samedi 30 mars 2019

BRAINWORK: Back To The Roots II (2019)

“Back To The Roots II is a monument of Berliner minimalist rhythms which gathers the greatest elements of the Berlin School and New Berlin School styles”
1 ...there be Sound 18:56
2 Rollover 14:28
3 Silver Rain 23:12

4 Raw Data 9:03
BWCD 19 (CD 65:45)
(Sequencer-based Berlin School)
==================================

  **Chronique en français plus bas**
==================================
Uwe Saher likes to stir up the ashes of the past, if only to see how his vision is today compared to yesterday. We have only to think of Back to Future II in 2017, which was comparable to that of 2003. The report was uneven due to the very great evolution of EM equipment and the contemporary tone which is much more incisive today than 'at the time. And it was especially evident in a dance music approach that has become EDM nowadays. Released in 1993, Back To The Roots was an album inspired by Robert Schroeder's electronic rhythm patterns. This is at least according to the samples I heard at the time (I do not have this album unfortunately). BACK TO THE ROOTS II obviously has a more contemporary sound with a clear precision between recorded and mixed tracks. The result is a relentless album, of an incredible rhythmic violence with stunning structures of percussive elements which get add to some motorik sequences and percussions well in the tone where the synth solos are as kings as the diversity of the rhythmic elements.
And the adventure begins sharply! With sudden winds and without preambles which whistle with acidity in the tones. A celestial patch of fog recalls that Klaus Schulze, like in Body Love, is not really far in the memories of Brainwork. The sequencer emerges from the banks of fog to forge a jerky rhythm by the vitality of the keys which run at brisk pace in a long linear corridor. A tasty bass line, ubiquitous and with good reason throughout BACK TO THE ROOTS II, gives more vitality to "... there be Sound". The synth solos caress this rhythm with aerial acrobatics that graze the dynamism of the sequencer. An orgy of solos flies and dances all over while the rhythm blows subtle nuances in its elegance Berliner style. Heavy, lively and fluid, this contagious rhythm throws percussive elements and harmonic sequences which constantly give gas to the synth and to its innumerable solos. It stumbles on a nest of sequences and percussive elements around the 8 minutes, forcing us to screw our headphones well enough over our ears. A big voice pushes Let there be sound and adds words that fit in place of the 3 points of suspension of "... there be Sound", while the solos become even more furious. This is some huge New Berlin School which drops a little ballast to its final. "Rollover" is an aggressive rock which delicately changes of skin, while retaining its first one firmly with some speed changes in its rhythm. A catchy rhythm with striking percussions, a bass line that is as much with its vision of going up and going down and a pack of spasmodic sequences which hits another nest, around the 7th minute, causing thus an intense jostling of jumping keys that are struggling like lifeless marbles on a conveyor belt. This structure ends up by embracing a homogeneous and harmonic phase while serving the cause to the innumerable solos of a synth which flirts with some Tangerine Dream perfumes, especially at the level of riffs and fog pads, and which gives a lot of depth to the 14 minutes of "Rollover".
"Silver Rain" is the cornerstone of BACK TO THE ROOTS II. Shot of thunder and fascinating aesthetic singing furnish an intro that needs a veil of fog to advance on the long path of its 23 minutes. A movement of the sequencer pushes its keys which also hesitate under a plethora of sibilant lines that come and go with menacing airs. A line of bass sequences adds a little more weight, while the rhythm structure is already planned and now jumps more vigorously. Brainwork pushes his synths to the maximum in order that they create a lot of effects, both here and in the other 3 titles of latest opus. The rhythm gallops slowly, we are able to roll of the neck while our ears enjoy this avalanche of jets of a synth as enigmatic as seductive. Slowly, "Silver Rain" swallows its minutes with scents of Klaus Schulze. It's at the door of the 6 minutes that the spirit wins the rhythm that makes us now stamp our feet. The placid percussions restructure the ambient movement into a solid linear rock where these winds and synth lines are still colored with the motley colors of nebulosity. Solos get grafted. Floating and dancing on this rhythm, they preconize a melodious approach which clings to our ear lobes. Minimalist and lively, the robotic rhythm strikes a first reef of charms a little after the point of 10 minutes with a seductive, and the word is weak, pattern of percussive effects which dance the clappers with hooves of wood. Gurgling sequences with an elastic effect hang onto to this rhythmic structure that flirts with a vision of organic psybient. The rhythm bustling of its multilayers of percussive sequences, "Silver Rain" falls into a chasm full of chthonic voices and of dark layers. Orchestrations get in and the slow staccatos serve as a spring to this structure of frenzied rhythm that takes back its rights a few minutes later in an attack of our eardrums that even the synth can not appease. A superb title all in rhythm! Are we entitled to a quieter title to finish? Not at all! "Raw Data" perfectly mixes the New Berlin School genre from BACK TO THE ROOTS II to a more dance style, less techno, than the music of Brainwork's alter-ego, Element 4. The sequences and the hands' slamming are structuring a spasmodic pattern which stretches its convulsions under a misty sky and more electronic effects at the very end.
BACK TO THE ROOTS II is a monument of the Berliner rhythms which gathers the good elements of the genre, I think of Robert Schroeder and especially of Keller & Schönwälder, in a superb album that makes our eardrums work so much the rhythms are heavy but also very creative. Fans of synth solos will be delighted by the audacity of Brainwork who illuminates the electronic sky of sonic acrobatics very well choreographed. A huge album my friends!
Sylvain Lupari (March 30th, 2019) *****
Available at Brainwork, Groove & Cue Records
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Uwe Saher aime bien remuer les cendres du passé, ne serait-ce que pour voir comment est sa vision aujourd'hui par rapport à hier. On a qu'à penser à Back to Future II en 2017 qui se comparait avec celui de 2003. Le rapport était inégal en vertu de la très grande évolution des équipements de MÉ et de la tonalité contemporaine qui est nettement plus incisive aujourd'hui qu'à l'époque. Et c'était surtout plus évident dans une approche de musique de danse qui est devenu de l'EDM de nos jours. Paru en 1993, Back To the Roots était un album qui s'inspirait des patterns de rythmes électroniques genre Robert Schroeder. C'est à tout le moins selon les échantillons entendues à l'époque (je n'ai pas cet album malheureusement). BACK TO THE ROOTS II appose évidemment une sonorité plus contemporaine avec une nette précision entre les pistes enregistrées et mixées. Il en résulte en un album implacable, d'une violence rythmique inouïe avec des splendides structures d'éléments percussifs qui s'ajoutent à des séquences motoriques et des percussions bien dans le ton où les solos de synthé sont aussi rois que la diversité des éléments rythmiques.
Et l'aventure commence sec! Avec des vents soudains et sans préambules qui sifflent avec de l'acidité dans les tons. Une nappe céleste rappelle que Klaus Schulze, genre Body Love, n'est pas vraiment loin dans les souvenirs de Brainwork. Le séquenceur sort des bancs de brume pour forger un rythme saccadé par la vitalité des ions qui courent à vive allure dans un long corridor linéaire. Une savoureuse ligne de basse, omniprésente et avec raison tout au long de BACK TO THE ROOTS II, donne plus de vitalité à "...there be Sound". Les solos de synthé caressent ce rythme avec des acrobaties aériennes qui frôlent le dynamisme du séquenceur. Une orgie de solos survole et danse tout partout alors que le rythme souffle de subtils nuances dans son élégance Berliner. Lourd, vif et fluide, ce rythme contagieux jette des éléments percussifs et des séquences harmoniques qui donnent constamment du gaz au synthé et à ses innombrables solos. Il trébuche alors sur un nid de séquences et d'éléments percussifs autour des 8 minutes, nous obligeant à visser notre casque d'écoute bien comme il faut sur nos oreilles. Une grosse voix pousse des Let there be sound et ajoute des mots qui s'insèrent à la place des 3 points de suspension de "...there be Sound", tandis que les solos deviennent encore plus furieux. Du gros New Berlin School qui lâche un peu de lest vers sa finale. "Rollover" est un rock hargneux qui change délicatement de peau, tout en conservant ardemment sa première avec des changements de vitesse dans son rythme. Un rythme entraînant avec des percussions enlevantes, une ligne de basse qui l'est tout autant avec sa vision monte-descend et une horde de séquences spasmodiques qui heurte un autre nid, autour de la 7ième minute, engendrant une intense bousculade des ions sauteurs qui se démènent tel des billes sans vie sur le tapis d'un convoyeur. Cette structure finie par embrasser une phase homogène et harmonique tout en servant la cause aux innombrables solos d'un synthé qui flirte avec des parfums de Tangerine Dream, notamment au niveau des riffs et des pads de brume, et qui donne beaucoup de profondeur aux 14 minutes de "Rollover".
"Silver Rain" est la pièce-maitresse de BACK TO THE ROOTS II. Coup de tonnerres et fascinant chant esthétique meublent une intro qui a besoin d'un voile de brouillard afin d'avancer sur le long chemin de ses 23 minutes. Un mouvement du séquenceur pousse ses ions qui hésitent aussi sous une pléthore de lignes sifflantes qui vont et viennent avec des airs menaçants. Une ligne de basse séquences ajoute un peu plus de poids, alors que la structure de rythme est déjà conçue et sautille maintenant avec plus de vigueur. Brainwork pousse ses synthés au maximum afin qu'ils créent le plus d'effets, tant ici que dans les 3 autres titres de son dernier opus. Le rythme galope lentement, capable de faire rouler le cou alors que nos oreilles dégustent cette avalanche de jets d'un synthé aussi énigmatique que séduisant. Lentement, "Silver Rain" gruge ses minutes avec des parfums de Klaus Schulze. C'est à la porte des 6 minutes que l'entrain gagne le rythme qui nous fait maintenant taper du pied. Les percussions placides restructurent le mouvement ambiant en un solide rock linéaire où crissent toujours ces vents et ces lignes de synthé aux couleurs bariolées de nébulosité. Des solos s'ajoutent. Flottant et dansant sur ce rythme, ils préconisent une approche mélodieuse qui s'accroche à nos lobes d'oreilles. Minimaliste et entrainant, le rythme robotique frappe un premier récif de charmes un peu après la barre des 10 minutes avec de séduisants, et le mot est faible, effets percussifs qui dansent la claquettes avec des sabots de bois. Des séquences qui gargouillent avec un effet élastique s'accrochent à cette structure de rythme qui flirte avec le psybient organique. Le rythme grouillant de ses multicouches de séquences percussives, "Silver Rain" tombe dans un gouffre rempli de voix chtoniennes et de nappes ténébreuses. Des orchestrations se greffent et les lents staccatos servent de ressort à cette structure de rythme endiablé qui reprend ses droits quelques 2 minutes plus loin dans une attaque pour nos tympans que même le synthé n'arrive à apaiser. Un superbe titre tout en rythme! On a droit à un titre plus tranquille pour terminer? Pas du tout! "Raw Data" mélange parfaitement le genre New Berlin School de BACK TO THE ROOTS II à un celui plus danse, moins techno par contre, que la musique de son alter-ego Element 4, où séquences et claquements de mains structurent un pattern un brin spasmodique qui étire ses convulsions sous un ciel de brume et d'effets plus électronique à la toute fin.
BACK TO THE ROOTS II est un monument en rythmes Berliner qui rassemble les bons éléments du genre, je pense à Robert Schroeder et surtout à Keller & Schönwälder, dans un superbe album qui fait travailler nos tympans tant les rythmes sont lourds mais aussi très créatifs. Les amateurs de solos de synthé seront ravis par l'audace de Brainwork qui illumine le ciel électronique d'acrobaties soniques très bien chorégraphiées. Un énorme album mes amis!

Sylvain Lupari 30/03/19

vendredi 29 mars 2019

STEVE ROACH & RADIANT MIND: Heliosphere (2019)

“Another jewel of meditative music from Steve Roach, along with Radiant Mind, and frankly I'm wondering how the man does to be as good year after year”
1 Sphere 1 11:42
2 Sphere 2 6:32
3 Sphere 3 11:28
4 Sphere 4 5:35
5 Sphere 5 7:03
6 Sphere 6 11:00
7 Sphere 7 6:34

8 Sphere 8 6:20
(Ambient Music)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
Composed in collaboration with Radiant Mind, HELIOSPHERE is another magical work by Steve Roach. Presented in 8 acts for a total of 66 minutes, the music seems destined for another meditation exercise so much that it follows the bends of abandonment, absorption and awakening phases. The masses of wind, drones and synth lines with tonal variations prioritize an envelope where lyricism prevails over the mutism or the apathy of a knot of static lines. The result is a really nice relaxing music worthy of the best opuses from the American musician. And I always ask myself this question; how can Steve Roach be so good year after year?
A distant wind joins our ears in the opening "Sphere 1". Following some phantom inclination, this rush of warm winds gently boils in a fiery sky where our ears are victims of an auditory mirage with these threads of missing voices humming an extinguished chant. Hollow winds complete this symphony for Aeolus, while waving synth lines and sound stars sing some seraphic verses. These elements form a fascinating melody of just two seconds that recurs tirelessly between those multilayers and their slow mass movements that take a darker tangent with the arrival of the drones in "Sphere 2". These drones are the equivalent of chants that the natural channels of ventilation carve between the stalagmites of a cave. A slight mutation in the tones gives a duller sonic image, a more austere one to "Sphere 3", while that "Sphere 4" seems to gets out of the dark caverns with an appearance that flirts with the seraphic side of aerial waves from Steve Roach's universe to reach a greater musicality with "Sphere 5" which casts an aura of even more palpable emotionality in HELIOSPHERE. The dark breezes resound again in "Sphere 6" which activates the first line of rhythm in this collaboration of Steve Roach & Radiant Mind. A circular movement intrigues our hearing a little after the 8th minute. The sequenced ritornello gets lost in the abyss before returning to charm the rattling that amplifies their presence with continual felted beats in "Sphere 7". This phase of rhythm articulated in creativity is like a lunar trance that hops like a stubborn one-legged who is frantic and with a good line of powder in the nostrils. Each knock reflects an echo that draws a long line of static rhythm that lives over 6 minutes before cavernous breaths mute down the excitement of HELIOSPHERE in a veil of serene ambiences and awakenings of "Sphere 8".
Yes! Still I'm wondering how can Steve Roach be so good year after year?
Sylvain Lupari (March 29th, 2019) ****½*
Available at Timeroom's Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Composé en collaboration de Radiant Mind, HELIOSPHERE est une autre œuvre magique de Steve Roach. Présentée en 8 actes pour un total de 66 minutes, la musique semble destinée à une autre exercice de méditation tant elle suit les courbes des phases d'abandon, d'absorption et d'éveil. Les masses de vent, de drones et de lignes de synthé aux variations tonales priorisent une enveloppe où le lyrisme l'emporte sur le mutisme ou l'apathie d'un nœud de lignes statiques. Le résultat est une très belle musique relaxante digne des meilleurs opus du genre du musicien américain. Et moi je me pose toujours cette question; comment Steve Roach peut-il être aussi bon, année après année?
Un vent lointain rejoint nos oreilles en ouverture de "Sphere 1". Suivant des inclinations fantômes, cette poussée de vents alizés bouille doucement dans un ciel ardent où nos oreilles sont victimes de mirage auditif avec ces filets de voix absentes qui fredonnent un chant éteint. Des vents creux complètent cette symphonie pour Éole alors que des lignes ondoyantes et des étoiles sonores chantent des versets séraphiques. Ces éléments forgent une fascinante mélodie d'à peine deux secondes qui revient inlassablement entre les multicouches et leurs lents déplacements de masse qui prennent une tangente plus sombre avec l'arrivée des bourdonnements dans "Sphere 2". Ces drones sonores sont l'équivalent des chants que les canaux naturels d'aérations sculptent entre les stalagmitiques d'une grotte. Une légère mutation dans les tonalités donne une image sonique plus terne, plus austère à "Sphere 3", alors que "Sphere 4" semble se hisser hors de ténébreuses excavations avec une apparence qui flirte avec le côté séraphique des vagues aériennes de l'univers Steve Roach pour atteindre une plus grande musicalité avec "Sphere 5" qui jette une aura d’émotivité palpable dans HELIOSPHERE. Les brises sombres résonnent de plus bel dans "Sphere 6" qui active la première ligne de rythme dans cette collaboration Steve Roach & Radiant Mind. Un mouvement circulaire intrigue notre ouïe un peu après les 8 minutes. La ritournelle séquencée se perd dans les abimes avant de revenir charmer des cliquetis qui amplifient leurs présences avec de continuels cognements feutrés dans "Sphere 7". Cette phase de rythme articulée dans la créativité est comme un transe lunaire qui sautille comme un unijambiste entêté et avec une bonne ligne de poudre dans les narines. Chaque cognement reflète un écho qui dessine une longue ligne de rythme statique qui vit sur 6 minutes avant que des souffles caverneux ne rhabillent l'excitation de HELIOSPHERE dans un voile d'ambiances sereines et d'éveils de "Sphere 8".
Oui! Comment Steve Roach peut-il être aussi bon, année après année?

Sylvain Lupari 28/03/19

jeudi 28 mars 2019

HARALD NIES: Cryptic Labyrinth (2009)

“This is a fair album that is not Harald Nies' best but with some solid tracks which make that we enjoy it quite well”
1 Cryptic Labyrinth 17:24
2 Loftsoft 6:02
3 Faghora 7:00
4 Delay Rama 5:12
5 Hopefull Visions 7:30
6 Open Senses 7:44
7 Pensive Times 5:41

8 Wazniu The Sylph 8:34
MellowJet | cdr-hn0901 (CD/DDL 65:23)
(New Berlin School with Dance&Rock phases) 
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
It's in a genre of Electronica, like Ambient House with a touch of Groove, that the title-track infiltrates a panorama of cosmic dance music. The sound is smothered in a strange waterproof membrane, a bit like listening to music in a neighboring room. The sequences are stormy and form a static rhythmic cluster that is gently pecked by sober percussions. An up-tempo wrapped in wadding what! From where stroboscopic filaments, almost enveloped in felt, and brighter lines of arpeggios which are fluttering in their wake. Creative in this minimalist presentation, designed for a variety of multitrack recordings, the synth creates many sound effects which are chirping in floating layers that unfurl mist thresholds while throwing musical solos whistled like a walker in the dawn of a Sunday. The guitar and its solos get in the dance around the 9 minutes, giving a rockier shade to "Cryptic Labyrinth" which remains however still danceable. This phase is very Ashra by the way. "Cryptic Labyrinth" then embraces a brief ambient phase before diving into a kind of semi-heavy ballad. And suddenly, everything clears up in the soundscape of CRYPTIC LABYRINTH. The rhythm is more dynamic and the tone more radiant. I must admit that this opening proposal to Harald Nies' 7th album has left my ears to neutral. The muffled rhythm, which would have been much more enjoyable in a sound element worthy of its stature, of the first 10 minutes annoyed me more than pleased! Opening thus the doors to a good album that is not his best but that one listens quite well.
The sparkling bed of arpeggios, whose iridescent tones sparkle in a minimalist sequencer stride, sounds very Tangerine Dream from the Jive years in "Loftsoft". The clashes of the crystal balls shape a static virtual rhythm. Lively for the fingers, the structure is doubly attractive with the harmonic synth solos that coo such as an electronic nightingale while finding the space needed to scatter pads of ethereal mist whose seraphic reveries melt with layers of absent voices. My ears get more comfortable in these tones which make of "Faghora" a true electronic rock that flows on a river of stormy sequenced oscillations in order to support the road of beautiful musical solos with shades of rock and of dreams. "Delay Rama" is a quiet little title that highlights Harald Nies' guitar and its bluesy chords in a delicate cosmic fragrance. We hear here that he is a (very?) good guitarist! "Hopefull Visions" comes with nervous arpeggios and percussions (boom-boom) in an Ambient House with a plethora of synth solos. A music that reflects its title too well, "Open Senses" is a nice poignant title made emotional by an incisive piano, tears of very moving synth and orchestrations weaved in a high degree of hypersensitivity. This is a good lunar and morphic slow which gives a good dose of chills. This is one of the many jewels of tenderness in Harald's catalog. "Pensive Times" offers a good mid-tempo haloed of interstellar effects. The percussions and the bass sequences hobble and hop under the reveries of the arpeggio lines forged in the delicacy. The line of bass sequences throbs more vividly in the second half, giving the strength to the guitar which throws many solos tinged with a vision of electronic rock. It takes more than 90 seconds before "Wazniu The Sylph" begins its rhythmic journey in a New Berlin School pattern which sounds like Software. Less cold and less mathematical, the rhythmic flow is guided by a sequencer that spits its jumping keys in Indian file. This lively and very Berliner movement carries a series of solos with more or less flute tones, as in the 90's. The last seconds fuel a good rock, a touch that saved the music a few times in this CRYPTIC LABYRINTH.
Sylvain Lupari (March 28th, 2019) *****
Available at MellowJet Record shop
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

C'est dans un modèle d'Électronica, genre Ambient House avec une touche de Groove, que la pièce-titre infiltre un panorama de musique de danse cosmique. Le son est comme étouffé dans une étrange membrane imperméable, un peu comme si on entendait la musique dans une pièce voisine. Les séquences sont houleuses et forment une grappe rythmique statique qui est doucement picorée par de sobres percussions. Un up-tempo enveloppé de ouate quoi! D'où s’échappent des filaments stroboscopiques, quasiment enveloppés de feutre, et des lignes d'arpèges, plus lumineuses, qui papillonnent dans leurs sillages. Créatif dans cette présentation minimaliste, conçue pour une panoplie d'enregistrements multipistes, le synthé crée maints effets sonores pépiant dans des nappes flottantes qui déroulent des seuils de brume et lance des solos plutôt musicaux sifflotés comme un promeneur dans l'aube d'un dimanche. La guitare et ses solos se mettent de la danse autour des 9 minutes, donnant une teinte plus rock à "Cryptic Labyrinth" qui reste en revanche tout de même dansable. Cette phase fait très Ashra d'ailleurs. "Cryptic Labyrinth" embrasse par la suite une brève phase ambiante avant de plonger vers un genre de ballade semi lourde. Et subitement, tout s'éclaircit dans le panorama de CRYPTIC LABYRINTH. Le rythme est plus dynamique et la tonalité plus radieuse. Je dois admettre que cette proposition d'ouverture au 7ième album d'Harald Nies m'a laissé les oreilles au neutre. Le rythme étouffé, qui aurait été nettement plus jouissif dans un élément sonore digne de sa stature, des 10 premières minutes m'a plus agacé que plu! Ouvrant les portes à un bon album qui n'est pas son meilleur mais qui s'écoute bien.
Le lit d'arpèges scintillants, dont les tonalités irisées pétillent dans une foulée minimaliste du séquenceur, sonne très Tangerine Dream des années Jive dans "Loftsoft". Les entrechoquements des billes de cristal façonnent un rythme virtuel statique. Entrainant pour les doigts, la structure est doublement attrayante avec les solos harmoniques du synthé qui roucoule comme un rossignol électronique tout en trouvant l'espace nécessaire afin d'éparpiller des pads de brume éthérée dont les douceurs séraphiques fondent avec des nappes de voix absentes. Mes oreilles sont plus à l'aise dans ces tons qui font de "Faghora" un vrai rock électronique qui coule sur un fleuve d'houleuses oscillations séquencées afin de soutenir la route de très beaux solos musicaux aux teintes de rock et de rêves. "Delay Rama" est un petit titre tranquille qui met en évidence la guitare d'Harald Nies et ses accords un brin bluesy dans un délicat parfum cosmique. On entend qu'il est un (très?) bon guitariste! "Hopefull Visions" s'amène avec des arpèges nerveux et des percussions (boom-boom) dans un Ambient House orné d’une pléthore de solos de synthé. Une musique qui reflète trop bien son titre, "Open Senses" est un superbe titre poignant rendu émotif par un piano incisif, des larmes de synthé très émouvantes et des orchestrations tissées dans un haut degré d'hypersensibilité. Un beau slow lunaire et morphique qui donne sa bonne dose de frissons. C'est un des nombreux joyaux de tendresse dans le catalogue d'Harald. "Pensive Times" propose un bon mid-tempo couronné d'effets interstellaires. Les percussions et basses séquences clopinent et sautillent sous les rêveries des lignes d’arpèges forgée dans la délicatesse. La ligne de basses séquences vrombit avec plus d'insistance en 2ième moitié, éveillant la guitare et ses nombreux solos teintés d'une vision de rock électronique. Il faut plus de 90 secondes avant que "Wazniu The Sylph" amorce sa virée rythmique dans un pattern de New Berlin School qui fait Software. Moins froid et moins mathématique, le flux rythmique est guidé par un séquenceur qui crache ses ions sautant vivement à la queue-leu-leu. Ce mouvement vif et très Berliner porte une série de solos aux tonalités plus ou moins flûtées, comme dans les années 90. Les dernières secondes alimentent un bon rock, une touche qui a sauvé la mise à quelques endroits dans ce CRYPTIC LABYRINTH.

Sylvain Lupari 26/03/19

mercredi 27 mars 2019

HARALD NIES: Fractal (2019)

“This is another pretty good opus from Harald Nies who, album after album, gives us a great blend between E-Rock, dance-rock and superb slow tempos that give us shivers to the spine”
1 Extent 7:09
2 out of the Dark 3:59
3 Recursion 6:33
4 geometric Patterns 5:49
5 Symmetry 7:27
6 Equations 7:27
7 Chaos Theory 6:28
8 Snowflake 6:49
9 Dream with me 6:25
10 Nightdream Part 2 6:17

11 Coming back to Earth 7:30
cdr-hn1901 (CD/DDL 71:59)
(New Berlin School, Electronic and Cosmic Rock)
==================================

  **Chronique en français plus bas**
==================================
Always very comfortable in his system of composition, I remind you that he has an excellent vision as a composer and programmer of rhythms, Harald Nies does not disappoint his fans with FRACTAL. Much more at ease with his synths than his guitar, the German musician offers a dozen of tracks inspired by the mathematical rhythms of minimalist EM. In doing so, he exploited his great compositional versatility by offering his clever mix of intergalactic rocker to that of a bard with ideas always a little confused. The result is good electronic rock always very melodious which is oriented in a diversity that only Harald Nies seems able to manage with a vision that gives us some chills.
"Extent" starts things off with an upward movement of the sequencer. Keys come and go in order to structure these EM rhythms always a little fascinating. The synth blows a sweet melody in the background. Heavy percussions, but not too agile, adopt the rhythmic flow a few seconds before taking "Extent" on the wings of a good electronic rock still embellished by cooing of a synth whose effects and foggy layers serve more the cause of the rhythmic suspense which hesitates a little in the middle of the track. And bang! The mode electronic rock gets more velocity with superb synth and guitar solos which fly over a furious rhythm adorned of misty riffs. This is a solid electronic rock that is quite intense and whose fury of the sequencer overflows towards the borders of "out of the Dark" which is neither more nor less the extension of the contagious rhythm of "Extent".  When you think about it, it makes sense! The riffs of fog and the pads of nebulosity do very Tangerine Dream, while the guitar borrows Edgar Froese's legendary hesitations before he attacks a dazzling solo. This is fiery rock from Harald Nies with his clever mix of guitar, always well dosed, and synth on a solid mesh of electronic percussions dynamics sequencer. After an ambiosonic intro of more or less 2 minutes, "Recursion" takes off with a repetitive upward movement where still get tuned TD's kind of foggy riffs. The music burst of heaviness with pulsations less than 2 minutes later. Drums and seductive percussive effects support this rhythmic pattern which flirts with a good cosmic rock, while the synth multiplies harmonic solos with varied tones that are more in the seraphic mode, if not, in the ethereal. A good title! "geometric Patterns" embraces its mists and floats in its ether particles. It's a rather static title with multisonic lines which intersect their tonal differences in a firmament filled of interstellar glitters. All these elements of lunar ambiences ignite a sound ceiling that flirts with phases of intensity on a bed of circular sequences that do not feel the desire to weld a more accentuated rhythm. As each track of FRACTAL is link each other, "Symmetry" also works on lunar orchestrations before some successive knocking molds a linear pulsating rhythm. Multicolored layers and seraphic mumbles escort this ambient procession that percussions change into a percussive structure surrounded by interlacing layers. The sequencer shakes a little bit its keys which get detach to form waves of fluttering oscillations and serve as seating for good solos whose intensity of the sharp tones gives shivers to the spine.
Each album I heard from Harald Nies hides a beautiful jewel of tenderness in its packaging. "Equations" is that of FRACTAL! A good slow with a melancholic synth, the music pierces us through its multiple effects of romance a bit sensual, but never too carnal. The pace is slow! Well tied to a bass line as effective as the percussions, it whirls with a fragility well matched by arpeggios sparkling here and there, as well as sometimes ethereal synth lines and sometimes touching layers. Cosmic effects adorn this slow spheroidal procession with fascinating synth chirpings thrown like riffs into this sea of emotions. Even the female voice, for a brief moment, sounds good in this title made to dance tied-glued ..."Dream with Me" is the other slow tempo of FRACTAL. A cosmic blues, whose percussions and knits in the guitar solos add a touch of Jazz well concoct by good solos and glass arpeggios that flutter with fragility in all the spheres of this latest opus from Harald Nies. "Chaos Theory" is a good electronic rock sitting comfortably on a mesh of sequences and percussions. Jerky and fluid, this mesh gives an exciting life to the music, while the synth multiplies solos in a panorama adorned with large stroboscopic filaments and tender thin lines of arpeggio still so delicate. The percussive effects bring the music into an electronic mode, while the synth pads give a progressive rock tint. "Snowflake" is a title of ambiences with arpeggios hatching like snowflakes. A sonic bed shaped by colorful layers welcomes the idea behind the title where we can hear harp effects and the voice that tickled the senses in "Equations". The musical envelope reminds me of the mysteries from Mind Over Matter. "Nightdream Part 2" is a good mid-tempo drifting towards a solid rock full of big synth solos. The effects of slow motion in the layers and the rise of the velocity, activated by a sober keyboard, also add a touch of progressive rock. "Coming back to Earth" ends FRACTAL in two tempos. Its introduction is stimulated by a mass of nervous sequences and teeming with static life as well as exciting percussions in mode dance. Its evolution follows an almost cinematic tangent with a dramatic gradation in the survival of its rhythm. The synth pads give a silver metallic reflection to this structure always ambivalent and always well decorated of effects, both percussive and synthesized. The solos are well orchestrated with adrift that are enveloping for the senses. This semi-dynamic rhythm evaporates its instincts in a short ambiospherical phase before coming back with more tenacity in a 2nd part more in mode dance. Kind of when Moonbooter meets Berlin School.
It's too bad that we don't hear about Harald Nies more often. Over time he has always given us beautiful albums that could compete without shame with the visions of TD, the TDI period, with a more emotional ability to create beautiful earworm (each album has a title that we cracked for) and structures that have a lot more soul. FRACTAL is no different! It's good New Berlin School always oriented towards a rock that never degrades the genre. Don' give up Harald, one of those days people will end up discovering your talent and your music!
Sylvain Lupari (March 27th, 2019) ***½**
Available at MellowJet Record shop
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Toujours très à l'aise dans son système de composition, je vous rappelle qu'il a une excellente vision en tant que compositeur et programmeur de rythmes, Harald Nies ne déçoit pas ses fans avec FRACTAL. Bien plus à l'aise avec ses synthés que sa guitare, le musicien Allemand propose une 12zaine de titres inspirés par les rythmes mathématiques de la MÉ minimaliste. Ce faisant, il exploite sa grande versatilité de compositeur en offrant son habile mélange de rockeur intergalactique à celui de barde aux idées toujours un peu confuses. Le résultat est du beau rock électronique toujours très mélodieux qui s'oriente dans une diversité que seul Harald Nies semble capable de gérer avec une vision qui nous donne quelques frissons.
"Extent" part le bal avec un mouvement ascendant du séquenceur. Les ions vont et viennent rondement afin de structurer ces rythmes toujours un peu fascinants de la MÉ. Le synthé souffle une douce mélodie en arrière-plan. Des percussions lourdes, mais pas trop agiles, adoptent le flux rythmique quelques secondes avant de faire décoller "Extent" sur les ailes d'un bon rock électronique toujours embelli par des roucoulements d'un synthé dont les effets et les nappes brumeuses servent plus la cause du suspense rythmique qui hésite en milieu de parcourt. Et bang! Le mode rock électronique prend plus de vélocité avec de superbes solos de synthé et de guitare qui survolent un rythme endiablé orné de riffs brumeux. Du gros rock électronique saisissant dont la furie du séquenceur déborde vers les frontières de "out of the Dark" qui est ni plus ni moins l'extension du rythme vertigineux de "Extent". Lorsqu'on y pense, ça fait du sens! Les riffs de brume et les coussins de nébulosité font très Tangerine Dream, alors que la guitare emprunte ces légendaires hésitations d'Edgar Froese avant qu'il attaque un fulgurant solo. Du rock fougueux à la Harald Nies avec son habile mélange de guitare, toujours bien dosé, et de synthé sur un solide maillage des percussions électroniques au dynamisme du séquenceur. Après une intro ambiosonique de plus ou moins 2 minutes, "Recursion" décolle avec un mouvement ascensionnel répétitif où s'accordent des riffs brumeux à la TD. La musique éclate de lourdeur avec des pulsations vives moins de 2 minutes plus loin. Des percussions et de séduisants effets percussifs soutiennent cette rythmique qui flirte avec du bon rock cosmique, tandis que le synthé multiplie des solos harmoniques avec des tonalités variées qui font plus dans le séraphique, dans l'éthéré. Un bon titre! "geometric Patterns" embrasse ses brumes et flotte dans ses particules d'éther. C'est un titre plutôt statique avec des lignes multisonores qui entrecroisent leurs différences tonales dans un firmament rempli de scintillements interstellaires. Tous ces éléments d'ambiances lunaires embrasent un plafond sonore qui flirte avec des phases d'intensité sur un lit de séquences circulaires qui n'éprouvent pas l'envie de souder un rythme plus accentué. Comme les chaque titres de FRACTAL s'enchainent, "Symmetry" marche aussi sur des orchestrations lunaires avant que des cognements successifs moulent un rythme pulsatoire linéaire. Des nappes multicolores et des fredonnements séraphiques accompagnent cette procession ambiante que des percussions retournent en une structure percussive cernée par les entrelacements des nappes. Le séquenceur secoue un peu ses ions qui se détachent en des vagues d'oscillations papillonnantes pour servir d'assise à de beaux solos dont l'intensité des tonalités aiguisées donne des frissons dans l'échine.
Chaque album que j'ai entendu d'Harald Nies cache un beau bijou de tendresse dans son emballage. "Equations" est celui de FRACTAL! Un beau slow avec un synthé mélancolique, la musique nous transperce par ses multiples effets de romance un brin sensuels, mais non charnels. Le rythme est lent! Bien ficelé à une ligne de basse aussi efficace que les percussions, il tournoie avec une fragilité bien assortie par des arpèges qui pétillent ici et là, de même que des nappes de synthé parfois éthérées parfois émouvantes. Des effets cosmiques ornent cette lente procession sphéroïdale avec de fascinants pépiements jetées comme des riffs dans cette mer d'émotivité. Même la voix féminine, pour un bref instant, paraît bien dans ce titre fait pour danser collé-collé…"Dream with Me" est l'autre slow tempo de FRACTAL. Un blues cosmique, dont les percussions et les tricotements dans les solos de guitare ajoutent un soupçon de Jazz bien maquillé par des bons solos et ces arpèges en verre qui papillonnent avec fragilité dans les sphères de ce dernier opus d'Harald Nies. "Chaos Theory" est un bon rock électronique assis confortablement sur un maillage de séquences et percussions. Saccadé et fluide, ce maillage donne une vie enlevante à la musique, tandis que le synthé multiplie des solos dans un panorama ornée de gros filaments stroboscopiques et de tendres filets d'arpèges toujours aussi délicats. Les effets percussifs vissent la musique dans un mode électronique, alors que les nappes de synthé donnent une teinte de rock progressif. "Snowflake" est un titre d'ambiances avec des arpèges éclosant comme des flocons de neige. Un lit sonique façonné par des nappes aux couleurs diversifiées accueille l'idée derrière le titre où l'on peut entendre des effets d'harpe et cette voix qui chatouillait les sens dans "Equations". L'enveloppe musicale me rappelle les mystères de Mind Over Matter. "Nightdream Part 2" est un bon mid-tempo qui dérive vers un solide rock bondé de gros solos de synthé. Les effets de ralenti dans les nappes et l'ascension de la vélocité, activée par un sobre clavier, ajoutent aussi une touche de rock progressif. "Coming back to Earth" termine FRACTAL en deux temps. Son introduction est stimulée par une masse de séquences nerveuses et grouillantes de vie statique ainsi que des percussions enlevantes et en mode danse. Son évolution suit une tangente quasiment cinématographique avec une gradation dramatique dans la survie de son rythme. Les nappes de synthé donnent un reflet argent métallique à cette structure toujours ambivalente et toujours bien décorée d'effets, tant percussifs que synthétisés. Les solos sont bien orchestrés avec des dérivations enveloppantes pour les sens. Ce rythme semi entraînant évapore ses instincts dans une courte phase ambiosphérique avant de rejaillir avec plus de ténacité dans une 2ième partie plus en mode danse. Genre lorsque Moonbooter fait dans du Berlin School.
C'est dommage que l'on n’entende pas parler d'Harald Nies plus souvent. Au fil du temps il nous a toujours donné de beaux albums qui pouvaient compétitionner sans honte avec les dernières visions de Tangerine Dream, période TDI, avec une capacité plus émotive à créer de beaux vers-d'oreille (chaque album possède un titre qui nous fait craquer) et des structures qui possèdent beaucoup plus de chaleur. FRACTAL n'est pas différent! C'est du bon New Berlin School toujours orienté vers un rock qui ne dégrade jamais le genre. Lâche pas Harald, les gens vont bien finir par découvrir ton talent et ta musique un de ces jours! 

Sylvain Lupari 26/03/19

lundi 25 mars 2019

NOTHING BUT NOISE: Formations Magnétiques et Phénomènes D'incertitude (2019)

“Nothing But Noise dares a bold engagement with long evolutionary structures that refuse to stigmatize themselves into minimalist phases”
CD1 47:46
1 Autom@ta 8:10
2 Beton BB84 22:36
3 Xperiment777 12:53
4 Autom@ta Reprise 4:07

CD2 43:30
1 Curved Attraction 12:04
2 Methode Obscure 13:26
3 Dust to Nebula <> Self Replicating Forevers 12:58
4 Curved Attraction Reprise 80 4:42

db2fluctuation (2CD/DDL 91:14)
(Experimental, ambient, Berlin School)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
The trilogy on time is a thing of the past, Nothing But Noise tackles a new challenge with another imposing project entitled FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE. Exceeding 90 minutes, the work is presented in 2 CDs carefully wrapped in a digipack sleeve adorned with symbols of another language unique to the mysterious vision of Daniel B. and Dirk Bergen. The title is quite representative of an exploratory music where perfumes of a Larry Fast, in his period of reflections for sequencer and synthesizer, amazed the ears in 1975. Nothing But Noise dares a bold engagement with long evolutionary structures that refuse to stigmatize themselves into minimalist phases. If the sequencers carve heavy and resonant rhythmic horizons, like Tangerine Dream, Redshift and Arc, they break up rather quickly in textures of intense ambiances and din which flirt with a psybient vision or orchestrations worthy of the cinematographic universes for horror movies. Improvisation seems to be the trigger for creativity which is always on the alert and requires some adjustments from the listener. And even the savviest! In short, a solid album which, contrary to what is said, barely flirts with the Berlin School. But in the end, it's real Nothing But Noise as one likes it!
A dark note and a heavy sinuous reverb fill the opening of "Autom@ta". A plethora of stagnant waves, screaming lines and always those reverberations that push the multiplication of semicircle sounds to the limits of a chthonian universe. This opening title of FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE is a kind of defector of the Electronic Industrial genre from the first opus of Nothing But Noise to a buffer zone where the similar genre Berlin School is filled with the new instincts of the Belgian duo. Orchestrations in long staccatos impose a fusion of soft and rough saccades, structuring a rhythm as romantic as an armada of horses in cinematographic plains. Knocks, a bit like gasps, help to increase the wild portion of a rhythm that is unraveled in sound effects, hesitating between a final atmosphere or orchestral rhythm. A last burst and boom! "Autom@ta" landed in the horizons of "Beton BB84". This very long evolutionary title exploits the ambiances of Jean-Michel Jarre at the dawn of his hesitant structures. The cosmic orchestrations are sinuous and interminable, while knocks and their echoes poured in frozen water look at the future of "Beton BB84" with a vision where the intensity is at your fingertips. The first part of this title spits an extremely effective sound venom. It's with a choreography of vivid oscillations that its rhythm starts to move. Heavy and yet fluid, it crosses a first zone of turbulence to stop and breathe in the delicacy of a traveling keyboard and slow, lugubrious orchestrations. A nest of sinuous reverberations hatches shortly after, opening the doors of a secret society where sound ectoplasms run in search of a harmonic, if not rhythmic, life. Huge electronic tam-tams thunder at these ambiences with tempestuous knockouts, restructuring a rhythm lively for the neurons, everything is for the neurons in this album. This effective rhythmic din fails on radiations blown by sharp oscillations then slow saccades of a sepulchral cello, causing another change of sound horizon which rushes into an ambiospherical vision full of winds and its sonic particles. If "Beton BB84" orders a few listening, "Xperiment777" requires some even more. A cloud of white noise adorns its radioactive outbreak. A sequencer imagines a rhythmic structure that collapses and turns around in a fascinating chaos while all the elements in place are in the image of a Tower of Babel's creativity. A zigzagging march escapes from this din to wander through the corridors of a cosmos that seems to be building as "Xperiment777" evolves. And so, we advance in an area of ambiosonic turbulence that gradually transforms into a chthonic choir. Fragile and puny, "Autom@ta Reprise" evokes a pale reflection of the seductive opening of this first CD of FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE.
The 2nd CD is like the first 48 minutes of this Nothing But Noise's last opus. Muted thumps open the horizons of "Curved Attraction". The weak resonant glow sets a gloomy mood that becomes more and more dire as the knocking intensifies their clouds of reverberation. Orchestrations shape the ceiling of the moods until these resonances activate the fury of the sequencer which throws its keys in a very seductive rhythmic disorder. We are not far from Redshift here. Too bad the second half vegetates in sordid ambiences loaded of tones, but it's typical to Nothing But Noise in its visions of the analog art. These ambiences blow on waves of reverberations which escape in the opening of "Obscure Method". The overture is lugubrious with slow staccato movements with false violin strings heavy and overwhelming. The sound fauna is carved in the sinister with thin threads of spectral voices and strange noises which ooze from the walls of a long corridor of dread. When these ambiences release a last breath, around the 6:30 minutes, the staccato becomes livelier and less burdensome, initiating the awakening of the sequencer which releases its keys frolicking in the heaviness and the zigzagging curves of the Berlin School. Little tinklings adorn this procession which will be cut by an ambient phase before returning in the form of rhythm. Good Berlin School, but I heard better! Full of woosh, like singing winds in the stigmata of a cave, and effects of knocks, "Dust to Nebula <> Self Replicating Forevers" is a long phase of claustrophobic vibes that flows into the bouncy sequencing structure of "Curved Attraction Reprise 80". The music really adopts this new orientation of the 80's with a sequencer that has a harmonic aim while the moods decide otherwise. A short title that is the image of this perfect incoherence of an album whose audacity requires some listening, and a hard work for an open mind, but which will seduce the most tenacious.

Sylvain Lupari (March 25th, 2019) ***½**
Available at Nothing But Noise's Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

La trilogie sur le temps étant chose du passé, Nothing But Noise s'attaque à un nouveau défi avec un autre imposant projet intitulé FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE. Dépassant les 90 minutes, l'œuvre est présenté en 2 CD soigneusement enveloppé dans une pochette digipack orné des symboles d'un autre langage uniques à la mystérieuse vision de Daniel B.et Dirk Bergen. Le titre est assez représentatif d'une musique exploratoire où des parfums d'un Larry Fast, dans sa période de réflexions pour séquenceur et synthétiseur, émerveillait les oreilles en 1975. Nothing But Noise ose un audacieux engagement avec des longues structures évolutives qui refusent de se stigmatiser dans des phases minimalistes. Si les séquenceurs sculptent des horizons rythmiques lourdes et résonnantes, genre Tangerine Dream, Redshift et Arc, il se décousent assez rapidement dans des textures d'ambiances et de tintamarres intenses qui flirtent avec du psybient ou des orchestrations dignes des univers cinématographiques pour film d'horreur. L'improvisation semble être l'élément déclencheur d'une créativité toujours en alerte et qui demande quelques ajustements de l'auditeur. Et même les plus avisés! Bref un solide album qui, contrairement à ce qui se dit, flirte à peine avec le Berlin School. Mais au final, c'est du vrai Nothing But Noise comme on aime!
Une note sombre et une lourde réverbération sinueuse remplissent l'ouverture de "Autom@ta". Une pléthore d'ondes stagnantes, de lignes hurlantes et toujours ces réverbérations qui poussent la multiplication des demi-cercles sonores aux limites d'un patibulaire univers chthonien. Ce titre d'ouverture de FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE est un genre de transfuge du genre Industriel Électronique des premiers opus de Nothing But Noise vers une zone tampon où le genre Berlin School analogue se gave des nouveaux instincts du duo Belge. Des orchestrations en staccatos allongés imposent une fusion de douces et rudes saccades, structurant un rythme aussi romanesque qu'une armada de chevaux dans des plaines cinématographiques. Des cognements, un peu comme des halètements, aident à augmenter la portion sauvage d'un rythme qui se découd dans des effets sonores, hésitant entre une finale d'ambiances ou de rythme orchestral. Un dernier sursaut et boum! "Autom@ta" débarque dans les horizons de "Beton BB84". Ce très long titre évolutif exploite un peu les ambiances de Jean-Michel Jarre à l'aube de ses structures hésitantes. Les orchestrations cosmiques sont sinueuses et interminables, alors que des cognements et leurs échos coulés dans de l'eau figé regardent le futur de "Beton BB84" avec une vision où l'intensité est à portée de doigts. La première partie de ce titre crache un venin sonore extrêmement efficace. C'est avec une chorégraphie d'oscillations vives que son rythme se met en branle. Lourd et pourtant fluide, il traverse une première zone de turbulence pour s'arrêter et respirer dans les délicatesses d'un clavier ambulant et d'orchestrations lentes, lugubres. Un nid de réverbérations sinueuses éclot peu de temps après, ouvrant les portes d'une société secrète où rodent des ectoplasmes sonores à la recherche d'une vie harmonique, sinon rythmique. De gros tam-tams électroniques foudroient ces ambiances avec des cognements tempétueux, restructurant un rythme entraînant pour les neurones, tout est pour les neurones dans cet album. Cet efficace tintamarre rythmique échoue sur des radiations soufflées par de vives oscillations puis de lentes saccades de violoncelle sépulcrale, entrainant un autre changement d'horizon sonore qui s'engouffre dans une vision ambiosphérique bourrée de vents et de ses particules soniques. Si "Beton BB84" commande quelques écoutes, "Xperiment777" en demande encore plus. Un nuage de bruits blancs orne son éclosion radioactive. Un séquenceur imagine une structure rythmique qui s'écroule et tourne en rond dans un fascinant chaos alors que tous les éléments en place sont à l'image d’une Tour de Babel de créativité. Une marche zigzagante s'échappe de ce tintamarre pour divaguer dans les corridors d'un cosmos qui semble se construire au fur et à mesure que "Xperiment777" évolue. Et on avance ainsi dans une zone de turbulences ambiosoniques qui se transforme graduellement en une chorale chthonienne. Fragile et chétif, "Autom@ta Reprise" évoque qu'un pâle reflet de la séduisante ouverture de ce premier CD de FORMATIONS MAGNÉTIQUES ET PHÉNOMÈNES D'INCERTITUDE.
Le 2ième CD est à l'image des premières 48 minutes de ce dernier opus de Nothing But Noise. Des cognements sourds ouvrent les horizons de "Curved Attraction". Les faibles lueurs résonnantes installent une ambiance glauque qui devient de plus en plus funeste à mesure que les cognements intensifient leurs nuages de réverbérations. Des orchestrations façonnent le plafonnement des ambiances jusqu'à ce que ces résonnances activent la furie du séquenceur qui lance ses ions dans un désordre rythmique très séduisant. Nous ne sommes pas loin de Redshift ici. Dommage que la seconde moitié végète dans des ambiances sordides gonflées d'une pléthore de tons, mais c'est typique à Nothing But Noise dans sa vision de l'art analogue. Ces ambiances soufflent sur des ondes de réverbérations qui s'échappent en ouverture de "Methode Obscure". L'ouverture est lugubre avec des lents mouvements en staccato de violons lourds et accablants. La faune sonore est taillée dans du sinistre avec des minces filets de voix spectrales et des bruits étranges qui suintent des parois d'un long corridor d'effroi. Lorsque ces ambiances relâchent un dernier souffle, autour des 6:30 minutes, le staccato devient plus vif et moins pesant, initiant le réveil du séquenceur qui lâche ses ions gambadant dans la lourdeur et les courbes zigzagantes du Berlin School. De petits tintements ornent cette procession qui sera sectionné par une phase ambiante avant de revenir sous forme de rythme. Du bon Berlin School, mais j'ai entendu mieux! Plein de woosh, comme des vents chantants dans les stigmates d'une grotte, et d'effets de cognements sourds, "Dust to Nebula <> Self Replicating Forevers" est une longue phase d'ambiances claustrophobiques qui se jette dans la structure des séquences bondissantes de "Curved Attraction Reprise 80". La musique épouse vraiment cette nouvelle orientation des années 80 avec un séquenceur qui a une visée harmonique alors que les ambiances en décident autrement. Un court titre qui est à l'image de cette parfaite incohésion d'un album dont l'audace nécessite quelques écoutes, et un travail acharné pour une ouverture d'esprit, mais qui séduira les plus tenaces.

Sylvain Lupari 25/03/19

vendredi 22 mars 2019

VARIOUS GROOVE: Free Grooves (2019)

“This is some great EM that will satisfy the greedy Berlin School fans all around the planet”
1 Sparks (Martin Peters) 7:54
2 Phenomenon (Arcane) 5:46
3 Lost in Fear (Alt Version) (Gert Emmens) 11:20
4 Slow Right Down (Spyra) 8:06
5 Oblivion (Volt) 11:00
6 Sad Day (Rene de Bakker) 7:59
7 Neon (Synthex) 4:23
8 Darya-ye- Mazandaran (Skoulaman) 12:4

9 You Are Still My Ears (John Kerr & Ron Boots) 5:49
GR-901 (CD 75:21)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
We love Electronic Music, and we love to bring this music to the world! This is the maxim of GrooveNL and mainly of Ron Boots. FREE GROOVES is a very nice compilation of EM that represents very well the musical genre of Groove NL. It can be obtained free with the purchase of 2 CDs in the catalog of the Dutch label. An incentive? For sure! But this is some great EM that will satisfy the greedy Berlin School fan in you.
And it starts strong with "Sparks" from Martin Peters. A huge line of bass sequences plus another with brighter keys jump with heaviness and musicality in a parallel movement but not necessarily in symbiosis. A small pad of mist spreads the spirit of nebulosity, while the synth throws some good harmonious solos. A ghost line rolls in the shadow of this empirical melody and the sequences illuminate the rhythm of "Sparks" with reflections of wriggling castanets. That’s a solid Berlin School loaded of resonating effects from the half of Beyond Berlin, while the other half, Rene de Bakker, presents a title, "Sad Day", which requires more listening to appreciate it to its full value. Arcane offers us in "Phenomenon" the origin of its influences with a music that throws as many scents of the Logos years as the Seattle's, especially for the many soundtracks there, of Tangerine Dream. That sounds so much like TD that we believe to hear a track lost and found in Edgar's many vaults. In this kind of compilation, everything is allowed! Especially a title with as much resemblance to the German trio from Arcane that plunges into his early years. Gert Emmens follows with another version of Lost in Fear, which can be found on his latest album Dark Secrets of the Urban Underground. "Lost in Fear (Alt Version)" is not so far from the original version. "Slow Right Down" is a fiery title of Spyra. It is in the oscillations of an organic language that a cloud of loops expands its rhythmic field with oscillations saturated with sonic radio activities. It is a festival of tones jumping between our ears with the support of a plethora of percussions, nervous and agitated, who dance like giant castanets in a sea of oscillating reverberations from which distorted filaments of melodies escape sung by electronic nightingales on acid. It's quite harsh for the ears and the melancholy mist cushions add a softness that feels good to the eardrums. By far the most complex title of FREE GROOVES, but the richness of the percussive elements and the softness of the anesthetic mists help to better pass this din that flirts with the genius.
There is of everything in the first 4 minutes of "Oblivion" from the English duo Volt. A heavy resonant veil floats to spread its snoring texture. Strange cries of seagulls trapped in the shadows flutter on this rough tarmac where circular waves revolve with a perfume of Vangelis in the chthonian airs. The waves and layers intersect their differences in a sibylline funereal concerto which is shredded by heavy roaring sequences, percussions in mode rock and by spasmodic sequences that are carried away by this torrent of percussions and its structure of rhythm too fast for the most agile feet. From a chthonian opening to a huge immoderate England School hard rock with good solos always very sharp, that's what this "Oblivion" from Volt is! I wrote above how the structure of "Sad Day" could be complex with its flashy texture that stays folded in ambient mode. There is a very tight block of stormy sequences and slamming percussions whose surface gives a den to the threads of emotions rather difficult to grasp of a rather emotional synth. As with Spyra, it takes time but we end up being attracted by this paraphernalia of percussive effects. "Neon" is a loud and catchy synth-pop from Synthex. Not my cup of tea, but I must say that it is very lively. I could not wait to hear some new music from Skoulaman, and "Darya-ye-Mazandaran" did not disappoint me. A delicate structure of ambient rhythm spreads its iridescent tones in a gentle trot of a horse galloping in a meadow dressed up of fog. The sequences have two shades, including a sizzling if not organic one, and other arpeggios extend their prismed chirpings in a harmonic glow which is in half tint. Romantic and touching with its morning fog, the music still jumps in its gurgling bursts that are never out of tune. A beautiful title, as one can expect from an artist such as Skoulaman. I had promised myself to listen carefully to "You Are Still My Ears" by John Kerr and Ron Boots. My first observation was to establish a link between this piece and the music found in Refuge en Verre, a collaborative album between Ron Boots and SynthNL. It's charming, quite catchy and close to the New Age electronic melodies, but with much better synth solos. Impossible not to love, so much it is well crafted! Let's say it's the cherry on the Sundae of a very nice compilation that will pleased for sure the ears always greedy of great EM, mostly very Berlin School.

Sylvain Lupari (March 22, 2019) *****
You will find this album at Groove NL
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

Nous aimons la MÉ et nous aimons l'apportée à tout le monde! Tel est la maxime de Groove et principalement de Ron Boots. FREE GROOVES est une très belle compilation de MÉ qui représente très bien le genre musical de Groove NL. On peut l'obtenir tout à fait gratuitement à l'achat de 2 CD dans le catalogue du label Hollandais. Un incitatif? Certes! Mais de la belle MÉ qui va satisfaire le gourmand de Berlin School en vous.
Et ça débute fort avec "Sparks" de Martin Peters. Une grosse ligne de basses séquences et une autre avec des ions plus lumineux sautillent tant avec lourdeur que musicalité dans un mouvement parallèle mais pas nécessairement en symbiose. Un petit coussin de brume étend le parfum de nébulosité, alors que le synthé lance de superbes solos harmonieux. Une ligne fantôme roule dans l'ombre de cette mélodie empirique et les séquences illuminent le rythme de "Sparks" avec des reflets de castagnettes frétillantes. Du très solide Berlin School résonnant de la moitié de Beyond Berlin, alors que l'autre moitié, Rene de Bakker, présente un titre, "Sad Day", qui demande plus d'écoute afin de l'apprécier à sa pleine valeur. Arcane nous offre en "Phenomenon" l'origine de ses influences avec une musique qui jette autant de parfums des années Logos que des années Seattle, notamment pour la musique de films, de Tangerine Dream. C'est tellement ressemblant qu'on dirait un titre perdu que l'on vient juste de retrouver dans les voutes d'Edgar. Dans ce genre de compilation, tout est permis! Surtout un titre avec autant de ressemblance d
'Arcane qui plonge dans ses premières années. Gert Emmens suit avec une autre version de Lost in Fear, que l'on retrouve sur son dernier album Dark Secrets Of The Urban Underground. "Lost in Fear (Alt Version)" n'est pas si loin de la version originale. "Slow Right Down" est un titre fougueux de Spyra. C'est dans les oscillations d'un langage organique qu'une nuée de boucles élargit son champ rythmique avec des oscillations gorgées de radioactivités soniques. C'est un festival de tons qui sautent entre nos oreilles avec l'appui d'une pléthore de percussions, nerveuses et agitées, qui dansent comme des castagnettes géantes dans une mer de réverbérations oscillatoires d'où s'échappent des filaments tordus de mélodies chantées par des rossignols électroniques sur acide. C'est assez âpre pour les oreilles et les coussins de brume mélancolique ajoutent une douceur qui fait du bien aux tympans. De loin le titre le plus complexe de FREE GROOVES, mais la richesse des éléments percussifs et la douceur des brumes anesthésiantes aident à mieux passer ce tintamarre qui flirte avec le génie.
Il y a de tout dans les 4 premières minutes de "Oblivion" du duo Anglais Volt. Un lourd voile résonant flotte pour étendre sa texture ronflante. D'étranges pépiements de mouettes trappées dans les pénombres s'agitent sur ce tarmac rugueux où tournoient des ondes circulaires avec un parfum de Vangelis dans les airs méphistophéliques. Les ondes et nappes entrecroisent leurs différences dans un funèbre concerto sibyllin qui se fait déchiqueter par de lourdes séquences vrombissantes, des percussions en mode rock et des séquences spasmodiques qui sont emportées par ce torrent de percussions et de sa structure de rythme trop rapide pour les pieds les plus agiles. D'une ouverture chthonienne à du gros England School immodéré, avec de bons solos toujours très tranchants, voilà de quoi est fait ce "Oblivion" de Volt! J'écrivais plus haut comment la structure de "Sad Day" pouvait être complexe avec sa texture tapageuse qui reste repliée en mode ambiant. Il y a un bloc très serré de séquences houleuses et de percussions claquantes dont la surface donne un repaire a des filets d'émotivités plutôt difficiles à saisir d'un synthé assez émotif. Comme avec Spyra, il faut du temps mais nous finissons par être attiré par cet attirail d'effets percussifs. "Neon" est un gros synth-pop bruyant et entraînant de Synthex. J'avais très hâte d'entendre le titre de Skoulaman et "Darya-ye- Mazandaran" ne m'a pas déçu. Une délicate structure de rythme ambiant étale ses tonalités irisées dans un doux trot d’un cheval galopant dans une prairie de brume. Les séquences ont deux teintes, dont une grésillante sinon organique, et d'autres arpèges étendent leurs éclats prismiques dans une lueur harmonique à demi complète. Romanesque et attendrissante avec ses nappes de brouillard matinal, la musique sautille toujours dans ses éclats gargouillants qui ne sont jamais déplacés. Un beau titre, comme on est en mesure de s'attendre d'un artiste tel que Skoulaman. Je m'étais promis d'écouter attentivement "You Are Still My Ears" du duo John Kerr et Ron Boots. Mon premier constat a été d'établir un lien entre cette pièce et la musique que l'on retrouve dans Refuge en Verre, un album collaboration entre Ron Boots et SynthNL. C'est beau, assez entrainant et près des mélodies électroniques New Age, mais avec de bien meilleurs solos de synthé. Impossible de ne pas aimer, tant c'est bien fait! Disons que c'est la cerise sur le Sundae d'une très belle compilation qui se déguste les oreilles toujours bien gourmandes.

Sylvain Lupari 22/03/19