samedi 30 mars 2019

BRAINWORK: Back To The Roots II (2019)

“Back To The Roots II is a monument of Berliner minimalist rhythms which gathers the greatest elements of the Berlin School and New Berlin School styles”
1 ...there be Sound 18:56
2 Rollover 14:28
3 Silver Rain 23:12

4 Raw Data 9:03
BWCD 19 (CD 65:45)
(Sequencer-based Berlin School)
==================================

  **Chronique en français plus bas**
==================================
Uwe Saher likes to stir up the ashes of the past, if only to see how his vision is today compared to yesterday. We have only to think of Back to Future II in 2017, which was comparable to that of 2003. The report was uneven due to the very great evolution of EM equipment and the contemporary tone which is much more incisive today than 'at the time. And it was especially evident in a dance music approach that has become EDM nowadays. Released in 1993, Back To The Roots was an album inspired by Robert Schroeder's electronic rhythm patterns. This is at least according to the samples I heard at the time (I do not have this album unfortunately). BACK TO THE ROOTS II obviously has a more contemporary sound with a clear precision between recorded and mixed tracks. The result is a relentless album, of an incredible rhythmic violence with stunning structures of percussive elements which get add to some motorik sequences and percussions well in the tone where the synth solos are as kings as the diversity of the rhythmic elements.
And the adventure begins sharply! With sudden winds and without preambles which whistle with acidity in the tones. A celestial patch of fog recalls that Klaus Schulze, like in Body Love, is not really far in the memories of Brainwork. The sequencer emerges from the banks of fog to forge a jerky rhythm by the vitality of the keys which run at brisk pace in a long linear corridor. A tasty bass line, ubiquitous and with good reason throughout BACK TO THE ROOTS II, gives more vitality to "... there be Sound". The synth solos caress this rhythm with aerial acrobatics that graze the dynamism of the sequencer. An orgy of solos flies and dances all over while the rhythm blows subtle nuances in its elegance Berliner style. Heavy, lively and fluid, this contagious rhythm throws percussive elements and harmonic sequences which constantly give gas to the synth and to its innumerable solos. It stumbles on a nest of sequences and percussive elements around the 8 minutes, forcing us to screw our headphones well enough over our ears. A big voice pushes Let there be sound and adds words that fit in place of the 3 points of suspension of "... there be Sound", while the solos become even more furious. This is some huge New Berlin School which drops a little ballast to its final. "Rollover" is an aggressive rock which delicately changes of skin, while retaining its first one firmly with some speed changes in its rhythm. A catchy rhythm with striking percussions, a bass line that is as much with its vision of going up and going down and a pack of spasmodic sequences which hits another nest, around the 7th minute, causing thus an intense jostling of jumping keys that are struggling like lifeless marbles on a conveyor belt. This structure ends up by embracing a homogeneous and harmonic phase while serving the cause to the innumerable solos of a synth which flirts with some Tangerine Dream perfumes, especially at the level of riffs and fog pads, and which gives a lot of depth to the 14 minutes of "Rollover".
"Silver Rain" is the cornerstone of BACK TO THE ROOTS II. Shot of thunder and fascinating aesthetic singing furnish an intro that needs a veil of fog to advance on the long path of its 23 minutes. A movement of the sequencer pushes its keys which also hesitate under a plethora of sibilant lines that come and go with menacing airs. A line of bass sequences adds a little more weight, while the rhythm structure is already planned and now jumps more vigorously. Brainwork pushes his synths to the maximum in order that they create a lot of effects, both here and in the other 3 titles of latest opus. The rhythm gallops slowly, we are able to roll of the neck while our ears enjoy this avalanche of jets of a synth as enigmatic as seductive. Slowly, "Silver Rain" swallows its minutes with scents of Klaus Schulze. It's at the door of the 6 minutes that the spirit wins the rhythm that makes us now stamp our feet. The placid percussions restructure the ambient movement into a solid linear rock where these winds and synth lines are still colored with the motley colors of nebulosity. Solos get grafted. Floating and dancing on this rhythm, they preconize a melodious approach which clings to our ear lobes. Minimalist and lively, the robotic rhythm strikes a first reef of charms a little after the point of 10 minutes with a seductive, and the word is weak, pattern of percussive effects which dance the clappers with hooves of wood. Gurgling sequences with an elastic effect hang onto to this rhythmic structure that flirts with a vision of organic psybient. The rhythm bustling of its multilayers of percussive sequences, "Silver Rain" falls into a chasm full of chthonic voices and of dark layers. Orchestrations get in and the slow staccatos serve as a spring to this structure of frenzied rhythm that takes back its rights a few minutes later in an attack of our eardrums that even the synth can not appease. A superb title all in rhythm! Are we entitled to a quieter title to finish? Not at all! "Raw Data" perfectly mixes the New Berlin School genre from BACK TO THE ROOTS II to a more dance style, less techno, than the music of Brainwork's alter-ego, Element 4. The sequences and the hands' slamming are structuring a spasmodic pattern which stretches its convulsions under a misty sky and more electronic effects at the very end.
BACK TO THE ROOTS II is a monument of the Berliner rhythms which gathers the good elements of the genre, I think of Robert Schroeder and especially of Keller & Schönwälder, in a superb album that makes our eardrums work so much the rhythms are heavy but also very creative. Fans of synth solos will be delighted by the audacity of Brainwork who illuminates the electronic sky of sonic acrobatics very well choreographed. A huge album my friends!
Sylvain Lupari (March 30th, 2019) *****
Available at Brainwork, Groove & Cue Records
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Uwe Saher aime bien remuer les cendres du passé, ne serait-ce que pour voir comment est sa vision aujourd'hui par rapport à hier. On a qu'à penser à Back to Future II en 2017 qui se comparait avec celui de 2003. Le rapport était inégal en vertu de la très grande évolution des équipements de MÉ et de la tonalité contemporaine qui est nettement plus incisive aujourd'hui qu'à l'époque. Et c'était surtout plus évident dans une approche de musique de danse qui est devenu de l'EDM de nos jours. Paru en 1993, Back To the Roots était un album qui s'inspirait des patterns de rythmes électroniques genre Robert Schroeder. C'est à tout le moins selon les échantillons entendues à l'époque (je n'ai pas cet album malheureusement). BACK TO THE ROOTS II appose évidemment une sonorité plus contemporaine avec une nette précision entre les pistes enregistrées et mixées. Il en résulte en un album implacable, d'une violence rythmique inouïe avec des splendides structures d'éléments percussifs qui s'ajoutent à des séquences motoriques et des percussions bien dans le ton où les solos de synthé sont aussi rois que la diversité des éléments rythmiques.
Et l'aventure commence sec! Avec des vents soudains et sans préambules qui sifflent avec de l'acidité dans les tons. Une nappe céleste rappelle que Klaus Schulze, genre Body Love, n'est pas vraiment loin dans les souvenirs de Brainwork. Le séquenceur sort des bancs de brume pour forger un rythme saccadé par la vitalité des ions qui courent à vive allure dans un long corridor linéaire. Une savoureuse ligne de basse, omniprésente et avec raison tout au long de BACK TO THE ROOTS II, donne plus de vitalité à "...there be Sound". Les solos de synthé caressent ce rythme avec des acrobaties aériennes qui frôlent le dynamisme du séquenceur. Une orgie de solos survole et danse tout partout alors que le rythme souffle de subtils nuances dans son élégance Berliner. Lourd, vif et fluide, ce rythme contagieux jette des éléments percussifs et des séquences harmoniques qui donnent constamment du gaz au synthé et à ses innombrables solos. Il trébuche alors sur un nid de séquences et d'éléments percussifs autour des 8 minutes, nous obligeant à visser notre casque d'écoute bien comme il faut sur nos oreilles. Une grosse voix pousse des Let there be sound et ajoute des mots qui s'insèrent à la place des 3 points de suspension de "...there be Sound", tandis que les solos deviennent encore plus furieux. Du gros New Berlin School qui lâche un peu de lest vers sa finale. "Rollover" est un rock hargneux qui change délicatement de peau, tout en conservant ardemment sa première avec des changements de vitesse dans son rythme. Un rythme entraînant avec des percussions enlevantes, une ligne de basse qui l'est tout autant avec sa vision monte-descend et une horde de séquences spasmodiques qui heurte un autre nid, autour de la 7ième minute, engendrant une intense bousculade des ions sauteurs qui se démènent tel des billes sans vie sur le tapis d'un convoyeur. Cette structure finie par embrasser une phase homogène et harmonique tout en servant la cause aux innombrables solos d'un synthé qui flirte avec des parfums de Tangerine Dream, notamment au niveau des riffs et des pads de brume, et qui donne beaucoup de profondeur aux 14 minutes de "Rollover".
"Silver Rain" est la pièce-maitresse de BACK TO THE ROOTS II. Coup de tonnerres et fascinant chant esthétique meublent une intro qui a besoin d'un voile de brouillard afin d'avancer sur le long chemin de ses 23 minutes. Un mouvement du séquenceur pousse ses ions qui hésitent aussi sous une pléthore de lignes sifflantes qui vont et viennent avec des airs menaçants. Une ligne de basse séquences ajoute un peu plus de poids, alors que la structure de rythme est déjà conçue et sautille maintenant avec plus de vigueur. Brainwork pousse ses synthés au maximum afin qu'ils créent le plus d'effets, tant ici que dans les 3 autres titres de son dernier opus. Le rythme galope lentement, capable de faire rouler le cou alors que nos oreilles dégustent cette avalanche de jets d'un synthé aussi énigmatique que séduisant. Lentement, "Silver Rain" gruge ses minutes avec des parfums de Klaus Schulze. C'est à la porte des 6 minutes que l'entrain gagne le rythme qui nous fait maintenant taper du pied. Les percussions placides restructurent le mouvement ambiant en un solide rock linéaire où crissent toujours ces vents et ces lignes de synthé aux couleurs bariolées de nébulosité. Des solos s'ajoutent. Flottant et dansant sur ce rythme, ils préconisent une approche mélodieuse qui s'accroche à nos lobes d'oreilles. Minimaliste et entrainant, le rythme robotique frappe un premier récif de charmes un peu après la barre des 10 minutes avec de séduisants, et le mot est faible, effets percussifs qui dansent la claquettes avec des sabots de bois. Des séquences qui gargouillent avec un effet élastique s'accrochent à cette structure de rythme qui flirte avec le psybient organique. Le rythme grouillant de ses multicouches de séquences percussives, "Silver Rain" tombe dans un gouffre rempli de voix chtoniennes et de nappes ténébreuses. Des orchestrations se greffent et les lents staccatos servent de ressort à cette structure de rythme endiablé qui reprend ses droits quelques 2 minutes plus loin dans une attaque pour nos tympans que même le synthé n'arrive à apaiser. Un superbe titre tout en rythme! On a droit à un titre plus tranquille pour terminer? Pas du tout! "Raw Data" mélange parfaitement le genre New Berlin School de BACK TO THE ROOTS II à un celui plus danse, moins techno par contre, que la musique de son alter-ego Element 4, où séquences et claquements de mains structurent un pattern un brin spasmodique qui étire ses convulsions sous un ciel de brume et d'effets plus électronique à la toute fin.
BACK TO THE ROOTS II est un monument en rythmes Berliner qui rassemble les bons éléments du genre, je pense à Robert Schroeder et surtout à Keller & Schönwälder, dans un superbe album qui fait travailler nos tympans tant les rythmes sont lourds mais aussi très créatifs. Les amateurs de solos de synthé seront ravis par l'audace de Brainwork qui illumine le ciel électronique d'acrobaties soniques très bien chorégraphiées. Un énorme album mes amis!

Sylvain Lupari 30/03/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.