vendredi 11 janvier 2019

ASCENDANT: Particle Horizon (2017)

“Particle Horizon is a great album that will pleased fans of Chris Franke's sequencing patterns and of the musical visions of TD's soundtracks”
1 Luminescence 8:24
2 Gateway Aura 6:08
3 Edge of the Infinite 7:11
4 Zero-Crossing 5:58
5 Twilight Gap 6:02
6 Gardens of Light 7:19
7 Radiance 7:43
8 The Age of Acceleration 8:05
9 Taking the Void 8:37
10 The Particle Horizon 8:16

Synphaera Records | SYN10 (CD/DDL 73:44)
(New Berlin School)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
A Los Angeles duo consisted of Chris Bryant and Don C. Tyler, we heard one of their compositions (Black Flowers) in the Greenosophy Chapter II compilation from the
Ultimae Records label, Ascendant has a solid background in the world of electronic music. Both musicians are involved in various projects, either as musicians or at different levels of production. “Particle Horizon” is a third album on Synphaera Records, an American label which seems to offer very nice productions inspired by the Berlin School or by the ambient cosmic rock. Two genres that are at the heart of this album whose 10 tracks are flowing following this vision of ambient rhythm, and especially very melodious, which are mainly animated by multiline of sequencers in Black Flowers. From the outset, I have to tell you that I really loved this album! Complex since the model of rhythm proposed is structured on formulas of rhythmic centipedes which disintegrate in order to form groups more harmonic, when not convoluted, and which entangle in a tonal universe that Ascendant adorns with swarms of crystalline arpeggios which tinkle and sparkle in the furrow of these rhythms. Cosmic effects, streaks of shooting stars as well as percussive effects and creeping bass lines infuse a little bit of the psybient universe fantasies and its derivatives of floating rhythms, into intriguing carcasses of tones and sounds effects.
"Luminescence" doesn't waste time to show us what will be the 74 minutes of “Particle Horizon”. A swarm of arpeggios escapes the ascent of an anesthetic layer, releasing a rhythmic melody stigmatized in the flight of a dragonfly. Another melody emerges. More invasive this time, she adopts the shadow of the rhythm with beautiful cooing and other paradisiacal songs rolling in loops. A bass line adds a dramatic weight to this opening, as do percussion effects stifled in some prism, reminding us that the psybient universe still breathes in the maneuvers of Ascendant. It's at this moment that the sequencer releases a compact mass of sequenced keys which hop on the spot with an incredible sonic precision. A small ambient passage and the title breathes again on a rhythmic structure livelier but always retained in a stationary state. What skips first is this musical and tonal promiscuity between the Los Angeles duo and a certain German trio who drew the parameters of a more harmonious Berlin School-style EM at the end of the 80's. Added to these lines of crawling bass with a psybient vision educated in the
Ultimae Records mold and we have a refreshing thing which seduces title in title. "Gateway Aura" follows with an equally nebulous intro where hang oblong dying riffs in the tart colors of Tangerine Dream. We can't pass aside! The similarities are so obvious and so abundant that not talking about it would hurt my credibility. There are not just these elements of ambiences which correspond to them, the rhythms too. That of "Gateway Aura" gallops into cosmos with fine nuances in the colors and the oscillations, weaving in fact an earworm with its harmonic propensity. Rampant like a snake full of vices, the bass line does its job by deflecting the first axis of rhythm to another livelier phase by the accumulation of an armada of sequences whose purpose is to structure a rhythm slightly removable. We walk here between Firestarter and Wavelength. And I would say the same thing about "Edge of the Infinite" which starts crumbling chords which stroll in a desert cultivated of Tangerine Dream's protein-tone vitamins. The structure of rhythm flows while subdividing its core which is moored to sober pulsations, thus giving an approach a little more of the cosmic rock genre. The color of the tones as well as the sound aesthetic, the great strength of Particle Horizon make this title particular which refuses all harmonic compromise. "Zero-Crossing" relies on the spheroidal movement of the sequencer to build a rhythmic approach that remains the main harmonious attraction of this title invaded by a mass of video game sounds.
"Twilight Gap" is a more atmospheric title with filaments of sequenced rhythms which break through a great wall full of obstacles, like a sonic centipede and its strange zigzags which come and go with fascination. Speaking of fascination, "Gardens of Light" is one of the easiest titles to assimilate in this album. The ambiances and the jeremiad of the stars à la Wavelength on a bed of nervous sequences, jumping with a captivating cohesion in the agitated tumult, are weaver of musical itches' elements. Closer to the roots of a cosmic psybient, "Radiance" also proposes this structure where the legs of duck giggle frantically while the palmiped shows its passive phlegm. If one likes sequences which bone out their tones on a conveyor on which is missing a check mark, tell yourself that "The Age of Acceleration" respects the meaning of its title with accelerated lines of a rhythm which breathes the passivity of psybient vibes with these felted percussions and this heavy bass line which invades the listening. A slight point of comparison can be made with the melodious cooing of "Luminescence". "Taking the Void" covets this conveyor but in a speed-oriented approach. I would say that at this point, blinking rhythms like glass beads in each centipede membrane can become aggressive. It's for this reason that we must refocus our ears on the illuminated cosmic setting of “Particle Horizon”. In addition to this lunar haze and its celestial curtain of mist, the stars sing and the celestial bodies appear in different tonal forms in the soundscape of the 74 minutes of this 3rd album of Ascendant. The American duo completes this fusion between cosmic rock and these sound elements which flirt with the more contemporary borders of its decor. Like this frank and well-drawn rhythm of the title track which is a pure Berlin School, without the harmonies and the synth solos. A great absent from this album that will certainly please fans of structures built around sequencers than of synths and their solos, although their effects are also ubiquitous.
I enjoyed the discovering of Ascendant music. As long as I asked for the latest album entitled Meridian. The sound and musical aesthetics are high level and I loved the play of the sequencers and those rhythmic swarms which subdivide themselves in order to create parallel rhythmic movements rolling at different speeds while sharpening melodic rhythms which flow and roll in a lunar scenery that can be associated to the music of Wavelength, or other soundtracks of Tangerine Dream, I think of Firestarter or Flashpoint. Sometimes I like to think that Chris Bryant and Don C. Tyler attended Chris Franke School as the similarities are so obvious. A very nice discovery!
Sylvain Lupari (January 11th, 2019) *****

synth&sequences.com
Available at Synphaera Records' Bandcamp
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Un duo de Los Angeles composé de Chris Bryant et de Don C. Tyler, on a pu entendre une de leurs compositions (Black Flowers) dans la compilation Greenosophy Chapter II du label Ultimae Records, Ascendant possède un solide background dans l'univers de la musique électronique. Les 2 musiciens sont impliqués dans divers projets, soit en tant que musiciens ou à différents niveaux de production. “Particle Horizon” est un 3ième album sur Synphaera Records, un label américain qui semble offrir de très belles productions inspirées par le Berlin School ou le rock cosmique ambiant. Deux genres qui sont au cœur de cet album dont les 10 titres coulent en suivant cette vision de rythme ambiant, et surtout très mélodieux, qui sont principalement animé par des multilignes de séquenceurs de Black Flowers. D'entrée de jeu, je vous dis que j'ai adoré cet album! Complexe, mais pas trop, et harmonieuse, sans verser dans le New Age facile, la musique de cet album est assez facile à apprivoiser. Complexe puisque le modèle de rythme proposé est structuré sur des formules de centipèdes rythmiques qui se défont afin de former des groupuscules plus harmoniques, lorsque pas alambiqués, et qui s'enchevêtrent dans un univers tonal qu'Ascendant orne d'essaims d'arpèges cristallins qui tintent et pétillent dans le sillon de ces rythmes. Des effets cosmiques, des stries d'étoiles filantes ainsi que des effets percussifs et des lignes de basses rampantes insufflent un léger brin des fantaisies de l'univers psybient, et de ses dérivés de rythmes flottants, dans d'intrigantes carcasses de sons et d'effets sonores.
"Luminescence" ne perd pas de temps pour nous montrer de quoi seront constituées les 74 minutes de “Particle Horizon”. Un essaim d'arpèges échappe à l'ascension d'une nappe anesthésiante, libérant une mélodie rythmique stigmatisée dans le vol d'une libellule. Une autre mélodie émerge. Cette fois-ci plus envahissante, elle épouse l'ombre du rythme avec de beaux roucoulements et autres chants paradisiaques roulant en boucles. Une ligne de basse ajoute un poids dramatique à cette ouverture, de même que ces effets de percussions étouffés dans du prisme, nous rappelant que l'univers du psybient respire encore dans les manœuvres d'Ascendant. C'est à ce moment que le séquenceur libère une masse compacte d'ions séquencés qui sautillent sur place avec une incroyable précision sonore. Un petit passage ambient et le titre respire de nouveau sur une structure rythmique plus vive mais toujours retenue dans un état stationnaire. Ce qui saute en premier est cette promiscuité musicale et tonale entre le duo de Los Angeles et un certain trio Allemand qui a tracé les paramètres d'une MÉ du style Berlin School plus harmonieuse à la fin des années 80. Ajouté à cela ces lignes de basse rampantes avec une vision psybient éduquée dans le moule Ultimae Records et nous avons un truc rafraichissant qui séduit de titre en titre. "Gateway Aura" suit avec une intro tout aussi nébuleuse où traînent d'oblongs riffs agonisants aux couleurs acariâtres de Tangerine Dream. On ne passera pas à côté! Les ressemblances sont trop évidentes et tellement abondantes que de ne pas en parler nuirait à ma crédibilité. Il n'y a pas juste ces éléments d'ambiances qui y correspondent, les rythmes aussi. Celui de "Gateway Aura" galope dans le cosmos avec de fines nuances dans les couleurs et les oscillations, tissant en fait un ver-d'oreille avec sa propension harmonique. Rampante comme un serpent plein de vices, la ligne de basse fait son job en faisant dévier le premier axe de rythme vers une autre phase plus vive de par l'amoncellement d'une armada de séquences dont le but est de structurer un rythme ambiant légèrement amovible. On se promène ici entre Firestarter et Wavelength. Et je dirais la même chose de "Edge of the Infinite" qui débute en émiettent des accords flânant dans un désert protéiné des vitamines tonales de Tangerine Dream. La structure de rythme coule tout en subdivisant son noyau qui s'amarre à de sobres pulsations, donnant ainsi une approche un peu plus du genre rock cosmique. La couleur des tons ainsi que l'esthétisme sonore, la grande force de “Particle Horizon” rendent ce titre particulier qui refuse tout compromis harmonique. "Zero-Crossing" s'appuie sur le mouvement sphéroïdal du séquenceur afin de construire une approche rythmique qui reste le principal attrait harmonieux de ce titre envahit par une masse de sons de jeu vidéo.
"Twilight Gap" est un titre plus en mode ambiances avec des filaments de rythmes séquencés qui déboulent une grande muraille pleine d'obstacles, comme un centipède sonique et ses étranges zigzags qui vont et viennent avec fascination. Parlant fascination, "Gardens of Light" est un le titre le plus facile à assimiler dans cet album. Les ambiances et les jérémiades des étoiles à la Wavelength sur un lit de séquences nerveuses, sautant avec une captivante cohésion dans le tumulte agité, sont des éléments tisseurs de démangeaisons musicales. Plus près des racines d'un psybient cosmique, "Radiance" propose aussi cette structure où les pattes de canards gigotent frénétiquement alors que le palmipède garde son flegme passif. Si on aime les séquences qui se décarcassent le ton sur un convoyeur auquel il manque un coche, dites-vous que "The Age of Acceleration" respecte le sens de son titre avec des lignes accélérées d'un rythme qui respire la passivité du psybient avec ces percussions feutrées et cette lourde ligne de basse qui envahit l'écoute. Un léger point de comparaison peut se faire avec les roucoulements mélodieux de "Luminescence". "Taking the Void" convoitise ce convoyeur mais dans une approche axée sur la vitesse. Je dirais qu'à ce stade-ci, les rythmes clignotants comme des billes de verre dans chaque membrane d'un centipède peuvent devenir des éléments agressants. C'est pour cette raison qu'il faut recentrer nos oreilles sur le décor cosmique très illuminé de “Particle Horizon”. Outre cette brume lunaire et son rideau de bruine céleste, les étoiles chantent et les astres se pointent sous différentes formes tonales dans le panorama sonore des 74 minutes de ce 3ième album d'Ascendant. Le duo américain peaufine à merveille cette fusion entre le rock cosmique et ces éléments sonores qui flirtent avec les frontières plus contemporaines de son décor. Comme ce rythme franc et si bien dessiné de la pièce-titre qui est un pur Berlin School, sans les harmonies et solos de synthé. Un grand absent de cet album qui plaira assurément aux amateurs de structures construites plus autour des séquenceurs que des synthés et de leurs solos, quoique leurs effets soient aussi omniprésents.
J'ai bien aimé découvrir la musique d'Ascendant. Tant que j'ai demandé le dernier album Meridian. L'esthétisme sonore et musical sont de haut niveau et j'ai adoré le jeu des séquenceurs et des essaims rythmiques qui se subdivisent afin de créer des mouvements rythmiques parallèles qui roulent à différentes vitesses tout en aiguisant des rythmes mélodiques qui coulent et roulent dans un décor lunaire que l'on peut associer à la musique de Wavelength, ou à d'autres bandes sonores de Tangerine Dream, je pense à Firestarter ou Flashpoint. Des fois j'aime penser que Chris Bryant et de Don C. Tyler ont fréquenté l'École Chris Franke tant les ressemblances sont évidentes. Une belle découverte!

Sylvain Lupari 11/01/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.