dimanche 24 février 2019

NORD: BERLIN (2011)

“Nearly 90 minutes of pure Berlin School for aficionados, we cannot say that Sztakics István Attila aims next to his target here”
1 Overture 9:21
2 Berlin I 8:03
3 Berlin II 8:55
4 Berlin III 14:14
5 Berlin IV 8:50
6 Berlin V 11:44
7 Berlin VI 14:06
8 My Silent Agony 13:52

Nord Music (DDL 87:09)
(Berlin School)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
We jump up! And from the first steps our fingers cannot follow the beat of "Overture". So, imagine feet! It was with My Christmas Collection that I heard a segment of “BERLIN”, that is with the convincing and catchy rhythm of "Berlin III". "Overture" is from the same mold. Bass sequences, others more limpid and electronic percussion are all a hit! Arpeggios in glass and melodious chords get grafted to this hammering of the sequencer which jumps madly on the same spot but with such ferocity that the adjective velocity appears timid. The synth throws banks of fog and these sharp and pointed solos which are the point of reference of Nord's electronic hymns. "Overture" sets the tone to an album whose reference to the Berlin School extends more on its evolution than the rhythms discovered with "Berlin III" and this "Overture". We move from pure tempo forging by a creative and strong sequencer to moments which require a greater open mind, especially with "Berlin VI". But there are several little musical treats before you get there. The solos are lascivious and fiercely melodious in the semi-slow rhythm of "Berlin I". The organicosmic vision of interplanetary noises and these solos add a very Jean-Michel Jarre touch to this track whose strident and spectral harmonies give chills in the back. The rhythm evolves to reach a good velocity of a rock which is strongly attracted by the vibes of dance music with percussions which frolic and slam like a swarm of metallic wings in a factory of EM which does very Jarre. But it resists to this call and dominates in a good electronic rock! And when it's over, "Berlin II" falls into our ears. And we wonder, our ears too, whether there is not a mistake because we have the impression of re-hearing "Berlin I". And that's comprehensible! The pace is almost similar, and it will evolve to embrace a decidedly more dance approach. A slight fragrance of Arabian cosmic and harmonic pads, which sound like Moonbooter, are the first noticeable differences. There are more effects and more orchestral layers which throw artificial harmonies traveling on violin wings, I hear Software here, in a more dance-like approach. This is a good title with harmonies that a synth screws still very adroitly into our ears. We know "Berlin III" (Otherwise read my review of My Christmas Collection)!
So, let's jump to "Berlin IV" and its breaths in saccade which adorn its opening. Drawing a rhythm in the form of jerky fog breezes, the introduction takes two minutes to take off. And when it's done, a barrage of percussion and tssiit-tssiit added to futuristic Funky-like sequences attack our eardrums with a good rhythmic velocity which serves well the layers, lines and the harmonic solos of a synth which is also very generous on sound effects. Fine variances distort a rhythmic minimalist approach which breathes comfortably in Jarre's cosmic fauna. As we go forward the world of “BERLIN” evolves in a more audacious form. If the first 4 tracks invite us into the pure Berlin School animated by sequences whose variable speeds always breathe the magnetisms of the Berliner model, "Berlin IV" begins the transition between energic Berlin School, slowed down as the titles get unfold, and a cosmic dance music. Thus, what "Berlin V" is made of? Of a beat which is flowing like a semi-lascivious dance with strident solos melting into pleasant electronic harmonies. Loopy oscillations weave a melodious pattern that quietly makes its way between the ears while the rhythm is carved of jerky spasms which dance pretty well with the oscillations. Here, as everywhere in “BERLIN”, the spatial effects of French cosmic rock adorn these carousels, rolling with always catchy rhythms even if the speeds of the structures vary a lot, whereas the synths blow many influences of Klaus Schulze in their solos. Speaking of Schulze, the spheroidal structure of "Berlin VI" fits very well with his style of the 85-90 years. An appealing arpeggio ritornello, whose axis goes up and down in a vision of romance or of a lunar lullaby, is blooming from an introduction all in multicoloured sounds. Electronic effects, cosmic noises, Kraftwerk's oscillator gurgling, and orchestral layers irradiated of ether and opium particles are among the sound samples which blend into a very progressive decor and make the moods of "Berlin VI" a bit difficult to tame. The whole thing flirts more with sound experiments than the incisive melody which goes so deep between the ears. The synth tones embrace several psychedelic influences, including those of Conrad Schnitzler, and are at times the equivalent of a concerto for voices of eunuchs sick from an interplanetary virus. Let say it's a title that may scratch some ears! My beautiful Lise gave me a couple of questioning looks. "My Silent Agony" finishes this “BERLIN” with a first seraphic half. Dense and enveloping layers of anesthetic fog and Babylonian orchestrations play with impulses of intensity up until the rhythm hops up and down in its multiple oscillations and jolts which will ended without really having progressed.
Nearly 90 minutes of pure Berlin School for aficionados, we cannot say that Sztakics István Attila aims next to his target with a “BERLIN” whose first 60 minutes seduce those who learned to tame the style of the 75's. There is a slack after "Berlin IV", immersing the listener in a world that is not his and yet which is not that far. But a little open mind and you will discover a music that zeroes all possible horizons of the best of EM...which is the good old Berlin School!
Sylvain Lupari (February 24th, 2019) *** ½**

synth&sequences.com
Available at Nord's Bandcamp
===================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
===================================================================

On sursaute! Et dès les premières mesures nos doigts ne peuvent suivre la cadence de "Overture". Imaginez les pieds! C'est avec My Christmas Collection que j'ai entendu un segment de “BERLIN”, soit avec le rythme convaincant et accrocheur de "Berlin III"."Overture" est du même moule. Séquences basses, d'autres plus limpides et percussions électroniques font tout un tabac! Arpèges en verre et accords mélodieux se greffent à ce pistonnage du séquenceur qui saute sur le même point mais avec une telle férocité que l'adjectif vélocité paraît timide. Le synthé lance des bancs de brume et ces solos aiguisés et aiguillés qui sont le point de référence des hymnes électroniques de Nord. "Overture" donne le ton à un album dont la référence au Berlin School s'étend plus sur son évolution que des rythmes découverts avec "Berlin III" et ce "Overture". On passe du pur tempo enlevant forgé par un séquenceur créatif à des moments qui demande une plus grande ouverture, surtout avec "Berlin VI". Mais il y a plusieurs petites gâteries musicales avant d'y arriver. Les solos sont lascifs et farouchement mélodieux dans le rythme semi-lent de "Berlin I". La vision organi-cosmique des bruits interplanétaires et ces solos ajoutent une petite touche très Jean-Michel Jarre à ce titre dont les harmonies stridentes et spectrales donnent des frissons dans le dos. Le rythme évolue pour atteindre une belle vélocité d'un rock fortement attiré par les effluves de la danse avec des percussions qui batifolent et claquent comme une nuée d'ailes métalliques dans une usine à MÉ qui fait très Jarre. Mais il résiste et domine un bon rock électronique! Et lorsque c'est fini, "Berlin II" nous tombe dans les oreilles qui s'interrogent, nous aussi d’ailleurs, à savoir s'il n'y a pas une erreur parce qu'on a l'impression de réentendre "Berlin I". Et ça se comprend! Le rythme est quasiment similaire et il évoluera de façon à embrasser une approche résolument plus danse. Un léger parfum d'Arabie cosmique et des coussins harmoniques, qui sonnent comme du Moonbooter, sont les premières différences notables. Il y a plus d'effets et plus de nappes orchestrales qui lancent des harmonies artificielles voyageant sur des ailes de violons, j'entends du Software ici, dans une approche plus en mode danse. Il s'agit d'un bon titre enlevant avec des harmonies qu'un synthé visse encore très adroitement dans nos oreilles. On connait "Berlin III" (Sinon lisez ma chronique de My Christmas Collection)!
Sautons donc à "Berlin IV" et ses souffles en saccade qui ornent son ouverture. Traçant un rythme sous forme de jets de brume, l'introduction demande deux minutes afin de décoller. Et lorsque c'est fait, un barrage de percussions et de tssiit-tssiit ajouté à de séquences en forme de Funk futuriste attaque nos tympans avec une bonne vélocité cadencée qui sert bien les nappes, les lignes et les solos harmoniques d'un synthé qui est aussi très généreux sur les effets sonores. De fines variances déforment une approche minimaliste du rythme qui respire confortablement dans la faune cosmique de Jarre. À mesure que nous avançons, le monde de “BERLIN” évolue avec une vision plus audacieuse. Si les 4 premiers titres nous invitent dans le pur Berlin School animé par des séquences dont les vitesses variables respirent toujours les magnétismes du modèle Berliner, "Berlin IV" débute la transition entre du Berlin School violent, pondéré et une musique de danse cosmique. De quoi est fait "Berlin V"? D'un rythme coulant comme une danse semi-lascive avec des solos stridents qui fondent en de plaisantes harmonies électroniques. Des oscillations en boucles tissent un pattern mélodieux qui fait tranquillement son chemin entre les oreilles alors que le rythme est sculpté de spasmes saccadés qui dansent assez bien avec les oscillations. Ici, comme partout dans “BERLIN”, les effets spatiaux du rock cosmique Français ornent ces carrousels de rythmes toujours entraînants, même si les vitesses de structures varient beaucoup, alors que les synthés soufflent beaucoup d'influences de Klaus Schulze dans leurs solos. Parlant Schulze, la structure sphéroïdale de "Berlin VI" colle très bien à son style des années 85-90. Une séduisante ritournelle d'arpèges, dont l'axe monte et descends dans une vision de romance ou de berceuse lunaire, s'extirpe d'une introduction tout de bruits bigarrées. Effets électroniques, bruits cosmiques, gargouillis d'oscillateur à la Kraftwerk et nappes orchestrales irradiées de particules d'éther et d'opium sont parmi les échantillons de sons qui se fondent dans un décor très progressif et qui rendent les ambiances de "Berlin VI" un peu difficile à dompter. L'ensemble flirte plus avec les expérimentations sonores que la mélodie incisive qui se visse entre les oreilles. Les tonalités du synthé épousent plusieurs influences psychédéliques, dont celles de Conrad Schnitzler, et sont par instants l'équivalent d'un concerto pour voix d'eunuques enrhumées par un virus interplanétaire. Disons qu'il s’agit d'un titre qui risque de décaper des oreilles! Ma belle Lise m'a lancé une couple de regards interrogateurs. "My Silent Agony" termine ce “BERLIN” avec une première moitié séraphique. De denses et enveloppantes nappes de brume anesthésiante et d'orchestrations babyloniennes jouent avec des élans d'intensité jusqu'à ce que le rythme trépigne de multiples oscillations et de soubresauts qui se perdront sans avoir progressé.  
Près de 90 minutes de pur Berlin School pour aficionados, on ne peut dire que Sztakics István Attila vise à côté de sa cible avec un “BERLIN” dont les 60 premières minutes séduiront ceux qui ont appris à apprivoiser le style à partir des années 75. Il y a comme un mou après "Berlin IV", plongeant l'auditeur dans un univers qui n'est pas le sien et qui n'est pourtant pas si loin. Mais un peu d'ouverture et vous découvrirez une musique qui zieute tous les horizons possibles du meilleur de la MÉ, le bon vieux Berlin School!

Sylvain Lupari 24/02/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.