lundi 15 octobre 2018

ELECTRIC ORANGE: Unterwasser (Live 2002) (2002-2018)

“This is a pure feast of Psy Rock, Krautrock and EM of the great analog era of Berlin music eclosion”
1 ffurg 15:51
2 transit ins jenseits 18:50
3 sauerkirsch 5:54
4 myd 18:41
5 not of 17:45
6 wet cake 7:23
7 ortat 17:35
8 span 13:57
9 hydrog 16:17
10 lake 11:21
11 mk 13:23

Electric Orange Music (DDL 157:00 & Vinyl)
(Blend of analog Berlin School, psy rock and Krautrock)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
Electric Orange on Synth&Sequences!? Don't worry, this Blog doesn't intend to issue reviews about Krautrock music. There are much more specialized sites on the subject. But sometimes, both genres can harmonize with a real complicity. Like in this fascinating “Unterwasser (Live 2002)”! It was after a post on Facebook that I dipped my ears on a video of the half of Electric Orange playing "transit ins jenseits". I had found the music as good as the post mentioned, even though the music was more in mode Floydian psychedelic rock of the late 60's. Like in XXV by the way, the latest EO album! The post in question also referred to what was some very good Berlin School to be find in this album. And it's indeed the case! So, I decided to push the adventure further … It's with electronic noises, others more of the cosmic kind, and effects of vapors in reverberant mutations that "ffurg" is lodged between my ears. From these noises are born effects of lascivious percussive elements without wills. Calmly, a hypnotic trance rhythm of a pleasant slowness forms behind a thick wall of reverberations and sound distortions. Drums and sequences are added to this anesthetic rhythm. The range and swarm form a fascinating texture of percussive elements that grows like an ethereal ride under the many caresses of a misty Mellotron and the many bites of psychedelic effects. Evolutionary, the rhythmic frame captures all these small details and nuances to mix the Krautrock motorik with the model of sequenced rhythms of the Berlin School. In this form or in others, the 11 structures and the 157 minutes of “Unterwasser (Live 2002)” lug the listener into a unique realm where the tasty music of the golden years of Berlin's creativity transcends its borders.
Electric Orange is labeled first and foremost as a Krautrock and a psychedelic rock band of about 4 musicians; a drummer, a bassist, a guitarist and a keyboardist. It's this keyboardist, Dirk Jan Müller, who is the founder of this group whose first self-entitled album was released on Mario Schönwälder's label, Manikin Records, in 1993.  And it's in the framework of Manikin's 10th anniversary that this “Unterwasser (Live 2002)” was improvised and recorded. The band was invited to play at the Manikin Festival held in Bad Sulza on April 6th, 2002. For this event, Electric Orange was represented by 2 musicians; Dirk Jan Müller on keyboards, synths and Mellotron and Dirk Bittner on guitars, vocoder and synthesizers too. It's therefore without computers that EO performed in the morning and evening for two sets of more than 60 minutes each. This resulted in a double CD, released shortly after, which will be reissued in vinyl version in November of this year. In its simplest device, EO offered thus a music loaded of analog tones and fragrances on long improvised tracks worthy of the good times of Ash Ra and Pink Floyd with a superb electronic vision driven by a Tangerine Dream still on the exploratory path.
"transit ins jenseits" is more in the genre of Ash Ra, while "sauerkirsch", as well as "wet cake", offer short ambiospherical passages a little more experimental. Languishing in its oriental scent and slightly psychedelic texture, "myd" is as much tasty, although the voice of Dirk Bittner (I hear Arthur Brown here) can annoy some, than "ffurg". "not of" is in the same genre, with a psychedelic essence more oriented towards the A Saucerful of Secrets period from the pink flamingo. The Mellotron in "ortat" is quite divine in a structure straddling between a psychedelic genre and the analog electronics as well as well supported by Nick Mason's drumming style. We are entering in the Berlin School core of “Unterwasser (Live 2002)” with compositions simply just great for improvised music. "span" is a marvel! The sequencer, and its steps of young deer on a frozen pond, as well as the Mellotron takes us back to the nice time of the Dream on a long structure where noises and unusual sound effects remain sources of charm. The rhythm unbridled by a superb cohesion of sequences and percussions, "hydrog" is even more convincing with its vision of Force Majeure. "lake" is another title that develops with a lascivious slowness. The fragrances of Orient float on a sequencer which doesn't want to know anything about anonymity. "mk" concludes this little gem of Electric Orange with a processional structure where the borders of Pink Floyd, Ash Ra and Tangerine Dream merge into a more obscure or even more Chthonian musical structure. The procession moves with percussions in mode spiritual trance whereas that guitar riffs and breaths of flutes squabble a harmonic dimension in decay that blends into the huge layers of Mellotron filled of mist and mysticism.
Released in 2002, “Unterwasser (Live 2002)” remains of actuality with its next vinyl reissue which follows the 25th album of Electric Orange soberly titled XXV. A double album that I listened too, thanks to the kind collaboration of Dirk Jan Müller, and which is closer to the textures of the 1st part of this live album of more than 2 hours of music. But 2002 or 2018, this album of EO is a solid opus that would please to fans of Berlin School for sure. Who knows? That's maybe how the entirely analog Berlin School style project of Dirk Jan Müller, Cosmic Ground, was set on its feet some 12 years later. A must!
Sylvain Lupari (October 15th, 2018) *****

synth&sequences.com
Available on Electronic Orange Bandcamp
===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Electric Orange sur Synth&Sequences!? Ne vous en faites pas, ce Blog n'a pas l'intention d'émettre des chroniques sur la musique Krautrock. Il y a des sites nettement plus spécialisés sur le sujet. Mais parfois, les deux genres peuvent s'harmoniser avec une réelle complicité. Comme dans ce fascinant “Unterwasser (Live 2002)”! C'est à la suite d'un post sur Facebook que j'ai trempé mes oreilles sur une vidéo de la moitié d'Electric Orange qui interprétait "transit ins jenseits". J'avais trouvé ça effectivement aussi bon que le post mentionnait, même si la musique était nettement plus en mode rock psychédélique très Floydien de la fin des années 60. Comme XXV d'ailleurs, le dernier album d'EO. Le post en question faisait aussi référence à ce qu'il y avait du très bon Berlin School dans cet album. Et c'est effectivement le cas! Ainsi, j'ai décidé de pousser l'aventure plus loin…C'est avec des bruits électroniques, d'autres plus du genre cosmique, et des effets de vapeurs en mutations réverbérantes que "ffurg" se loge entre mes oreilles. De ces bruits naissent des effets percussifs lascifs et sans volontés. Calmement, un rythme de transe hypnotique d'une lenteur agréable se forme derrière une épaisse muraille de réverbérations et distorsions sonores. Des percussions et des séquences se greffent à ce rythme anesthésiant. L'éventail et l'essaim forment une fascinante texture d'éléments percussifs qui grandit comme une chevauchée éthérée sous les multiples caresses d'un Mellotron brumeux et les nombreuses morsures des effets psychédéliques. Évolutive, l'armature rythmique saisie tous ces petits détails et nuances afin de bien mélanger le style Krautrock motorique au modèle des rythmes séquencés de la Berlin School. Dans cette forme ou dans d'autres, les 11 structures et les 157 minutes de “Unterwasser (Live 2002)” trimballent l'auditeur dans un royaume unique où la savoureuse musique des années d'or de la créativité berlinoise dépassait ses frontières.
Electric Orange est étiqueté d'abord et avant tout comme étant un groupe de Krautrock et de rock psychédélique de plus ou moins 4 musiciens; un batteur, un bassiste, un guitariste et un claviériste. C'est ce claviériste, Dirk Jan Müller, qui est le fondateur de ce groupe dont le premier album est sorti sur le label de Mario Schönwälder, Manikin Records, en 1993. Et c'est dans le cadre du 10ième anniversaire de Manikin que ce “Unterwasser (Live 2002)” fut improvisé et enregistré. Electric Orange était invité à jouer au Festival commémoratif de la maison Manikin qui s'est tenu à Bad Sulza le 6 Avril 2002. Pour cette occasion, Electric Orange était représenté par 2 musiciens; Dirk Jan Müller au claviers, synthés et Mellotron et Dirk Bittner aux guitares, vocodeur et synthétiseurs. C'est donc sans computeurs qu'EO performait en matinée et en soirée pour deux sets de plus d'une heure chaque. Il en a résulté à un double CD, sorti peu de temps après, qui sera réédité en version vinyle en Novembre de cette année. Dans son plus simple appareil, EO offrait donc une musique aux sonorités analogues et aux improvisations dignes des bons moments d'Ash Ra et Pink Floyd avec une superbe vision électronique mue par un Tangerine Dream encore sur la voie exploratrice.
"transit ins jenseits" est plus dans le genre Ash Ra, alors que "sauerkirsch", ainsi que "wet cake", offrent de courts passages ambiosphériques un peu plus expérimentaux. Langoureux dans son parfum d'orient et sa texture légèrement psychédélique, "myd" est aussi savoureusement languissant, quoique la voix de Dirk Bittner (j'entends du Arthur Brown ici) peut agacer certains, que "ffurg". "not of" est dans le même genre, avec une essence psychédélique plus orientée vers la période A Saucerful of Secrets du flammant rose. Le Mellotron dans "ortat" est tout à fait divin dans une structure à cheval entre le psychédélique et l'électronique analogue et bien soutenue par des percussions genre Nick Mason. On entre dans le cœur du genre Berlin School de “Unterwasser (Live 2002)” avec des compositions tout simplement géniales pour une musique improvisée. "span" est une merveille! Le séquenceur, et ses pas de jeunes cerfs sur un étang gelé, ainsi que le Mellotron nous ramène à la belle époque du Dream sur une longue structure où bruits et effets sonores insolites restent des sources de charme. Le rythme débridé par un superbe cohésion séquences et percussions, "hydrog" est encore plus convaincant avec sa vision très Force Majeure. "lake" est un autre titre qui se développe avec une lenteur lascive. Les parfums d'Orient flottent sur un séquenceur qui ne veut rien savoir de l'anonymat. "mk" conclut cde petit bijou d'Electric Orange avec une structure processionnelle où les frontières de Pink Floyd, Ash Ra et Tangerine Dream se fondent dans une structure musicale plus obscure, voire plus Chthonienne. La procession progresse avec des percussions en mode transe spirituelle alors que des riffs de guitare et des souffles de flûtes se chamaillent une dimension harmonique en décrépitude qui se fond dans les immenses couches de Mellotron remplies de brume et de mysticisme.
Paru en 2002, “Unterwasser (Live 2002)” reste d'actualité avec sa prochaine réédition vinyle qui suit le 25ième album d'Electric Orange sobrement intitulé XXV. Un album double aussi que j'ai écouté, grâce aussi à l'aimable collaboration de Dirk Jan Müller, et qui se rapproche plus des textures de la 1ière partie de “Unterwasser (Live 2002)”. Mais 2002 ou 2018, cet album d'EO est un solide opus qui allait sans doute initier le projet solo, entièrement Berlin School analogue, de Dirk Jan Müller Cosmic Ground quelques 12 ans plus tard. Un incontournable!

Sylvain Lupari 15/10/18 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.