dimanche 26 août 2018

NORD: Black Tears (2018)

“Sad in all aspects, Black Tears is nonetheless the most beautiful album of pure EM from Sztakics István Attila since Pendulum”

1 Grief 10:30
2 Sorrow 7:05
3 Deprivation 7:46
4 Daze 7:03
5 Resignation 10:16
6 Memories Left Behind 14:15
7 Life goes on and on... 13:07
Nord Music (DDL 70:04)
(Berlin School)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Music begins where words are powerless to express. Music is made for the inexpressible. I want music to seem to rise from the shadows and indeed sometimes to return to them” It's around these words from Claude Debussy that Nord has built his last album “Black Tears”. This very personal album marks a return to more electronic bases for the Romanian musician who composed it with emotions that he could express in a different way but in music.
It's therefore with an introduction chiseled into his deepest emotions that opens "Grief". Chords fall with a distressing heaviness. And from their resonances get escape some pads that widen the filter of an apparent pain. The music is as sober as it is dark and the synth pads stream the threads of a nostalgic melody while the procession of "Grief" evolves in a setting where the esoteric aspect of death gravitates with celestial elements. Percussive noises lurk behind a heavy sonic procession from which emerges a movement of the sequencer. The following rhythms follow the usual standard of the Berlin School with a zigzag line which goes up and down, goes away from the auditory field and gets back, with a small swarm of percussion elements still attractive to the ears. The synth adorns this new rhythmic acceleration of anesthetic mists which follow fairly well a rhythm structure that receives a great ally with some sober and effective percussions. From its ambient embryo, "Grief" evolves towards a good electronic rock by passing through a more Berliner approach. This evolving principle, with varied emotional textures, applies for the next 6 titles of “Black Tears”. "Sorrow" begins with a more striking ambiospheric landscape. Tears from a very Vangelis synth cry in a lunar scenery which accurately renders the feeling of loneliness that rocks us when a rough passage makes our world tips over. Alone in this universe, Nord seems to cry by his very expressive synth full of sobers which wear out our supply of oxygen. A pulsating movement emerges around the 4th minute, imitating a circadian flutter which calms down with the drying of our lacrimal glands.
"Deprivation" stands out by its lively sequencer movement that makes its keys jump as soon as the music breathes. These balls of beat are hopping into the fog of synth pads too quiet for this hyperactive phase of stationary rhythm. "Daze" gets tied up to this structure, by the vivacity of the sequences and by some very penetrating solos. The sequencer releases a mass of beat's balls which jump like a dozen balls on a conveyor, structuring a very static electronic rhythm which relies on solid percussions in order to ignite a bass line that goes up and down, dragging thus "Daze" in a solid ending of electronic prog rock. Nord is in great shape behind his synths, shaping solos as angry as tender which chisel huge banks of meditative mists. It's in a decor of supernatural ambiences elements that "Resignation" gets fixed to my ears. Keyboard chords twinkle, violin lines expire and masses of white noises purr in this passage filled by synth pads whose color and tone remain to be defined. A movement of the sequencer raises a line of nervous rhythm which plays with these keyboard chords, structuring an approach as evasive as these drifting synths and keyboard riffs that crumble like a series of drops fleeing the tap. The structure and its tension remind me vaguely Tangerine Dream's Silver Scale. "Memories Left Behind" puts to profile its 14 minutes to patiently spread out an electronic structure born of sounds' graffiti and strangeness, as well as white noises which sizzle in a landscape of ambiences flirting with the border of psychedelia. The title evolves by kaleidoscopic phases, among which a good one animated by a line of rhythm and of ambiences, before reaching a last one of big progressive and electronic symphonic rock. Built around the same mold, "Life goes on and on ..." is the biggest title of “Black Tears”. After a short and very orchestral opening, a phase of pure electronic madness excites the ambiences as the sequencer draws the arcs of a rotary rhythm. Guided by this sequencer and supported by a still creative synth, the music oscillates between the ears with a rich texture and a lively rhythm structure but retained by a dense veil of sound effects and orchestrations that gives way under percussion attacks, guiding "Life goes on and on ..." in a solid and lively electronic rock structure, like in the universe of Let Them Float by the Polish musician Przemyslaw Rudź.
Sad in all aspects, “Black Tears” is nonetheless the most beautiful album of pure EM from Sztakics István Attila since Pendulum. There are beautiful pearls in this album where the emotions of Nord roll thin-skinned.
Sylvain Lupari (August 25th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available on Nord Bandcamp

===============================================================================
                                                    CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

La musique commence là où la parole est impuissante à exprimer ; elle est écrite pour l'inexprimable. Je voudrais qu'elle eût l'air de sortir de l'ombre et que, par instants, elle y rentrât, et que toujours elle fût discrète personne.” C'est sur ces paroles de Claude Debussy que Nord a construit son dernier album “Black Tears”. Cet album très personnel marque un retour vers des bases plus électronique pour le musicien Roumain qui l'a composé avec des émotions qu’il ne pouvait exprimer d’une autre façon qu’en musique.
C'est donc avec une introduction ciselée dans ses plus profondes émotions que s'ouvre "Grief". Des accords tombent avec une lourdeur affligeante. Et de leurs résonnances s'évadent des nappes qui élargissent l'écran d’une douleur apparente. Le musique est aussi sobre que sombre et les nappes étendent des filets d'une mélodie nostalgique alors que la procession de "Grief" évolue dans un décor où l'aspect ésotérique de la mort gravite avec des éléments célestes. Des bruits percussifs rôdent derrière un lourd cortège sonique d'où émerge un mouvement du séquenceur. Le rythme qui suit épouse les usuels standards de la Berlin School avec une ligne zigzagante qui monte et descend, s'éloigne du champ auditif et revient, avec un petit essaim d'éléments de percussions toujours aussi séduisants aux oreilles. Le synthé orne cette nouvelle accélération rythmique de brumes anesthésiantes qui suivent assez bien une structure de rythme qui reçoit un allié de taille avec des percussions sobres et efficaces. De son embryon ambiant, "Grief" évolue vers un bon rock électronique en passant par une approche plus Berliner. Ce principe évolutif, avec des textures émotives variées s'appliquent pour les 6 prochains titres de “Black Tears”. "Sorrow" débute avec un paysage ambiosphérique plus saisissant. Des larmes de synthé très Vangelis pleurent dans un décor lunaire qui rend avec justesse ce sentiment de solitude qui nous berce lorsqu'une épreuve fait basculer notre monde. Seul dans cet univers, Nord pleure par son synthé très expressif avec des sanglots qui épuisent notre réserve d'oxygène. Un mouvement pulsatif émerge autour de la 4ième minute, imitant un battement circadien qui se tranquillise avec l'assèchement de nos glandes lacrymales.
"Deprivation" fait bande à part avec son vif mouvement du séquenceur qui fait bondir ses ions dès que la musique respire. Ces balles de rythme sautent dans le brouillard dans des nappes de synthé trop tranquilles pour cette phase hyperactive de rythme stationnaire. Le mouvement prend une autre teinte dans les tonalités du séquenceur, donnant ainsi une approche qui semble plus virile mais qui reste toujours sur la même cadence. De très beaux solos bien aiguisés étendent art et harmonies sur une musique qui se réfugie par moments dans des phases d'ambiances mélancoliques et d'autres moments où le cosmos embrasse les larmes, mais plus souvent dans des figures de rythmes évolutifs qui deviennent plus lourd et incisifs avec le labourage de sobres percussions. "Daze" s'arrime à cette structure, par la vivacité des séquences et les solos très pénétrants. Le séquenceur libère une masse d'ions qui sautillent comme une dizaine de billes sur un convoyeur, structurant un rythme électronique très statique qui s'appuie sur de solides percussions enfin d'embraser une ligne de basse qui monte et descend, entraînant ainsi "Daze" dans un rock progressif électronique. Nord est en grande forme derrière son synthé, créant des solos aussi colériques que tendres qui cisaillent de gros bancs de brumes méditatives. C'est avec un décor d'éléments d'ambiances surnaturelles que "Resignation" s'amarre à mes oreilles. Des accords de clavier scintillent, des lignes de violon expirent et des masses de bruits blancs ronronnent dans ce passage rempli de nappes de synthé dont la couleur et la tonalité restent à définir. Un mouvement du séquenceur fait monter une ligne de rythme nerveuse qui joue avec ces accords de clavier, structurant une approche aussi évasive que ces nappes de synthés à la dérive et ces riffs de claviers qui s'émiettent comme une série de gouttes fuyant le robinet. La structure et sa tension rappellent vaguement Silver Scale de Tangerine Dream. "Memories Left Behind" met à profil ses 14 minutes pour étendre patiemment une structure électronique née de graffitis et d'étrangetés sonores, ainsi que des bruits blancs qui grésillent dans un paysage d'ambiances flirtant avec la frontière du psychédélisme. Le titre évolue par phases, dont une belle animée par une ligne de rythme et d'ambiances, kaléidoscopique avant d'atteindre une dernière de rock progressif symphonique et électronique. Construit autour du même moule, "Life goes on and on..." est le plus gros titre de “Black Tears”. Après une courte ouverture très orchestrale, une phase de pure folie électronique excite les ambiances alors que le séquenceur dessine les arcs d'un rythme rotatoire. Guidée par ce séquenceur et appuyé par un synthé toujours aussi créatif, la musique oscille entre les oreilles avec une texture riche et une structure de rythme vivante mais retenue par un dense écrin d'effets sonores et d'orchestrations qui cède sous les attaques de percussions, guidant "Life goes on and on..." dans une solide structure de rock électronique vivant et entraînant, comme dans l'univers de Let Them Float du musicien Polonais Przemyslaw Rudz.
Triste sous tous les rapports, “Black Tears” est néanmoins le plus bel album de MÉ pure de Sztakics István Attila depuis Pendulum. Il y a de belles perles dans cet album où les émotions de Nord roulent à fleur de peau.
Sylvain Lupari 25/08/18


Aucun commentaire:

Publier un commentaire