mardi 23 octobre 2018

COLISSEUM: Adventus (2018)

“Adventus is an excellent surprise and a brilliant album rather unexpected coming from the ambient vision of Perceptual Defence”
1 Voices from the Tyrrhenian Sea 9:36
2 Dances along the River 8:28
3 Forum 6:32
4 Aeterno Convivium 4:28
5 A.D. LXXII 8:19
6 Fasti Triumphales 9:48
7 In seventh Heaven 5:10
8 Tribute to the roman Ancestors 8:03

Colisseum Music (CD/DDL 60:27)
(Theatrical e-rock & Berlin School)
==================================
   **Chronique en français plus bas**
==================================
This is what I call an excellent surprise. I would say even more; a brilliant album quite unexpected for those who know the ambient theatrical style of Gabriele Quirici, aka
Perceptual Defence, , who this time team up with another Italian musician, Alessandro Ghera, aka Alexynth Project, a musician very at ease in his Electronica signature. Thus, “Adventusmarks the birth of a new duo of Italian synthesists who pulls out an electro-ambient style from their analog as well as digital equipment. The main idea behind Colisseum is to offer an EM inspired by the roots of the old city of Rome. And if the genre is melting Tangerine Dream elements from the 70's to progressive Italian music with a slight hint of Electronica, the goal reaches us straight in the ears with a quite unexpected freshness.
Winds of tones and breezes of voices encircle our ears at the opening of "Voices from the Tyrrhenian Sea". The stereo effect is almost authentic, and the sound envelope is more than realistic. It's in this level of excellence that a synth scatters its breaths of flutes on a parterre oozing of tones of an organic radiance. The sequencer projects the vision of this calm duck on the water and whose legs get activated in a lively static and flickering ballet, while the charm of the Mellotron operates more and more. Motionless, this rhythmic structure staggers while storing up an intensity from an eager sequencer while the synths inject Vangelis tunes on an interlacing of two lines of sequences. This staging unlocks on these ambient rocks of the Berlin School style with sequencers and lines of hybrid rhythms which hover with momentums of intensity before landing on a mattress of ambient elements rich in textures and in tonal colors. What pops to the ears once "Voices from the Tyrrhenian Sea" is ending is this rhythmic physiognomy stimulated in Chris Franke's influences as the atmospheres are carefully woven into a vision of ruins and decrepitude. Each title in “Adventus” projects an independent vision, even if a dark envelope encircles its dimensions. The sequencer and percussive effects in "Dances along the River" are just delightful to my ears. They are nervous and rely on a bass pulsation, structuring these rhythms that make us tap the fingers while being absorbed by the tonal texture which exploits the scents of TD, especially at the level of the voice riffs, and Vangelis in the synths' tunes. The dimension of the ambiances borrows a dark approach whose twinning with the rhythmic progression brings us into the territories of Near Dark. Intense, my ears are still vibrating, "Forum" lays down its emotions with the help of a piano which hammers its notes with strength, sometimes on a bed of mist and sometimes on a conveyor for active and static sequences. "In seventh Heaven" is much in the same genre, except that his progression is very TD style!
"Aeterno Convivium" is a heavy track which exploits the ascending rotations of its rhythm lines in a well calculated velocity level. The music here spits harmonies woven in the shadows of Tangram whose apparent fright is whistled by spectra rooted in a heavy structure. I'm totally blown away by this album and it's not over yet because "A.D. LXXII" does things very differently. From its introduction one feels that the music will take a path that will be in close collaboration with a mix of Synth-pop and Electronica, genre Propaganda with Jewel track, whose essences embalm a heavy electronic rock and its symphonic coat. But before, it's big rock with a guitar dragging its strata in a swirl of rhythm blown in the adrenaline of the sequencer. The rhythm borrows a stationary approach with a helicopter propeller effect which bickers with the winds, the symphonic coat points at these horizons, before resuming its frantic race. A superb title with a 2nd part even more soaked with thirst for rhythm with a guitar that still rages, a bit like if Thorsten Quaeschning was at the controls of this fat and juicy theatrical rock. After an introduction of atmospheres sewn in uncertainty, "Fasti Triumphales" lights up its Blues lanterns with a very ethereal guitar on a nest of motionless sequences and percussions. The ambience warms up and the intensity progresses to barter its first 4 minutes relatively without rhythms for a second part as much intense than wild. The sequencer, and its taste for a sneaky approach, and the effects of percussion-clappers add to the charms of this title that we will learn to love even more after a few listening. When reading the review, you don't expect me to write that "Tribute to the roman Ancestors" is the most intense track in “Adventus”. A bit like its predecessor, it demands some additional listening and it swarms of a rhythmic intensity that makes me think of some good Picture Palace Music or yet
Tangerine Dream of its recent period of Sonic Poem Series.
I often put my involvement in the world of EM in question. I'm a bit tired and I wrote so many reviews in the past years. These are albums like “Adventus” that revives the flames of my passion. Colisseum gives us an intense album with a series of titles that surprises and charms in a heavy style that nevertheless leaves room for a vision of Italian poetry unique to the progressive music of this country. A huge surprise which lands in my Top 10 of 2018!
Sylvain Lupari (October 23rd, 2018) ****½*

synth&sequences.com
Available at Colisseum's Bandcamp
===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Voilà ce que j'appelle une excellente surprise. Je dirais même plus; un brillant album tout à fait inattendu pour ceux qui connaissent le style théâtral ambient de Gabriele Quirici, aka
Perceptual Defence, qui cette fois-ci fait équipe avec un autre musicien Italien, Alessandro Ghera, aka Alexynth Project, un musicien très confortable dans sa signature Électronica. Ainsi, “Adventus voit la naissance d'un nouveau duo de synthésistes Italiens qui extirpe un style électro-ambiant de leurs équipements autant analogues que digitaux. La principale idée derrière Colisseum est d'offrir une MÉ inspirée des racines de la vieille cité de Rome. Et si le genre est de fondre des éléments de Tangerine Dream des années 70 à la musique progressive italienne avec un léger soupçon d'Électronica, le but visé nous arrive dans les oreilles avec une fraîcheur tout à fait inattendue.
Des souffles de sons et des brises de voix encerclent nos oreilles en ouverture de "Voices from the Tyrrhenian Sea". L'effet stéréo est presqu’authentique et l'enveloppe sonore est des plus réalistes. C'est dans ce niveau d'excellence qu'un synthé éparpille ses souffles de flûtes sur un parterre suintant de tons d'une radiance organique. Le séquenceur projette la vision de ce canard calme sur l'eau et dont les pattes s'activent dans un vif ballet statique vacillant, alors que le charme du Mellotron opère de plus en plus. Stationnaire, cette structure de rythme chancelle tout en emmagasinant une intensité par un séquenceur avide alors que les synthés injectent des airs de Vangelis sur un entrecroisement de deux lignes de séquences. Cette mise-en-scène débloque sur ces rocks ambiants de la Berlin School avec des séquenceurs et leurs lignes de rythmes hybrides qui planent avec des élans d'intensité avant d'atterrir sur un sol d'ambiances riche en textures et en couleurs tonales. Ce qui saute aux oreilles une fois "Voices from the Tyrrhenian Sea" est cette physionomie rythmique stimulée dans les influences de Chris Franke alors que les ambiances sont soigneusement tissées dans une vision de ruines et de décrépitudes. Chaque titre dans “Adventus” projette une vision indépendante, même si une enveloppe ténébreuse en cerne les dimensions. Le séquenceur et les effets percussifs de "Dances along the River" sont tout simplement délicieux pour mes oreilles. Ils sont nerveux et ils s'appuient sur une basse pulsation, structurant ces rythmes qui nous font tapoter des doigts tout en étant absorbés par la texture tonale qui exploite les parfums de TD, surtout au niveau des riffs de voix, et de Vangelis dans les chants des synthés. La dimension des ambiances emprunte une approche ténébreuse dont le jumelage avec la progression rythmique nous amène dans les territoires de Near Dark. Intense, mes oreilles en vibrent encore, "Forum" couche ses émotions avec l'aide d'un piano qui martèle ses notes avec force, tantôt sur un lit de brume et tantôt sur un convoyeur pour séquences actives et statiques. "In seventh Heaven" est beaucoup dans le même genre, sauf que sa progression fait très TD!
"Aeterno Convivium" est un titre lourd qui exploite les rotations ascendantes de ses lignes de rythmes dans un niveau de vélocité bien calculé. La musique crache ici des harmonies tissées dans les ombrages de Tangram dont la frayeur apparente est sifflotée par des spectres enracinés dans une structure lourde. Je suis totalement soufflé par cet album et ce n'est pas fini puisque "A.D. LXXII" fait les choses très différemment. Dès son introduction on sent que la musique va emprunter un sentier qui sera en étroite collaboration avec un mélange de Synth-pop et d'Électronica, genre Propaganda avec Jewel, dont les essences embaument un lourd rock électronique et son manteau symphonique. Mais avant, c'est du gros rock avec une guitare qui traîne ses strates dans un tourbillon de rythme gonflé dans l'adrénaline du séquenceur. Le rythme emprunte une approche stationnaire avec un effet d'hélices d'hélicoptère qui se chamaillent avec les vents, le manteau symphonique pointe à ces horizons, avant de reprendre sa course effrénée. Un superbe titre avec une 2ième partie encore plus imbibée de soif de rythme avec une guitare qui rage toujours, un peu comme si Thorsten Quaeschning aux commandes de ce gros rock théâtral bien juteux. Après une introduction d'ambiances cousue dans l'incertitude, "Fasti Triumphales" allume ses lampions de Blues avec une guitare très éthéré sur un nid de séquences et de percussions stationnaires. Les ambiances s'échauffent et l'intensité progresse jusqu'à troquer ses 4 premières minutes relativement sans rythmes pour une 2ième partie aussi intense que sauvage. Le séquenceur, et son goût pour une approche sournoise, et les effets de percussions-claquettes ajoutent aux charmes de ce titre que l'on apprendra à aimer encore plus après quelques écoutes. À la lecture de la chronique, vous ne vous attendez pas à ce que j'écrive que "Tribute to the roman Ancestors" est le titre le plus intense de “Adventus”. Un peu comme son prédécesseur, il commande des écoutes supplémentaires et grouille d'une intensité rythmique qui me fait penser à du bon Picture Palace Music ou encore à du Tangerine Dream de sa récente période Sonic Poem Series.
Je remets souvent mon implication dans l'univers de la MÉ en question. Je suis un peu usé et j'ai chroniqué tellement de MÉ ces dernières années…Ce sont des albums comme “Adventus” qui ravive les flammes de ma passion. Colisseum nous balance un album intense avec une série de titres qui étonne et charme dans un style lourd qui laisse néanmoins une place à une vision de poésie italienne unique à la musique progressive de ce pays. Une surprise énorme qui figure sur mon Top 10 de 2018!

Sylvain Lupari 23/10/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire