lundi 1 octobre 2018

SUNDIAL: Made in The Machine (2016)

Made in the Machine is a splendid collection of 14 titles all with a strong psychedelic essence of cosmic rock and pure lively electronic psy-rock
1 Meltdown 3:43
2 Contact 3:51
3 Ascension 4:38
4 Sea of Rain 3:30
5 Spacedust 3:55
6 Aurora 4:13
7 Sun Gate 4:11
8 Regenerator 6:38
9 Eclipse 4:14
10 Autopilot 14:26
11 In the Machine 3:50
12 Dark Planet 6:09
13 Slipstream 2:59
14 The Gates of Eden 5:31
(Cosmic psychedelic E-Rock)
====================================
 **Chronique en français plus bas**
====================================
I fall in love with the music of SunDial as soon as I played the awesome Science Fiction for a second time in last July. Normal that I contact Dave Schmidt, aka Sula Bassana and the founder-owner of Sulatron Records, to delve a little deeper into the universe of this group whose destiny is tied to the guitarist Gary Ramon. For the Synth & Sequences Blog, it's also another music sector tied to the foundations of EM and which also broadens the horizons of my Blog. We are always in EM! In fact, we are in this musical exploration developed by the hippies of the 60's with effects of reverberations and inaudible voices on motorik ambient beats which were the essence of cosmic rock and which would become a kind of precursor to what the specialized press was going to nickname shoegazing music some 20 years later. This album, proposed on a double vinyl and on CD, follows a long silence of 4 years started by Mind Control and whose title such as Mountain of Fire & Miracles extends its ashes on this “Made in The Machine” which also attracted the praises of psychedelic electronic rock chroniclers.
"Meltdown" opens this impressive 14-track skewer with siren effects heralding a nuclear attack. Bright sequences jump with alacrity, structuring a pace as melodic as fast. The drums fall quickly and pick up this beginning of atmospheres to convert it into a rather sober electronic rock. Who sings? Impossible to know! But the voice flows with a beautiful harmonic fluidity and introduce the psychedelic effects of the title. "Meltdown" will be the first of a great series of electronic rock anthem with very diversified rhythms and musical horizons. "Contact" follows with a fast flow but with a little Funk approach. It's an interesting fusion between two styles in a more electronic approach with floating arpeggios while discoloring a melodious spectral vision as well as riffs and effects that bounce into an echoic and reverberations texture. Titles are short and avoid a confusion of redundancy, except for "Autopilot" which is yet quite magnetizing. "Ascension" offers another psychedelic rock with much more sci-fi effects on a more spasmodic structure. Sequences and electronic percussions combine rhythms attacks that embrace the different genres related to a vision of Electronica as well as electronic psychedelic rock. We are not bored and the themes of the album flow with a disconcerting ease for a music that is quite far from the commercial genre. The beats and melodies are catchy while the various effects stir the curiosity of our eardrums. "Spacedust" and "Aurora" are two other lively tracks, whose very opposite intonations join this hallucinogenic rock palette of “Made in The Machine”.
"Sea of Rain" is a good lunar ballad with a voice hidden behind a lascivious structure that reminds me of Beck. The guitar is dreamy while the bass line is rather suggestive. "Sun Gate" is another slow title with beautiful laments of a tasty aerial guitar that rolls its loops of solitude in good effects of echo and reverb. "Regenerator" is simply sublime with its essence of Set the Controls for the Heart of the Sun which was also found in Mountain of Fire & Miracles from the Mind Control album. "Eclipse" preserves a bit of this essence of Pink Floyd in a kind of interstellar Blues with guitar's chords/riffs that float between airy synth pads. Longest title of “Made in The Machine”, "Autopilot" proposes a rather hypnotic minimalist structure sculpted in a phase of ambient motorik beat. The dialogues of a fuzz-wha-wha guitar as well as the liquefied harmonies roll in loops with the company of good lunar arpeggios. It's a genre that is similar to the psychedelic music of the 60s with a beautiful Hindu spiritual essence that becomes even more realistic with beautiful layers of voices. "In the Machine" reminds me of the industrial rock of Dead in Vegas with gurgling effects and of computer's bip-bip on a rather enticing structure. Only the voices of Nicola Kuperus or Susan Dillane are missing! "Dark Planet" offers a musical infusion of cosmic atmospheres where are howling winds encircled of voices. Layers sealed in orchestrations of violins fly and float in spite of a rhythmic structure enriched by percussions while the ambiances get drinking of sound effects which flirt with a vision as psychedelic as horrifying. "Slipstream
" also possesses the attributes of a film music, but with a vision much more of the pink romance genre for teenage girls. The guitar is very David Gilmour here. "The Gates of Eden" concludes “Made in The Machine” with a very vintage vision, like Pink Floyd in A Saucerful of Secrets.
I had several flashes while listening to this 2nd album of SunDial on the Sulatron Records label. From Jefferson Airplane to Ash Ra Tempel, from Beck to Pink Floyd to Orbital or a Krautrock à la Neu!, “Made in The Machine” casts a wide net, offering a superb collection of tracks whose psychedelic fragrances soak a music that one tames quite easily, the references helping and a curiosity for a spiced music, a more thought music is helping even more. Dominating from start to end, I understand even better why it appeared on several Top 10 of 2016.
Sylvain Lupari (October 1st, 2018) *****
synth&sequences.com
Available on Sulatron-Records

===============================================================================
                                           CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Je suis tombé en amour avec la musique de SunDial dès que j'ai refait jouer l'impressionnant Science-Fiction en juillet dernier. Normal que je contacte Dave Schmidt, aka Sula Bassana et le fondateur-propriétaire de Sulatron Records, afin de plonger un peu plus dans l'univers de ce groupe dont la destinée est ficelée au guitariste Gary Ramon. Pour le Blog Synth&Sequences c'est aussi une autre filière musicale attachée aux fondements de la MÉ et qui élargie les horizons de mon Blog. Nous sommes toujours dans la MÉ! En fait nous sommes dans cette exploration musicale développée par les hippies des années 60 avec des effets de réverbérations et des voix inaudibles sur des rythmes motorik qui étaient l'essence du rock cosmique et qui allait devenir un genre précurseur à ce que la presse spécialisée allait surnommer le shoegazing quelque 20 ans plus loin. Ce présent album, proposé sur un double vinyle ou en CD, suit un long silence de 4 ans entamé par Mind Control et dont le titre Mountain of Fire & Miracles étend ses cendres sur ce “Made in The Machine” qui s'est aussi attiré les éloges des chroniqueurs de rock électronique psychédélique.
"Meltdown" ouvre cette impressionnante brochette de 14 titres avec des effets de sirènes annonciatrices d'une attaque nucléaire. Des séquences vives sautillent avec empressement, structurant un débit aussi mélodique que rapide. Les percussions tombent vite et ramassent ce début d'ambiances pour le convertir en un rock électronique plutôt sobre. Qui chante? Impossible de le savoir! Mais la voix coule avec une belle fluidité harmonique et introduira les effets psychédéliques du titre. "Meltdown" sera le premier d'une belle série de rock électronique aux rythmes et aux horizons musicales très diversifiés. "Contact" suit avec un débit tout aussi rapide mais avec une approche un peu Funk. C'est une intéressante fusion entre deux genres dans une approche plus électronique avec des arpèges qui flottent tout en déteignant une mélodieuse vision spectrale ainsi que des riffs et des effets qui rebondissent dans une texture échoïque et de réverbérations. Les titres sont courts et évitent toute confusion de redondance, sauf pour "Autopilot" qui est tout de même assez magnétisant. "Ascension" propose un autre rock psychédélique avec beaucoup plus d'effets de sci-fi sur une structure plus spasmodique. Les séquences et les percussions électroniques jumellent des attaques de rythmes qui épousent les différents genres liés à une vision aussi Électronica que de rock psychédélique électronique. On ne s'ennuie pas et les thèmes de l'album coulent avec une facilité déconcertante pour une musique qui est tout de même assez éloigné du genre commercial. Les beats et les mélodies sont accrochants alors que les divers effets attisent la curiosité de nos tympans. "Spacedust" et "Aurora" sont 2 autres titres vivants et dont les intonations très à l'opposées rejoignent cette palette de rock hallucinogénique de “Made in The Machine”.
"Sea of Rain" est une ballade lunaire avec une voix camouflée derrière une structure lascive qui me fait penser à du Beck. La guitare est rêveuse alors que la ligne de basse est plutôt suggestive. "Sun Gate" est un autre titre lent avec de belles complaintes d'une savoureuse guitare aérienne qui roule ses boucles de solitude dans de bons effets d'écho et de réverbérations. "Regenerator" est tout simplement sublime avec son essence de Set the Controls for the Heart of the Sun que l'on retrouvait aussi dans Mountain of Fire & Miracles, de l'album Mind Control. "Eclipse" préserve un peu cette essence de Pink Floyd dans un genre de Blues interstellaire avec des accords/riffs de guitare qui flottent entre des nappes de synthé très aériennes. Plus long titre de “Made in The Machine”, "Autopilot" propose une structure minimaliste assez hypnotique sculptée dans une phase de rythme motorik ambiant. Les dialogues d'une guitare fuzz-wha-wha ainsi que les harmonies liquéfiées roulent en boucles avec la compagnie de beaux arpèges lunaires. C'est un genre qui s'apparente à la musique psychédélique des années 60 avec une belle essence spirituelle Hindoue qui devient encore plus réaliste avec des belles nappes de voix. "In the Machine" me fait penser au rock industriel de Dead in Vegas avec des effets de gargouillement et des bipbip informatiques sur une structure assez enlevante. Manquent juste la voix de Nicola Kuperus ou Susan Dillane! "Dark Planet" propose une infusion musicale d'ambiances cosmiques où hurlent des vents nimbés de voix. Des nappes scellées par des orchestrations de violons volent et flottent malgré une structure de rythme vitaminée par des percussions alors que les ambiances s'abreuvent d'effets sonores qui flirtent avec une vision aussi psychédélique qu'horrifique."Slipstream" possède aussi les attributs d'une musique de film, mais avec une vision nettement plus du genre rose romance pour adolescentes. La guitare fait très David Gilmour ici. "The Gates of Eden" conclut “Made in The Machine” avec une vision très vintage, genre Pink Floyd dans A Saucerful of Secrets.
J'ai eu plusieurs flash en écoutant ce 2ième album de SunDial sur le label Sulatron Records. De Jefferson Airplane à Ash Ra Tempel, en passant de Beck à Pink Floyd sans oublier Orbital ou le Krautrock à la Neu!, “Made in The Machine” ratisse large en offrant une superbe collection de titres dont les parfums psychédéliques imbibent une musique qui s'apprivoise tout de même assez rapidement, les références aidant et une curiosité pour une musique plus relevé, plus songée aidant encore plus. Dominant du début à la fin, je comprends encore mieux pourquoi il figurait sur plusieurs Top 10 de 2016.
Sylvain Lupari 01/10/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire