mercredi 14 novembre 2018

SPYRA: Dunst (2018)

“A true feast for the ears, Spyra has just raised the art of EM at a very high level with Dunst”
1 Trias 12:10
2 Dunst 10:32
3 Frozen Fountain 9:28
4 Altekunst 12:47
5 Staub Part II 10:59
6 Tangible 15:36

Groove Unlimited-GR-256 (CD 71:41)
(Sequencer-based style Berlin School)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
It's by waves coming from the sonic West that "Trias" sets up the rhythmic parameters of “Dunst”. Propelled by a surge of intensity from the metallic woosh and waash, this ambient and dreamlike opening switches for a polyphase rhythm that is fed with jerks. A mesh of percussions, percussive effects and lines of sequences with hues as diversified as their rhythmic direction are grafted to these multiple spasmodic breaks while above, a wave wobbles and sings alone. These multiple lines of sequences and pinches of percussions flirt with a fusion between a technoid approach a la Spyra and a heavy sedentary electronic rock fed by a plethora of sound effects that respect the infinite borders of synths and of these making sounds machines. And if a less intense phase comes up, it's to create a kind of breakdance with an armada of percussive effects and percussions which are doing dancing tap before the rich sound fauna reinstates its jewelry, including sequences a bit organic. "Trias" paves the way to the other 5 structures whose musical and sound promiscuities open our ears to a fascinating universe that can only belong to Wolfram der Spyra. It took almost four years for the Eschwege musician to reopen Staub's borders. And this time, Spyra attacks our hearing with a striking album built on rhythmic crossroads where sequences and electronic percussions fill a universe that would be as obscure as Staub's. The title track begins a little on the premise of "Trias", except that the rhythm that feeds most of its 10 minutes is eyeing a more technoid approach with muffled pulsations that plasticize a leaping dance approach. Jerking and jumping like kicks of horses attacked by a wasp's nest, the sequences remain vivacious and incisive. The synth pads invade this more rebellious structure and when "Dunst" touches an ambiospherical phase, the electronic percussions modeled on Mojave Plan (Tangerine Dream's White Eagle album) and Metal on Metal (Kraftwerk's TEE) redirects the pace into a lighter phase.
"Frozen Fountain" opens with a music sculpted in the anesthetic scents of Klaus Schulze's Mirage. Mirroring like limpid drops in a crystal universe, these drops of rhythm forge a stationary cadence that displays the colors of Spyra with a complex approach that combines lightness and intensity in the tones and permutations of the phases. Light, since chords flutter like chimes related to the frivolity of sonic snowflakes. Intense, because other chords are waltzing with a graver reflect while espousing the light step of those more limpid arpeggios. Another line of sequences rises without stopping, and without reaching its point of explosion, giving a magnetic resonance pattern to the spheroidal ballet of "Frozen Fountain". While streaks shear the sound ceiling, other more vivid sequences, dancing like scissors on a silvery hair, give another dimension to these sequencer movements that shimmer and twirl in slightly swirling breezes. The jingles, as well as the softer passages, got hypnotizing me and tied me to my earphones. This is the kind of title that can be played in a loop while there is always an element of charm that emerges from nowhere. And especially that "Altekunst" adopts this scheme, but in a more ethereal approach. At least its opening, since its 2nd part offers a keen and heavier structure. It's a fluid upward movement from the sequencer that gives this rhythmical momentum a little after the 5 minutes bar. A very Berlin School movement that awakens a pool of more aggressive sequences in their tonal colors. These tones shimmer between resonant and organic colors, while the percussions nourish the greed of saccades that rediscover a new decor with good sound effects. "Staub Part II" shows all the differences between Staub and “Dunst”. The violence in the tones as well as the distorted gurgles which are distortion diffusers guide the drifting layers and the rhythm towards a heavy and seductive approach of Berlin School surrounded by sounding butterflies that flutter with their radiant colors. After an opening full of sibylline breezes, "Tangible" offers a heavy but lively sequencer movement that plays with its nuances and phase changes in a setting where the spectral harmonies offer themselves a feast of sequences that oscillate breathlessly. Disrupted by short phases of ambient elements, the rhythm plays with its impulses to feign strength and delicacy in a sound context sometimes noisy.
A feast for the ears, “Dunst” offers an EM built on unthinkable routes of rhythms forged by the multiple facets of a sequencer, and its innumerable mathematical probabilities, and electronic percussion. In fact, Spyra has just raised the art of EM at a very high level. In my mind, this is where a progressive vision of EM should be now. Despite the chaos of these polyrhythmic structures, a perfume of musicality emanates from the 72 minutes of this excellent album. What I retain the most is the color of its sequences whose tints radiate and rage in patterns where the lack of cohesion suddenly becomes synonymous with synchronicity. I speak very little of the atmospheres ... Swept by a stormy sequencer and electronic percussions, they are consistent of the levels reached in Staub. Which is not nothing, too! In the end, here is an excellent album that can order a few listens, but this patience will be rewarded in 1000 ways!
Sylvain Lupari (November 14th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available at Groove nl
===============================================================================
                                          CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

C'est par des ondes venant de l'Ouest sonique que "Trias" établit les paramètres rythmiques de “Dunst”. Propulsé par un élan d'intensité des woosh et waash métalliques, cette ouverture ambiante et onirique permute en un rythme polyphasé qui est nourri de saccades. Un maillage de percussions, d'effets percussifs et des lignes de séquences aux teintes aussi diversifiées que leur direction rythmique se greffent à ces multiples cassures spasmodiques alors qu'au-dessus, une onde vacille et chante en solitaire. Ces multiples lignes de séquences et ces percussions flirtent avec une fusion entre une approche technoïde à la Spyra et un lourd rock électronique sédentaire nourri par une pléthore d'effets sonores qui respectent les frontières de l'infini des synthés et de ces machines à faire des sons. Et si une phase moins intense s'amène, c'est pour instituer un genre de breakdance avec une armada d'effets percussifs et de percussions qui danse des claquettes avant que la riche faune sonore réinstaure ses bijoux, notamment des séquences un brin organique. "Trias" pave la voie à 5 autres structures dont les promiscuités musicales et sonores ouvrent nos oreilles à un fascinant univers qui ne peut qu'appartenir à Wolfram der Spyra. Cela aura pris près de 4 ans pour que le musicien natif d'Eschwege réouvre les frontières de Staub. Et cette fois-ci Spyra attaque de plein fouet notre ouïe avec un percutant album construit sur des carrefours rythmiques où séquences et percussions électroniques meublent un univers qui serait aussi obscure que celui de Staub. La pièce-titre débute un peu sur la prémices de "Trias", sauf que le rythme qui nourrie la majorité de ses 10 minutes lorgne vers une approche plus technoïde avec de sourdes pulsations qui plastifient une approche de danse bondissante. Saccadées et sautant comme des ruades de chevaux attaqués par un nid de guêpe, les séquences restent vives et incisives. Les nappes de synthé envahissent tant bien que mal cette structure plus rebelle et lorsque "Dunst" touche une phase ambiosphérique, des percussions calquées sur le modèle de Mojave Plan, (album White Eagle de Tangerine Dream) et Metal on Metal (TEE de Kraftwerk) redirige le rythme vers une phase plus légère.
"Frozen Fountain" s'ouvre avec une musique sculptée dans les parfums anesthésiants du Mirage de Klaus Schulze. Miroitant comme des gouttes limpides dans un univers de cristal, ces gouttes de rythme forgent une cadence stationnaire qui affiche les couleurs de Spyra avec une approche complexe et qui unit légèreté et intensité dans les tonalités et les permutations des phases. Léger, puisque des accords voltigent comme des carillons liés à la frivolité de flocons de neige sonique. Intense, puisque d'autres accords valsent avec un reflet plus grave tout en épousant la démarche légère des arpèges plus limpides. Une autre ligne de séquences monte sans arrêt, et sans atteindre son point d'explosion, donnant un relief de résonnance magnétique au ballet sphéroïdal de "Frozen Fountain". Alors que des stries cisaillent le plafond sonore, d'autres séquences plus vives, dansant comme des coups de ciseaux sur une chevelure argentée, donnent une autre dimension à ces mouvements du séquenceur qui miroitent et virevoltent dans des brises légèrement tourbillonnantes. Les tintements, de même que les passages plus doux, sont hypnotisant et m'ont fixé à mes écouteurs. C'est le genre de titre que l'on peut faire tourner en boucle alors qu'il y a toujours un élément de charme qui surgit de nul part. Et surtout que "Altekunst" épouse ce schéma, mais dans une approche plus éthérée. À tout le moins son ouverture, puisque sa 2ième partie offre une structure plus vive et plus lourde. C'est un fluide mouvement ascendant du séquenceur qui donne cet élan rythmique un peu après la barre des 5 minutes. Un mouvement très Berlin School qui éveille un bassin de séquences plus agressives dans leurs couleurs tonales. Ces tonalités miroitent entre des couleurs résonnantes et organiques, alors que des percussions nourrissent l'avidité des saccades qui redécouvrent un nouveau décor avec de bons effets sonores. "Staub Part II" affiche toutes les différences entre Staub et “Dunst”. La violence dans les tons ainsi que les gargouillis difformes et diffuseurs de distorsions guident les nappes planantes et le rythme vers une lourde et séduisante approche de Berlin School cernée de papillons sonores qui voltigent avec leurs couleurs rayonnantes. Après une ouverture gorgée de brises sibyllines, "Tangible" offre un lourd mais vif mouvement du séquenceur qui joue avec ses nuances et ses changements de phases dans un décor où les harmonies spectrales s'offrent un festin de séquences qui oscillent à perdre haleine. Disloqué par de courtes phases d'ambiances, le rythme joue avec ses élans pour feindre force et délicatesse dans un contexte sonore parfois tapageur.
Un véritable festin pour les oreilles, “Dunst” propose une MÉ construite sur d'impensables routes de rythmes forgées par les multiples facettes d'un séquenceur, et de ses innombrables probabilités mathématiques, et des percussions électroniques. Dans les faits, Spyra vient de rehausser l'art de la MÉ à un niveau très élevé. Selon moi, c'est là que la MÉ progressive devrait être. Malgré le chaos de ces structures polyrythmiques, un parfum de musicalité émane des 72 minutes de cet excellent album. Ce que je retiens le plus est la couleur de ses séquences dont les tintes rayonnent et ragent dans des schémas où le manque de cohésion devient subitement synonyme de synchronicité. Je parle très peu des ambiances…Balayées par les tempêtes du séquenceur et des percussions électroniques, elles sont conséquentes des niveaux atteints dans Staub. Ce qui n'est pas rien aussi! Au final, voilà un excellent album qui peut commander quelques écoutes, mais cette patience sera récompensée de 1 000 façons!

Sylvain Lupari 14/11/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire