lundi 7 janvier 2019

STEVE ORCHARD: Skyway (2018)

“Everything flows well in this Skyway and its mixture of styles where each title has a find that charms...even if it's no Berlin School”
1 Tailwind 4:51
2 Rushing By 5:52
3 Lets Talk About It 5:38
4 Within Tomorrow 5:21
5 Looking Down 4:19
6 Levels 5:44
7 Coast Road 4:03
8 Sky Way 5:41
9 Elevators 4:42
10 Tantra 5:49
11 Magnetic North 4:59
12 Indigo Dreams 6:05

AD Music ‎– AD200r  (CD-r DDL 63:42)
(Down tempo, melodic, soft E-Rock)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
AD Music closes 2018 with two releases which are bear witness of the direction taken by the English label to seduce this vast world public affable of this new genre where the Easy Listening and New Age cling to a well commercial Electronica. While Sylvain Carel's Talisman explored the ever-fascinating Middle Eastern world, Steve Orchard's “Skyway” has all the resources to attract as many consumers as its musical styles. This mosaic of genres would be rather harmless without its orchestrations which stimulate the excitement of our arm hairs with poignant arrangements and catchy impulses. As one can imagine, we are very far from the Berlin School here or any form of cosmic rock! Apart from introductions, and some finales, there are very few pure EM moments here. On the other hand, there is a wide range of titles that are easy to tame and that instantly catch the feet, much like Jean-Michel Jarre's good planetary success. One thing that I like about the music of the English musician here is the tone of his synth that sometimes sounds like good Edgar Froese.
"Tailwind" proposes from the outset a down-tempo adorned of melodious arpeggios which sparkle like a song of stars. The orchestrations are dense with a slight hint of Middle Eastern influences by their movements that I compare to flying sonic carpets. The synth, as well as layers of voices judiciously inserted, adopt the scrolling curve of a melody without stories. The strength of this title is the synth which throws some very catchy solos. Camouflaged in a rhythmic structure which sounds strangely like a fusion of Tangerine Dream, Le Parc, and Propaganda, Secret Wish, "Rushing By" rushes towards a cosmic rock armed with these crotale percussions à la Jarre. It's a title which hooks instantly our attention with a catchy rhythm and an equally catchy melody forged by a synth with solos so easy to whistle. "Tantra" is in the same vein but with a slightly more progressive approach. Both tracks are great!
"Lets Talk About It" is a very New Age ballad inflated in a Double Fantasy style or in the Chillout Lounge of Software, genre Digital-Dance. Ditto for "Levels" which is a bit livelier with an Enigma World Music approach and filters of voices rather real. If one like this genre, "Indigo Dreams" is just as seductive while breathing layers of Gregorian voices. The melody and the arrangements hang you an anchor at the end of your soul. It's very effective!
After an introduction sewn into romance, "Within Tomorrow" indulges in a Hip-Hop hopping in its Funk outfit. So many styles for so many people! "Looking Down" also offers an opening all in dreams before succumbing to the charms of an EDM rather fragile at the design level but fiendishly effective with its orchestrations. "Coast Road" is shaped like a mid-tempo with a rather Lounge label where lunar arpeggios dart around jerky orchestrations. Creative and never lacking in ideas to give more dimension to his titles full of melodies, Steve Orchard still succeeds in grafting phases, here it's an electro-acoustic duel, which get his music out of an harmonious routine. So, one always stays on the alert! Like in the title-track and its hopping pace which limps and deviates to a more Electronica genre still feed of good arrangements. Here again, the sweet melody of the synth is quite simple but creates a desire for addiction. "Elevators" is that kind of harmless title that makes its way into the bottom of our eardrums. The peculiarity of this title is his approach to the synthesizer which does very much Edgar Froese in a kind of electronic cha-cha-cha.
I really got caught with Steve Orchard's “Skyway”! If "Tailwind" foreshadowed a kind of music stitched in the candy-pink, even with its divine solos, the discovery of the following tracks takes us into a musical world as captivating as it's enchanting. Everything flows well in this mixture of styles where each title has a find that charms a listening at first not enthusiastic and in search of an EM complicated and knitted in the nebulous side of the progressive Berlin School. In short, this is a nice album easy to tame and enjoy.
Sylvain Lupari (January 7th, 2019) *** ½**

synth&sequences.com
Available at AD Music's Webshop
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

AD Music clôture l'année 2018 avec 2 parutions qui témoignent de la direction empruntée par le label Anglais afin de séduire ce vaste public mondial affable de ce nouveau genre où le Easy Listening et le New Age s'accrochent à une Électronica toute bien consommable. Si Talisman, de Sylvain Carel, explorait le toujours fascinant univers du Moyen-Orient, ce “Skyway” de Steve Orchard possède tous les atouts afin de séduire autant de consommateurs que ses styles musicaux. Cette mosaïque de genres serait plutôt anodine sans ses orchestrations qui stimulent l'excitation de nos poils de bras avec des arrangements poignants et des envolés enlevantes. Vous vous en doutez, nous sommes très loin du Berlin School ici ou de toutes formes de rock cosmique! Mise à part les introductions, et certaines finales, on compte très peu de purs moments de MÉ ici. En revanche, on trouve un bel éventail de titres faciles à apprivoiser et qui accrochent instantanément les pieds, un peu comme les bons succès planétaires de Jean-Michel Jarre. Un élément que j'aime bien dans la musique du musicien Anglais ici est la tonalité de son synthé qui sonne parfois comme du bon Edgar Froese.
"Tailwind" propose d'entrée de jeu un down-tempo orné d'arpèges mélodieux qui scintillent comme un chant d'étoiles. Les orchestrations sont denses avec un léger soupçon d'influences du Moyen-Orient de par leurs déplacements que je compare à des tapis volants soniques. Le synthé, ainsi que des nappes de voix insérées judicieusement, épousent la courbe défilante d'une mélodie sans histoires. La force de ce titre reste le synthé qui forme des solos très accrocheurs. Camouflé dans une structure de rythme qui sonne étrangement comme une fusion de Tangerine Dream, Le Parc, et Propaganda, Secret Wish, "Rushing By" fonce vers un rock cosmique armé de ces percussions crotales à la Jarre. C'est un titre qui accroche instantanément avec un rythme entraînant et une mélodie tout autant accrocheuse forgée par un synthé aux solos faciles à siffloter. "Tantra" est dans la même veine mais avec une approche légèrement plus progressive. "Lets Talk About It" est une ballade très New Age gonflé dans un style Double Fantasy ou encore dans les Chillout Lounge de Software, genre Digital-Dance. Idem pour "Levels" qui est légèrement plus animé avec une approche de World Music à la Enigma et des filtres de voix plutôt réelles. Si on aime ce genre, "Indigo Dreams" est tout autant séduisant tout en possédant des nappes de voix Grégoriennes. La mélodie et les arrangements vous accrochent une ancre au bout de votre âme. C'est très efficace!
Après une introduction cousue dans la romance, "Within Tomorrow" s'adonne à un Hip-Hop sautillant dans son habit de Funk. Autant de styles pour autant de monde! "Looking Down" propose aussi une ouverture tout en rêves avant de succomber aux charmes d'une EDM plutôt fragile au niveau conception mais diantrement efficace avec ses orchestrations. "Coast Road" épouse la forme d’un mid-tempo avec une étiquette plutôt Lounge avec ses arpèges lunaires et ses orchestrations saccadées. Créatif et jamais en manque d'idées afin de donner plus d'une dimension à ses titres bourrées de mélodies, Steve Orchard parvient toujours à greffer des phases, ici c'est un duel électro-acoustique, qui sortent sa musique d'une routine harmonieuse. Donc, on reste toujours sur le qui-vive!  Comme dans la pièce-titre et son rythme aussi sautillant que boitillant qui dévie vers un genre plus Électronica avec de bons arrangements. Encore ici, la suave mélodie du synthé reste assez unique en créant une envie d'addiction. "Elevators" est ce genre de titre anodin qui fait son chemin dans le fond de nos tympans. La particularité de ce titre est son approche du synthétiseur qui fait très Edgar Froese dans un genre de cha-cha-cha lunaire électronique.
Je me suis vraiment fait avoir avec ce “Skyway” de Steve Orchard! Si "Tailwind" laissait présager un genre de musique cousue dans le rose-bonbon, même avec ses solos divins, la découverte des titres suivants nous entraîne dans un univers musical aussi captivant qu'enchanteur. Tout coule bien dans cette macédoine de styles où chaque titre possède une trouvaille qui charme une écoute à prime abord rébarbative pour celui qui recherche de la MÉ compliquée et tricotée dans le côté nébuleux du Berlin School progressif. Bref, voilà un très bel album facile à apprivoiser et apprécier.

Sylvain Lupari 07/01/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.