lundi 25 mars 2019

NOTHING BUT NOISE: Formations Magnétiques et Phénomènes D'incertitude (2019)

“Nothing But Noise dares a bold engagement with long evolutionary structures that refuse to stigmatize themselves into minimalist phases”
CD1 47:46
1 Autom@ta 8:10
2 Beton BB84 22:36
3 Xperiment777 12:53
4 Autom@ta Reprise 4:07

CD2 43:30
1 Curved Attraction 12:04
2 Methode Obscure 13:26
3 Dust to Nebula <> Self Replicating Forevers 12:58
4 Curved Attraction Reprise 80 4:42

db2fluctuation (2CD/DDL 91:14)
(Experimental, ambient, Berlin School)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
The trilogy on time is a thing of the past, Nothing But Noise tackles a new challenge with another imposing project entitled FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE. Exceeding 90 minutes, the work is presented in 2 CDs carefully wrapped in a digipack sleeve adorned with symbols of another language unique to the mysterious vision of Daniel B. and Dirk Bergen. The title is quite representative of an exploratory music where perfumes of a Larry Fast, in his period of reflections for sequencer and synthesizer, amazed the ears in 1975. Nothing But Noise dares a bold engagement with long evolutionary structures that refuse to stigmatize themselves into minimalist phases. If the sequencers carve heavy and resonant rhythmic horizons, like Tangerine Dream, Redshift and Arc, they break up rather quickly in textures of intense ambiances and din which flirt with a psybient vision or orchestrations worthy of the cinematographic universes for horror movies. Improvisation seems to be the trigger for creativity which is always on the alert and requires some adjustments from the listener. And even the savviest! In short, a solid album which, contrary to what is said, barely flirts with the Berlin School. But in the end, it's real Nothing But Noise as one likes it!
A dark note and a heavy sinuous reverb fill the opening of "Autom@ta". A plethora of stagnant waves, screaming lines and always those reverberations that push the multiplication of semicircle sounds to the limits of a chthonian universe. This opening title of FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE is a kind of defector of the Electronic Industrial genre from the first opus of Nothing But Noise to a buffer zone where the similar genre Berlin School is filled with the new instincts of the Belgian duo. Orchestrations in long staccatos impose a fusion of soft and rough saccades, structuring a rhythm as romantic as an armada of horses in cinematographic plains. Knocks, a bit like gasps, help to increase the wild portion of a rhythm that is unraveled in sound effects, hesitating between a final atmosphere or orchestral rhythm. A last burst and boom! "Autom@ta" landed in the horizons of "Beton BB84". This very long evolutionary title exploits the ambiances of Jean-Michel Jarre at the dawn of his hesitant structures. The cosmic orchestrations are sinuous and interminable, while knocks and their echoes poured in frozen water look at the future of "Beton BB84" with a vision where the intensity is at your fingertips. The first part of this title spits an extremely effective sound venom. It's with a choreography of vivid oscillations that its rhythm starts to move. Heavy and yet fluid, it crosses a first zone of turbulence to stop and breathe in the delicacy of a traveling keyboard and slow, lugubrious orchestrations. A nest of sinuous reverberations hatches shortly after, opening the doors of a secret society where sound ectoplasms run in search of a harmonic, if not rhythmic, life. Huge electronic tam-tams thunder at these ambiences with tempestuous knockouts, restructuring a rhythm lively for the neurons, everything is for the neurons in this album. This effective rhythmic din fails on radiations blown by sharp oscillations then slow saccades of a sepulchral cello, causing another change of sound horizon which rushes into an ambiospherical vision full of winds and its sonic particles. If "Beton BB84" orders a few listening, "Xperiment777" requires some even more. A cloud of white noise adorns its radioactive outbreak. A sequencer imagines a rhythmic structure that collapses and turns around in a fascinating chaos while all the elements in place are in the image of a Tower of Babel's creativity. A zigzagging march escapes from this din to wander through the corridors of a cosmos that seems to be building as "Xperiment777" evolves. And so, we advance in an area of ambiosonic turbulence that gradually transforms into a chthonic choir. Fragile and puny, "Autom@ta Reprise" evokes a pale reflection of the seductive opening of this first CD of FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE.
The 2nd CD is like the first 48 minutes of this Nothing But Noise's last opus. Muted thumps open the horizons of "Curved Attraction". The weak resonant glow sets a gloomy mood that becomes more and more dire as the knocking intensifies their clouds of reverberation. Orchestrations shape the ceiling of the moods until these resonances activate the fury of the sequencer which throws its keys in a very seductive rhythmic disorder. We are not far from Redshift here. Too bad the second half vegetates in sordid ambiences loaded of tones, but it's typical to Nothing But Noise in its visions of the analog art. These ambiences blow on waves of reverberations which escape in the opening of "Obscure Method". The overture is lugubrious with slow staccato movements with false violin strings heavy and overwhelming. The sound fauna is carved in the sinister with thin threads of spectral voices and strange noises which ooze from the walls of a long corridor of dread. When these ambiences release a last breath, around the 6:30 minutes, the staccato becomes livelier and less burdensome, initiating the awakening of the sequencer which releases its keys frolicking in the heaviness and the zigzagging curves of the Berlin School. Little tinklings adorn this procession which will be cut by an ambient phase before returning in the form of rhythm. Good Berlin School, but I heard better! Full of woosh, like singing winds in the stigmata of a cave, and effects of knocks, "Dust to Nebula <> Self Replicating Forevers" is a long phase of claustrophobic vibes that flows into the bouncy sequencing structure of "Curved Attraction Reprise 80". The music really adopts this new orientation of the 80's with a sequencer that has a harmonic aim while the moods decide otherwise. A short title that is the image of this perfect incoherence of an album whose audacity requires some listening, and a hard work for an open mind, but which will seduce the most tenacious.

Sylvain Lupari (March 25th, 2019) ***½**
Available at Nothing But Noise's Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

La trilogie sur le temps étant chose du passé, Nothing But Noise s'attaque à un nouveau défi avec un autre imposant projet intitulé FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE. Dépassant les 90 minutes, l'œuvre est présenté en 2 CD soigneusement enveloppé dans une pochette digipack orné des symboles d'un autre langage uniques à la mystérieuse vision de Daniel B.et Dirk Bergen. Le titre est assez représentatif d'une musique exploratoire où des parfums d'un Larry Fast, dans sa période de réflexions pour séquenceur et synthétiseur, émerveillait les oreilles en 1975. Nothing But Noise ose un audacieux engagement avec des longues structures évolutives qui refusent de se stigmatiser dans des phases minimalistes. Si les séquenceurs sculptent des horizons rythmiques lourdes et résonnantes, genre Tangerine Dream, Redshift et Arc, il se décousent assez rapidement dans des textures d'ambiances et de tintamarres intenses qui flirtent avec du psybient ou des orchestrations dignes des univers cinématographiques pour film d'horreur. L'improvisation semble être l'élément déclencheur d'une créativité toujours en alerte et qui demande quelques ajustements de l'auditeur. Et même les plus avisés! Bref un solide album qui, contrairement à ce qui se dit, flirte à peine avec le Berlin School. Mais au final, c'est du vrai Nothing But Noise comme on aime!
Une note sombre et une lourde réverbération sinueuse remplissent l'ouverture de "Autom@ta". Une pléthore d'ondes stagnantes, de lignes hurlantes et toujours ces réverbérations qui poussent la multiplication des demi-cercles sonores aux limites d'un patibulaire univers chthonien. Ce titre d'ouverture de FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE est un genre de transfuge du genre Industriel Électronique des premiers opus de Nothing But Noise vers une zone tampon où le genre Berlin School analogue se gave des nouveaux instincts du duo Belge. Des orchestrations en staccatos allongés imposent une fusion de douces et rudes saccades, structurant un rythme aussi romanesque qu'une armada de chevaux dans des plaines cinématographiques. Des cognements, un peu comme des halètements, aident à augmenter la portion sauvage d'un rythme qui se découd dans des effets sonores, hésitant entre une finale d'ambiances ou de rythme orchestral. Un dernier sursaut et boum! "Autom@ta" débarque dans les horizons de "Beton BB84". Ce très long titre évolutif exploite un peu les ambiances de Jean-Michel Jarre à l'aube de ses structures hésitantes. Les orchestrations cosmiques sont sinueuses et interminables, alors que des cognements et leurs échos coulés dans de l'eau figé regardent le futur de "Beton BB84" avec une vision où l'intensité est à portée de doigts. La première partie de ce titre crache un venin sonore extrêmement efficace. C'est avec une chorégraphie d'oscillations vives que son rythme se met en branle. Lourd et pourtant fluide, il traverse une première zone de turbulence pour s'arrêter et respirer dans les délicatesses d'un clavier ambulant et d'orchestrations lentes, lugubres. Un nid de réverbérations sinueuses éclot peu de temps après, ouvrant les portes d'une société secrète où rodent des ectoplasmes sonores à la recherche d'une vie harmonique, sinon rythmique. De gros tam-tams électroniques foudroient ces ambiances avec des cognements tempétueux, restructurant un rythme entraînant pour les neurones, tout est pour les neurones dans cet album. Cet efficace tintamarre rythmique échoue sur des radiations soufflées par de vives oscillations puis de lentes saccades de violoncelle sépulcrale, entrainant un autre changement d'horizon sonore qui s'engouffre dans une vision ambiosphérique bourrée de vents et de ses particules soniques. Si "Beton BB84" commande quelques écoutes, "Xperiment777" en demande encore plus. Un nuage de bruits blancs orne son éclosion radioactive. Un séquenceur imagine une structure rythmique qui s'écroule et tourne en rond dans un fascinant chaos alors que tous les éléments en place sont à l'image d’une Tour de Babel de créativité. Une marche zigzagante s'échappe de ce tintamarre pour divaguer dans les corridors d'un cosmos qui semble se construire au fur et à mesure que "Xperiment777" évolue. Et on avance ainsi dans une zone de turbulences ambiosoniques qui se transforme graduellement en une chorale chthonienne. Fragile et chétif, "Autom@ta Reprise" évoque qu'un pâle reflet de la séduisante ouverture de ce premier CD de FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE.
Le 2ième CD est à l'image des premières 48 minutes de ce dernier opus de Nothing But Noise. Des cognements sourds ouvrent les horizons de "Curved Attraction". Les faibles lueurs résonnantes installent une ambiance glauque qui devient de plus en plus funeste à mesure que les cognements intensifient leurs nuages de réverbérations. Des orchestrations façonnent le plafonnement des ambiances jusqu'à ce que ces résonnances activent la furie du séquenceur qui lance ses ions dans un désordre rythmique très séduisant. Nous ne sommes pas loin de Redshift ici. Dommage que la seconde moitié végète dans des ambiances sordides gonflées d'une pléthore de tons, mais c'est typique à Nothing But Noise dans sa vision de l'art analogue. Ces ambiances soufflent sur des ondes de réverbérations qui s'échappent en ouverture de "Methode Obscure". L'ouverture est lugubre avec des lents mouvements en staccato de violons lourds et accablants. La faune sonore est taillée dans du sinistre avec des minces filets de voix spectrales et des bruits étranges qui suintent des parois d'un long corridor d'effroi. Lorsque ces ambiances relâchent un dernier souffle, autour des 6:30 minutes, le staccato devient plus vif et moins pesant, initiant le réveil du séquenceur qui lâche ses ions gambadant dans la lourdeur et les courbes zigzagantes du Berlin School. De petits tintements ornent cette procession qui sera sectionné par une phase ambiante avant de revenir sous forme de rythme. Du bon Berlin School, mais j'ai entendu mieux! Plein de woosh, comme des vents chantants dans les stigmates d'une grotte, et d'effets de cognements sourds, "Dust to Nebula <> Self Replicating Forevers" est une longue phase d'ambiances claustrophobiques qui se jette dans la structure des séquences bondissantes de "Curved Attraction Reprise 80". La musique épouse vraiment cette nouvelle orientation des années 80 avec un séquenceur qui a une visée harmonique alors que les ambiances en décident autrement. Un court titre qui est à l'image de cette parfaite incohésion d'un album dont l'audace nécessite quelques écoutes, et un travail acharné pour une ouverture d'esprit, mais qui séduira les plus tenaces.

Sylvain Lupari 25/03/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.