mercredi 12 septembre 2018

BIOME: The Shores of Temenos (2018)

“In a context of meditative listening or to simply accompany us in the arms of Morpheus, this album is of an unequaled efficiency”
1 Ryuku 8:41
2 C Ov Bioluminescense 9:54
3 The Shores of Temenos (Bamboo Windsong Mix) 20:02
4 Chroma Sunset 5:55
5 Rain Temple 4:37
6 Elysium Portal 5:57
(Bonus Track CD only) 

Biome Music BM2018 (CD/DDL 55:08)
(Biologically Infused Ambient Music)
==================================
 **Chronique en français plus bas**
==================================
What would an esoteric music be without the winds that propel its vibes? Dominant celestial winds, heavenly chirps and chords that sound like in this dialogue between humans and extraterrestrials from the movie Encounter of the Third Kind; "Ryuku" sets the tone for “The Shores of Temenos”. These chords are metamorphosed in the spirit of a harp with notes as high as one feels to be in the sky, flying and observing a tropical forest. Between Kitaro, for a delicate enchanting rhythm, and Osamu Kitajima, the excellent The Source, the first moments of
The Shores of Temenos stroll with the word delight. The music is tenderly wrapping with those layers of voices painted by a veil of discrete buzzing, so she fails on a slightly jerky rhythmic river. Tom-tom percussions invite their selves to this spiritual dance where the sound fauna takes more and more shape and colors. Biome is the latest project by Gregory Kyryluk, the man behind Alpha Wave Movement and the Harmonic Resonance Recordings label. The Floridian musician is one who likes to explore new sonic textures while remaining in the realm of a meditative EM. More esoteric than the music in AWM, “The Shores of Temenos” is a first opus which adapts the diversity of the digital sounds to more acoustic instruments. Instruments animated by a vision of freedom in an environment where man remains an unknown threat. The phases of rhythm remain in the field of ambient rhythms and are laying down by manual percussions which are supported by a sequencer in mode; come that I hypnotize you. And when they are present, it's to support the homogeneous dimension of the ambient structures. "C Ov Bioluminescense" is the perfect example! Its introduction flows with clouds of layers which clump together like those waves whose return fails on the arrival of the next. This effect of backwash offers astral songs and flutes on where get grafted multiple effects of drones, which are quite dominant on this album, as well as songs of stars and from azure breezes. Very celestial, the movement of "C Ov Bioluminescense" drifts to awaken a sequencer, around the 7th minute, whose lively but discreet oscillations only serve to lighten the weight of its atmospheres.
"The Shores of Temenos (Bamboo Windsong Mix)" is a great title mounted on multiple harmonic textures which scroll through the various metamorphoses of this imposing musical structure. The harp dominates as much as these flutes forged in bamboo. The sound result is spellbinding while the structure draws a little in "Ryuku" to feed the evolution of its 20 minutes. Except that here everything is happy, like a huge floral feast under palm trees and stars. These stars sparkle and fizzle in this fresco with oriental scents. Layers of heavenly voices and of mists carry ponds of evanescent melodies that are reborn in other forms, if not other textures. Rhythms are also forged from this electronic-acoustic union and retain a dreamlike vision, even when they accentuate a presence easily tamed by the multitude of esoteric elements that embrace the different textures on "The Shores of Temenos (Bamboo Windsong Mix)". A great title! "Chroma Sunset" is the liveliest title of this first Biome album. The structure hops up and down on a pulsating line whose repetitive knocking gives this illusion of a beat on the edge of the explosion, especially when sequences start spinning around. The melody is nostalgic with textures that metamorphose like a chameleon hiding in a multicolored canvas. Chords of keyboards, sometimes piano or guitar, wander in a corridor charged with lazy orchestrations and flutes breezes which at times are carving its tunes in symbiosis with the rhythmic pulsations. "Rain Temple" completes the download version of “The Shores of Temenos” in a cinematographic vision. If sequences activate a stationary and very discreet rhythm, the musical decor is painted with orchestrations that come and go like the regular movement of this waltz which accompanies the fall of the leaves but with two textures, the one sober and the other one to lift the hairs of our box of emotions. It's a bit like a jam session between Philip Glass and Osamu Kitajima. "Elysium Portal" is a title that comes only with the purchase of the CD. It's a melody, in a small ballad mold for solitary soul, where the keyboard chords resonate with bell jingles in harmony with this celestial choir where several voices seem absent. This is a very beautiful title that makes me think a lot about these melodies black and melancholic Max Richter.
With these essences that go from Kitaro to Max Richter and some of Osamu Kitajima's works, “The Shores of Temenos” is that kind of album that once in the skin, it doesn't want to leave. In a context of meditative listening or music to accompany us in the arms of Morpheus, this album is of an unequaled efficiency. And the more we listen, the more we love! In the end, Biome is a nice project by Gregory Kyryluk (we doubted it?). And I can't wait to hear more, because this mix of electronics and acoustics in a pristine tropical environment can still have immense charms to hear…
Sylvain Lupari (September 12th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available at Biome Music's Bandcamp

===============================================================================
                                                    CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Que serait une musique ésotérique sans les vents qui propulsent ses ambiances? Des vents dominants célestes, des pépiements paradisiaques et quelques notes qui sonnent comme dans ce dialogue entre humains et extraterrestres du film Encounter of the Third Kind; "Ryuku" donne le ton à “The Shores of Temenos”. Ces notes se métamorphosent dans l'esprit d'une harpe aux notes aussi hautes que l'on se sent dans le ciel, volant et observant une forêt tropicale. Entre du Kitaro, pour un délicat rythme envoûtant, et du Osamu Kitajima, l'excellent The Source, les premiers instants de “The Shores of Temenos” flânent avec le mot délice. La musique est soyeusement enveloppante avec des nappes de voix fardées par un voile de discrets bourdonnements, elle échoue sur une rivière rythmique légèrement saccadée. Des percussions tam-tam s'invitent dans cette danse spirituelle où la faune sonore prend de plus en plus sa forme et ses teintes. Biome est le dernier projet de Gregory Kyryluk, l'homme derrière Alpha Wave Movement et du label Harmonic Resonance Recordings. Le musicien floridien en est un qui aime explorer de nouvelles textures sonores tout en restant dans le domaine d'une MÉ méditative. Plus ésotérique que se musique avec AWM, “The Shores of Temenos” est un premier opus qui adapte la diversité des sons numériques à des instruments plus acoustiques. Des instruments animés par une vision de liberté dans un milieu où l'homme reste toujours un menaçant inconnu. Les phases de rythme restent dans le domaine des rythmes ambiants et sont couchés par des percussions manuelles qui sont appuyées par un séquenceur en mode viens que je t'hypnotise. Et lorsqu'ils sont présents, c'est pour appuyer la dimension homogène des structures d'ambiances. "C Ov Bioluminescense" est l'exemple parfait! Son introduction coule avec des nuées de nappes qui s'agglutinent comme ces vagues dont le retour échoue sur l'arrivée de la suivante. Cet effet de ressac offre des chants astraux et de flûtes où se greffent de multiples effets de drones, qui sont assez dominants sur cet album, ainsi que des chants d'étoiles et des brises azurs. Très céleste, le mouvement de "C Ov Bioluminescense" dérive jusqu'à éveiller un séquenceur, autour de la 7ième minute, dont les vives mais discrètes oscillations ne servent qu'à alléger le poids de ses ambiances.
"The Shores of Temenos (Bamboo Windsong Mix)" est un très beau titre monté sur de multiples textures harmoniques qui défilent à travers les diverses métamorphoses de cette imposante structure musicale. La harpe domine autant que ces flûtes forgées dans le bambou. Le résultat sonore est envoûtant alors que la structure pige un peu dans "Ryuku" afin de bien nourrir l'évolution de ses 20 minutes. Sauf qu'ici tout est joyeux, comme une immense fête florale sous les palmiers et les étoiles. Les étoiles pétillent et scintillent dans cette fresque aux parfums d'Orient. Les nappes de voix et de brumes célestes transportent des bassins de mélodies évanescentes qui renaissent sous d'autres formes, sinon d'autres textures. Les rythmes sont aussi forgés de cette union électronique-acoustique et conservent une vision onirique, même lorsqu'ils accentuent une présence facilement domptée par la multitude d'éléments ésotériques qui épousent les différentes textures sur "The Shores of Temenos (Bamboo Windsong Mix)". Un très beau titre! "Chroma Sunset" est le titre le plus vivant de ce premier album de Biome. La structure trépigne sur une ligne pulsatrice dont les cognements répétitifs donnent cette illusion de rythme sur le bord de l'explosion, surtout lorsque des séquences se mettent à tournoyer autour. La mélodie est nostalgique avec des textures qui se métamorphosent comme un caméléon se cachant dans une toile multicolore. Accords de claviers, tantôt piano ou guitare, errent dans un corridor chargé d'orchestrations et de flûtes oisives qui, par moments, sculptent ses airs en symbiose avec les pulsations rythmiques. "Rain Temple" termine la version téléchargeable de “The Shores of Temenos” dans une vision cinématographique. Si des séquences activent un rythme stationnaire et très discret, le décor musical est peint avec des orchestrations qui vont et viennent comme le mouvement régulier de cette valse qui accompagne la chute des feuilles mais avec deux textures, l'une sobre et l'autre à faire lever les poils de notre boîte à émotions. C'est un peu comme un jam entre Philip Glass et Osamu Kitajima. "Elysium Portal" est un titre qui vient seulement avec l'achat du CD. C'est une mélodie, dans un petit moule de ballade pour âme solitaire, où les accords de clavier résonnent avec des tintements de cloche en harmonie avec cette chorale céleste où plusieurs voix semblent absentes. C'est un très beau titre qui me fait penser énormément à ces mélodies noires et mélancoliques de Max Richter.
Avec ces essences qui vont de Kitaro à Max Richter en passant par certaines œuvres d'Osamu Kitajima, “The Shores of Temenos” est ce genre d'album qui une fois bien dans la peau, il n'en décolle plus. Dans un contexte d'écoute méditative ou de musique pour nous accompagner dans les bras de Morphée, cet album est d'une efficacité sans égal. Et plus on écoute, et plus on aime! Au final, Biome est un beau projet de Gregory Kyryluk (on en doutait?). Et j'ai hâte d'entendre la suite, car ce mélange d'électronique et d'acoustique dans un environnement tropical vierge ne peut avoir encore d'immenses charmes à entendre…

Sylvain Lupari 12/09/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire