mercredi 16 janvier 2019

ANDY PICKFORD: Objects & Expressions II (2018)

“The music is made in the flesh and bones of the first volume with a bunch of titles exploring the many visages of Electronica”
1 Distant Place 7:27
2 Blown Away 8:16
3 Freedom 6:34
4 Elipse 6:12
5 Maniac 6:19
6 Fly 7:13
7 Prism 8:33
8 Believe 6:59
9 What You Leave Behind 5:14

Andy Pickford Music (DDL 62:49)
(Electronica)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
The radiations of a strange organic gurgling hang in the air while "Distant Place" installs its rhythmic base with a sustained pulsation. Ghostly voices effects, like in Binar, float through this mass of rhythms now composed of this filament of stroboscopic sequences and some sober electronic percussions. Keyboard riffs support this tempo which gets increase with the presence of a bass line as voracious as the palpitations emitted by the sequencer. A pop music singer performs a melody part which is supported by a choir of spectral voices. A guitar comes later, to launch harmonic solos, nailing "Distant Place" in its approach of electronic rock weighing and lively. Released 1 month later, “Objects & Expressions II” remains in the same way as the first volume. AP offers a nice brochette of titles which all have a little something, even those which seem to us unattractive at a first listen. Hold on, we will end to like them all…
"Blown Away" follows with an Electronica pattern and a rhythmic structure that goes from a down-tempo, and its notes of keyboards which freeze with a rather lunar harmonic design, and a solid up-tempo nervous and very well-fed percussion and sequences which like to sound as a hail of bullets. The many sound effects, including vocals, stay very effective while the bass line is also ravaging with a fluid move. "Freedom" is this kind of title that screws us to our emotions. The rhythm is slow and twirls like a beautiful slow with pulsations, echoes of them and some sober percussions. The arrangements are sewn into seraphic lace with a celestial chorus which enchants and a few bows on a very discreet cello. Everything is hyper harmonious and seems just as hyper fragile, even when the pace accelerates our pulse and a guitar adds a little more weight. Rose bonbon music impossible to not like! We are in the melodic and romantic phase of “Objects & Expressions II” with another splendid ballad; "Ellipse". This time the rhythm is more animated, like a cosmic down-tempo, with violins whirling all around our senses and an electronic melody which makes twirl its belt of sequences in spheroidal mode. Arpeggios sing under the orchestrations, like a keyboardist alone under a shower of prism. "Maniac" reminds us that romance is far behind with a heavy and powerful lead rhythm that turns fiercely. A frenetic and hyper jerky rhythm stuffed with riffs and fed by percussions as hungry as our feet can tolerate. "Fly" is a hyper-ballad well catching and especially very melodious. The decor is still lunar with a hobbling rhythm in a context of electro-cosmic which spits good solos synth. "Prism" is rather in the synth-pop genre with the artifices of the 90's while "Believe" is the kind of ambient-house with a ritornello of arpeggios always melodious and voices effects which are much present in this sequel to Objects & Expressions I. Effects which are also present in "What You Leave Behind" which oscillates between a down-tempo and a slow for Zombies that are replete. This kind of slow beat spins in an electronic setting where rock, stars and an Electronica not always easy to identify make such as good union as in the first part of Andy Pickford's newest sonic saga.
Sylvain Lupari (January 16th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Andy Pickford's Bandcamp
===============================================================================
                                          CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Les radiations d'un étrange gargouillis organique traînent dans les airs tandis que "Distant Place" installe sa base rythmique avec une pulsation soutenue. Des effets de voix fantomatiques, genre Binar, flottent à travers cette masse de rythmes composée maintenant de ce filament de séquences stroboscopiques et de sobres percussions électroniques. Des riffs de clavier appuient ce tempo qui s'alourdit avec la présence d'une ligne de basse aussi vorace que les palpitations émises par le séquenceur. Un chanteur de pop music assure une partie mélodie qui est appuyée d'une chorale de voix spectrales. Une guitare s'amène par la suite, afin de lancer des solos harmoniques, clouant "Distant Place" dans son approche de rock électronique pesant et vivant. Paru 1 mois plus tard, “Objects & Expressions II” reste dans la même voie que le premier volume. AP offre une belle brochette de titres qui ont tous un petit quelque chose, même ceux qui nous semble à la première écoute peu intéressant.
"Blown Away" suit avec un pattern Électronica et une structure de rythme qui passe d'un down-tempo, et ses notes de claviers qui se figent avec un dessein harmonique plutôt lunaire, et un solide up-tempo bien nerveux et très bien alimenté par des percussions et des séquences qui aiment jouer de la mitraille. Les moult effets sonores, notamment de voix, restent très efficaces alors que la ligne de basse fait aussi ses ravages avec un mouvement fluide. "Freedom" est ce genre de titre qui nous visse à nos émotions. Le rythme est lent et tournoie comme un beau slow avec des pulsations, ses échos et quelques sobres percussions. Les arrangements sont cousus dans de la dentelle séraphique avec un chœur céleste qui ensorcèle et quelques coups d'archets bien discrets sur un violoncelle. Tout est hyper harmonieux et semble tout autant hyper fragile, même lorsque le rythme accélère notre pouls et qu'une guitare ajoute un peu plus de poids. Du rose-bonbon impossible de honnir! Nous sommes dans la phase mélodique et romantique de “Objects & Expressions II” avec une autre splendide ballade; "Elipse". Cette fois-ci le rythme est plus animé, genre down-tempo cosmique, avec des violons qui tournoient tout autour de nos sens et une mélodie électronique qui fait tournoyer sa ceinture de séquences en mode sphéroïdale. Des arpèges chantent sous les orchestrations, comme un claviériste seul sous une pluie de prisme. "Maniac" nous rappelle que la romance est bien loin derrière avec un rythme de plomb lourd et puissant qui tourne avec férocité. Un rythme frénétique et hyper saccadé bourré de riffs et nourri par des percussions aussi affamées que nos pieds peuvent tolérer. "Fly" est une hyper-ballade bien contagieuse et surtout très mélodieuse. Le décor reste toujours lunaire avec un rythme boitillant dans un contexte d'Électro-cosmique qui crache de bons solos de synthé. "Prism" fit plutôt dans le genre synth-pop et ses artifices des années 90 alors que "Believe" est du genre ambient-house avec une ritournelle d'arpèges toujours bien mélodieux et des effets de voix qui sont en force dans cette suite à Objects & Expressions I. Des effets qui sont également présents dans "What You Leave Behind" qui oscille entre du down-tempo et un slow pour Zombies repus tournoyant dans un décor électronique où le rock, les étoiles et l'Électronica pas toujours facile à identifier font un aussi bon mariage que dans le premier volet de cette dernière saga sonique d'Andy Pickford.

Sylvain Lupari 16/01/19

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.