vendredi 27 juillet 2018

STAN DART: MurInsel Vol.1 (2018)

“Stan Dart is in good shape and will surely give a good performance with the EDM of  this MurInsel Vol.1”


1 Neon 5:03
2 Flow 5:47
3 Glow 6:24
4 Sunset 6:02
5 Starlight 6:52
6 Island Dreams Part One 6:36
7 Smooth 6:34
Island Dreams Part Two 7:49
8 Spring Chill 2018 6:53
9 10 10pm 5:12
SynGate Wave CD-R SD06 (DDL/CD-R 63:13)
(Chill-out, EDM, E-Rock)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Stan Dart will be the guest DJ on the MurInsel artificial island on the Mur river in Graz, Austria, on July 28, 2018. For this event, he composed the music of “MurInsel Vol.1”. This Chill-Out-themed album features an EM which actually flirts with a kind of Dance Music tainted by the influences of Vangelis, Tangerine Dream (soundtracks) and Jean-Michel Jarre. An album which goes very well in the musical genre of Syngate's Wave division and is offered in a high-quality 24-bit download or in CD-r, it's depend of your tastes. In the end, I liked the very creative direction of an energizing and very melodious music which will surely please the fans of Richard Hasiba and the fans of a night of Dance Music under the stars.
"Neon" sets the tone with a solid electronic rock well saddled on a good marriage between bass pulsations and percussions sober and effective. Very creative and nice, the melodious approach is split into two parts; one which is lunar with arpeggios floating in the cosmos and another blown by a synth more than romantic. Although lively, the structure of "Neon" changes its course with a sneak out of the sequencer which opts for a circular strobe. A short escape taken up by the initial theme. Although pretty rock, this title gives a good idea of Stan Dart's intentions. "Flow" flows in a suit of Up-tempo with a decor woven in enveloping violin layers. Nothing to write to mother! Unlike "Glow" which on the other hand is a pretty good lunar ballad. The rhythm is curt but soft, the decor is carried by layers of mists where these absent voices hum. Filaments of these voices escape to caress our earlobe before getting in along with a melodic approach fragmented in an astral universe and on its sonic rainbow tracing a link to the Earth. "Sunset" releases Tangerine Dream perfumes and their soundtracks of the mid 80's. Drums and bass sequences combine their paces to form a heavy and slow beat whereas the vaporous melody comes and goes in a flurry of well-dosed arrangements. A second earworm freezes here! "Starlight" is a second electronic rock pushed by a good bass line. Looks like a music for action movie! The synth throws some pretty good solos which sniff the influences of Vangelis, and the decor is not far from Blade Runner with Ethan Hunt instead of Rick Deckard in it. This title, which is the catchier of “MurInsel Vol.1”, uses well its 7 minutes to roll the same theme in slightly modified décors.
"Island Dreams Part One" offers a rather slow and very relaxed Down-tempo with a romantic approach unique to these musicians playing the accordion on the banks of the Seine. The flowery melody of these French arrangements is very catchy and could easily border a scene of love or romance in a movie. "Smooth" follows with a more ethereal, a more ambient approach. Although more animated, "Smooth" doesn't shake too much the ambiences. The rhythm becomes more vivid and robust with the arrival of percussions, stealing the beat to a bass which vibrates with relentless from the beginning. The monks' choir and the fluttering violins are reminiscent of Enigma or ERA. Even softer than "Island Dreams Part One", "Island Dreams Part Two" is an ambient title with a melody which blends into an astral decor. Carried around between a stroboscopic line and a chill-out approach, "Spring Chill 2018" oscillates between these two options in a suave musical universe. Very skilled in the art of weaving fragments of melodies which run throughout this album, Stan Dart makes shining one with a keyboard approach which flirts between gloom and seduction. I imagine that "10 10pm" announces the end of this concert because the rhythm is cheerful, like the techno of Jean-Michel Jarre in his Geometry of Love era.
I'm not yet a fan of the genre, but over the last few years I appreciate more and more this electronic dance music and I actually found in “MurInsel Vol.1” some good titles that seduced me with very inspired melodies and arrangements. I like this fluid structure of 63 minutes where Stan Dart moves from one genre to another and a rock to a ballad with a specific place for an astral ambient texture. So, we forget that it's an EDM or Chill-out album. But whatever! It's very musical, really melodious at times in more of being lively and dancing. Have a good summer everyone!
Sylvain Lupari (July 27th, 2018) ***¾**
Available on SynGate Bandcamp
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Stan Dart sera le DJ invité dans l'île artificiel de MurInsel, sur la rivière Mur à Graz en Autriche, le 28 Juillet 2018. Pour cet évènement, il a composé la musique de “MurInsel Vol.1”. Cet album axé sur le style Chill-Out propose une MÉ qui flirte effectivement avec un genre de Dance Music teinté par les influences de Vangelis, Tangerine Dream (musique de film) et Jean-Michel Jarre. Un album qui va très bien dans le genre musical de la division Wave de SynGate et qui est offert en téléchargement de haute qualité 24 Bits ou en cd-r, c'est selon vos goûts. Au final, j'ai bien aimé la direction très créative d'une musique énergisante et très mélodieuse qui plaira à coup sûr aux fans de Richard Hasiba et aux amateurs de soirée Dance Music sous les étoiles.
"Neon" donne le ton avec un solide rock électronique bien en selle sur un bon mariage entre basses pulsations et percussions sobres et efficaces. Très créative et belle, l'approche mélodieuse est scindée en deux volets; une qui est lunaire avec des arpèges flottant dans le cosmos et une autre éventée par un synthé plus que romantique. Bien vivante, la structure de "Neon" modifie son parcours avec une faufilade du séquenceur qui opte pour une ligne circulaire stroboscopique. Une courte échappée reprise par la thématique initiale. Bien qu'assez rock, ce titre donne une bonne idée des intentions de Stan Dart. "Flow" coule dans un habit Up-tempo avec un décor tissé dans des nappes de violons enveloppants. J'en ai pas parlé à ma mère! Contrairement à "Glow" qui en revanche est une superbe ballade lunaire. Le rythme est sec mais mou, le décor est porté par des nappes de brumes où fredonnent ces voix absentes. Des filets de ces voix s'échappent pour caresser notre lobe d'oreille avant d'y entrer avec une approche mélodique fragmenté dans un univers astral et de son arc-en-ciel sonique qui trisse un lien vers la Terre. "Sunset" dégage des parfums de Tangerine Dream et sa musique de film dans le milieu des années 80. Les percussions et les basses séquences s'unissent pour former un rythme lourd et lent alors que la vaporeuse mélodie va et vient dans une flopée d’arrangements bien dosés. Un second ver-d'oreille se fige ici! "Starlight" est un second rock électronique poussé par une bonne ligne de basse. On dirait une musique pour film d'action! Le synthé lance de très beaux solos qui reniflent les influences de Vangelis et le décor n’est pas loin d'un Blade Runner avec un Ethan Hunt à la place de Rick Deckard. Ce titre qui est le plus accrocheur de “MurInsel Vol.1”, utilise bien ses 7 minutes pour faire rouler le même thème dans des décors légèrement modifiés.
"Island Dreams Part One" propose un Down-tempo plutôt lent et très relaxe avec une approche romantique unique à ces musiciens jouant de l'accordéon sur le bord de la Seine. La mélodie qui fleurie de ces arrangements à la française est très accrocheuse et pourrait aisément border une scène d’amour ou de romance au cinéma. "Smooth" suit avec une approche plus éthérée, plus ambiante. Bien que plus animé, "Smooth" ne bouscule pas pour autant les ambiances. Le rythme devient plus vif et robuste avec l'arrivée des percussions, volant le rythme à une basse qui vrombit avec acharnement depuis le début. La chorale de moines et les violons flottant sont réminiscences d'Enigma ou d'ERA. Encore plus doux que "Island Dreams Part One", "Island Dreams Part Two" est un titre ambiant avec une mélodie qui se fond dans un décor astral. Trimbalé entre une ligne stroboscopique et une approche Chill-out, "Spring Chill 2018" oscille entre ces 2 options dans un univers musical suave. Très habile dans l'art de tisser des fragments de mélodies qui courent tout au long de cet album, Stan Dart en fait miroiter une partie avec une approche au clavier qui flirte entre morosité et séduction. J'imagine que "10 10pm" annonce la fin de ce concert car le rythme est enjoué, un peu comme les technos de Jean-Michel Jarre époque Geometry of Love.
Je ne suis pas encore un fervent du genre, mais au fil des dernières années j'apprécie de plus en plus cette musique de danse électronique et j'ai effectivement trouvé en “MurInsel Vol.1” des titres qui m'ont séduit avec des mélodies et des arrangements très inspirés. J'aime cette structure fluide de 63 minutes où Stan Dart bouge d'un genre à l'autre et d'un rock à une ballade avec une place bien précise pour une texture ambiante astrale. Ainsi, on oublie que c'est un album d'EDM ou de Chill-out. Mais peu importe! C'est très musical, vraiment mélodieux par moments et c'est vivant et ça bouge. Bon été tout le monde!
Sylvain Lupari 27/07/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire