lundi 27 août 2018

DAVID WRIGHT: Stranger Days (2018)

“Stranger Days presents David Wright's nearly 30-year of career in a strong double album where all styles and years coexist inside the same artwork”
CD 1 75:50
1 A Moment’s Contemplation 3:04
2 Re-Connected 7:34
3 Beyond Glass Mountains 5:20
4 Walking with Ghosts Fantasy 6:59
5 Krystal Halls 6:24
6 Always Tomorrow 4:35
7 Once Upon a Dream 6:16
8 Stranger Days (Parts 1-7) 35:10
CD 2 77:47
9 Rysheara (2018 version) 8:40
10 Call to Me (2018 remix) 8:43
11 Walking with Ghosts (Chilled remix) 5:10
12 Melt Away 6:16
13 Harmonic Heaven (Parts 1 & 2) 13:50
14 Light Source (Parts 1 & 2) 10:51
15 Colours of the Night 4:40
16 The Forgotten Symphony (Movements 1-4) 19:24
AD Music | AD188CD (CD/DDL 153:37)
(Berlin & England Schools, New Age)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
What makes a new David Wright album a highly anticipated event in EM circles? However, the friendly English musician has nothing to do with the Berlin School style for a long time. Moreover, his very melodious and symphonic approach, which I consider equal to that of Vangelis since the album Direct published in 1988, led him to flirt with the borders of a New Age worthy of the voracity of the media and the public American. Yet despite this approach, his albums follow each other and show much more depth than New Age. Expected for a long time, and repeatedly postponed, “Stranger Days” is still the umpteenth proof. Behind a flawless production driven by arrangements as intricate as highly stigmatized in the crystal of emotions, this imposing double album is in fact an improbable overview of the career of the greatest melodist in EM. Through some new pieces of music and long concept tracks that will amaze on a first listen and will seduce on each new one, also are hiding old titles and some recent ones that have been reworked to the full satisfaction of this artist who is behind this wave of the England School style in the mid-80's.
This new adventure begins with the slow astral flight of tender layers full of seraphic violins of "A Moments' Contemplation". Composed specifically like the desired opening of “Stranger Days”, the music reflects the spirit of its title with a contemplative vision composed with the idea of igniting the flame of our emotions from the first moments of this double album. It's almost successful. Otherwise, it's an excellent prelude to the superb and very catchy "Re-Connected" that was on the EP Walking with Ghosts (The Remixes), made in early June 2018. The titles "Walking with Ghosts Fantasy" and "Walking with Ghosts (Chilled remix)" were also part of this 40-minute auditory adventure. I wasn't really sure, I don't have the artwork beneath my eyes, but it seemed to me that I had already heard "Beyond Glass Mountains". And that's true since it's a reworked version of Glass Mountains appeared on Ocean Watch. The version proposed here is more orchestral with new electronic effects and the sweet voice of Carys gives a depth to this title became more heavenly. A very New Age lunar ballad! "Krystal Halls" is a title composed with Klaus Hoffmann-Hoock which was interpreted by Code Indigo on the album E-Scape 2018. Now, let's talk about the new music! "Always Tomorrow" is a sweet electronic ballad typical of David Wright's signature. Beautiful and catchy, we can't just not like its simplicity. Probably inspired by the Miramar years of Tangerine Dream, with its effects of sweet and distant voices and its bongos, "Once Upon a Dream" is also in the well-known David's register with a nervous rhythm encircled by multiple synth textures including one with saxophone aromas which is charmer of senses. From the top of its 35 minutes and its 7 parts, the title-piece is a real monument of modern EM where rhythm, atmosphere and melody flirt in an environment where multiple sound effects are as synonymous of researches and as well dosed. A cosmic breeze lands on a sequencer which sculpts a slow and ominous pulsating rhythm. Sonic filaments whirl around this opening, drifting into a black hole where sound beings are formed. Intense, the slow procession is covered with a layer of tones that a synth pierces with its melodious approach. This synth goes on with its solos and harmonies in a second part whose rhythm takes more shape and turns into a mini Silver Scale of Tangerine Dream. Guitar riffs whip this very Berlin School rhythmic invasion that rolls like a train going up a hill. Tinkling and seductive percussive effects give tonus to this structure well decorated by solos that roll in loops and in effects that give it a slightly spicy velvet texture. We arrive at Part 4 and the rhythm is always hypnotic in a sonic uproar that keeps us awake and keeps our ears on the alert. Coated of orchestral layers a little more melodious, the part 5 keeps its rhythmic instinct which will gradually fade out in the ambiances of the 7th part. An epic title which shows that David Wright can be at ease as much as in the melodic structures easy to commercialize than in a very good Berlin School visited with a creative approach. We get a grip on ourselves and put the CD 2 in the player.
That's with a revamped version of an old David Wright's classic that awaits our ears. Performed in concert, "Rysheara (2018 version)" evolves in electronic rock mode well played and where the synth of David Wright and the guitar of Lee Morant exchange very good solos. The identity of the original title, which appears on the Dissimilar Views album, is almost intact, even in its more rock approach and stretched out of more than 3 minutes. "Call to Me (2018 remix)" is already in its third remix since it was released on Beyond the Airwaves Volume 2. It's still a light track, Carys' voice goes very well with David Wright's ethereal harmonies, very close to the borders of Enigma, just like "Melt Away", and which also has some Lounge or Chill Out essences. "Harmonic Heaven (Parts 1 & 2)" bears the colors of its title with a slow exploration in an astral universe. Voices of nymphs from the heavens adorn a landscape of celestial ambiences that reach back to our ears with slow movements of violins, leading a semi-nervous and semi-controlled rhythm with a good mesh of sequences and percussions in the 2nd part. That remains a symphonic music that befits well in the territories of an ambient New Age. "Light Source (Parts 1 & 2)" is on the other hand more animated and loaded with good synth solos whose signature of David Wright is undeniable. The music switches to a good rock with an amazing play of percussions. The harmonies are woven by the continuous presence of solos and David puts down here and there effects that constantly charm the listening, including one where the movement of percussion stumbles. It's very close to David Wright's first albums. The second part exposes a violin texture in the solos and the rhythm breathes more of its heaviness with a good presence of the bass. Taken out, in order to have a sonic surgery, from the Marylinmba album back in 1998, "Colors of the Night" is another good electronic ballad with a synth whose violins and flute harmonies are very poignant. A unique ballad in the very romantic style of David Wright. Arranged with Robert Fox, "The Forgotten Symphony (Movements 1-4)" completes this massive work with a music gently animated by an ambient vision. The rhythm barely breathes with a bass sequences' pattern and a bass line behind the barrage of violins where some fragile piano notes are preludes to harmonious passages, including this nice peasant flute with the bucolic charms of The Keep. Provided with beautiful winks to the great masters of EM, the music is based on intense orchestrations lying by a very emotional play of the Mellotron. And when it's not this Mellotron flute that assails our emotions, it's the piano that triturates them with excellent passages just as poignant. Original sound effects, such as the laughing laughter of a strange bird or the clatter of a deregulated clock, adorn this fascinating procession which ends with a clannish dance approach and a strong oriental fragrance.
Monumental in all aspects, this “Stranger Days” presents David Wright's nearly 30-year of career in a solid double album where all styles and years coexist inside the same artwork. Around 16 tracks and more than 2:30hrs of music, David Wright displays his immense melodic talent in a music which flirts bluntly between the borders of Easy Listening, New Age, England School and Berlin School with a little more creative zest in long structures, especially in "Stranger Days (Parts 1-7)". Without being essential, the remixes are quite delicious to the ears. But aren't those small details that make of a new album of David Wright a highly anticipated event in the circles of the EM?
Sylvain Lupari (August 27th, 2018) ****½*
synth&sequences.com
Available on AD Music web store

===============================================================================
                              CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Qu'est-ce qui fait qu'un nouvel opus de David Wright soit un évènement très attendu dans les cercles de la MÉ? Pourtant, le sympathique musicien Anglais n'a rien à voir avec le style Berlin School depuis longtemps. D'ailleurs son approche très mélodieuse et symphonique, que je considère égale à celle de Vangelis depuis l'album Direct paru en 1988, l'a amené à flirter avec les frontières d'un New Age digne de la voracité des médias et du public américain. Pourtant et malgré cette approche, ses albums se suivent et démontrent nettement plus de profondeur que le New Age. Attendu depuis fort longtemps, et maintes fois reporté, “Stranger Days” en est encore l'ixième preuve. Derrière une production sans failles conduite par des arrangements aussi alambiqués que très stigmatisés dans du cristal d'émotions, cet imposant album double est en fait un improbable survol de la carrière de celui qui a fondé le label AD Music. Au travers quelques nouveautés et de longs titre-concepts qui étonneront à la 1ière écoute et séduiront à chaque nouvelle, se cachent aussi de vieux titre et d'autres plus récents qui ont été retravaillé jusqu'à l'entière satisfaction de cet artiste qui est derrière la vague de la England School du milieu des années 80.
Cette nouvelle aventure débute avec la lente envolée astrale des tendres nappes de violons séraphiques de "A Moments' Contemplation". Composée spécifiquement comme l'ouverture souhaitée de “Stranger Days” la musique reflète l'esprit de son titre avec une vision contemplative composée avec l'idée d'allumer la flamme de nos émotions dès les premiers instants de ce double album. C'est quasiment réussi. Sinon, c'est un excellent prélude au superbe et très accrocheur "Re-Connected" qui était sur le E.P. Walking with Ghosts (The Remixes), réalisé en début Juin 2018. Les titres "Walking with Ghosts Fantasy" et "Walking with Ghosts (Chilled remix)" faisaient aussi parti de cette aventure auditive de 40 minutes. Je n'étais pas vraiment certain, je n'ai pas la pochette sous les yeux, mais il me semblait que j'avais déjà entendu "Beyond Glass Mountains". Et c'est vrai puisqu'il s'agit d'une version retravaillée de Glass Mountains qui figure sur Ocean Watch. La version proposée ici est plus orchestrale avec des nouveaux effets électroniques et la suave voix de Carys qui donne toute une profondeur à ce titre devenu plus céleste. Une ballade lunaire très New Age! "Krystal Halls" est un titre composé avec Klaus Hoffmann-Hoock qui fut interprété par Code Indigo sur l'album E-Scape 2018. Maintenant, place au nouveau matériel! "Always Tomorrow" est une douce ballade électronique typique à la signature de David Wright. Belle et accrocheuse, on ne peut ne pas aimer sa simplicité. Sans doute inspiré des années Miramar de Tangerine Dream, avec ses effets de voix suaves et lointaines et ses bongos, "Once Upon a Dream" est aussi dans le registre très connu du musicien Britannique avec un rythme nerveux encerclé par de multiples textures de synthé dont une aux arômes de saxophone charmeur de sens. Du haut de ses 35 minutes et de ses 7 parties, la pièce-titre est un véritable monument de MÉ moderne où rythme, ambiance et mélodie flirtent dans un environnement où les multiples effets sonores sont autant synonymes de recherche que bien dosés. Une brise cosmique atterrit sur un séquenceur qui sculpte un rythme pulsatoire lent et sinistre. Des filaments soniques tournoient autour de cette ouverture, dérivant dans un trou noir où se forment des êtres de sons. Intense, la lente procession se recouvre d'une nappe de tons qu'un synthé perce de son approche mélodieuse. Ce synthé poursuit sa route avec ses solos et ses harmonies dans une 2ième partie dont le rythme prend plus sa forme et se transforme en un mini Silver Scale de Tangerine Dream. L'intensité est encore plus cinématographique avec une légère accélération du rythme qui grimpe par secousses dans l'ombre de cognements insistants et dans ces effets qui cisaillent une texture minimaliste et hypnotique tout au long de son processus introductif. Des riffs de guitare flagelle cette invasion rythmique très Berlin School qui roule comme un train montant une colline. Des tintements et de séduisants effets percussifs donnent du tonus à cette structure bien décorée par des solos qui tournent en boucles et des effets qui lui donnent une texture de velours légèrement piquant. On arrive à la partie 4 et le rythme reste toujours hypnotique dans un tintamarre sonique qui nous tient éveillé et qui garde nos oreilles sur le qui-vive. Enduit de nappes orchestrales un peu plus mélodieuses, la partie 5 garde son instinct rythmique qui se fanera graduellement dans les ambiances de la 7ième partie. Un titre épique qui démontre que David Wright peut faire autant de structures mélodiques faciles à commercialiser comme du très bon Berlin School visité avec une approche créative. On reprend nos esprits et on met le CD 2 dans le lecteur.
C'est une version revampé d'un vieux succès de David Wright qui attend nos oreilles. Interprété en concert, "Rysheara (2018 version)" évolue en mode rock électronique bien joué où le synthé et la guitare de Lee Morant s'échangent de très bon solos. L'identité du titre original, qui figure sur l'album Dissimilar Views, est quasi intacte, même dans son approche plus rock et étirée de plus de 3 minutes. "Call to Me (2018 remix)" en est déjà à son 3ième remix depuis sa parution sur Beyond The Airwaves Volume 2. Ça reste un titre léger, la voix de Carys va à merveille avec les harmonies teintées d'éther de David Wright, qui est aussi très près des frontières d'Enigma, tout comme "Melt Away", et qui possède aussi des essences de Lounge ou de Chill Out. "Harmonic Heaven (Parts 1 & 2)" porte les couleurs de son titre avec une lente exploration dans un univers astral. Des voix de nymphes des cieux ornent un paysage d'ambiances célestes qui remontent jusqu'à nos oreilles avec de lents mouvements de violons, conduisant un rythme semi-nerveux, semi-contrôlé par un bon maillage de séquences et de percussions dans la 2ième partie. Ça reste une musique symphonique qui sied bien dans les territoires d’un New Age ambiant. "Light Source (Parts 1 & 2)" est en revanche plus animé et pourvu de bons solos de synthé dont la signature de David Wright est indéniable. La musique permute en un bon rock avec un étonnant jeu de percussions. Les harmonies sont tissées par la présence continue des solos et David pose ici et là des effets qui charment constamment l'écoute, dont celui où le mouvement des percussions trébuche. C'est très proche des premiers albums de David Wright. La 2ième partie expose une texture de violon dans les solos et le rythme respire plus sa lourdeur avec une bonne présence de la basse. Soutiré, afin d'avoir une chirurgie sonique, de l'album Marilynmba, sorti en 1998,"Colours of the Night" est une autre belle ballade électronique avec un synthé dont les nappes de violons et les harmonies flûtées sont très poignantes. Une ballade unique au style très romancé de David Wright. Arrangé avec Robert Fox, "The Forgotten Symphony (Movements 1-4)" termine cette œuvre massive avec une musique doucement animée par une vision ambiante. Le rythme respire à peine avec une séquence basse et une ligne de basse derrière ce barrage de violons où se posent de fragiles notes de piano qui sont les préludes à des passages harmonieux, dont cette superbe flûte paysanne aux charmes bucoliques à The Keep. Parsemée de superbes clins d'œil aux grands maîtres de la MÉ, la musique repose sur d'intenses orchestrations couchées par un jeu très émotif du Mellotron. Et lorsque ce n'est pas cette flûte de Mellotron qui assaille nos émotions, c'est le piano qui les triture avec d'excellents passages tout aussi poignants. Des effets sonores originaux, comme des rires moqueurs d'un étrange oiseau ou des cliquetis d'une horloge dérèglée, ornent cette fascinante procession qui se termine avec une approche de danse clanique et un fort parfum oriental.
Monumental dans tous les aspects, “Stranger Days” nous présente les presque 30 ans de carrière de David Wright dans un solide double album où tous les styles et les ans cohabitent à la même enseigne. Autour de 16 titres et plus de 2:30hres de musique, David Wright fait un étalage de son immense talent de mélodiste dans une musique qui flirte sans ambages entre les frontières du Easy Listening, du New Age, de l'England School et du Berlin School avec un petit zest de créativité plus poussé dans de longues structures, notamment dans "Stranger Days (Parts 1-7)". Sans être essentiels, les remixes sont tout à fait délicieuses aux oreilles. Mais n'est-ce pas ces petits détails qui font qu'un nouvel opus de David Wright soit un évènement très attendu dans les cercles de la MÉ?
Sylvain Lupari 27/03/18 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire