jeudi 11 octobre 2018

MICHEL HUYGEN: Kryptyk (2018)

“That's have to be the most beautiful and most accessible album that Michel Huygen has produced so far”
1 Al-Ula 5:16
2 Return to Mystykatea 6:41
3 La Hija Del Sol 1:49
4 In Your Dimension 4:53
5 Elon's Visions 4:19
6 Electro-Bubbles of Energy4:20
7 Santa Monica Promenade 4:08
8 Suvarnabhumi (The Golden Land) 7:21
9 Kryptyk 4:00
10 Et Ad Te Ipsum 5:30

Neuronium Records
(48:17)
(Ambient, New Age, Melodic)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
Michel Huygen is not Neuronium! In the sense that the co-founder of the Spanish cult band of EM is very able to move away from the spheres of Neuronium when he proposes an album under his name. Two entities for two very distinct approaches where his music is much more meditative and perfumed by the melodious sweetness of New Age, while that of Neuronium is more focused on a psychotronic model allied to Berlin School. Except that on “Kryptyk”, Michel Huygen transgresses with an unstoppable fingering his own borders. The music proposed on this (already) 44th opus of Huygen/Neuronium, since that Quasar 2C361 has treaded our ears in 1977, travels between phases of meditation, beautiful soft melodies to make our soul shivering and structures animated of rhythms as complex as very catchy. The arrangements, the effects of voices and guitar are amazingly realistic and transports us to a beautiful sonic collection that even seduced my beautiful Lise. The most beautiful and most accessible album that Michel Huygen has produced so far!
And it starts with slight jingles and synth lines whose reverb effects even caress our ears. "Al-Ula" releases these synth lines with very diversified colors that twist like a nest of snakes on a prisoner island in the middle of an astral ocean. Filaments with absent voices hum an embryonic melody that melts into a brief rhythmic offering and loses itself in a finale splashed with ephemeral tones like moths trapped in an electric trap. Subsequently, we fall into the first operation charm of “Kryptyk” with the superb "Return to Mystykatea". This elegiac title offers a romantic piano with tears of melancholy that resonate in the web of void. Michel Huygen has created a splendid soprano voice in the interstices of his synthesizer. Its seraphic chants light up the furnace of our emotions. And paired with this piano as evasive as the most beautiful moments of Vangelis or Suzanne Ciani, they pull us quietly towards the sweet songs of astral whales. A superb moment which continues, even if the two titles are not linked, with another piece of tenderness, "La Hija Del Sol" and its concerto for sampled voices on the bed of a celestial harp. Another title that shows Huygen's talent of creator is "In Your Dimension" which continues this path of tenderness and melancholy initiated by "Al-Ula". Here it's an acoustic guitar that weaves the canvases of romance of a lonely soul under a starry sky. The guitar notes resonate with realism and its pinched tweets that go straight to the heart are dampened by a layer of an absent choir and some nice orchestral arrangements.
"Elon's Visions" ends this emotional relationship between Michel Huygen and his listener with very twisted solos jostling in a structure without other lives, apart from some notes that try to come together in order to create a more coherent structure. I'm not sure, but I hear some notes whispering to me as the solos gesticulate and sing with the implants of a soprano on drug. Finally, these chords and sequences sculpt a rhythm always without cohesion where charm however textures and forms of solos sometimes quite ethereal. We are in the rhythmic phase of “Kryptyk” with a very playful "Electro-Bubbles of Energy" in its musical funfair elements. Crystal clear arpeggios unfold an endless harmonic bed on a dislocated dance rhythm, like break-dance, where are tinkling some big juicy sequences and other fat chords. We stay in a good EDM phase with the suave "Santa Monica Promenade". This title cuts through all the elements in order to obsess us all day long; a light and catchy rhythm, sensual voices in the background and a divine female singer who radiates our ears with a voice of goddess while the piano weaves an incredible melody weaver of musical itch. One whistles and hums in our head for a while! When Michel informed us that "Suvarnabhumi (The Golden Land)" was nominated at the Hollywood Music Awards, Media section, as one of the best New Age Ambient tracks in 2018, I didn't expect the Americans to have a so open-minded. It's indeed an ambient title with fragrances of the East which astonishes by the purity of the Diva sampled and arranged by himself in the filters of his synthesizer. The title-track offers a good bold rock where our friend Michel overflows with his meditative style to flirt with his Neuronium side with a complex and tasty approach in both organic and psychotronic textures. Let's say I didn't like it the first time...maybe the second shot too! I think it's because of its creativity and its incredible stereo effects that we end up by liking this "Kryptyk". "And Ad Te Ipsum" ends “Kryptyk” by an ocean of serenity, thus closing the loop of an album that takes us through the gamut of emotions. A very surprising album by Michel Huygen for whom the synthesizers don't have any more secrets but which still remain to our ears, at least mine, those instruments of endless auditory pleasures!
Sylvain Lupari (October 11th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available at CD Baby and Amazon

===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Michel Huygen n'est pas Neuronium! En ce sens que le cofondateur du groupe culte Espagnol de MÉ est très capable de s'éloigner des sphères de Neuronium lorsqu'il propose un album sous son nom. Deux entités pour deux approches très distinctes où sa musique est nettement plus en mode méditative et parfumée des douceurs mélodieuses du New Age, alors que celle de Neuronium est plus axée sur le modèle psychotronique Berlin School. Sauf que sur “Kryptyk”, Michel Huygen transgresse avec un imparable doigté ses propres frontières. La musique proposée sur ce (déjà) 44ième opus de Huygen/Neuronium, depuis que Quasar 2C361 a foulé nos oreilles en 1977, voyage entre des phases de méditations, de splendide mélodies moelleuses à faire frémir notre âme et des structures animées de rythmes autant complexes que très accrocheurs. Les arrangements, les effets de voix et de guitare sont d'un réalisme stupéfiant et nous transporte sur un très beau recueil sonique qui a séduit ma très belle Lise. Le plus beau et le plus accessible que Michel Huygen ait produit à date!
Et ça débute avec de légers tintements et des lignes de synthé dont les réverbérations caressent tout de même nos oreilles. "Al-Ula" libère ces lignes de synthé aux couleurs très diversifiées qui s'entortillent comme un nid de couleuvres sur une île prisonnière au milieu d'un océan astral. Des filaments avec des voix absentes fredonnent une mélodie embryonnaire qui se fond dans une brève offrande rythmique et se perd dans une finale éclaboussée de tonalités aussi éphémères que les papillons de nuit trappés dans un piège électrique. Par la suite, nous tombons dans la 1ière opération charme de “Kryptyk” avec le superbe "Return to Mystykatea". Ce titre élégiaque offre un piano romanesque avec ses larmes de mélancolie qui résonnent dans la toile du néant. Michel Huygen a créé une splendide voix de soprano dans les interstices de son synthétiseur. Ses chants séraphiques allument le fourneau de nos émotions. Et jumelés à ce piano aussi évasif que les plus beaux moments de Vangelis ou de
Suzanne Ciani,  ils nous tirent tranquillement vers les doux chants de baleines astrales. Un superbe moment qui se poursuit, même si les deux titres ne sont pas liés, avec une autre pièce de tendresse, "La Hija Del Sol" et son concerto pour voix échantillonnées sur le lit d'une harpe céleste. Autre titre qui démontre le talent de créateur d'Huygen, "In Your Dimension" qui poursuit cette route de tendresse et mélancolie amorcée par "Al-Ula". Ici, c'est une guitare acoustique qui tisse les toiles de romance d'une âme solitaire sous un ciel étoilé. Les notes de guitare résonnent de réalisme et ses pincements acuités qui vont droit au cœur sont amortis par une nappe d'une chorale absente et de beaux arrangements orchestraux.
"Elon's Visions" termine ce rapport affectif entre Michel Huygen et son auditeur avec des solos très torsadés qui se bousculent dans une structure sans autres vies, mise à part quelques notes qui tentent de se rassembler afin d'endosser une structure plus cohérente. Je ne suis pas certain, mais j'entends certaines notes me chuchoter alors que les solos gesticulent et chantent avec des implants de soprano sur l'acide. Finalement, ces accords et des séquences sculptent un rythme toujours sans cohésion où charment cependant les textures et les formes des solos parfois assez éthérés. Nous sommes dans la phase rythmique de “Kryptyk” avec un "Electro-Bubbles of Energy" très enjoué gans ses éléments de fête foraine musicale. Des arpèges limpides déroulent un lit harmonique sans fin sur un rythme de danse disloquée, genre break-dance, où tintent de grosses séquences juteuses et autre accords gras. On reste dans du bon EDM avec le suave "Santa Monica Promenade". Ce titre recoupe tous les éléments pour nous obséder à longueur de journée; rythme léger et entraînant, voix sensuelles en arrière-plan et une divine chanteuse qui irradie nos oreilles avec une voix de déesse alors que le piano tisse une incroyable mélodie tisseuse de ver d'oreille. On la siffle et chantonne dans notre tête pour un bout de temps! Lorsque Michel nous a informé que "Suvarnabhumi (The Golden Land)" était en nomination au Hollywood Music Awards, section Media, comme un des meilleurs morceaux de New Age Ambient en 2018, je ne m'attendais pas à ce que les Américains aient une si grande ouverture d'esprit. C'est effectivement un titre ambiant avec des parfums d'Orient qui étonne par la pureté de la Diva échantillonnée et arrangée par lui-même dans les filtres de son synthétiseur. La pièce-titre offre un bon rock audacieux où l'ami Michel déborde de son style méditatif pour flirter avec son côté Neuronium avec une approche complexe et savoureuse dans texture autant organique que psychotronique. Disons que je n'ai pas aimé à la première écoute! Je crois que c'est à cause de sa créativité et de ses incroyables effets stéréo que l'on finit par aimer ce "Kryptyk"."Et Ad Te Ipsum" termine “Kryptyk” par un océan de sérénité, bouclant ainsi la boucle d'un album qui nous fait passer par toute la gamme des émotions. Un album très surprenant de Michel Huygen pour qui les synthétiseurs n'ont plus vraiment de secrets mais qui restent encore à nos oreilles, à tout le moins les miennes, des instruments de plaisirs auditifs sans fin!

Sylvain Lupari 11/10/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire