Danube". The first part is of ambiences with more contemporary electronic tones which are so very diversified and with rhythmic embryos which come and go in a fury held by this mass of sound effects. In fact, we feel more the imprint of Tangerine Dream in this title with a vision which embraces the Logos years, including the 81-82 concerts. I think of titles like Undulation, Thermal Invasion or Silver Scale, especially because of the slow hatching of the rhythm. The sequencer is very active, but in exploratory mode with various formulas which are constantly held back or diminished by sounds and tones of all kinds. There is a very nice mix of old sounds, especially at the 14th minute spot, and cold tones from the MIDI years in this structure where the piano reminds that Thorsten Quaeschning is also the soul of Picture Palace Music. It's in a real din of distortions, which have assaulted my ears to be honest, that "Gladiatorial Dragon" is attempting one last breakthrough in the territories of sustained rhythms. But that's also aborted by this entrenched mass of sounds which has let this “The Sessions 1” on my appetite. Too much is like not enough! Except that "Blue Arctic Danube" is very good and the first 20 minutes of "Gladiatorial Dragon" are very respectable...

Sylvain Lupari (March 8th, 2019) ***½**
Available at Eastgate
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Mes oreilles ont dévoré l'excellent Particles. Composé de titres performés en concert et d'une version retravaillée de Rubycon, l'album portait aussi à nos oreilles un titre totalement improvisé en studio. Un titre qui reflétait cette approche des spectacles de Tangerine Dream durant les années 73-83. Devant le succès inattendu de 4:00 pm Session, Thorsten Quaeschning, Ulrich Schnauss et Hoshiko Yamane décidèrent de retenter l'expérience lors des concerts à Budapest et Hong-Kong au début 2017. Performés sous formes de rappel, ils se retrouvent sur le premier d'une série de Cup-Disc ou de double Cup-Disc intitulée The Sessions. Et comme je suis toujours à l'heure en ce qui a trait aux chroniques sur la musique de Tangerine Dream (Sic!) et répondant surtout à la demande de mes lecteurs, voici, en retard, la première d'une série de chroniques sur les derniers albums de Tangerine Dream des années Quantum. Dédié à la mémoire d'Edgar Froese, “The Sessions 1” s'évade à partir d’une simple note, engendrant deux tournades soniques qui ont été chaudement accueillies par les fans purs et durs de Tangerine Dream. Même s'ils ont longtemps décrié cette approche proposée par de nombreux imitateurs du mythique trio Allemand et même si les 3 nouveaux amigos de la Musique Électronique contemporaine sont aussi l'équivalent de ces groupes que ne pouvaient tolérer ces mêmes fans…Allez comprendre! Mais peu importe, c'est toujours très intéressant de tremper nos oreilles dans ces atmosphères qui sont remplies de surprises. Bonnes comme mauvaises.
Enregistré à Budapest le 28 Janvier 2017, "Blue Arctic Danube" est le rappel d'un excellent concert que j'ai eu la chance de visionner sur You Tube. Une ombre se dépose entre nos oreilles avec un mouvement circulaire. L'empreinte laisse des coussins flotter dans le néant, alors que tranquillement se dépose une multitude de pads dérivant à la recherche d'une structure plus homogène dans l'espoir d'y crécher. On peut déceler des impressions des années Jive, mais c'est à peine. Les ambiances sont enveloppantes, même avec un filet de réverbération qui étend une aura de bourdonnement inquiétant. Des nappes luxuriantes, dont les rayonnements sonores proposent une vision de contemplation d’aurores boréales, se posent ici et là, alors que les ambiances détachent de belles orchestrations éthérées. Eh oui, nous avons ces parfums de flûte qui coulent alors que des cliquetis multiplient leurs échos dans un portail d'éléments percussifs qui prennent de plus en plus le contrôle de "Blue Arctic Danube". On arrive à la 9ième minute et j'ai l'impression que la musique débute. C'est à cet instant que le séquenceur se met en marche. Appuyé par des nappes de voix chthoniennes et par d'autres éléments de séquences et d'effets percussifs, le rythme est lourd et vif. Du pur Berlin School avec ses boucles ascendantes et ses ombres de résonnances, "Blue Arctic Danube" roule comme un train entêté sous une avalanche de nappes nébuleuses, d'effets et de solos très stylisés. Une première chute ralentie la course du rythme autour de la 17ième minute, alors qu'une séquence perd sa boussole rythmique. L'effet est contagieux pour les oreilles. Amputé de cette séquence, le rythme perd de plus en plus sa vigueur jusqu'à clopiner avec peine au point des 20 minutes. Sans jamais disparaître, il lutte contre une enveloppe de voix, de brumes et de chants d'une flûte aiguë dans un espèce de flottement, comme un corps dérivant entre deux nappes de miroitements soniques. Un ballet d'effets et d'accords cristallins ainsi que d'effets percussifs flottants envahit nos oreilles. Les couches d'ambiances se multiplient et on discerne avec peine les lamentations du violoncelle de Hoshiko Yamane qui, honnêtement, semble perdue dans ce décor. Des nappes cathédralesques enveloppent cette possible éclosion rythmique, amenant la finale de "Blue Arctic Danube" dans un repaire ambiant.
Enregistré le 27 Février 2017 au Academic Community Hall d'Hong-Kong, "Gladiatorial Dragon" débute sous une salve d'applaudissements. L'écoute avec des écouteurs est priorisée ici, à cause d'une trop grande surcharge d’effets, dont ces innombrables sons de flûtes à coulisse. La tonalité et surtout l'approche sont assez différentes de "Blue Arctic Danube". La 1ière partie est d'ambiances avec des tonalités électroniques plus contemporaines qui sont très diversifiées et des embryons rythmiques qui vont et viennent dans des fureurs retenues par cette masse d'effets sonores. En fait, on sent plus l'empreinte de Tangerine Dream dans ce titre avec une vision qui embrasse les années Logos, notamment les concerts de 81-82. Je pense à des titres comme Undulation, Thermal Invasion ou encore Silver Scale, notamment à cause de la lente éclosion du rythme. Le séquenceur est très actif, mais en mode exploratoire avec diverses formules qui sont constamment repoussées ou amoindries par des sons et des tons de tous acabits. Il y a un très beau mélange de vieux sons, autour des 14 minutes, et de tonalités froides des années du MIDI dans cette structure où le piano rappelle que Thorsten Quaeschning est aussi l'âme de Picture Palace Music. C'est dans un véritable tintamarre de distorsions, qui ont agressées mes oreilles pour être honnête, que "Gladiatorial Dragon" tente une dernière percée dans les territoires de rythmes soutenus qui est aussi avortée par cette indélogeable masse de sons qui fait que ce “The Sessions 1” m'a laissé sur mon appétit. Trop, c'est comme pas assez! Sauf que "Blue Arctic Danube" est très bon et que les 20 premières minutes de "Gladiatorial Dragon" sont très respectables.

Sylvain Lupari 09/03/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.