dimanche 7 octobre 2018

TONE SCIENCE MODULE: No.2 Elements and Particles (2018)

Democratizing a musical style that can frighten the ears in its form of more experimental music, Elements and Particles responds admirably to its vocation
1 Floating World (Todd Barton) 8:42
2 Magnetic Lullaby (Bluetech) 6:37
3 Additive Procedure (Parallel Worlds) 5:57
4 Euneirophrenia (Paul Nagle) 7:54
5 Overtone (Dave Bessell) 6:39
6 Radar Hill (Richard Quirk) 7:23
7 Your Strange Glitter (Hainbach) 5:03
8 Prophet & Loss (Nathan Moody) 5:03
9 Marine Layer (R Beny) 7:01

DiN-TS02 (DDL 60:10)
(Ambient & Cinematic Soundscapes)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
A shadow of sound rises from nothingness. Like a finger touching a smooth surface, dozens of mini circles turn into reverberant effects that purr like a machine from darkness. These circles seem to float with graceful winged movements and avoid evanescent obstacles that come and go in a sound palette where brief pulses sculpted in a dropper vibrate. Thriller and tension cinema effects go by lazily on a structure that the musician knits as the seconds reach the 8:42 minutes' point. "Floating World" fgrom Todd Barton, a well-known American musician who specializes in the Buchla modular synth universe, opens the second volume of DiN's Tone Science series. Like in Structure and Forces, “Elements and Particles” offers 9 sonic chapters that represent the other side of the electronic universe; the one that creates the moods in movies, documentaries and/or commercials. A universe in which harmonies take a back seat and where sounds and textures are real treats for the ears and the speakers. Some artists push the reflection further by grafting harmonious textures on a carpet of samplings and effects from analog and/or modular synthesizers. Like this fascinating, and ultimately delicious, lullaby from Bluetech, "Magnetic Lullaby", which is sublime and very musical in this realm of experimental tones. Complex and mystifying, "Additive Procedure" is very representative Parallel Worlds' universe who excels in the art of creating completely unexpected rhythms in moods beyond this world. Paul Nagle's "Euneirophrenia" is a bit of the same kind, the dark envelope in less! Its introduction is teeming of tonalities without identities that end up clinging to a rhythm sequence as curt as the shots of a woodpecker on hardwood. We are talking here of a rhythm not meant to dance, but to follow its current with our ears which detect a kind of telegraph with an alphabet coded in secret. David Bessell proposes in "Overtone" a music of ambiances that would go very well in an enchanted forest where the gorgeous blonde princess waltzes between secret traps on a beautiful texture of flutes.
"Radar Hill" from the Isle of Man's Englishman Richard Quirk is the kind of mood music that would give an even more Mephistophelic texture to a film like Silent Hill. The synth waves come out with slow impulses that make me think of these elephant airs, more discreet here, by Jean-Michel Jarre in Ethnicolor. The echo effects stimulate these sound waves that agglutinate like sea waves rolling on their balls of sound foam. With a little imagination, I hear the hubbub of a crowd pushing and on the edge to make falling a wall. Hainbach is a German musician who likes to create ambiances in movement. His title "Your Strange Glitter" is one of the most fascinating, at the level of tones, in this 2nd collection from Tone Science series. Very bright arpeggios react like those lights that shine intermittently on an exposed electric module. Snaps of a strange sound texture get grafted to this chant of unpredictable jingles, leading to a structure dominated by a clang of tonalities as much variegated than the discontinuous flow of "Your Strange Glitter". Nathan Moody is a California sound designer who likes to create movies for our imagination only. "Prophet & Loss" is the second title that hooks our ears from the first listening in this “Elements and Particles”, the other being "Magnetic Lullaby", at least for my tastes. It's a title armed with a slow rhythm with very Redshift vibes, at the level of sound thrillers. Glaucous batrachian beats, which multiply with the echo effects, and other beats enrich an even darker opening with fumes from a radioactive synth line. This unexpected rhythm, built by elements just as improbable, amazes my ears with its texture gnawed by dystrophic effects. Its progression is stimulated by a clear demonic intensity and ends with a crash effect that doesn't alleviate this feeling of dread anchored admirably by an evolution that has crawl beneath our skin. A beautiful find! It's R Beny's "Marine Layer" that soothes this sensation of cinematic terror with a rather relaxing music where the model of azure breezes of the ambient music vogues with a slight perfume of industrial ambiances. A genre that likes to concoct this other musician from California.
Democratize a musical style that can frighten the ears in its form of more experimental music, this 2nd volume of Tone Science by DiN label responds admirably to its vocation. The music is more alive than dead and the sounds have a richness that can only seduce. “Elements and Particles” is the perfect sequel to Structure and Forces, as well as introducing us to other artists working in an area where the 7th art would be meaningless without their creativity.
Sylvain Lupari (October 6th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available on Din Bandcamp

===============================================================================
                                            CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Une ombre sonore s'élève du néant. Comme un doigt touchant une surface lisse, des dizaines de mini cercles se transforment en effets réverbérants qui ronronnent comme une machine issue des ténèbres. Ces cercles semblent flotter avec de gracieux mouvements ailés et évitent des obstacles évanescents qui vont et viennent dans une palette sonore où vibrent de brèves impulsions sculptées dans un compte-goutte. Des effets de cinéma du genre tension et thriller vivotent paresseusement sur une structure que le musicien tricote au fur et à mesure que les secondes atteignent la barre des 8:42 minutes. "Floating World" de Todd Barton, un musicien américain bien connu dans le milieu qui se spécialise dans l'univers des synthés modulaires Buchla, ouvre le 2ième volet de la série Tone Science du label DiN. Comme dans Structure and Forces, “Elements and Particles” propose 9 chapitres soniques qui représentent l'autre côté de l'univers électronique; soit celui qui crée les ambiances dans les films, les documentaires et/ou les commerciaux. Un univers ou les harmonies passent en second plan et où les sons et leurs textures sont de véritables friandises pour les oreilles et les haut-parleurs. Certains artistes poussent la réflexion plus loin en greffant des textures harmonieuses sur un tapis de collages d'effets des synthétiseurs analogues et/ou modulaires. Comme cette fascinante, et au final délicieuse, berceuse de Bluetech, "Magnetic Lullaby", qui est sublime et très musicale dans ce royaume de tonalités expérimentales. Complexe et mystifiante, "Additive Procedure" est tout ce qui a de plus conforme à l'univers de Parallel Worlds qui excelle dans l'art de créer des rythmes tout à fait inattendus. "Euneirophrenia" de Paul Nagle est un peu dans le même genre, enveloppe ténébreuse en moins. Son introduction grouille de tonalités sans identités qui finissent par s'accrocher à une séquence de rythme aussi sec que les coups du pic bois sur du bois dur. On parle ici d'un rythme pas fait pour danser, mais pour suivre son courant de nos oreilles qui détectent un genre de télégraphe à l'alphabet codé dans le secret. David Bessell propose en "Overtone" un titre d'ambiances qui irait très bien dans une forêt enchantée où la belle princesse blonde valse entre des pièges secrets sur une belle texture de flûtes.
"Radar Hill" de l'Anglais de l'Île de Man Richard Quirk est le genre de musique d'ambiances qui donnerait une texture encore plus méphistophélique à un film du genre Silent Hill. Les ondes de synthé sortent avec des lentes impulsions qui me font penser à ces chants d'éléphantes, plus discrets ici, de Jean-Michel Jarre dans Ethnicolor. Les effets d'écho stimulent ces ondes sonores qui s'agglutinent comme des vagues qui roulent sur leurs boules d'écumes sonores. Avec un peu d'imagination, j'entends les brouhahas d'une foule sur le bord de faire tomber une muraille. Hainbach est un musicien Allemand qui aime créer des ambiances en mouvements. Son titre "Your Strange Glitter" est un des plus fascinant, au niveau tonalité, dans cette 2ième collection de Tone Science. Des arpèges très lumineux réagissent comme ces lumières qui brillent de façon intermittente sur un module électrique à découvert. Des claquements d'une étrange texture sonore se greffent à ce chant de tintements imprévisibles, amenant vers une structure dominée par un tintamarre de tonalités aussi bigarrées que le débit discontinue de "Your Strange Glitter". Nathan Moody est un concepteur sonore de la Californie qui aime créer des films pour notre imagination seulement. "Prophet & Loss" est le 2ième titre qui accroche dès la 1ière écoute dans “Elements and Particles”, l'autre étant "Magnetic Lullaby", à tout le moins pour mes goûts. C'est un titre armé d'un rythme lent avec des ambiances très Redshiftiennes aux niveaux des thrillers sonores. Des battements batraciens glauques, qui se multiplient avec des effets d'échos, et d'autres battements enrichissent une ouverture assombrie encore plus avec des émanations d'une ligne de synthé radioactive. Ce rythme inattendu, construit par des éléments tout aussi improbables, émerveille mes oreilles avec sa texture rongée par des effets dystrophiques. Sa progression est stimulée par une nette intensité démoniaque et se termine avec un fracas qui n'allège en rien ce sentiment d'effroi ancré admirablement par une évolution qui nous est rentrée sous la peau. Une belle trouvaille. C'est "Marine Layer", de R Beny, qui apaise cette sensation de terreur cinématographique avec une musique plutôt relaxante où le modèle des brises azurées du modèle ambiant vogue avec un léger parfum d'ambiances industrielles. Un genre qu'aime bien concocter cet autre musicien de la Californie.
Démocratiser un genre musical qui peut effrayer les oreilles dans son étiquette de musique plus expérimentale, ce 2ième volet de Tone Science par le label DiN répond admirablement bien à sa vocation. La musique est plus vivante que morte et les sons possèdent une richesse qui ne peut que séduire. “Elements and Particles” est la suite parfaite à Structure and Forces en plus de nous faire découvrir d'autres artistes qui œuvrent dans un domaine où le 7ième art serait dénudé de sens sans leur créativité.

Sylvain Lupari 07/10/11


Aucun commentaire:

Publier un commentaire