lundi 14 janvier 2019

BREIDABLIK: Nhoohr (2019)

“A splendid album with a perfect balance between its inspirations, its generations and its ambiences, this Nhoohr offers a Berlin School vision which has find new sources of its origin”
1 Arrival 2:47
2 At the Windswept Planes of Nhoohr 14:16
3 Clouddancing 10:13
4 The old Forest 6:23
5 Strange Lands 11:27
6 Perihelion 5:19

Breidablik Music (DDL 50:28)
(Berlin School)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
The expectations were rather high in order to survive an album as big as Penumbra! Except that Morten Birkeland Nielsen does not care and makes another musical gem which has brought me yet to the territories of Phaedra and Stratosfear, but in a tone so dark that reminded me of the best moments of Jim Kirkwood, this brilliant English artist too little known. In fact, “Nhoohr” surpasses Breidablik's Penumbra with a better-defined sound signature where the darker aspect of his music is less fogged in a heavy and stuffy envelope. In addition, the friend Morten adds instruments to his bow, I'm thinking especially guitars, thus restoring a highly precise musical texture. Mellotrons? They are always present and blow veils of flutes and ethereal voices which gave this ghostly cachet to the analog EM of the early 70's. Breidablik also adds an organic fauna to his funereal decor, leading me in his very last  wonderful musical adventure where I did not have to force my imagination to travel inside the 6 sonic chapters of this imposing album where the vintage Berlin School finds new sources of its origin.
Nhoohr” is an imaginary land where plants and animals live and flourish freely, without the tracking and destruction of humans. So, an intuition of virgin and abundant lands colors our ears with the vision of Breidablik. The opening is usual with a sound wave which rises while drawing its reverberant radiations. There is a bit of musicality in "Arrival" and a lot of intensity with a rise of layers, some of prism and others darker, which breathe life to these ambiences and whose attenuation turns into nebulous breezes which leads us to the edge of an intriguing forest and its crows croaking. Each title is independent, "At the Windswept Planes of Nhoohr" opens a little in the same way, except that the synth throws harmonious breaths slowly undulating over a steaming ember. A movement of the sequencer frees a line which ripples vividly, structuring a fluid and lively rhythm strongly marked by the influences of Phaedra. For the next 6 minutes, the rhythmic flow will intoxicate your senses! Apart from the rippling effects which flow there, some sibylline veils, scarlet streaks, humming in two shades are flying over and wrap up warmly this dizzying escalation, bursting with subtle variations in its oscillations a little before the barrier of the seventh minute. The fury then becomes ambience with layers of granular dust which push its clouds around a river and of its dancing circles, guiding the 2nd phase of "At the Windswept Planes of Nhoohr" towards a celestial moment with orchestral layers and a seraphic choir. A core of reverberations is there. It casts its rays into a gloomy décor and its sinister organ layers. The water continues to make dance its lapping, hunting the dark elements in order to make glimmering for a few seconds a waddling movement probably lost by a sequencer became so limpid in this final.
It's in a spirit of fantasy that opens "Clouddancing". The sequencer traces a muffled waddling through the breaths of a hybrid Mellotron, blowing its precious air with a bucolic vision. A guitar infiltrates these ambiences with harmonious solos which sing in a world made of bells. Taking the shape of the last breath from the electric six-string, the synth injects acute lamentations which are totally like a razor wire between our ears. The universe gets iridescent with thin lines of voices haloed of an abstruse balm which push the music into a black area. Thunders are thundering and the winds stop shaping these fascinating windy intrigues, bringing "Clouddancing" to a 2nd phase animated by a fluid upward movement from the sequencer. Its electronic rhythm rolls and zigzags beneath a blackened sky of winds, voices and clatters from a parallel universe which has all the elements of the chthonian sects. "The old Forest" is a splendid title that has all the mysticism of its meaning. What is a forest without chirping birds and breezes which tickle its dense foliage? An acoustic guitar does conversation with nature which responds to it with the lapping and shimmering of its brooks. A dark shadow casts an occult veil which gets amplified by the cries of crows and a gentle avalanche of strata from a Mellotron and its so mysterious chants. A brief ominous passage before that the beauties of "The Old Forest" resume their rights. The color of the tones of "Strange Lands", at least its introduction, brings us back to the chthonic ambiances which are the many soundscapes of the retro Berlin School. Layers of voices and some fog are floating here, while discreetly the synth scatters strange tunes in a massive magma of sounds always in motion. The chant of synths seems to herald better days, whereas all the ambiences seem to thicken and dominate the first moments of a dark music that a swamp seems to contain. The fauna of this marsh sparkles in our ears with good samplings, moving the mysterious reach of these ambiences to an underground entrance where dance goblins, black elves and orcas of all kinds and that a movement from a sequencer tries to flee with a fluid but smothered race. A delicious vintage Berlin School! "Perihelion" ends “Nhoohr” in a completely different register. The rhythm is very lively without dark veil but a good clear envelope which brings the music to a catchy electronic rock that could easily serve as an encore. In fact, it is exactly his scope on “Nhoohr” which is a superb album of EM as we liked to discover them at the time. The edition of 250 copies vinyl is already sold out and the album will be released only by download in mid-February. Pity! Really a pity that the music is at this point!
Sylvain Lupari (January 14th, 2019) ****½*

synth&sequences.com
Available at Breidablik's Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

La marche était assez haute afin de survivre à un album aussi imposant que Penumbra! Sauf que Morten Birkeland Nielsen n'en n'a cure et réalise un autre petit bijou musical qui m'a amené dans les territoires de Stratosfear et Phaedra, mais dans une tonalité tellement sombre qui m'a rappelé les meilleurs moments de Jim Kirkwood, ce brillant artiste Anglais trop méconnu. En fait, “Nhoohr” surpasse ce dernier album de Breidablik avec une signature sonore mieux définie où l'aspect ténébreux de sa musique est moins embué dans un tissu lourd et étouffant. De plus, l'ami Morten ajoute des instruments à son arc, je pense notamment aux guitares, restituant ainsi une texture musicale très précise. Les mellotrons? Ils sont toujours présents et soufflent des voiles de flûtes et de voix éthérées qui donnaient ce cachet si fantomatique à la MÉ analogue du début des années 70. Breidablik ajoute aussi une faune organique à son décor funèbre, m'amenant ainsi dans sa toute dernière aventure musicale mirifique où je n'ai pas eu à forcer mon imagination pour voyager à l'intérieur des 6 chapitres soniques de cet imposant album où le Berlin School rétro retrouve de nouvelles sources de son origine.
Nhoohr” est une contrée imaginaire où les plantes et les animaux vivent et s'épanouissent en toute liberté, sans les traques et la destruction des hommes. Donc, une intuition de terres vierges et abondantes colore nos oreilles de la vision de Breidablik. L'ouverture est usuelle avec une onde sonore qui se lève en libérant ses radiations réverbérantes. Il y a un peu de musicalité dans "Arrival" et beaucoup d'intensité avec une levée de nappes, certaines prismiques et d'autres plus sombres, qui insufflent une vitalité à ces ambiances et dont l'atténuation résulte en des brises nébuleuses qui nous amène à l'orée d'une forêt intrigante avec ses croassements de corbeaux. Chaque titre étant indépendant, "At the Windswept Planes of Nhoohr" s'ouvre un peu de la même façon, sauf que le synthé jette des souffles harmonieux qui ondulent lentement dans une braise fumante. Un mouvement du séquenceur libère alors une ligne qui ondule vivement, structurant un rythme fluide et entraînant fortement marqué par les influences de Phaedra. Pour les prochaines 6 minutes, le débit rythmique enivrera vos sens! Outre ces effets de clapotis qui y ruissèlent, des voiles sibyllins, des stries écarlates, des fredonnements en deux teintes survolent et emmitouflent cette escalade vertigineuse crevée de subtiles variations dans ses oscillations un peu avant la barrière des 7ième minute. La furie devient alors ambiance avec des nappes de poussières granuleuses poussant ses nuages autour d'une rivière et de ses cercles dansants, guidant la 2ième phase de "At the Windswept Planes of Nhoohr" vers un moment céleste avec des nappes orchestrales et une chorale séraphique. Un noyau de réverbérations s'y trouve. Il projette ses rayons dans un décor lugubre assujetti par des nappes d'orgue patibulaires. L'eau continue de faire danser ses clapotis, chassant les éléments ténébreux afin de faire miroiter pour quelques secondes un dandinement sans doute égaré du séquenceur devenu tellement limpide dans cette finale.
C'est dans un esprit de fantaisie que s'ouvre "Clouddancing". Le séquenceur trace un ballant sourd qui se dandine dans les souffles d'un Mellotron hybride, soufflant son air précieux avec une vision bucolique. Une guitare infiltre ces ambiances avec des solos harmonieux qui chantent dans un univers tinté de clochettes. Épousant le dernier souffle de la six-cordes électrique, le synthé injecte des lamentations acérées qui sont comme un fil de rasoir entre nos oreilles. L'univers devient moiré des filets de voix auréolées d'un baume abscons qui enfoncent la musique dans une zone noire. Des tonnerres grondent et les vents cessent de façonner ces fascinantes intrigues ventées, amenant "Clouddancing" vers une 2ième phase animée par un fluide mouvement ascendant du séquenceur et de son rythme électronique courant et zigzagant sous un ciel noirci de vents, de voix et de cliquetis d'un univers parallèle qui a tous les éléments des sectes chthoniennes. "The old Forest" est un splendide titre qui possède tout le mysticisme de son sens. Qu'est-ce qu'une forêt sans pépiements d'oiseaux et de ces brises qui chatouillent son dense feuillage? Une guitare acoustique fait la conversation avec la nature qui lui répond avec les clapotis et le miroitement de ses cours d'eau. Une ombre sombre jette un voile occulte qui devient amplifié par les cris de corbeaux et par une douce avalanche de strates d'un Mellotron et de ses chants si mystérieux. Un bref passage ombrageux avant que les beautés de "The old Forest" ne reprennent ses droits. La couleur des tons de "Strange Lands", à tout le moins son introduction, nous ramène aux ambiances chthoniennes que sont les nombreux panoramas soniques du Berlin School rétro. Des nappes de voix et de brume flottent ici, alors que discrètement le synthé éparpille des airs étranges dans un massif magma de sons toujours en mouvement. Le chant des synthés semble annonciateur de jours meilleurs alors que l'ensemble des ambiances semblent pourtant s'épaissir et dominer les premiers instants d'une musique ténébreuse qu'un marécage semble contenir. La faune de ce marais pétille dans nos oreilles avec de bons échantillonnages, déplaçant la portée mystérieuse de ces ambiances vers une entrée souterraine où dansent lutins, Elfes noirs et orques de tous genres qu'un mouvement d’un séquenceur tente d'échapper avec une course fluide mais étouffée. Un délicieux Berlin School vintage! "Perihelion" conclut “Nhoohr” dans un tout autre registre. Le rythme est très entraînant sans voile ténébreux mais une belle enveloppe limpide qui amène la musique vers un rock électronique accrocheur qui pourrait servir aisément de rappel. En fait, c'est exactement sa portée sur “Nhoohr” qui est un superbe album de MÉ comme on aimait les découvrir à l'époque. L'édition de 250 copies vinyles est déjà épuisée et l'album sortira seulement qu'en téléchargement à la mi-février. Dommage! Vraiment dommage que la musique en soit rendue là!

Sylvain Lupari 14/01/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.