lundi 11 février 2019

EBIA: Transmission (2019)

“There is this mix of drama and tenderness, of anger and resignation which make of this last Ebia album something of very deeply moving”
1 Transmission 13:00
2 Speed of Light 10:10
3 Receiver 10:17
4 Aliens Message 13:02
5 Re-Transmission 11:02
6 Lost Signal 10:39

SynGate CD-R EM08 (CD-r/DDL 68:10)
(Berlin School with ambient sequencing patterns)
==================================
  **Chronique en français plus bas**
==================================
Sadly, Jörg Bialinska died following the consequences of an autoimmune disease in January 2018. And as we say in the middle of the EM, especially since the death of Edgar Froese 4 years ago, the man behind Ebia has changed of cosmic address. A last album was being prepared and his wife kindly accepted that SynGate concludes this last opus of Ebia soberly entitled “Transmission”. Six titles of an average length of 11 minutes confirm the talent of the one to whom we owe Hunter of Worlds, the album which has opened the door to a larger audience in 2009. Moreover, light scents of Space Rock & Dance Music circulate on the structures of “Transmission” which also proposes a continuity of Herrscher im Orbit with rhythms that explode and implode under multilayers of synth which also project circular auras sometimes dramatic and/or apocalyptic. Intense and a feast for the ears, with percussion patterns suspended as dramatic actors, “Transmission” is a legacy of Ebia worthy of a final lap that makes sure that we will miss him for sure!
The title track gives us a good overview of what awaits our ears over the discovery of this album. Breaths of azure, murmurs and filtered sound rays of a synth in mode intensity feed an introduction overloaded of effects and noises that make our eardrums work. The range of sound in a listening room is quite intense and means that the production can be heard in headphones as well, it is always more nourishing for the soul, than in our speakers which release in return a wider reach. These rays of reverberation blow the shadow and the light, albeit more nuanced, in movements that come and go and awake the sequencer and its keys dancing on the spot. The scenery is apocalyptic with a repressed intensity in a sounding armament of the most intense. Bass drums add to the weight of this deep heaviness, whereas the fragile lines of the sequencer still dance while moving away from a musical paroxysm that has already stigmatized our reliance on a music that keeps us on our toes. Electronic percussions come and their bearings add an unexpected dimension to this still stationary structure. The rays of the synth, very Vangelis by the way, multiply their Dantesque presences with long groans which make think of long laments in good solos that sound like those of a guitar. Still in sedentary mode, the structure of "Transmission" oscillates between intensity and idleness with this mesh of sequences and percussions, to which adds the throbbing palpitations of a bass line, in a finale stuffed by solos from synth and guitar which are of a rare degree of intensity. Let's say that I hooked straight away to this track.
Nervous sequences and lively percussions, "Speed of Light" follows with a much more accelerated structure which runs in a phase of rock'n'dance of the synth-pop years. Shy and all in the background, a keyboard discreetly scatters bits of invisible melodies whereas, divided between its multilayer of the Ultravox years, the synth arrives to blow good solos. "Receiver" takes time to take off. Buried by another mass of layers and of noisy effects, the rhythm emerges with sequences fluttering around this dense wall of sounding reverberations. The movement brings a little nuance to its nervousness. Except that as in the title track, it flashes like crazy red lights under a black and stagnant mass of sounds. We always stay in a form of coitus interrupted here, like in "Transmission", but there is something inexplicable which makes it beautiful, probably the mourning synth layers which are of an incredible sensitivity, and which stirs up constantly the sense of hearing. Less dramatic and striking than "Transmission", this "Receiver" remains impenetrable efficiency. "Aliens Message" opens with layers which float like brown sheets in the wind. Jarre effects support this introduction which is driven by a fluid movement of the sequencer. Sound effects, like electronic chirps, wander from one ear to another, from one speaker to another, adding to the sonic weight of this title which is a very good and quite catchy cosmic rock. And "Aliens Message" runs, runs and runs beneath nice synth pads which try to break through with solos agonizing of an acceptable sobriety. Good electronic rock! Less dramatic and less turbulent than "Transmission", "Re-Transmission" offers chants of synth which coo in a mass of reverberant waves. If the drums play sober, the other ones accompany the rhythmic pattern of the sequencer and its keys jumping with a vision complementary to the harmonies of the synth in a decor filled of melancholy. The sadness is well cut out here. "Lost Signal", which is quite representative of its title, adopts a bit this structure of unfinished melody in the Herrscher im Orbit album and gives me this taste to re-hear for the nth time the tenderly poetic Sebastian im Traum by Frank Specht.
Conclusion?! There is something confusing, disconcerting in the universe of “Transmission”. There is this mix of drama and tenderness, of anger and resignation which make of this last Ebia album something of very deeply moving. The rhythm sequences are between two poles while the synths adorn this gap with an absolute tenderness, if not an apocalyptic rage. A good album which is absolutely worth the detour!
Sylvain Lupari (February 11th, 2019) *****

synth&sequences.com
Available at SynGate's Bandcamp
====================================================================
                       CHRONIQUE en FRANÇAIS
====================================================================

Tristement, Jörg Bialinska est décédé suite aux conséquences d'une maladie auto-immune en Janvier 2018. Et comme on dit dans le milieu de la MÉ, surtout depuis le décès d'Edgar Froese il y a 4 ans, l'homme derrière Ebia a changé d'adresse cosmique. Un dernier album était en cours de préparation et sa femme a gentiment accepté que SynGate conclut ce dernier opus d'Ebia sobrement intitulé “Transmission”. Six titres d'une durée moyenne de 11 minutes confirment le talent de celui à qui on doit Hunter of Worlds, l'album qui lui a ouvert la porte à un plus grand public en 2009. D'ailleurs, de légers parfums de Space Rock & Dance Music circulent sur les structures de “Transmission” qui propose aussi une continuité de Herrscher im Orbit avec des rythmes qui explosent et implosent sous de multicouches de synthé qui projettent aussi des auras circulaires parfois dramatiques et/ou apocalyptiques. Intense et un festin pour les oreilles, avec des motifs de percussions suspendues comme des acteurs dramatiques, “Transmission” est un héritage d'Ebia digne d'un dernier tour de piste qui fera en sorte qu'il nous manquera pour sûr!
La pièce-titre nous donne un bon aperçu de ce qui attend nos oreilles au fil de la découverte de cet album. Des souffles azurés, des murmures et des rayons sonores filtrés d'un synthé en mode intensité nourrissent une introduction surchargée d'effets et de bruits qui font travaillés nos tympans. La portée sonore dans une salle d'écoute est assez intense et signifie que la production s'écoute aussi bien dans des écouteurs, c'est toujours plus nourrissant pour l'âme, que dans nos haut-parleurs qui dégagent en contrepartie une portée plus intense. Ces rayons de réverbérations soufflent l'ombre et la lumière, quoique plus nuancée, dans des mouvements qui vont et viennent et qui éveillent le séquenceur et ses ions dansottant sur place. Le décor est apocalyptique avec une intensité refoulée dans un armement sonore des plus intense. Des basses percussions ajoutent au poids de la cette profonde lourdeur, tandis que les fragiles lignes du séquenceur dansent toujours tout en s'éloignant d'un paroxysmique musical qui a déjà stigmatisée notre dépendance envers une musique qui nous tient sur le qui-vive. Des percussions électroniques s'amènent et leurs roulements ajoutent une dimension inattendue à cette structure toujours stationnaire. Les rayons du synthé, très Vangelis en passant, multiplient leurs présences dantesques avec de longs gémissements qui font penser à de longues complaintes dans de bons solos qui sonnent comme ceux d'une guitare. Toujours en mode sédentaire, la structure de "Transmission" oscille entre intensité et oisiveté avec ce maillage de séquences et de percussions, auquel s'ajoute les sourdes palpitations d'une ligne de basse, dans une finale bourrée de solos de synthé/guitare qui performent avec un rare degré d'intensité. Disons que j'ai accroché tout de go à ce titre.
Séquences nerveuses et percussions entraînantes, "Speed of Light" suit avec une structure nettement plus accélérée qui court dans une phase de rock'n'dance des années de la synth-pop. Timide et tout en arrière-plan, un clavier éparpille discrètement des bouts de mélodies invisibles alors que divisé entre ses multicouches des années Ultravox, le synthé arrive à souffler de bons solos. "Receiver" prend du temps à décoller. Enseveli par une autre masse de nappes et d'effets bruiteurs, le rythme émerge avec des séquences qui papillonnent autour de cette masse de réverbérations. Le mouvement apporte un peu de nuance à sa nervosité. Sauf que comme dans la pièce-titre, il clignote comme des feux rouges en folie sous une masse sonore noire et stagnante. On reste toujours dans une forme de coït interrompu ici, comme dans "Transmission", mais il y a quelque chose d'inexplicable qui fait que c'est beau, sans doute les nappes pleureuses qui sont d'une sensibilité inouïe, et qui attise constamment l'ouïe. Moins dramatique et percutant que "Transmission", ce "Receiver" reste d'une efficacité impénétrable. "Aliens Message" ouvre avec des nappes qui flottent comme des draps bruns au vent. Des effets à la Jarre appuient cette introduction qui est chassée par un fluide mouvement du séquenceur. Des effets sonores, genre pépiements électroniques, se promènent d'une oreille à l'autre, d'un haut-parleur à l'autre, ajoutant au poids sonique de ce titre qui est un très bon rock cosmique assez entraînant. Et "Aliens Message" court, court et court sous de belles nappes de synthé qui tentent de percer avec des solos qui agonisent dans une sobriété acceptable. Du bon rock électronique! Moins dramatique et moins turbulent que "Transmission", "Re-Transmission" propose des chants de synthés qui roucoulent dans une masse d'ondes réverbérantes. Si des percussions jouent du tam-tam sobre, d'autres accompagnent le schéma rythmique du séquenceur et ses ions qui sautillent avec une vision complémentaire aux harmonies du synthé dans un décor rempli de mélancolie. La tristesse est à découper au ciseau ici. "Lost Signal", qui est assez représentatif de son titre, épouse un peu cette structure de mélodie inachevée dans Herrscher im Orbit et qui me donne ce goût de réentendre pour la ixième fois le tendrement poétique Sebastian im Traum de Frank Specht.
Conclusion?! Il y a quelque chose de déroutant, de déconcertant dans l'univers de “Transmission”. Il y a ce mélange de drame et de tendresse, de colère et de résignation qui rendent ce dernier album d'Ebia étonnement bouleversant. Les séquences de rythme sont entre deux pôles alors que les synthés ornent cet écart avec une tendresse absolue, sinon une rage apocalyptique. Un bel album qui vaut absolument le détour!

Sylvain Lupari 11/02/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.