jeudi 2 août 2018

KLAUS SCHULZE: Silhouettes (2018)

 “Far from being that worse, Silhouettes portrays the most accurately possible the state of mind of a composer on his decline and who describes it beautifully”

1 Silhouettes 15:41
2 Der Lange Blick Zurück 22:07
3 Quae Simplex 21:47
4 Châteaux Faits De Vent 15:08

SPV 267202 CD
(CD 75:02)
(Smooth Berlin School)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Ah, that good old Klaus Schulze! Some 40 years after his majestic X, the maestro of EM comes back for another lap. We've been waiting for this “Silhouettes” since 2 or 3 years, but the fans of the living legend have rather contented themselves with a few reissues of the Contemporary Works series, an official bootleg of a sound quality below the average (Stars are Burning) and a double album highlighting Schulze's 70th birthday with only two unreleased tracks (Eternal - The 70th Birthday). A little more and it smelled the commercialism of Tangerine Dream! But back to this “Silhouettes” which is not so much bad than that, unlike the vast majority of critics and observers of this musical genre. This last Schulze is very quiet. Quiet, but not superficial. We are dealing with a 70-year-old man who responds to an increasingly urgent request from his fans. And that's on this angle that I analyzed “Silhouettes”. I imagined a Schulze, worn by years and thousands of cigarettes, sitting behind his instruments and his console trying to offer an album that would go in the same direction as Shadowlands. It's close enough. But forget the drums, the adrenaline rush of the sequencer and even less the synth solos. “Silhouettes” is as beautiful as we can expect from a man of this age, even with his background and his immense skill. It's a calm album that is made in a relative peace of mind and which places exactly there where the maestro of EM must be a few years from a definitive retirement.
The effects of misty hoops which bang together and of waves with rough contours open the title-track. Layers of absent voices and synthesizer zests a little odd bring a sibylline depth to an introduction which eats the first 9 minutes of “Silhouettes”. Shadows of bass and intensity variances in the play of the layers try to infuse a rhythmic presence which evaporates rather quickly in this magma of waves and of stationary shadows. For a bit, and I would feel to be in the land of In Blue. Except that nothing comes out! Klaus seems to me alone in his apartments trying to create something, but everything seems to go around in circles ... Except that even a Schulze that goes round in circles can become captivating for the nostalgic essence. After a more intense passage in the crunching of the layers forged in aluminum, "Silhouettes" takes refuge beneath a bench of celestial songs. Prelude at a pace just as much static with a slow transition. An ambient rhythm where the sequencer multiplies its chords which roll like a nice waterfall and its jets of harmonious water. As the first original piece since the beautiful Shadowlands, I remain on my appetite. And it's a little, very much even, the observation after several listenings of this album. Not that it's not good, but it lacks life. And it's exactly this image that I have of the Maestro that exempts me to write a bad criticism for what possibly be the last album of Klaus Schulze. A rough statement of course, but this album has been postponed so many times and the main explanations concerned Klaus' health issues. Hearsay denied by MIG offices. And each time, the some few information evoked reasons of health. Some spoke of cancer, others of severe back pain, while some said that Klaus Schulze was aging rather badly. And on the management side, it was the most complete silence. Nada! Just rumors! But let's go back to the music.
"Der Lange Blick Zurück" is a bit like the introductory title with a long intro blown in an approach where the enigmatic side flirts with a dreamlike vision. A chorus drawn from the skill of both entities overflies this lyrical opening where lays down also a thick cloud of layers weaved into white noises. A rhythmic structure hatches some 8 minutes later. Electronic castanets get infiltrate under this huge stratum of voices and of synth layers, drawing a spheroidal approach knotted of good percussive effects and loops formed of static noises. The bass drum adds a little dance effect. But that dance happens between our both ears! And like the title track, "Der Lange Blick Zurück" takes refuge in a final as obscure as its introduction. "Quae Simplex" is really in pure Schulze mold, without the solos. The rhythm catches our ears from the start with a sequencer which makes shimmering its chords and whose harmonic loops take refuge in infinity. The structure goes up and down with its swarm of sequences which swirl delicately on the spot and unties fine spasmodic filaments. A real drum sounds a new rhythmic charge around the 7th minute, I love here the floating and anesthetic layers which try to plant an ambiospheric phase, bringing "Quae Simplex" in the territories of pure Schulze on drums and in the years 76 to 79 A big piece on this album! "Châteaux Faits De Vent" finishes this last opus of Klaus Schulze with an introduction as ambient, but warmer, than the first 2 titles. The sequencer comes early enough, around the 90 seconds, to make kicks which roll gently on fragile ground. The synth and the bass pads add a touch as melancholy as in the nice Schulze years while the whole inherits of this metallic tone proper to the more contemporary years. The transitions are smooth, one speaks of the percussions here which get in around the 7th minute and a strong intensity which gradually sticks to its crescendo. Another good track in “Silhouettes”.
Beautiful! A bit of lengths, but isn't it the signature of the master? In the end and after several listenings, “Silhouettes”. doesn’t deserve the severe reception of the critics. We expected more, and with good reason. But we forget that Klaus Schulze is 70 years old. And as far as I'm concerned, I prefer an older musician who accepts this reality that another who does unrealistic stuff for his age, thus seeking the big critic more focused on the needs of the press than on the reality. We would like more solos, more rhythms? Me too, but it doesn't mean that “Silhouettes” has no depth. It portrays the most accurately possible the state of mind of a composer on his decline and who describes it beautifully.
Sylvain Lupari (August 1st, 2018) ***½**
synth&sequences.com

Available everywhere…
===============================================================================

CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Ah ce bon vieux Klaus Schulze! Quelque 40 ans après son majestueux X, le maestro de la MÉ revient pour un autre tour de piste. On attendait ce “Silhouettes” depuis 2 ou 3 ans, mais les fans de la légende vivante se sont plutôt contenté de quelques rééditions de la série Contemporary Works, d'un bootleg officiel d'une qualité en bas de la moyenne (Stars are Burning) et d'un album double soulignant les 70 ans de Schulze avec 2 titres inédits seulement (Eternal - The 70th Birthday). Un peu plus et ça sentait le mercantilisme de Tangerine Dream! Mais revenons à ce “Silhouettes” qui n'est pas si pire que cela, contrairement à la très grande majorité des critiques et observateurs du milieu. Ce dernier Schulze est très tranquille. Tranquille, mais pas superficiel. On a affaire à un homme de 70 ans qui répond à une demande de plus en plus urgente de ses fans. Et c'est sur cet angle que j'ai analysé “Silhouettes”. Je m'imaginais un Schulze, usé par les années et par les milliers de cigarettes, assis derrière ses instruments et sa console tenté d'offrir un album qui irait dans le même sens que Shadowlands. Il est assez proche. Mais oubliez les percussions, les montées d'adrénaline du séquenceur et encore moins les solos de synthé. “Silhouettes” est aussi beau que l'on doit s'attendre d'un homme de cet âge, même avec sa vaste expérience et son immense talent. C'est un bel album calme fait dans une relative tranquillité d'esprit et qui situe avec justesse là où le maestro de la MÉ doit être à quelques années d'une retraite définitive.
Des effets de cerceaux brumeux qui s'entrechoquent et des ondes aux contours brouillons ouvrent la pièce-titre. Des nappes de voix absentes et des zests de synthé un peu étranges apportent une profondeur sibylline à une introduction qui gruge les 9 premières minutes de Silhouettes. Des ombres de basse et des variances en intensité dans le jeu des nappes tentent d'insuffler une présence rythmique qui s'évapore assez rapidement dans ce magma d'ondes et d'ombres stationnaires. Pour un peu, et je me sentirais dans les terres de In Blue. Sauf que rien ne débouche! Klaus me semble seul dans ses appartements à tenter de créer quelque chose, mais tout semble tourner en rond…Sauf que même du Schulze qui tourne en rond peut devenir captivant pour l'essence nostalgique. Après un passage plus intense dans les crissements des nappes forgées dans l'aluminium, "Silhouettes" se réfugie derrière un banc de chants célestes. Prélude à un rythme tout autant statique avec une lente transition. Un rythme ambiant où le séquenceur multiplie ses accords qui roulent comme une jolie cascade et ses jets d'eau harmonieux. Comme premier morceau original depuis le très beau Shadowlands, je reste sur mon appétit. Et c'est un peu, beaucoup même, le constat après plusieurs écoutes de cet album. Pas que cela ne soit pas bon, mais ça manque de vie. Et c'est exactement cette image que j'ai du Maestro qui sauve la mise au niveau de ma critique pour ce qui possiblement le dernier album de Klaus Schulze. Un constat tranchant parce que cet album a constamment été reporté dans les dates de parution depuis que les rumeurs quant à sa conception sortaient des bureaux de MIG. Et chaque fois, les quelques informations évoquaient des raisons de santé. Des rumeurs! Il en a eu régulièrement sur son état de santé. Certaines parlaient d'un cancer, d'autres de maux de dos sévères alors que certaines stipulaient que Klaus Schulze vieillissait plutôt mal. Et du côté management, ça été le silence le plus complet. Nada! Rien que les rumeurs! Mais revenons à la musique.
"Der Lange Blick Zurück" épouse un peu le même modèle que la pièce d'introduction avec une longue intro soufflée dans une approche où le côté énigmatique flirte avec une vision onirique. Une chorale pigée dans le talent des deux entités plombe cette ouverture lyrique où se couche aussi une nuée de nappes tressées dans des grésillements. Une structure rythmique naît quelque 8 minutes plus tard. Des castagnettes électroniques s'infiltrent sous cette immense strate de voix et de nappes, dessinant une approche sphéroïdale nouée par de bons effets percussifs et des boucles formées de bruits blancs. Des coups de basses percussions ajoutent un petit effet danse. Mais une danse qui se passe entre nos 2 oreilles! Et comme la pièce-titre, "Der Lange Blick Zurück" se réfugie dans une finale aussi obscure que son introduction. "Quae Simplex" est vraiment dans le moule Schulze, sans solos. Le rythme accroche nos oreilles dès le départ avec un séquenceur qui fait miroiter ses accords dont les boucles harmoniques se réfugient dans l'infini. La structure monte et descend avec son essaim de séquences qui tourbillonnent délicatement sur place et qui délie de fins filaments spasmodiques. Des percussions sonnent une nouvelle charge rythmique autour de la 7ième minute, j'adore ici les nappes flottantes et anesthésiantes qui tentent de colmater une phase ambiosphérique, amenant "Quae Simplex" dans les territoires du pur Schulze à la batterie dans les années 76 à 79. Un gros morceau sur cet album! "Châteaux Faits De Vent" termine ce dernier opus de Klaus Schulze avec une introduction aussi ambiante, mais plus chaleureuse, que les 2 premiers titres. Le séquenceur se pointe assez tôt, autour des 90 secondes, pour effectuer des ruades qui roulent délicatement sur un sol fragile. Les nappes de synthé et de basses ajoutent une touche aussi mélancolique que dans les belles années Schulze alors que l'ensemble hérite de ce ton métallique des années plus contemporaines. Les transitions se font en douceur, on parle des percussions qui s'invitent autour de la 7ième minute et d'une vive intensité qui colle peu à peu son crescendo. Un autre bon titre dans “Silhouettes”.
Très beau! Un peu de longueurs, mais n’est-ce pas la signature du maître? Au final et après plusieurs écoutes, “Silhouettes” ne mérite l'accueil assez sévère des critiques. On s'attend à plus, et avec raison. Mais on oublie que Klaus Schulze a 70 ans. Mais en ce qui me concerne, j'aime mieux un musicien âgé qui s'assume qu'un autre qui fait des trucs irréalistes pour son âge, cherchant ainsi la grosse critique plus axée sur les besoins de la presse que sur la réalité. On aimerait plus de solos, plus de rythme? Moi aussi, mais ça n'enlève rien à la profondeur de “Silhouettes” qui est, il me semble, l'album qui dépeint avec le plus de vérité l'état d'esprit d'un compositeur sur son déclin et qui le décrit admirablement bien. 

Sylvain Lupari 01/08/18


Aucun commentaire:

Publier un commentaire