lundi 29 octobre 2018

ALBA ECSTASY: Where are the Quiet Saturdays? Vol. 3 (2018)

“This one is a fair album, mostly ambient, woven in the comfort of an astral journey”
1 Part 7 14:38
2 Part 8 9:49
3 Part 9 15:22

Alba Ecstasy Music (DDL 39:48)
(Ambient beats and moods)
====================================
 **Chronique en français plus bas**
====================================
Another rendezvous all in music and perfect for a Saturday night offered by Alba Ecxtasy! This is the 3rd one since the series was reactivated at the end of August 2018. If the exercise can still be exciting when paired with YouTube, when is there music for our ears? Let's say that "Part 7" does things well! Minimalist title set on three distinct lines, 2 rhythms that intersect their parallel leaps, and a line of more melodious arpeggios, "Part 7" caresses our ears with these charms usual at the bank of sounds from Alba Ecxtasy.
Sound filaments simmer in the pot before embracing this spheroidal cohesion unique to the ambient rhythms of AE and the New Berlin School genre. The palette of tonal colors from the Romanian synthesist is activated with a complicity, both rhythmic and melodic, between each shade to create rhythms and harmonies in a seraphic landscape. I like this whistling synth which drags its light air in these benches of bluish mists, while other shades sign an electronic babbling in to solidify this sonic mass into a soft electronic rock. A bit like a techno that lacks yeast. It's floating, very rich musically, and it blooms out towards the 9 minutes for a floating rhythm slightly more alive with these early seraphic arpeggios of the beginning. I smell Software's fragrances in this title. After an introduction stuffed of meandering synth lines which undulate with an aura of distortion, "Part 8" offers an ambient music whose elements float and waltz in and with oblivion. There is a rather Chthonian vision of this title where Alba Ecxtasy is very comfortable in ambient music. The track Floating Body will be a more concrete example. "Part 9" concludes this last Saturday evening rendezvous with Mihail Adrian Simion with a cosmic-flavored sonic broth. In a more ambient context, the decor is similar to the one in "Part 7" with these sonic insects which sparkle and shine around a heavenly hive. Here too we can hear some perfumes of Software, especially in the second half which is more poetic.
It could be that the source is drying up! Unless Alba Ecxtasy is aiming for a more ambient context in his upcoming sessions, “Where are the Quiet Saturdays? Vol.3” is woven in the comfort of an astral journey. It's an honest album that can be heard especially at dawn of sleeping or when we are reading. Moments when the ears are less demanding while still asking a good level of creativity.
Sylvain Lupari (October 28th, 2018) ***½**

synth&sequences.com
Available at Alba Ecstasy's Bandcamp
===============================================================================
                                               CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Un autre rendez-vous tout en musique, parfait pour un soir de samedi, proposé par Alba Ecxtasy! C'est le 3ième depuis que la série fut réactivé à la fin d'Août 2018. Si l'exercice peut toujours s'avérer captivant lorsque jumelée avec YouTube, quand est-il de la musique pour nos oreilles? Disons que "Part 7" fait bien les choses! Titre minimaliste serti sur trois lignes bien distinctes, 2 de rythmes qui entrecroisent leurs bonds parallèles, et une ligne d'arpèges plus mélodieux, "Part 7" caresse nos oreilles avec ces charmes usuels à la banque de sons d'Alba Ecxtasy.

Des filaments sonores mijotent dans la marmite avant d'épouser cette cohésion sphéroïdale unique aux rythmes ambiants du genre AE et du Néo Berlin School. La palette des couleurs tonales du synthésiste Roumain s'active avec une complicité, tant rythmique que mélodique, entre chaque teinte afin de créer des rythmes et des harmonies dans un paysage toujours aussi séraphique. J'aime ce synthé sifflotant qui traîne son air léger dans ces bancs de brumes bleutées, tandis que d'autres teintes signent un babillage électronique afin de solidifier cette masse sonique en un rock électronique mou. Un peu comme un techno qui manque de levure. C'est planant, très riche musicalement, et ça lève vers les 9 minutes pour un rythme flottant légèrement plus vivant avec ces arpèges séraphiques du début. Je sens des parfums de Software dans ce titre. Après une introduction farcie de lignes serpentées qui ondulent avec une aura de distorsions, "Part 8" propose une musique ambiante dont les éléments flottent et valsent dans et avec le néant. Il y a une vision plutôt chthonienne de ce titre où Alba Ecxtasy est très à l'aise dans la musique ambiante. The Floating Body en sera un exemple plus concret. "Part 9" conclut cette dernière rencontre du samedi soir avec Mihail Adrian Simion par un bouillon sonique à saveur cosmique. Dans un contexte plus ambiant, le décor s'apparente à "Part 7" avec ces insectes soniques qui scintillent et pétillent autour d'une ruche céleste. Ici aussi on peut entendre quelques parfums de Software, notamment dans la 2ième moitié qui est plus poétique.
Il se pourrait que la source se tarisse! À moins qu'Alba Ecxtasy vise un contexte plus ambiant dans ses prochaines sessions, “Where are the Quiet Saturdays? Vol.3” est tissé dans le confort d'un voyage astral. C'est un album honnête qui s'écoute surtout à l'aube de la nuit ou pour lire. Des moments où les oreilles sont moins exigeantes tout en demandant tout de même un bon niveau de créativité.

Sylvain Lupari 28/10/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire