mardi 24 juillet 2018

IAN BODDY: The Climb (1983-2018)

“Even with its few tracks which sound a little retro from the synth-pop years, The Climb survives wonderfully to the wear of time and the technological advances of EM”
1 Kinetics 4:34
2 The Circle 4:04
3 Déjà Vu (Part 1) 7:59
4 Déjà Vu (Part 2) 4:46
5 Scorch 5:29
6 The Climb-Dawn 2:51
7 The Climb-Procession 3:11
8 The Climb-Hymn 3:09
9 The Climb-Ascent 2:59
10 The Climb-Summit 4:52
11 Déjà Vu (Part 3) 9:29

DiNDDL21 (DDL 53:26)
(E-Rock, E-Synth Pop)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Ian Boddy's music now spans nearly four decades. And the English musician has composed music since Images, a first cassette, released in 1980! In solo, in duo or in a band, Ian Boddy has participated to the creation of about sixty albums. And I do not count his wide range of Library Music. After putting his first 3 cassettes in a 3 CD compilation set called Spectroscopic in 2017, the guide par excellence of the new trends in EM intends to reissue each of his first albums on his DinDDL download label. An excellent initiative that I salute hands up, especially because of the very affordable price but especially because of the quality of the compositions from DiN Records' boss. “The Climb” was released in 1983, so we must put oneself in the heart of this era in order to bite to its music. And again, there are small jewels which still sound very good today. I think among others to the surprising Déjà Vu.
Large arcs draw these circles which are made in water. They open the jittery rhythm of "Kinetics". Structured on nervous percussions and a good bass line a bit Funk, the music is lively and spits the venom of the 80's synth-pop. The keyboard espouses a little the structure of the rhythm, adding a harmonic lace at the second part as well as effects which keep this touch a bit Bebop electronic of "Kinetics". "Scorch" is also built on the same principle, while "The Circle" is much more the kind electronic-motorik with its structure lying on bass pulsations and which host a stream of stationary sequences. These clear sequences sparkle on the spot, whilst percussions begin to roll a Hip-Hop of which the lyricism is sung by a choir behind a big vocoder. All these elements make of this track a thing on which we hooked on the first listening. We move from a rather commercial phase to a more complex composition with "Déjà Vu (Part 1)". The first sequences which sparkle in a mystical haze tinkle a bit like the approach of sequenced melody in "The Circle". A minute later, the percussions arrive to generate a military march on acid, while the mist intensifies its magic of a world outside our imagination. Chords also gurgle in this structure whose flow of percussion, as well as other seductive effects of percussion, leads to solid English electronic rock where twirls great synth solos. Very close to a rock guitarist, Ian Boddy merges beautifully his solos with orchestral arrangements where also hides a delicate melody carved by a tender and romantic keyboard. "Déjà Vu (Part 2)" follows with a slightly modified tempo, but with a splendid melody which will give you chills to the soul. These drops of pure water stigmatized in sonic pearls tinkle with an enchanting effect on an electronic rock in transformation. A mutation accelerated by an astonishing rise of a mordant bass line. Gorgeous! These 2 titles are going into my network reader, section timeless EM tracks.
The saga of the title-song begins in mystery. The ululations of the creatures of the night and the cavernous breezes fill the opening of "The Climb-Dawn". Chords tinkle and resound in this ambience. Playing with their echoes, these chords weave a processional melody, a bit like Eddie Jobson's Theme of Secrets (splendid album by the way), which vanishes in the sound shadows of "The Climb-Dawn". "The Climb-Procession" follows with a more chthonian approach. Sinuous reverberations serve as a setting for percussions without rhythmic life which only bite the sinister song of an immured choir. "The Climb-Hymn" begins with a more translucent soundscape. The ambiances, always sibylline, cling to this veil of mystery which embroiders the contours of this long epic track which leans on its 17 minutes. Bass layers then carve a sinister slow rise where our ears can perceive a shadow of organ which exhausts its devilry in the sharp and jerky rhythm, a little like in "Kinetics" or "Scorch", of "The Climb-Ascent". "The Climb-Summit" concludes this saga with a meditative structure less dark than the beginning of The Climb, a bit like a heavenly rest after a journey to the lands of desolation. At the time, the saga of The Climb probably initiated the musical movement for dark and gothic ambient structures with a fine industrial touch.
The Climb” becomes sold out soon after its release and became an extremely rare item up until that Ian Boddy re-released it on his Something Else Records label in 1993. This reissue came with the bonus track "Déjà Vu (Part 3) ". Its metamorphic structure follows the main lines of the first two parts, but in a more rock approach, I think of Tangerine Dream and Cool Breeze of Brighton here, where our ears wonder if they are synth or guitar solos flying over and cutting out the 9 minutes of this title which is quite a gift that Ian Boddy makes to his fans. And even with its few tracks which sound a little retro from the synth-pop years, “The Climb” survives wonderfully to the wear of time and the technological advances of EM. I loved discovering this album and I can not wait to hear in such a beautiful sound version as here, The Spirits.

Sylvain Lupari (July 23rd, 2018) ****¼*
synth&sequences.com
Available on DinDDL
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
La musique d'Ian Boddy s'étend maintenant sur près de 4 décennies. Et le musicien Anglais en a composé de la musique depuis Images, une première K7, paru en 1980! En solo, en duo ou en groupe, Ian Boddy a participé à la création d'une 60aine d'albums. Et je ne compte pas son large éventail de Library Music. Après avoir mis ses 3 premières K7 dans une compilation intitulée Spectroscopic, faudrait bien que je vous en jase un de ses 4, en 2017, le guide par excellence des nouvelles tendances en matière de MÉ a l'intention de rééditer chacun de ses premiers albums sur son label de téléchargement DiNDDL. Une excellente initiative que je salue haut la main, notamment à cause du prix très abordable mais surtout à cause de la qualité des compositions du boss de DiN Records. “The Climb” est paru en 1983, donc il faut se situer au cœur de cette époque afin de bien mordre dans l'essentiel de sa musique. Et encore là, on y trouve des petits bijoux qui sonnent encore très bien aujourd’hui. Je pense entre autres au surprenant Déjà Vu.
D'amples arcs sonores dessinent ces cercles que l'on fait dans l'eau. Ils ouvrent le rythme nerveux de "Kinetics". Structurée sur des percussions nerveuses et une bonne ligne de basse un peu Funk, la musique est vive et crache ce venin de la synth-pop des années 80. Le clavier épouse un peu la structure du rythme, ajoutant de la dentelle harmonique en 2ième partie ainsi que des effets qui conservent la touche un brin Bebop électronique de "Kinetics". "Scorch" est construit aussi sur ce même principe, alors que "The Circle" est nettement plus électronique-motorique avec sa structure couchée sur des basses pulsations et qui accueille un ruisselet de séquences stationnaires. Ces séquences limpides scintillent sur place, alors que des percussions se mettent à rouler un Hip-Hop dont le lyrisme est chanté par une chorale derrière un gros vocodeur. Tous ces éléments en font un titre qui accroche à la 1ière écoute. On passe d'une phase plutôt commerciale à une composition plus complexe avec "Déjà Vu (Part 1)". Les premières séquences qui scintillent dans une brume mystique tintent un peu comme l'approche de mélodie séquencée dans "The Circle". Une minute plus loin, les percussions arrivent pour générer une marche militaire sur acide, alors que la brume intensifie sa magie d'un monde hors de notre imaginaire. Des accords gargouillent aussi dans cette structure dont le débit des percussions, ainsi que d'autres séduisants effets de percussions, amène vers du solide rock électronique anglais où virevoltent de superbes solos de synthé. Très près d'un guitariste de rock, Ian Boddy fusionne à merveille ses solos avec des arrangements orchestraux où se cache aussi une délicate mélodie sculptée par un tendre et romantique clavier. "Déjà Vu (Part 2)" suit avec un tempo légèrement modifié, mais avec une splendide mélodie qui vous donnera des frissons dans l'âme. Ces gouttes d'eau pur stigmatisées en perles soniques tintent avec un effet enchanteur sur du rock électronique en mutation. Une mutation accélérée par une étonnante ascension d'une ligne de basse mordante. Splendide! Ces 2 titres s'en vont dans mon lecteur réseau, section MÉ intemporelle.
La saga de la pièce-titre s'amorce avec mystère. Les ululements des créatures de la nuit et des brisent caverneuses meublent l'ouverture de "The Climb-Dawn". Des accords tintent et résonnent dans cette ambiance. Jouant avec leurs échos, ces accords tissent une mélodie processionnelle, un peu le genre d'Eddie Jobson dans Theme of Secrets (splendide album en passant), qui s'évanouit dans les ombres sonores de "The Climb-Dawn". "The Climb-Procession" suit avec une approche plus chthoniennes. Des réverbérations sinueuses servent de décor à des claquements de percussions sans vie rythmique qui ne font que meurtrirent le sinistre chant d'une chorale emmurée. "The Climb-Hymn" débute avec un paysage sonore plus translucide. Les ambiances, toujours sibyllines, s'accrochent à ce voile de mystère qui brode les contours de ce long titre fleuve qui s'appuie sur 17 minutes. Des nappes de basse sculptent alors une sinistre ascension lento où nos oreilles peuvent percevoir une ombre d'orgue qui épuise sa diablerie dans le rythme vif et saccadé, un peu comme dans "Kinetics" ou "Scorch", de "The Climb-Ascent". "The Climb-Summit" conclut cette saga avec une structure méditative moins sombre que le début de The Climb, Un peu comme un repos céleste après un voyage dans les terres de la désolation. À l'époque, la saga de The Climb devait sans doute initier le mouvement musical pour des structures ambiantes sombres et gothiques avec une fine touche industrielle.
The Climb” s'est vendu dans le temps de le dire et est devenu un objet rarissime jusqu'à ce qu'Ian Boddy le réédite sur son label Something Else Records en 1993. Cette réédition venait avec le titre boni "Déjà Vu (Part 3)". Sa structure métamorphique épouse les grandes lignes des 2 premiers volets, mais dans une approche plus rock, je pense à Tangerine Dream et Cool Breeze of Brighton ici, où nos oreilles se demandent si ce sont des solos de synthé ou de guitare qui survolent et cisaillent les 9 minutes de ce titre qui est tout un cadeau qu'Ian Boddy fait à ses fans. Et même avec ses quelques titres qui sonnent un peu rétro des années de la synth-pop, “The Climb” survit à merveille à l'usure du temps et des avancées technologiques de la MÉ. J'ai adoré découvrir cet album et j'ai déjà hâte d’entendre dans une aussi belle version sonore qu'ici, The Spirits.

Sylvain Lupari 23/07/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire