jeudi 9 août 2018

BLINDMACHINE & FRIENDS: Sequential Friends (2018)

“Allow yourself some listenings before judging and taming this fascinating album where the old Berlin School meets the sound intelligentzia of today”
1 Do you remember Berlin? 20:44
2 3ITI 10:52
(Blindmachine, Drom66 & JDan Project)
3 Floating Space 13:43
(Blindmachine, Drom66 & JDan Project)
4 Remembering Klaus 9:14
(Blindmachine & JDan Project & featuring Asuntar
5 Sorcerers DB.AK 11:02
(Blindmachine & Drom66 & featuring Asuntar & Katod)
(Berlin School VS today's sounds)

====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
The main title says it all! Blindmachine invited some friends to make a real Berlin School album on a background of more crazy ambiences where electronic effects flirt with a psychedelic vision. Drom66, JDan Project, Asuntar and Katod join the greedy visions of Blindmachine. And together, with their synths, sequencers, drum machines and computer programming, they take the listener on a musical journey in the heart of the Berlin School of the 70's and early 80's. I advise however a listening with our ears free of headphones. The production and mastering are superb. And if we really dive into the beautiful years of EM, there is a strong contemporary accent with a multitude of explosive and very colorful effects that can sometimes scratch the membrane of our eardrums. If the names of Blindmachine and Asuntar sound a little familiar, this is the Polish duo which gave us the very surprising Cosmos in your Mind last year. Presented in another beautiful digipack with a 3 side-panels load of information, “Sequential Friends” is another gem of the Polish Generator pl. which is molded as in the time of the great and beautiful EM. And it starts strong with "Do you remember Berlin?"
Composed by Blindmachine, this long sound journey through the ages is a tribute to the pioneers of the Berlin School. And it's with a vocoder effect that a line of bass sequences emerges and runs under thunders and ectoplasmic synth Spirograph shapes soaked of vampiric tone. Fluid and continuous, the movement of the sequencer structures a rebellious rhythm that zigzags, furrows and stagnates in a sound fauna where the distortions end by infiltrating its cadence which becomes a little more voracious. To date, it's a good Berlin School with a slightly psychotronic approach where the synth seems more comfortable in its organic texture than throwing solos. Although a solo made of twists and of organic reverbs circle around this structure before molting into a real electronic singing around the 10th minute. The rhythm is still steady and increases even the pressure with lost sequences that are grafted to it, altering and / or enhancing a frantic race that gradually loses its drive, like a train entering the station after defying a firework from a synth always thirsty for sequences with living tones. Composed by Blindmachine, Drom66 & JDan Project, "3ITI" begins its drift towards our ears with a string ensemble that fills its lamentations in a sound mass as compact than highly variegated. A sequencer movement sculpts a zigzagging rhythm, I hear some Edgar Froese and the scents of Stuntman here, in a soundscape where psychedelic cosmic rock spreads a heavy, anachronistic texture that could easily seduce fans of the Cosmic Jokers genre.
Composed by the same trio, "Floating Space" offers an introduction all in cosmic ambiences with synth pads and arrangements which float lazily before striking a line of sequences around the 3rd minute. The movement of the sequencer shoots 3 contiguous lines, with their tonal differences, which jump in the resonances of grave chords and the lyricism of the synth solos. A bit like in "3ITI", the sound ceiling is low-lying and dense with beautiful synth solos and with more musical synth effects. We are far from an ambient title, even that the short ambiospherical moment is quickly harpooned by percussions that lead the music into a big electronic rock of the years 60-70. We understand the meaning of "Remembering Klaus"! A seductive Arabian approach lights up a sustained and quite lively cadence with organic sequences and manual percussion effects which beat and sparkle beneath another motley sky of heterogeneous and very aggressive tones by moments. Explosions of wrinkled metals, muffled roars and ectoplasmic lamentations follow a minimalist approach which brings nuances and snags to seduce the ears of those who love these kind of structures. The percussion play is literally in the spirit of Klaus Schulze. Composed by Blindmachine & Drom66 and also featuring Asuntar & Katod, "Sorcerers DB.AK" is a tribute to who you know. Its nebulous introduction gives way to a slow rhythm erected by a sequencer movement in mode Tangerine Dream's film music by, notably the album Sorcerer. Here again, the atmospheres are bursting with colorful effects, shrill synth sounds and rumblings of machinery. The title deviates quietly towards a cosmic phase, with these effects of voice as jumbled as the communications of astronauts, before concluding with a good electronic rock spiced up by a guitar, its riffs and solos.
It's essential to listen to “Sequential Friends” through our loudspeakers in order to fall in love with this album. And like with Cosmos in your Mind, you must also give yourself time to tame the vibes of an album whose sound is unique and clearly aggressive when our ears are trapped in a headset. As good as it is! But the rhythm structures save the day, since we are actually diving into the golden years of EM. And all in all, “Sequential Friends” turns out to be a great album where the Berlin School of the analog years meets the instruments of tomorrow. I would say that boys have smoked some good grass when they met to compose and record this album!
Sylvain Lupari (August 9th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available at Generator pl.

===============================================================================
                    CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================

Le titre veut tout dire! Blindmachine a invité quelques amis pour faire un véritable album de Berlin School sur un fond d'ambiances plus déjantées où les effets électroniques flirtent avec une vision psychédélique. Drom66, JDan Project, Asuntar et Katod rejoignent les visions gourmandes de Blindmachine. Et ensemble, avec leurs synthétiseurs, séquenceurs, boîtes à rythmes et programmations par ordinateurs, ils emmènent l'auditeur dans un voyage musical au cœur de la Berlin School des années 70/80. Je conseille par contre une écoute avec nos oreilles libres d'écouteurs. La production et le mastering sont superbes. Et si on plonge effectivement dans les belles années de la MÉ, il y a un fort accent contemporain avec une multitude d'effets explosifs et très colorés qui peuvent par moments égratigner la membrane de nos tympans. Si les noms de Blindmachine et Asuntar sonnent un petit éveil dans votre mémoire, il s'agit de ce duo Polonais qui nous a donné le très surprenant Cosmos in your Mind l'an passé. Présenté dans une autre superbe pochette de style digipack, avec 3 panneaux informatifs, “Sequential Friends” est un autre petit bijou du label Polonais Generator pl. qui est moulé comme dans le temps de la belle époque de la MÉ. Et ça débute fort avec "Do you remember Berlin?"
Composé par Blindmachine, ce long voyage sonore au travers les âges est un hommage aux pionniers de la Berlin School. Et c'est avec un effet de vocodeur qu'une ligne de basse séquences émerge et court sous les tonnerres et les spirographes ectoplasmiques d'un synthé imbibé d'une tonalité vampirique. Fluide et soutenu, le mouvement du séquenceur structure un rythme insoumis qui zigzague, sillonne et fait du surplace dans une faune sonore où les distorsions finissent pour infiltrer sa cadence devenue un peu plus vorace. À date, c'est du bon Berlin School avec une approche légèrement psychotronique où le synthé semble plus à l'aise dans sa texture organique que dans l'émission des solos. Quoiqu'un solo fait de torsades et de réverbérations organiques tournaille autour de cette structure avant de muer en vrai chant électronique vers la 10ième minute. Le rythme reste toujours soutenu et augmente même la pression avec des séquences perdues qui s'y greffent, altérant et/ou bonifiant une course effrénée qui peu à peu perd son entrain, comme un train entrant dans la gare après avoir défier un feu d'artifices d'un synthé toujours assoiffé de séquences aux tonalités vivantes. Composé par Blindmachine, Drom66 & JDan Project, "3ITI" débute sa dérive vers nos oreilles avec un ensemble à cordes qui effiloche ses lamentations dans une masse sonore aussi compacte que bigarré. Un mouvement du séquenceur sculpte un rythme qui zigzague follement, j'entends de Edgar Froese et les parfums de Stuntman ici, dans un décor sonore où le rock cosmique psychédélique étend une lourde texture anachronique qui pourrait facilement séduire les amateurs du genre de Cosmic Jokers.
Composé par le même trio, "Floating Space" propose une introduction tout en ambiances cosmiques avec des nappes de synthé et des arrangements qui flottent oisivement avant de percuter une ligne de séquences autour de la 3ième minute. Le mouvement du séquenceur étend 3 lignes contiguës, avec leurs différences tonales, qui sautillent dans les résonnances d'accords graves et le lyrisme des solos de synthé. Un peu comme dans "3ITI", le plafond sonore est bas et dense avec de très beaux solos et des effets de synthé plus musicaux. On est loin d'un titre ambiant, même que le court moment ambiosphérique est vite harponné par des percussions qui entraînent la musique dans un gros rock électronique des années 60-70. On comprends le sens de "Remembering Klaus"! Une séduisante approche Arabe allume une cadence soutenue et assez vive avec des séquences organiques et des effets de percussions manuelles qui pétillent sous un autre ciel bariolé de tonalités aussi hétéroclites que très agressives par moments. Des explosions de métaux froissés, des éboulements de grondements feutrés et des effets de lamentations ectoplasmiques suivent une approche minimaliste qui apporte son lot de nuances et d'accrocs afin de séduire une oreille amante de ces structures. Le jeu des percussions fait littéralement Klaus Schulze. Composé par Blindmachine & Drom66 et mettant en vedette Asuntar & Katod, "Sorcerers DB.AK" est un hommage à vous savez qui. Sa nébuleuse introduction fait place à un rythme lent érigé par un mouvement du séquenceur en mode musique de film par Tangerine Dream, notamment l'album Sorcerer. Encore ici, les ambiances sont gorgées d'effets bigarrés avec des crissements stridents de synthé et des grondements de machinerie. Le titre dévie tranquillement vers une phase cosmique avec ces effets de voix aussi embrouillés que les communications des astronautes avant de conclure avec un bon rock électronique pimenté par une guitare, ses riffs et ses solos.
Il faut absolument écouter “Sequential Friends” par le biais de notre système de sons afin de tomber en amour avec cet album. Un peu comme avec Cosmos in your Mind, il faut aussi se donner du temps pour dompter les ambiances d'un album dont le tissu sonore est unique et nettement agressif lorsque nos oreilles sont prisonnières d'un casque d'écoute. Aussi bon soit-il. Mais les structures de rythme sauvent la mise instantanément, puisque nous plongeons effectivement dans les années d'or de la MÉ. Mais au final, “Sequential Friends” s'avère être un splendide album où le Berlin School des années analogues rencontre les instruments de demain. Moi je dirais qu'il s'en est fumer du bon lorsque les 5 amis se sont réunis!

Sylvain Lupari (09/08/18)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire