vendredi 7 décembre 2018

ROBERT SCHROEDER: Spaceland (2018)

“From start to end this Spaceland is Robert Schroeder's best album since a good while. Period!”

1 Space Discovery 12:07
2 Dream Garden 6:41
3 Terraforming 9:14
4 Ozone 6:19
5 Mineral Extractor 5:32
6 Upcoming Life 4:34
7 Dream Garden Ext 11:45
8 Transmission 13:12

Spheric Music ‎| SMCD-2039 (CD 69:28)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
Already a 39th solo album, yes he also made albums in duet with Double Fantasy which later became Food For Fantasy, for Robert Schroeder! And what this “Spaceland” is made of? It's not "Space Discovery" that gives us the answer! Slow footsteps, a fence that is opened by hurting its hinges. The doors of the cosmos open with a sound explosion that lets its reverberations spread a trail of cosmic fog. "Space Discovery" puts us immediately in the vibes of “Spaceland”! With sound effects always very stylized, chimes brewed by a gentle caress and synth solos always bursting with futuristic saxophone tones; Schroeder's signature shine of its thousand sonic fires in an introduction worthy of an interplanetary tale. The solos extricate themselves from synths, always ahead of their time, and groan with songs that stretch their laments in hoarse voice effects or long acrobatic twists. The multiplicity of solos and synth effects here are as tasty as they are poisonous to my ears. If the synths are charming, hushed beats and percussive chords are just as much. They blow a smooth and floating cadence adjusted by torn sequences between rhythm and harmonies. This structure reinterprets a Berlin School that we heard moons ago. In fact, the movement of the sequencer is lunar, even if painted of a modern touch, and that puts a little life at our feet. The chthonic voices are penetrating, mesmerizing whereas this voice of an Elf of the Enchanted Woods groans to make us dream in this musical setting that gradually deviates to a phase of Chill Out, then Space Rock with strong percussive effects, shivering riffs and staccato voice effects which always reminds us that one should never takes anything for granted in the world of Robert Schroeder. The musician of Aachen likes to surprise his public by transiting between the different periods and especially the styles that he deepened, and even initiated, during his impressive career. But the common thread is good and we already know that the other 7 titles of “Spaceland” will be at our expectations. And no, "Space Discovery" is far from representative of the next 58 minutes! The mechanical fog and the remaining voices pull the finale towards the fascinating special effects of "Dream Garden" opening. Two lines of percussive sequences trace a haunting pattern where the modern and the retro merge into an opening built on relationships between different percussion approaches. One plunges easily into the fantasies of the German musician here with this vision of the intergalactic Caribbean. Fog and synth solos in mode celestial song deepening the fields of charm of this title whose percussions dominate throughout the 7 minutes. This rhythm of cosmic feast evaporates in the atmospheres of astral contaminations which ignite the first 4 minutes of "Terraforming". The introduction is intense with an opaque nebulous haze where dull knocks pulsate and where synth solos float whose astral chants drift in a zone petrified by a radioactive mass of sound. These atmospheres move gradually towards a delicate lunar ballad with charming riffs. This title evolves fairly quickly for its 9 minutes with a short approach of the kind up-tempo before returning to the ashes of its opening.
"Ozone" follows with a similar approach. This time, they are riffs of sequences that gambol lovingly in a much more oneiric context. Synth layers spread a comfortable anesthetic mist and brief incomplete arias. Percussive effects still hang in the scenery of “Spaceland” and they animate the structure of "Ozone" which goes to a sweet mid-tempo where the melody hangs even more with thin lines of seraphic voices. This 39th opus of Robert Schroeder scrolls in a beautiful musical tale without interruption. Each bridge between the 9 titles is thus decorated with meticulousness, plunging the listener into a world of sound discoveries. This is how "Mineral Extractor" is prepared! The impression of being in a cave is omnipresent with these pulsations whose echoes resound in the seeps of the walls. Percussive riffs soaked with white noises whirl deliciously between my speakers, nourishing my listening room with a contemplative richness. This brief incarnation of rhythm may last for a few breaths that I'm still under the spell when muffled beats, in mode Techno for sleeping souls, are also extinguished in a lunar sky where sparks an ambient melody which plunges my dreams in the beautiful "Upcoming Life". This charming moon lullaby presents astral songs that match their emotions with the very Bohemian synth of the one who gave us the imposing Harmonic Ascendant in 1979. Gently, this lullaby illuminated by the caress of the arpeggios in glass goes off in a dried snap (I also jumped here) in order to plunge us in the splendid universe of "Dream Garden Ext" and in the last stretch of “Spaceland”. We enter here in the period that many are fond of; the Berlin School style of the early 80's where Schroeder aligned jewels which have marked those years. Reverberant waves, sound crashes, organic and/or whimsical woods sequences, symphonic percussions and other sound effects of impressive quality; "Dream Garden Ext" progresses in a world haunted by remarkable percussive effects. The synth sharpens sonic blades which cut out the atmosphere while the rhythm follows a form of hip-hop which waddles in a strange forest of sounds. This rhythm becomes more fluid. Always remaining in the parameters of the Berlin School, it defines a similarly melodic approach that charms under immense layers of chthonic voices. Evolutionary, the movement forces a good electronic rock copiously sprinkled with solos with tones unique to Robert Schroeder. "Transmission" ends this album in splendor with a heavy and incisive movement that welcomes solos and a sweet melody whistled by a synth with multiple creative functions. "Transmission" finishes in cosmic mist banks, concluding without a doubt one of Robert Schroeder's best albums since a good while.
Sylvain Lupari (December 7th, 2018) ****½*

synth&sequences.com
Available at Spheric Music
===============================================================================
                                 CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Déjà un 39ième album solo, oui il a aussi fait des albums en duo avec Double Fantasy qui est devenu par la suite Food For Fantasy, pour Robert Schroeder. Et de quoi est fait ce “Spaceland”? Ce n'est pas "Space Discovery" qui nous donne la réponse! Des bruits de pas lents, une clôture qu'on ouvre en faisant souffrir ses gonds. Les portes du cosmos s'ouvrent avec une explosion sonore qui laisse ses réverbérations répandre une trainée de brouillard cosmique. "Space Discovery" nous place tout de suite dans les ambiances de “Spaceland”! Avec des effets sonores toujours très stylisés, des carillons brassés par une douce caresse et des solos de synthé toujours gorgés de ces tonalités de saxophones futuristes; la signature Schroeder resplendie de ses milles feux sonores dans une introduction digne d'un conte interplanétaire. Les solos s'extirpent de synthés, toujours en avant de leurs temps, et s'égosillent avec des chants qui étirent leurs complaintes dans des effets de voix éraillées ou encore de longues torsades acrobatiques. La multiplicité des solos et des effets de synthé ici est aussi savoureuse qu'hautement toxique pour mes oreilles. Si les synthés sont de charme, les battements feutrés et les accords percussifs le sont tout autant. Ils soufflent une cadence douce et flottante ajustée par des séquences déchirées entre le rythme et les harmonies. Cette structure reluque un Berlin School que l'on a entendu il y a des lunes, en fait le mouvement du séquenceur est lunaire, même peinte d'une approche moderne, et qui met un peu de vie à nos pieds. Les voix chthoniennes sont pénétrantes, envoûtantes alors que cette voix d'Elfe des bois enchantés gémit à faire rêver dans ce décor musical qui graduellement dévie vers une phase de Chill Out, puis de Space Rock avec de solides effets percussifs, des riffs chevrotants et des effets de voix en staccato qui nous rappelle toujours qu'il ne faut jamais prendre rien pour acquis dans l'univers de Robert Schroeder. Le musicien d'Aachen aime surprendre son public en transitant entre les différentes époques et surtout les styles qu'il a approfondis, et même initiés, au fil de son impressionnante carrière. Mais le fil conducteur est bon et on sait déjà que les 7 autres titres de “Spaceland” seront à la hauteur. Et non, "Space Discovery" est loin d'être représentatif des 58 prochaines minutes! Le brouillard mécanique et des restants de voix traînent la finale vers les fascinants effets spéciaux de l'ouverture de "Dream Garden". Deux lignes de séquences percussives tracent une envoûtant pattern où le moderne et le rétro fusionnent dans une ouverture construite sur des rapports entre différentes approches de percussions. On plonge aisément dans les fantaisies du musicien Allemand ici avec cette vision des Caraïbes intergalactiques. De la brume et des solos de synthés en mode chants célestes approfondissent les champs de charme de ce titre dont les percussions dominent tout au long des 7 minutes. Ce rythme de fête cosmique s'évapore dans les ambiances de contaminations astrales qui embrasent les 4 premières minutes de "Terraforming". L'introduction est intense avec une opaque brume nébuleuse où pulsent des cognements sourds et où flottent des solos de synthé dont les chants astraux dérivent dans une zone pétrifiée par une masse sonore radioactive. Ces ambiances se déplacent peu à peu vers une délicate ballade lunaire avec des riffs charmeurs. Ce titre évolue assez rapidement pour ses 9 minutes avec une courte approche du genre up-tempo avant de revenir sur les cendres de son ouverture.
"Ozone" suit avec une approche similaire. Cette fois-ci, ce sont des riffs de séquences qui gambadent amoureusement dans un contexte nettement plus onirique. Les nappes de synthé dégagent une confortable brume anesthésiante ainsi que de brèves arias incomplètes. Des effets percussifs traînent toujours dans les décors de “Spaceland” et ils animent la structure de "Ozone" qui file vers un doux mid-tempo où la mélodie accroche encore plus avec des filets de voix séraphiques. Ce 39ième opus de Robert Schroeder défile en un beau conte musical sans interruption. Chaque pont entre les 9 titres est ainsi décoré avec minutie, plongeant l'auditeur dans un univers de découvertes sonores. C'est de cette façon que se prépare "Mineral Extractor"! L'impression d'être dans une grotte est omniprésente avec ces pulsations dont les échos résonnent dans les suintements des parois. Des riffs percussifs imbibées de bruits blancs tournoient délicieusement entre mes haut-parleurs, nourrissant ma pièce de musique d'une richesse contemplative. Cette brève incartade de rythme a beau durer le temps de quelques respirations que j'en suis toujours sous les charmes lorsque des battements sourds, en mode Techno pour âmes dormeuses, s'éteignent aussi dans un ciel lunaire où scintille une mélodie ambiante qui plonge mes rêves dans le très beau "Upcoming Life". Cette belle berceuse lunaire présente des chants astraux qui jumellent leurs émotions avec le synthé très Bohème de celui qui nous a donné l'imposant Harmonic Ascendant en 1979. Doucement, cette berceuse illuminée par la caresse des arpèges en verre s'éteint dans un claquement sec (j'ai d'ailleurs sursauté ici) afin de nous plonger dans le splendide univers de "Dream Garden Ext" et dans le dernier droit de “Spaceland”. On entre ici dans la période que plusieurs affectionnent; le style Berlin School du début des années 80 où Schroeder alignait des joyaux qui ont qui ont marqué ces années. Ondes réverbérantes, fracas sonores, séquences organiques et/ou de bois fantaisistes, percussions symphoniques et autres effets sonores d'une impressionnante qualité; "Dream Garden Ext" progresse dans un univers tarabusté par de remarquables effets percussifs. Le synthé aiguise des lames soniques qui découpent les ambiances alors que le rythme épouse une forme de hip-hop qui se dandine dans une étrange forêt de sons. Ce rythme devient plus fluide. Restant toujours dans les paramètres du Berlin School, il définit une approche tout autant mélodique qui charme sous d’immenses strates de voix chthoniennes. Évolutif, le mouvement force un bon rock électronique copieusement arrosé de ses solos aux tonalités unique à Robert Schroeder. "Transmission" conclut cet album en splendeur avec un mouvement ascendant lourd et incisif qui accueille des solos et une très belle mélodie sifflotée par un synthé aux multiples fonctions créatives. "Transmission" fini dans des bancs de brume cosmique, concluant sans aucun doute un des meilleurs albums de Robert Schroeder depuis un bail.

Sylvain Lupari 07/12/18 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.