lundi 3 septembre 2018

KRYFELS: Underlying (2018)

“With a title like Bulb, Underlying gets to be the zenith in Kryfels' career”

1 Underlying 5:33
2 Synchronicities 5:02
3 Before the Bulb 6:23
4 Chessions 6:08
5 Connections 6:23
6 Bulb 35:18

Kryfels Music | KR05
(65:02)
(Ambient Berlin School)
=====================================
 **Chronique en français plus bas**

=====================================
A rendezvous with the music of Kryfels is a rendezvous with the experimentations, the sound ideas of the vintage years. Experimentations, since Richard Raffaillac likes to weave his own ambiances and sculpt his rhythms in a universe where the colors of the tones are expressed by a panoply of analog synths and sequencers. Soft, floating and dreamy, the music of “Underlying” breathes through those synth multilayers, sometimes charming sequencing patterns, drifting like ink jets of giant octopus in a blue ocean where live sonic creatures in search of a form to live in it.
The first part is like a kind of sound essays with slow structures evolving in colorful decors. These textures offer cosmic and organic effects, some are even oceanic, in slow exploratory waltzes of a cosmos imagined and explored by this distinct approach of the analog era. One must be very focused to meditate around these structures where the surrounding noises tickle as much as seduce the pores of paint on the walls. The title track begins with an avalanche of synth lines and waves that intersect their visions, both cosmic and oniric, in a hyper-slow waltz where our senses drift on the wings of a music animated by its crossroads of underlying modulations. "Synchronicities" offers another more cosmic texture with a flurry of electronic chirp effects that mimic a wave as unobtrusive as the whisper of a Mellotron. It sounds like a horde of extraterrestrial sparrows trying to sharpen their song with the serenity of this linear movement. Synth riffs, a bit like the laser of Jean-Michel Jarre, pour a sinister perfume to this bipolar procession, since the horde of birds returns to disrupt the sweet ambiences of "Synchronicities" around the 3rd minute. You have to listen to the splendid "Bulb" before understanding "Before the Bulb" which literally wants to sound like the genesis of the delicious epic title of “Underlying”. In fact, it's "Bulb" in a concentrated version! "Chessions" is a title of linear vibes propelled by the different shades of the synth modulations. "Connections" concludes this first part of this last Kryfels album with an approach always of meditative music to which elements of another texture are added. A texture that is both organic and oceanic with swirling effects in a structure spiced up by acute songs of a synth in mode cosmic wailing.
From the top of its 35 minutes, "Bulb" dominates the sound horizons of Kryfels' 5th opus. This monument of electronic meditative music begins with flickering waves that propel themselves to infinity with the help of a dormant line of bass. The mist's banks scatter their effects while the main line of the synth unties another thin more harmonious sound line. This mass forms an ambient procession with buzzing lines, others purring, to agglutinate in a sound node whose core drops these filaments that will surround the slow evolution of a very good segment of meditative music where my senses become heavier. A superb movement of the sequencer sculpts an ambient and thoughtful rhythm, projecting me in the best moments of the floating music of the 70's. These sequences which carve these constantly rising rhythms lead the first part of "Bulb" towards a phase animated of these electronic percussions that charmed the senses in these rumbas that Jean-Michel Jarre liked to use to complete his first 3 albums. Lively, but still effective in its meditative embryo, "Bulb" reaches a brief phase where the garish colors of synths embellish the ambiances of a potion against sleep. The upward movement of the sequencer gets backs with a more dominant approach where the synth layers follow in a secondary role. And I'm floating with these ambiences of a music that will end its journey with titanic organ pads and sober percussions that feel lost in this more intense finale.
With a title like "Bulb", “Underlying” gets to be the zenith in Kryfels' career. This is the kind of title that obsesses us with its very lyrical approach and the immersive sweetness of the sequencer.
If that was a piece of music signed by Klaus Schulze, most of us would said that it's a genial track. Evidently, Kryfels doesn't have the notoriety of Klaus Schulze, but it doesn't detract of his approach to composition or his music to be simply great in this “Underlying” where the first titles require a greater mind openness, but not this monument that is "Bulb".
Sylvain Lupari (September 3rd, 2018) ****½*
synth&sequences.com
Available PWM Distrib

===============================================================================
                                   CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Un rendez-vous avec la musique de Kryfels est un rendez-vous avec les expérimentations, les idées sonores des années vintage. Expérimentations, puisque de Richard Raffaillac aime tisser ses propres ambiances et sculpter ses rythmes dans univers où les couleurs des tons sont exprimées par une panoplie de synthés et de séquenceurs analogiques. Douce, planante et rêveuse, la musique de “Underlying” respire par ses multicouches de synthé, et de charmantes structures de séquences, qui dérivent comme ces jets d'encre de pieuvres géantes dans un océan bleu où vivent des créatures soniques à la recherche d'une forme à habiter.
La première partie est comme un genre d'essais sonores avec des structures lentes évoluant dans des décors bigarrés. Ces textures proposent des effets cosmiques et organiques, certaines sont même océaniques, dans de lentes valses exploratrices d'un cosmos imaginé et exploré par cette distincte approche de l'ère analogue. Il faut être très concentré pour méditer autour de ces structures où les bruits environnants chatouillent autant que séduisent les pores de peinture sur les murs. La pièce-titre débute avec une avalanche de lignes et d'ondes synthétisées qui entrecroisent leurs visions, tant cosmiques qu'oniriques, dans une valse hyper-lente où nos sens dérivent sur les ailes d'une musique animée par son carrefour de modulations sous-jacentes. "Synchronicities" propose une autre texture plus cosmique avec une bourrasque d'effets de pépiements électroniques qui se greffent à une onde aussi discrète que le murmure d'un Mellotron. On dirait une horde de moineaux extraterrestres tentant d'aiguiser leur chant avec la sérénité de ce mouvement linéaire. Des riffs de synthé, un peu comme le laser de Jean-Michel Jarre, versent un parfum sinistre à cette procession bipolaire, puisque la horde de pierrots revient perturber les douces ambiances de "Synchronicities" autour de la 3ième minute. Il faut avoir écouter "Bulb" avant de comprendre "Before the Bulb" qui se veut littéralement être la genèse du délicieux titre épique de “Underlying”. En fait, c'est "Bulb" dans une version concentrée! "Chessions" est un titre d'ambiances linéaires propulsées par les différentes teintes des modulations de synthés. "Connections" conclut cette première partie de ce dernier album de Kryfels avec une approche toujours de musique méditative auxquels se greffent des éléments d’une autre texture. Une texture à la fois organique et océanique avec des effets de remous dans une structure pimentée par des chants aigus d'un synthé en mode pleurs cosmiques.
Du haut de ses 35 minutes, "Bulb" domine les horizons sonores de ce 5ième opus de Kryfels. Ce monument de musique électronique méditative débute avec des ondes vacillantes qui se propulsent vers l'infini avec l'aide d'une ligne de basse dormante. Des bancs de brume dispersent leurs effets alors que la ligne principale du synthé détache un autre mince filet sonore plus harmonieux. Cette masse forme une procession ambiante avec des lignes qui bourdonnent, d'autres ronronnent, pour s'agglutiner dans nœud sonore dont le cœur échappe des filaments qui ceintureront la lente évolution d'un très bon segment de musique méditative où mes sens s'alourdissent. Un superbe mouvement du séquenceur sculpte un rythme ambiant et pensif, me projetant dans les meilleurs moments de la musique planante des années 70. Ces séquences qui sculptent ces rythmes en constante ascension dirigent la 1ière partie de "Bulb" vers une structure animée avec ces percussions électroniques qui charmaient les sens dans ces rumbas que Jean-Michel Jarre aimait bien utiliser afin de compléter ses 3 premiers albums. Entraînant, mais toujours aussi efficace dans son embryon méditatif, "Bulb" atteint une brève phase où les couleurs criardes des synthés embaument les ambiances d'une potion contre le sommeil. Le mouvement ascendant du séquenceur revient avec une approche plus dominante où les nappes suivent dans un rôle secondaire. Et moi je flotte avec les ambiances d'une musique qui finira sa route avec de titanesques nappes d'orgue et des sobres percussions qui se sentent perdues dans une finale plus intense. Avec un titre comme "Bulb", “Underlying” devient le zénith dans la carrière de Kryfels. C'est le genre de titre qui nous obsède par son approche très lyrique et la douceur immersive du séquenceur. On aurait crié au génie si cette musique aurait été composé par Klaus Schulze. Kryfels n'a pas la notoriété de Klaus Schulze, mais cela n'enlève absolument rien à son approche de composition ni à sa musique qui est tout simplement géniale dans ce “Underlying” où les premiers titres demandent une plus grande ouverture d'esprit, mais pas ce monument qu'est "Bulb".

Sylvain Lupari 03/09/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire