jeudi 8 novembre 2018

ANDY PICKFORD: Objects & Expressions I (2018)

“Objects & Expressions I is another nice collection of titles from AP with pretty good ballads, a zest of Electronica and dance music”
1 Driver 6:07
2 Charabang 7:45
3 Smile 5:07
4 Shenestra 4:58
5 Rollatorbahn 7:19
6 Magnetar 7:36
7 Mirage 11:58
8 Euterpe 6:16
9 Zitouna 5:08

Andy Pickford Music (DDL 62:17)
(E-Ballads, E-Pop, Electronica & Weeping orchestrations)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
Another major musical project from Andy Pickford, “Objects & Expressions I” will also turn into trilogy, like Harmonics in the Silence, Shadow at the Gate and Orgonon. The only difference is that this series seems to be offered in 3 separate parts instead of a big block of nearly 200 minutes that requires a lot of listening time and concentration from the listener. But will AP resist for a long time before launching his last trilogy entirely? Only time, and of course Andy, will say it. And if one remembers well, these last 3 sonic odysseys had met the highest expectations of his fans. So, what about this “Objects & Expressions I”? Drawn from his memories and / or recently composed music, the music proposed here offers the unique signature to the English musician with a variety of rhythms forged in minimalist structures to which he constantly adds these elements that make his music a unique rendezvous at the crossroads of the creativity. And as always, creativity and accessibility go hand in hand in the world of the famous Andy Pickford.
"Driver" doesn't waste time! A line of sequences that gurgles tries to chew a melodious approach as fragile as the song of a chaffinch, but as resistant as the mocking of nightingales. This first musical proposal of “Objects & Expressions I” is immediately kidnapped by a knockout of percussions, sequences and bass pulsations that bring this unbridled rhythm to the borders of a fiery Drum & Bass and of an electronic rock tinted with fragile glitters of synth-pop. The rhythm is sharp and tied around nervous spasms, like a stop & go, while the whistled melody is weaving an earworm. The effects of echo in the keyboard riffs give to "Charabang" a 90's dance music approach. The music is very much alive with an approach of Frankie Goes to Hollywood on a structure as nervous as in "Driver", but more fluid and more in the genre Trance Electronica. We are in mode dance for almost 8 minutes on this title that frees a little perfume of Binar at the level of voices. "Smile" is the first title that clings to our emotions in this new embryonic trilogy. The rhythm is mild, a mild-tempo, with a circular electronic ballad approach where the keyboard riffs fall in mode harmony. Lively, almost magnetising, the music is surrounded by good percussion effects and stroboscopic lines. We hang onto it quite fast and we spin like happy actors under a light rain. In a setting of a seashore with waves crashing on the dock, "Shenestra" unravels keyboard chords that jump into the torrent of tabla drums. The chords roll like beads on a harp, while the muted rhythm beats to the measure of silent pulsations. It's a short song rather melancholy with a music which scatters its greyness on a slow-tempo fed mainly by an acoustic guitar and its dreamy solos.
In its approach of dance music and its vocoder that does quite Kraftwerk, "Rollatorbahn" is a pretty explosive title! The flow is highly dynamized by a sequencer and its lines of bass sequences a bit funky which oscillate sharply under the scars of a shower of stars. Condensed in a mass of sound, the rhythm and the synth chirps are struggling with jerky percussions and percussive effects that energize a decor consisting of a lot of DJ effects. "Magnetar" is a very beautiful moment in this collection of 9 tracks. Its dreamlike opening follows a sonic river battered by other very good percussive effects and stroboscopic filaments which gradually lead the music towards an almost dramatic accentuation with percussions which shake the senses as much as the allegorical chant of an angelic choir. Longest title of this “Objects & Expressions I”, "Mirage" begins its magnetizing charms by a tribal introduction of the Middle East. Clanic percussions are making duel with a suavely sensual voice. This Berber dance is swallowed by the bludgeoning of a percussion/sequencer meshing, but the rhythm stays in this minimalist approach with a motorik touch whose contractions sculpt a long movement filled with jerks. It makes me think of Walter Christian Rothe in Let the Night Last Forever, especially the title Death. Violin layers and keyboard riffs complete the ornamentation of this very magnetizing title which nails us to our headphones. "Euterpe" is a nice and joyful synth-pop that would cheer up the most depressed of us. The music spreads a beautiful harmonious spiral, well fed by fairy voices, where a guitar gets graft and its melody that gets loose like a coil on a gentle grassy slope. "Zitouna" is another suave down-tempo with cinematographic violins. And if the melody, strummed on crystal, makes you think of the arrangements in I'm not in Love from 10cc, thus I'm not the only one!
I had a great time listening this Andy Pickford's “Objects & Expressions I”. And this titles suits very well to the music. This is pure AD music! Available in 24-bit download format, there is no CD projected for now, the music is rather easy to tame with pretty good ballads, a zest of Electronica and dance music on some titles that are not likely to burn you soles of the feet. Interestingly, AP offers explanatory texts on the source of each title as well as the brief lyrics of "Driver".
Sylvain Lupari (November 8th, 2018) ***¾**

synth&sequences.com
Available at Andy Pickford's Bandcamp
===============================================================================
                                          CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Autre projet musical d'envergure d'Andy Pickford, “Objects & Expressions I” aboutira aussi en trilogie, à l'image de Harmonics in the Silence, Shadow at the Gate et Orgonon. La seule différence est que cette série semble être offerte en 3 parties séparées au lieu d’un gros bloc de près de 200 minutes qui demande beaucoup de temps d'écoute et de concentration chez l'auditeur. Mais est-ce qu'AP va résister longtemps avant de nous balancer sa dernière trilogie? Seul le temps, et Andy bien sûr, le diront. Et si l'on se rappelle plutôt bien, ces 3 dernières odyssées soniques avaient répondu aux attentes les plus hautes de ses fans. Donc, qu'en est-il de ce “Objects & Expressions I”? Puisée dans ses souvenirs et/ou composée dernièrement, la musique proposée offre la signature unique au musicien Anglais avec une variété de rythmes forgés dans des structures minimalistes auxquelles il ajoute constamment ces éléments qui font de sa musique un unique rendez-vous au carrefour de la créativité. Et comme toujours, la créativité et l'accessibilité vont de pair dans l'univers du célèbre Andy Pickford.
"Driver" ne perd pas de temps! Une ligne de séquences qui gargouille tente de mâchonner une approche mélodieuse aussi fragile que le chant d'un pinçon, mais aussi résistante que les moqueries de rossignols. Cette première proposition musicale de “Objects & Expressions I” est aussitôt kidnappée par un matraquage de percussions, de séquences et de basses pulsations qui amènent ce rythme débridé aux frontières d'un fougueux Drum&Bass et d'un rock électronique teinté des fragiles paillettes de synth-pop. Le rythme est vif et noué autour de spasmes nerveux, genre stop&go, alors que la mélodie sifflée est tisseuse de ver-d'oreille. Les effets d'écho dans les riffs de clavier donnent à "Charabang" une approche de musique de danse des années 90. La musique est très vivante avec une approche à la Frankie Goes to Hollywood sur une structure aussi nerveuse que "Driver", mais plus fluide et plus dans le genre Transe Électronica. Nous sommes en mode danse pour près de 8 minutes sur ce titre qui remue un peu les parfums, au niveau des voix, de Binar. "Smile" est le premier titre qui s'accroche à nos émotions dans cette nouvelle trilogie embryonnaire. Le rythme est doux, un mild-tempo, avec une approche de ballade électronique circulaire où tombent des riffs de clavier en mode harmonie. Entraînante, quasiment magnétisante, la musique est cernée par de bons effets de percussions et des lignes stroboscopiques. On accroche tout de go et on tournoie comme ces acteurs heureux sous une délicate pluie. Dans un décor d'un bord de mer avec des vagues qui s'écrasent sur quai, "Shenestra" dénoue des accords de claviers qui se jettent dans le torrent de percussions tablas. Les accords défilent comme des perles sur une harpe, alors que muet le rythme bat à la mesure de sourdes pulsations. C'est est un court titre plutôt mélancolique avec une musique éparpille sa grisaille sur un slow-tempo nourri principalement par une guitare acoustique et ses solos rêveurs.
Dans son approche de musique de danse et son vocodeur qui fait assez Kraftwerk, "Rollatorbahn" est un titre assez explosif! Le débit est hautement dynamisé par un séquenceur et ses lignes de basses séquences un peu funky qui oscillent vivement sous les cicatrices d'une pluie d'étoiles. Condensé dans une masse sonore, le rythme et les gazouillis harmoniques du synthé font la luttent à des percussions saccadées et des effets percussifs qui dynamisent un décor constitué de moults effets de DJ. "Magnetar" est un très beau moment dans cette collection de 9 titres. Son ouverture onirique suit une rivière sonique malmenée par d'autres très bons effets percussifs et des filaments stroboscopiques qui peu à peu amènent la musique vers une accentuation quasiment dramatique avec des percussions qui chamboulent les sens autant que le chant allégorique d'une chorale angélique. Plus long titre de ce “Objects & Expressions I”, "Mirage" établit ses charmes magnétisants par une introduction tribale du Moyen-Orient. Les percussions claniques font duel avec une nappe de voix suavement sensuelle. Cette danse berbère se fait avaler par le matraquage du maillage percussions/séquenceur. Le rythme reste dans cette approche minimaliste, mais avec une touche motorique dont les contractions sculptent un long mouvement rempli de saccades. Ça me fait drôlement penser à Walter Christian Rothe dans Let the Night Last Forever, notamment le titre Death. Des nappes de violon et des riffs de clavier complètent l'ornementation de ce titre très magnétisant qui nous cloue à nos écouteurs. "Euterpe" est un beau synth-pop bien joyeux qui remonterait le moral au plus déprimé d'entre nous. La musique étale une très belle spirale harmonieuse, bien nourrie par des voix de fées, où se greffe une guitare et sa mélodie qui se défait comme une bobine sur une douce pente herbeuse. "Zitouna" est un autre down-tempo suave avec des violons cinématographiques. Et si la mélodie, pianotée sur du cristal, vous fait penser aux arrangements de I'm not in Love de 10cc, je ne suis donc pas le seul!
J'ai passé un agréable moment avec ce “Objects & Expressions I” d'Andy Pickford. Du grand Pickford en fait! Offert en format téléchargeable 24 bits, il n'y a aucun projet de CD pour l'instant, la musique est plutôt facile à apprivoiser avec de belles ballades, un zest d'Électronica et quelques titres de danse qui ne risquent pas de vous brûler la plante des pieds. Fait intéressant, AP propose des textes explicatifs sur la provenance de chaque titre ainsi que les brèves paroles de "Driver".

Sylvain Lupari 08/11/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire