lundi 24 septembre 2018

ALBA ECSTASY: Where are the Quiet Saturdays? Vol.2 (2018)

"To me, those EM gigs of Saturdays are  still one of the best way to get yourself introduced to the world of Berlin School's EM style"

1 Part 4 16:39
2 Part 5 18:39
3 Part 6 12:04
Alba Ecstasy Music (DDL 47:23)
(Berlin School)
====================================
 **Chronique en français plus bas**
====================================
After an absence of 3 years, Alba Ecxtasy seems to be resuming its series Where are the Quiet Saturdays? Three weeks separate this part from the last one and the music is still quite interesting. To me, it's still one of the best way to get yourself introduced to the world of Berlin School's EM style. "Part 4" offers a good romantic vision with a hopping movement of the sequencer. The keys gambol with a fluidity reminiscent of those delicate moments of dreamy rhythmic evasion of Klaus Schulze in the years 86 to 88 or yet Remy in his monumental Exhibition of Dreams. This procession of bouncy loops unfolds under a sonic sky scribbled with sound graffiti, intersideral whale songs and a synth whose solos intertwine their ethereal dances with high tones and rather musical bass lines. It flows very well! After an introduction specific to the universe of EM ambiences, "Part 5" brings us into the territories of a lively Berlin School with this motorik movement of ghost train and two lines of sequences which structure an exciting rhythm. Electronic percussions embellish rather well this network of convergent sequences of "Part 5" which offers a decor of ambiances more aggressive than that of "Part 4". Apart from these sequences which add up in saccades in a harmonic vision, the cosmic mists and breezes built a panorama tinted of nebulosity while the synth always throws these good refined solos while bringing "Part 5" to a more exploratory finale of ambiences elements. Again, it's impossible to feel a void in the creativity of Mihail Adrian Simion, whose ability to compose Berlin School is even praised by Indra. I bring the name of Indra, because "Part 6" can't be dissociable of him! Composed live on the same day of its release on Bandcamp with the use of a single synthesizer, the Access Virus Ti2, "Part 6" begins with a gentle floating introduction and a soft introduction to a beat which beats a hectic measure. Alba Ecxtasy only adds 3 additional patch, and sonic squiggles, on this structure that evolves within this range of 3 patch. We note here a rhythmic trance approach that we hear in the series Tantric Celebration, an approach that Mihail Adrian Simion initially realized when he worked on special sound bank for the Access Virus Ti2. And some of these complex patches have been used by Indra. In the end, and as usual, “Where are the Quiet Saturdays? Vol.2” is a good honest album with a beautiful EM to which is tasted with the ears in mode; I love to be charmed!
Sylvain Lupari (September 24th, 2018) ***¾**
synth&sequences.com
Available on Alba Ecstasy's Bandcamp

===============================================================================
                                     CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Après une absence de 3 ans, Alba Ecxtasy semble reprendre goût à sa série Where are the Quiet Saturdays?. Trois semaines séparent ce présent volet du dernier et la musique reste toujours aussi intéressante. Pour moi, c'est toujours l'un des meilleurs moyens de se familiariser avec le genre Berlin School. "Part 4" propose une belle vision moment romanesque avec un mouvement sautillant du séquenceur. Les ions gambadent avec une fluidité qui rappelle ces délicats moments de rythmes rêveurs des années 86-88 de Klaus Schulze ou encore Remy dans son monumental Exhibition of Dreams. Cette procession de boucles sautillantes se déroulent sous un ciel sonique gribouillé de graffitis sonores, de chants de baleines intersidérales et d'un synthé dont les solos entrelacent leurs danses éthérées avec des tonalités aigues et des lignes de basse plutôt musicales. Ça coule très bien! Après une introduction propre à l'univers d'ambiances de la MÉ, "Part 5" nous amène dans les territoires d'un Berlin School vif avec ce mouvement motorik de train fantôme et deux lignes de séquences qui structurent un rythme enlevant. Des percussions électroniques enjolivent plutôt bien ce réseau de séquences convergentes de "Part 5" qui s'offre un décor d'ambiances plus agressif que celui de "Part 4". Hormis ces séquences qui s'additionnent par saccades dans une vision harmonique, des brumes et des brises cosmiques accrochent un panorama teinté de nébulosité alors que le synthé lance toujours ces bons solos raffinés tout en amenant "Part 5" dans une finale plus exploratrice des ambiances électroniques. Encore là, impossible de sentir un vide dans la créativité de Mihail Adrian Simion dont les habiletés à composer du Berlin School sont même louangé par Indra. J'amène le nom d'Indra, car "Part 6" en est indissociable! Composé en direct le même jour de sa parution sur Bandcamp, 8 Septembre 18, avec l'utilisation d'un seul synthétiseur, le Access Virus Ti2, "Part 6" débute avec une douce introduction planante et une douce introduction à un rythme qui bat une mesure trépignante. Alba Ecxtasy ajoute seulement que 3 sons supplémentaires, et des gribouillis soniques, sur cette structure qui évolue à l'intérieur de cette portée de 3 patch. On remarque ici une approche rythmique trance que l'on entend dans la série Tantric Celebration, une approche que Mihail Adrian Simion a initialement réalisé lorsqu'il a travaillé sur banque de sons spéciale pour le Access Virus Ti2. Et certains de ces patch complexes ont été utilisés par Indra. Au final, et comme d'habitude, “Where are the Quiet Saturdays? Vol.2” est un bel album honnête avec une belle MÉ qui se déguste avec des oreilles en mode; j'adore me faire charmer! 
Sylvain Lupari 24/09/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.