lundi 30 juillet 2018

ARCANE: Conduit (2018)

“Conduit is a work conceived and designated for fans of Berlin School that Arcane liked to write in the early 2000's”

1 Conduit 1 5:42
2 Conduit 2 13:20
3 Conduit 3 6:36
4 Conduit 4 7:32
5 Conduit 5 5:56

Paul Lawler Music (39:10)
(Berlin School)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
A series of dark, fat and juicy chords begins a vampiric march while spreading out a thin veil of reverberations. The song of a synth espouses this sinister step which increases its pace with the arrival of castanets. Not yet a Luciferian electronic rock, "Conduit 1" evolves yet of another step with the arrival of percussion more in mode rock and with a line of bass sequences which gurgle in a strange batrachian language. Supported, the rhythm hosts good synth solos on a bed of percussion and sequences. After this brief, more ambient passage, the rhythm is reborn with an electronic fauna rich of its effects and of its nebulous layers. “Conduit” is the last E.P./L.P., since it's around 40 minutes, from Arcane. Always very prolific since the beginning of 2010, Paul Lawler delivers here an opus in mode Berlin School. A first since Landers, except for Live @ E-Day 2017, and it feels good!
But Arcane doesn't give up the chthonic atmospheres, like the one which feeds the first 180 seconds of "Conduit 2". An ideal staging, because the atmospheres remain in all that is more Tangerine Dream of the 70's, for a sequencer to weave these fluid and ambient rhythms of the Berlin School. Paranormal electronic ornaments accompany the gentle oscillation of this ambient rhythm where a synth, and percussive elements, goes into mode mystery and harmony after the mark of 4 minutes. Effects which sweep the horizons and add a little mystery to this structure which seems to race continuously and becomes as fluid as its many very musical solos. Using his fantasies for the 13 minutes of "Conduit 2", Paul Lawler structures a very good Berlin School by playing on the fluidity of rhythm and the richness of synth solos which spin like acrobatic fires in the dark sky of the more ethereal phases. Shorter, "Conduit 3" is molded a bit in the same musical pattern. Except that here the race is more furious and jerky, it looks like a train, and the effects are more evil. A good theme for a horror movie. We are entering a phase of
Conduit where creativity, linked to the exploration of Paul Lawler's new equipment, brings the listener into territories where the imagination reaches our fibers of extreme tension. Like this fascinating rhythm in "Conduit 4", it looks like a race of suction cups on a wet window, which brings us into gloomy territories. A Mellotron throws airs of flutes on a bed of scrambled waves. Always curt and hatched, the rhythm sculpts semi-rotary phases where end up clinging percussion elements. The synth pitches harmonies which adopt the flute songs, while fall down grave chords which deepen even more the field of dramatic intensity of the title. "Conduit 5" is pure Arcane with a very lively electronic rock which bathes in mephistophelic elements. Did I hear a guitar there?
Conduit” is a work conceived and designated for fans of Berlin School that Arcane liked to write in the early 2000's. The sound and equipment are more contemporary but the signature remains the same. Some very solid Arcane which renews, for my greatest pleasure, with its Berlin School style caramelized in the best of Tangerine Dream, in terms of soundtracks and their passages guided by sequencer and electronic percussion. Go treat yourself! It's with this genre of EM that I fell in it some 40 years ago …

Sylvain Lupari (July 30th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available on Paul Lawler Bandcamp
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Une série d'accords sombres, gras et juteux entreprend une marche vampirique tout en étendant un fin voile de réverbérations. Le chant d'un synthé épouse cette sinistre démarche qui augmente sa cadence avec l'arrivée de castagnettes. Pas encore un rock électronique Luciférien, "Conduit 1" évolue encore une coche de plus avec l'arrivée de percussions plus en mode rock et d'une ligne de basses séquences qui gargouille un étrange langage batracien. Soutenu, le rythme accueille de bon solos de synthé sur un lit de percussions et séquences. Après ce bref passage plus ambiant, le rythme renaît dans une faune électronique riche de ses effets et de ses nappes nébuleuses. “Conduit” est le dernier E.P./L.P., puisqu'il avoisine les 40 minutes, d'Arcane. Toujours très prolifique depuis le début des années 2010, Paul Lawler livre ici un opus en mode Berlin School. Un premier depuis Landers, exception faite de Live @ E-Day 2017, et ça fait du bien!
Mais Arcane n'abandonne pas pour autant les atmosphères chthoniennes, comme celle qui nourrit les 180 premières secondes de "Conduit 2". Une mise en scène idéale, car les ambiances demeurent dans tout ce qu'il y a de plus Tangerine Dream des années 70, pour un séquenceur afin qu'il tisse ces rythmes fluides et ambiants de la Berlin School. Des ornements électroniques paranormaux accompagnent la douce oscillation de ce rythme ambiant où un synthé, et des éléments percussifs, se met en mode mystère et harmonie après la barre des 4 minutes. Des effets qui balayent les horizons ajoutent un peu de mystère à cette structure qui semble courir sans arrêt et qui devient aussi fluide que ses nombreux solos très musicaux. Utilisant au gré de ses fantaisies les 13 minutes de "Conduit 2", Paul Lawler structure un très bon Berlin School en jouant sur les fluidités du rythme et la richesse des solos de synthé qui virevoltent comme des feux acrobatiques dans le ciel noir des phases plus éthérées. Plus court, "Conduit 3" est moulé un peu dans le même moule musical, sauf qu'ici la course est plus endiablée et plus saccadée, on dirait un train, et les effets sont plus diaboliques. Un bon thème pour un film d'horreur. On entre dans une phase de “Conduit” où la créativité, liée à l'exploration des nouveaux équipements de Paul Lawler, amène l'auditeur dans des territoires où l'imagination atteint nos fibres d'extrême tension. Comme ce rythme fascinant dans "Conduit 4", on dirait une course de ventouses sur une vitre mouillée, qui nous amène dans des territoires glauques. Un Mellotron lance des airs de flûtes sur un lit d'ondes brouillées. Toujours sec et hachuré, le rythme sculpte des phases semi-rotatives où finissent par s'agripper des éléments de percussions. Le synthé lance des harmonies qui ressemblent aux chants de flûtes, alors que tombent des accords graves qui approfondissent encore plus le champs d'intensité dramatique du titre. "Conduit 5" est du Arcane tout craché avec un rock électronique très entraînant qui baigne dans des éléments méphistophéliques.
Conduit” est une œuvre dessinée et désignée pour les amateurs du Berlin School qu'Arcane aimait bien écrire au début des années 2000. Le son et les équipements sont plus contemporains mais la signature demeure la même. Du très solide Arcane qui renoue, pour mon plus grand plaisir, avec son style Berlin School caramélisé dans le meilleur de Tangerine Dream, au niveau des trames sonores et de leurs passages guidés par le séquenceur et les percussions électroniques. Faites-vous plaisir! C'est avec ce genre que je suis tombé dedans il y a plus de 40 ans…
Sylvain Lupari 28/07/18

samedi 28 juillet 2018

CONNECT.OHM: [9980] (2018)

“9980 is a very nice album where the cosmos is tenderly jostled by one of the most rhythmic albums in Ultimae Records' catalogue”

1 Evolution 1:1 8:32
2 Snow Park 9:05
3 9980 8:14
4 Mol 9:09
5 Fossil 11:14
6 Take Off (album edit) 6:54
7 Gentle Perception 5:14
8 Time to Time by Time 7:55
9 Winter Sorrows 7:14

Ultimae Records| inre054.2 (CD 73:52)
(EDM & Ambient Down-tempos)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
At the time that I reviewed “9980” I was barely starting my intrusion into the world of psybient and the psychedelic-sonic boundaries of the Lyons label Ultimae Records. So I was far from being a connoisseur! Especially in the lunar down-tempos structures of the Connect.Ohm duo which is composed of Hybrid Leisureland (Hidetoshi Koizumi) and Cell (Alexandre Scheffer). Since then, my ears have been attached to this style to the very point where I receive and listen to more and more this music of which the anchor point is related to the ambient music of the 70's and to the structures of Manuel Göttsching as well as Klaus Schulze and Jean-Michel Jarre when their styles deviated to electronic dance music. It's therefore with enthusiasm that I accepted the invitation of Sandrine to dip again my eardrums in this new version of “9980”. Aside from a new cover, still in digipack format, this remastered reissue is offered in a high-quality 24-bit recording. We thus rediscover a more detailed sound fauna with an accentuation in the electronic effects and for some percussive elements.
The rhythmic panorama is always so enchanting. From "Evolution 1:1" to "Winter Sorrows", “9980” reconnects 74 minutes of atmospheres and slow rhythms in an impressive mosaic of lunar ballads and morphic down-tempo which are waved in interstellar sonic textures. The pinnacle of the album, to my tastes, is still "Fossil" and "Take Off". And like a soundtrack which arises in crescendo, it returns to its cradle with delicacy, I still love the very ambient and morphic "Time to Time by Time" with its glass beads that tinkle and fall into oblivion ... A very nice album where the cosmos is tenderly jostled by one of the most rhythmic albums in Ultimae Records' catalogue.
Sylvain Lupari (July 26th, 2018) *****
Available on Ultimae Records
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
À l'époque où j'ai chroniqué “9980” je débutais à peine mon intrusion dans l'univers du psybient et dans les frontières psychédélico-sonores du label Lyonnais Ultimae Records. Donc j'étais loin d'être un connaisseur! Surtout au niveau des structures down-tempos lunaires du duo Connect.Ohm qui est composé d'Hybrid Leisureland (Hidetoshi Koizumi) et de Cell (Alexandre Scheffer). Depuis, mes oreilles se sont attachées à ce style au point même où je reçois et j'écoute de plus en plus cette musique dont le point d'ancrage est relié à la musique ambiante des années 70 et aux structures de Manuel Göttsching ainsi que de KlausSchulze et Jean-Michel Jarre lorsque leurs styles ont dévié vers une musique de danse électronique. C'est donc avec engouement que j'ai accepté l'invitation de Sandrine pour retremper mes tympans dans cette nouvelle mouture de “9980”. Mis à part une nouvelle pochette, toujours en format digipack, cette réédition remasterisée est proposée en un enregistrement de haute qualité 24 Bits. On redécouvre ainsi une faune sonore plus détaillée avec une accentuation dans les effets électroniques et pour certains éléments percussifs.
Le panorama rythmique est toujours aussi enchanteur. De "Evolution 1:1" à "Winter Sorrows", “9980” reconnecte 74 minutes d'ambiances et de rythmes dans une impressionnante mosaïque de ballades lunaires et de down-tempo morphique qui se déhanchent dans des textures soniques interstellaires. Le pinacle de l'album, pour mes goûts, reste toujours "Fossil" et "Take Off". Et comme une trame sonore qui monte en crescendo, elle retourne à son berceau avec délicatesse, j'adore toujours autant le très ambiant et morphique "Time to Time by Time" avec ses perles en verre qui tintent et tombent dans l'oubli… Un très bel album où le cosmos est tendrement bousculé par un des albums le plus rythmé d'Ultimae Records.
Sylvain Lupari 26/07/18

vendredi 27 juillet 2018

STAN DART: MurInsel Vol.1 (2018)

“Stan Dart is in good shape and will surely give a good performance with the EDM of  this MurInsel Vol.1”


1 Neon 5:03
2 Flow 5:47
3 Glow 6:24
4 Sunset 6:02
5 Starlight 6:52
6 Island Dreams Part One 6:36
7 Smooth 6:34
Island Dreams Part Two 7:49
8 Spring Chill 2018 6:53
9 10 10pm 5:12
SynGate Wave CD-R SD06 (DDL/CD-R 63:13)
(Chill-out, EDM, E-Rock)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Stan Dart will be the guest DJ on the MurInsel artificial island on the Mur river in Graz, Austria, on July 28, 2018. For this event, he composed the music of “MurInsel Vol.1”. This Chill-Out-themed album features an EM which actually flirts with a kind of Dance Music tainted by the influences of Vangelis, Tangerine Dream (soundtracks) and Jean-Michel Jarre. An album which goes very well in the musical genre of Syngate's Wave division and is offered in a high-quality 24-bit download or in CD-r, it's depend of your tastes. In the end, I liked the very creative direction of an energizing and very melodious music which will surely please the fans of Richard Hasiba and the fans of a night of Dance Music under the stars.
"Neon" sets the tone with a solid electronic rock well saddled on a good marriage between bass pulsations and percussions sober and effective. Very creative and nice, the melodious approach is split into two parts; one which is lunar with arpeggios floating in the cosmos and another blown by a synth more than romantic. Although lively, the structure of "Neon" changes its course with a sneak out of the sequencer which opts for a circular strobe. A short escape taken up by the initial theme. Although pretty rock, this title gives a good idea of Stan Dart's intentions. "Flow" flows in a suit of Up-tempo with a decor woven in enveloping violin layers. Nothing to write to mother! Unlike "Glow" which on the other hand is a pretty good lunar ballad. The rhythm is curt but soft, the decor is carried by layers of mists where these absent voices hum. Filaments of these voices escape to caress our earlobe before getting in along with a melodic approach fragmented in an astral universe and on its sonic rainbow tracing a link to the Earth. "Sunset" releases Tangerine Dream perfumes and their soundtracks of the mid 80's. Drums and bass sequences combine their paces to form a heavy and slow beat whereas the vaporous melody comes and goes in a flurry of well-dosed arrangements. A second earworm freezes here! "Starlight" is a second electronic rock pushed by a good bass line. Looks like a music for action movie! The synth throws some pretty good solos which sniff the influences of Vangelis, and the decor is not far from Blade Runner with Ethan Hunt instead of Rick Deckard in it. This title, which is the catchier of “MurInsel Vol.1”, uses well its 7 minutes to roll the same theme in slightly modified décors.
"Island Dreams Part One" offers a rather slow and very relaxed Down-tempo with a romantic approach unique to these musicians playing the accordion on the banks of the Seine. The flowery melody of these French arrangements is very catchy and could easily border a scene of love or romance in a movie. "Smooth" follows with a more ethereal, a more ambient approach. Although more animated, "Smooth" doesn't shake too much the ambiences. The rhythm becomes more vivid and robust with the arrival of percussions, stealing the beat to a bass which vibrates with relentless from the beginning. The monks' choir and the fluttering violins are reminiscent of Enigma or ERA. Even softer than "Island Dreams Part One", "Island Dreams Part Two" is an ambient title with a melody which blends into an astral decor. Carried around between a stroboscopic line and a chill-out approach, "Spring Chill 2018" oscillates between these two options in a suave musical universe. Very skilled in the art of weaving fragments of melodies which run throughout this album, Stan Dart makes shining one with a keyboard approach which flirts between gloom and seduction. I imagine that "10 10pm" announces the end of this concert because the rhythm is cheerful, like the techno of Jean-Michel Jarre in his Geometry of Love era.
I'm not yet a fan of the genre, but over the last few years I appreciate more and more this electronic dance music and I actually found in “MurInsel Vol.1” some good titles that seduced me with very inspired melodies and arrangements. I like this fluid structure of 63 minutes where Stan Dart moves from one genre to another and a rock to a ballad with a specific place for an astral ambient texture. So, we forget that it's an EDM or Chill-out album. But whatever! It's very musical, really melodious at times in more of being lively and dancing. Have a good summer everyone!
Sylvain Lupari (July 27th, 2018) ***¾**
Available on SynGate Bandcamp
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Stan Dart sera le DJ invité dans l'île artificiel de MurInsel, sur la rivière Mur à Graz en Autriche, le 28 Juillet 2018. Pour cet évènement, il a composé la musique de “MurInsel Vol.1”. Cet album axé sur le style Chill-Out propose une MÉ qui flirte effectivement avec un genre de Dance Music teinté par les influences de Vangelis, Tangerine Dream (musique de film) et Jean-Michel Jarre. Un album qui va très bien dans le genre musical de la division Wave de SynGate et qui est offert en téléchargement de haute qualité 24 Bits ou en cd-r, c'est selon vos goûts. Au final, j'ai bien aimé la direction très créative d'une musique énergisante et très mélodieuse qui plaira à coup sûr aux fans de Richard Hasiba et aux amateurs de soirée Dance Music sous les étoiles.
"Neon" donne le ton avec un solide rock électronique bien en selle sur un bon mariage entre basses pulsations et percussions sobres et efficaces. Très créative et belle, l'approche mélodieuse est scindée en deux volets; une qui est lunaire avec des arpèges flottant dans le cosmos et une autre éventée par un synthé plus que romantique. Bien vivante, la structure de "Neon" modifie son parcours avec une faufilade du séquenceur qui opte pour une ligne circulaire stroboscopique. Une courte échappée reprise par la thématique initiale. Bien qu'assez rock, ce titre donne une bonne idée des intentions de Stan Dart. "Flow" coule dans un habit Up-tempo avec un décor tissé dans des nappes de violons enveloppants. J'en ai pas parlé à ma mère! Contrairement à "Glow" qui en revanche est une superbe ballade lunaire. Le rythme est sec mais mou, le décor est porté par des nappes de brumes où fredonnent ces voix absentes. Des filets de ces voix s'échappent pour caresser notre lobe d'oreille avant d'y entrer avec une approche mélodique fragmenté dans un univers astral et de son arc-en-ciel sonique qui trisse un lien vers la Terre. "Sunset" dégage des parfums de Tangerine Dream et sa musique de film dans le milieu des années 80. Les percussions et les basses séquences s'unissent pour former un rythme lourd et lent alors que la vaporeuse mélodie va et vient dans une flopée d’arrangements bien dosés. Un second ver-d'oreille se fige ici! "Starlight" est un second rock électronique poussé par une bonne ligne de basse. On dirait une musique pour film d'action! Le synthé lance de très beaux solos qui reniflent les influences de Vangelis et le décor n’est pas loin d'un Blade Runner avec un Ethan Hunt à la place de Rick Deckard. Ce titre qui est le plus accrocheur de “MurInsel Vol.1”, utilise bien ses 7 minutes pour faire rouler le même thème dans des décors légèrement modifiés.
"Island Dreams Part One" propose un Down-tempo plutôt lent et très relaxe avec une approche romantique unique à ces musiciens jouant de l'accordéon sur le bord de la Seine. La mélodie qui fleurie de ces arrangements à la française est très accrocheuse et pourrait aisément border une scène d’amour ou de romance au cinéma. "Smooth" suit avec une approche plus éthérée, plus ambiante. Bien que plus animé, "Smooth" ne bouscule pas pour autant les ambiances. Le rythme devient plus vif et robuste avec l'arrivée des percussions, volant le rythme à une basse qui vrombit avec acharnement depuis le début. La chorale de moines et les violons flottant sont réminiscences d'Enigma ou d'ERA. Encore plus doux que "Island Dreams Part One", "Island Dreams Part Two" est un titre ambiant avec une mélodie qui se fond dans un décor astral. Trimbalé entre une ligne stroboscopique et une approche Chill-out, "Spring Chill 2018" oscille entre ces 2 options dans un univers musical suave. Très habile dans l'art de tisser des fragments de mélodies qui courent tout au long de cet album, Stan Dart en fait miroiter une partie avec une approche au clavier qui flirte entre morosité et séduction. J'imagine que "10 10pm" annonce la fin de ce concert car le rythme est enjoué, un peu comme les technos de Jean-Michel Jarre époque Geometry of Love.
Je ne suis pas encore un fervent du genre, mais au fil des dernières années j'apprécie de plus en plus cette musique de danse électronique et j'ai effectivement trouvé en “MurInsel Vol.1” des titres qui m'ont séduit avec des mélodies et des arrangements très inspirés. J'aime cette structure fluide de 63 minutes où Stan Dart bouge d'un genre à l'autre et d'un rock à une ballade avec une place bien précise pour une texture ambiante astrale. Ainsi, on oublie que c'est un album d'EDM ou de Chill-out. Mais peu importe! C'est très musical, vraiment mélodieux par moments et c'est vivant et ça bouge. Bon été tout le monde!
Sylvain Lupari 27/07/18

jeudi 26 juillet 2018

LLOVESPELL: Places (2018)

“Places is a dance music album with a more experimental approach wrapped in the ambient sweetness of the Berliner style EM”
One
1 Scale Me, 2 Detachment, 4 The Lectrice, 5 Four Maybe, 6 Magnet Sea, 7 The Line,

8 Outside, 9 (Untitled)
Two
10 2 Lines, 11 Lost Code, 12 Asphalt and The Sea, 13 The Cat Comes in, 14 Night Shop,
15 Lights to Go, 16 The Other Home, 17 Your Hotel, 18 40 Minutes
Bonus Tracks
19 (Untitled 1), 20 (Untitled 2), 21 (Untitled 3)
(EDM, IDM & Electronica)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Another artist from the Wrotycz Records label, Llovespell is a name associated with EM since his association with Hans Johm in the project Radio Eichenlaub in the early 2000's. Tinged of melancholy, the music of the German duo was then guided by the Dark Ambient style. Llovespell, a project by Stephan Spreer, left Radio Eichenlaub in 2002 to pursue a solo career. He then turned to a more dance genre but also more experimental with a slight link with an industrial ambience. Some 6 CDs and 2 cassettes later, Wrotycz Records offers the last two tapes of Llovespell. We are talking here about 21 titles and an impressive musical mosaic with various genres which get intersect in a good frenzy EDM. Limited to 500 pressing edition, “Places” is a first rendezvous which features 2, and even 3, facets of Stephan Spreer.
"Scale Me" sets the tone with a lively and bouncy rhythm. It's a good and catchy EDM track decorated with good effects of percussion and of boorish voices gurgling among ghostly ululations. Adorned of sonic glitches and other psybient effects, "Detachment" goes for a good bipolar down-tempo. Here again, the percussions add to the charms whereas foggy synth pads explain the presence of this album on the Wrotycz Records label. "Echo Run" is more commercial with its fluid rhythm embellished with Afro-Caribbean xylophone percussion. Docile, "The Lectrice" reminds me of the good commercial hit from Altered Image. "Four Maybe" is more rough in its psychedelic-ambient industrial dance approach. The sound effects, and they are manifold, envelop a rhythm which leaps barely. More fluid, "Magnet Sea" surfs on synth waves in a rather ethereal EDM structure, while "The Line" joins a little the style of "Scale Me". "Outside" does into an ambient dance genre with a nice sound texture where the synth and its circular sweeping dominates on a sonic flora teeming with its tones still as much sought after since that "Scale Me" has infiltrated between our ears. This first cassette, entitled One, to nest in
Places ends with the 39 seconds of "(Untitled)" which presents a fauna of percussive elements and big effects of white noises in a structure without direction. With a good balance between dance music and percussion effects which attracts the curiosity of the ears, one tames One pretty well. On the other hand, Two proposes structures as rough as "Four Maybe". The music is more into an experimental dance with a texture of modern psychedelic sounds and effects which roar much more than the rhythms. It requires a couple of plays, although a title like "Asphalt and The Sea" can make things easier. A 3rd E.P. was under construction, but it never saw the light of day. Llovespell has recovered titles entitled simply (Untitled). We still feel a sense of evolution in the approach of Stephan Spreer who favors a texture more Jazz on "(Untitled 1)" and "(Untitled 2)", whereas "(Untitled 3)" adopts a fascinating approach a la Zoolook, but in a more acoustic version. Pretty interesting!
One'll have guessed it; “Places” is a dance music album with a more experimental approach wrapped in the ambient sweetness of the Berliner style EM. The style of Llovespell offers a more ethereal psybient despite a superabundance, very seductive by the way, of much aesthetic sound effects since it's little used in the usual genre. It's a nice discovery which flows very well between the ears, at least mine's, and is available in Digipack format with 4 side panels. An album whcih should appeal to fans of EDM with a more experimental approach.
Sylvain Lupari (July 25th, 2018) ***¾**
synth&sequences.com
Available on
Wrotycz Records
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Autre artiste du label Wrotycz Records, Llovespell est un nom associé à la MÉ depuis son association avec Hans Johm dans le projet Radio Eichenlaub au début des années 2000. Teintée de mélancolie, la musique du duo Allemand était alors guidée par du Dark Ambient. Llovespell, projet de Stephan Spreer, a quitté Radio Eichenlaub en 2002 afin d'entreprendre une carrière solo. Il se tournait alors vers un genre plus danse mais aussi plus expérimental avec un léger lien avec une approche ambiante industrielle. Quelque 6 CD et 2 K7 plus loin, Wrotycz Records propose les 2 dernières cassettes de Llovespell. On parle ici de 21 titres et d'une impressionnante mosaïque musical avec divers genres qui s'entrecoupent dans un beau délire EDM. Limité à 500 pressages, “Places” est une première carte de visite qui propose 2, et même 3, facettes de Stephan Spreer.
"Scale Me" donne le ton avec un rythme vif et bondissant. C'est de la bonne EDM entraînante décorée par de bons effets de percussions et de voix rustres qui gargouillent parmi des ululements fantomatiques. Orné de glitch et autres effets de psybient, "Detachment" y va pour un bon down-tempo bipolaire. Encore ici, les percussions ajoutent aux charmes alors que des nappes de synthé brumeuses expliquent la présence de cet album sur le label Wrotycz Records. "Echo Run" est plus commerciale avec son rythme fluide agrémentée de percussions en mode xylophone Afro-Caribéen. Docile, "The Lectrice" me fait penser à du bon Altered Image assez commercial. "Four Maybe" est plus du genre papier-sablé dans son approche de danse industrielle psychédélico-ambiante. Les effets sonores, et ils sont nombreux, enveloppent un rythme qui bondit de peine et de misère. Plus fluide, "Magnet Sea" surf sur des vagues de synthé dans une structure EDM plutôt éthérée, alors que "The Line" rejoint un peu le style de "Scale Me". "Outside" fait dans le genre danse ambiante dans une belle texture sonore où le synthé et ses balayements circulaires domine sur une flore sonique grouillante de ses tonalités toujours aussi recherchées depuis que "Scale Me" s'est infiltré entre nos oreilles. Cette 1ière K7, intitulé One, à nicher dans “Places” se termine avec les 39 secondes de "(Untitled)" qui présente une faune d'éléments percussifs et des gros effets de glitch dans une structure sans direction. Avec son bon dosage entre la musique de danse et des effets de percussions qui attirent la curiosité des oreilles, One se digère plutôt bien. Par contre Two propose des structures aussi rudes que "Four Maybe". La musique est plus du genre danse expérimentale avec une texture de bruits et effets psychédélique moderne qui rugit bien plus que les rythmes. Ça demande une couple d'écoutes, quoique qu'un titre comme "Asphalt and The Sea" peut faciliter les choses. Un 3ième E.P. était en chantier, mais le projet est tombé à l'eau. Llovespell a récupéré des titres intitulés sobrement (Untitled). On sent encore une pointe d'évolution dans l'approche de Stephan Spreer qui privilégie une texture plus Jazz sur "(Untitled 1)" et "(Untitled 2)", alors que "(Untitled 3)" épouse une fascinante approche à la Zoolook, mais en version plus acoustique. Assez intéressant!
On l'aura deviné, “Places” est un album de musique de danse avec une approche plus expérimentale qui est enrobée des douceurs ambiantes de la MÉ de style Berliner. Le style de Llovespell propose un psybient plus éthéré malgré une surabondance, très séduisante en passant, d'effets sonores très esthétique puisque peu utilisés dans le genre usuel. C'est une belle découverte qui coule très bien entre les oreilles, à tout le moins les miennes, et qui est disponible en format Digipack avec 4 côtés. Un album qui devrait plaire aux amateurs d'EDM avec une approche plus expérimentale.
Sylvain Lupari 24/07/18

mardi 24 juillet 2018

IAN BODDY: The Climb (1983-2018)

“Even with its few tracks which sound a little retro from the synth-pop years, The Climb survives wonderfully to the wear of time and the technological advances of EM”
1 Kinetics 4:34
2 The Circle 4:04
3 Déjà Vu (Part 1) 7:59
4 Déjà Vu (Part 2) 4:46
5 Scorch 5:29
6 The Climb-Dawn 2:51
7 The Climb-Procession 3:11
8 The Climb-Hymn 3:09
9 The Climb-Ascent 2:59
10 The Climb-Summit 4:52
11 Déjà Vu (Part 3) 9:29

DiNDDL21 (DDL 53:26)
(E-Rock, E-Synth Pop)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
Ian Boddy's music now spans nearly four decades. And the English musician has composed music since Images, a first cassette, released in 1980! In solo, in duo or in a band, Ian Boddy has participated to the creation of about sixty albums. And I do not count his wide range of Library Music. After putting his first 3 cassettes in a 3 CD compilation set called Spectroscopic in 2017, the guide par excellence of the new trends in EM intends to reissue each of his first albums on his DinDDL download label. An excellent initiative that I salute hands up, especially because of the very affordable price but especially because of the quality of the compositions from DiN Records' boss. “The Climb” was released in 1983, so we must put oneself in the heart of this era in order to bite to its music. And again, there are small jewels which still sound very good today. I think among others to the surprising Déjà Vu.
Large arcs draw these circles which are made in water. They open the jittery rhythm of "Kinetics". Structured on nervous percussions and a good bass line a bit Funk, the music is lively and spits the venom of the 80's synth-pop. The keyboard espouses a little the structure of the rhythm, adding a harmonic lace at the second part as well as effects which keep this touch a bit Bebop electronic of "Kinetics". "Scorch" is also built on the same principle, while "The Circle" is much more the kind electronic-motorik with its structure lying on bass pulsations and which host a stream of stationary sequences. These clear sequences sparkle on the spot, whilst percussions begin to roll a Hip-Hop of which the lyricism is sung by a choir behind a big vocoder. All these elements make of this track a thing on which we hooked on the first listening. We move from a rather commercial phase to a more complex composition with "Déjà Vu (Part 1)". The first sequences which sparkle in a mystical haze tinkle a bit like the approach of sequenced melody in "The Circle". A minute later, the percussions arrive to generate a military march on acid, while the mist intensifies its magic of a world outside our imagination. Chords also gurgle in this structure whose flow of percussion, as well as other seductive effects of percussion, leads to solid English electronic rock where twirls great synth solos. Very close to a rock guitarist, Ian Boddy merges beautifully his solos with orchestral arrangements where also hides a delicate melody carved by a tender and romantic keyboard. "Déjà Vu (Part 2)" follows with a slightly modified tempo, but with a splendid melody which will give you chills to the soul. These drops of pure water stigmatized in sonic pearls tinkle with an enchanting effect on an electronic rock in transformation. A mutation accelerated by an astonishing rise of a mordant bass line. Gorgeous! These 2 titles are going into my network reader, section timeless EM tracks.
The saga of the title-song begins in mystery. The ululations of the creatures of the night and the cavernous breezes fill the opening of "The Climb-Dawn". Chords tinkle and resound in this ambience. Playing with their echoes, these chords weave a processional melody, a bit like Eddie Jobson's Theme of Secrets (splendid album by the way), which vanishes in the sound shadows of "The Climb-Dawn". "The Climb-Procession" follows with a more chthonian approach. Sinuous reverberations serve as a setting for percussions without rhythmic life which only bite the sinister song of an immured choir. "The Climb-Hymn" begins with a more translucent soundscape. The ambiances, always sibylline, cling to this veil of mystery which embroiders the contours of this long epic track which leans on its 17 minutes. Bass layers then carve a sinister slow rise where our ears can perceive a shadow of organ which exhausts its devilry in the sharp and jerky rhythm, a little like in "Kinetics" or "Scorch", of "The Climb-Ascent". "The Climb-Summit" concludes this saga with a meditative structure less dark than the beginning of The Climb, a bit like a heavenly rest after a journey to the lands of desolation. At the time, the saga of The Climb probably initiated the musical movement for dark and gothic ambient structures with a fine industrial touch.
The Climb” becomes sold out soon after its release and became an extremely rare item up until that Ian Boddy re-released it on his Something Else Records label in 1993. This reissue came with the bonus track "Déjà Vu (Part 3) ". Its metamorphic structure follows the main lines of the first two parts, but in a more rock approach, I think of Tangerine Dream and Cool Breeze of Brighton here, where our ears wonder if they are synth or guitar solos flying over and cutting out the 9 minutes of this title which is quite a gift that Ian Boddy makes to his fans. And even with its few tracks which sound a little retro from the synth-pop years, “The Climb” survives wonderfully to the wear of time and the technological advances of EM. I loved discovering this album and I can not wait to hear in such a beautiful sound version as here, The Spirits.

Sylvain Lupari (July 23rd, 2018) ****¼*
synth&sequences.com
Available on DinDDL
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
La musique d'Ian Boddy s'étend maintenant sur près de 4 décennies. Et le musicien Anglais en a composé de la musique depuis Images, une première K7, paru en 1980! En solo, en duo ou en groupe, Ian Boddy a participé à la création d'une 60aine d'albums. Et je ne compte pas son large éventail de Library Music. Après avoir mis ses 3 premières K7 dans une compilation intitulée Spectroscopic, faudrait bien que je vous en jase un de ses 4, en 2017, le guide par excellence des nouvelles tendances en matière de MÉ a l'intention de rééditer chacun de ses premiers albums sur son label de téléchargement DiNDDL. Une excellente initiative que je salue haut la main, notamment à cause du prix très abordable mais surtout à cause de la qualité des compositions du boss de DiN Records. “The Climb” est paru en 1983, donc il faut se situer au cœur de cette époque afin de bien mordre dans l'essentiel de sa musique. Et encore là, on y trouve des petits bijoux qui sonnent encore très bien aujourd’hui. Je pense entre autres au surprenant Déjà Vu.
D'amples arcs sonores dessinent ces cercles que l'on fait dans l'eau. Ils ouvrent le rythme nerveux de "Kinetics". Structurée sur des percussions nerveuses et une bonne ligne de basse un peu Funk, la musique est vive et crache ce venin de la synth-pop des années 80. Le clavier épouse un peu la structure du rythme, ajoutant de la dentelle harmonique en 2ième partie ainsi que des effets qui conservent la touche un brin Bebop électronique de "Kinetics". "Scorch" est construit aussi sur ce même principe, alors que "The Circle" est nettement plus électronique-motorique avec sa structure couchée sur des basses pulsations et qui accueille un ruisselet de séquences stationnaires. Ces séquences limpides scintillent sur place, alors que des percussions se mettent à rouler un Hip-Hop dont le lyrisme est chanté par une chorale derrière un gros vocodeur. Tous ces éléments en font un titre qui accroche à la 1ière écoute. On passe d'une phase plutôt commerciale à une composition plus complexe avec "Déjà Vu (Part 1)". Les premières séquences qui scintillent dans une brume mystique tintent un peu comme l'approche de mélodie séquencée dans "The Circle". Une minute plus loin, les percussions arrivent pour générer une marche militaire sur acide, alors que la brume intensifie sa magie d'un monde hors de notre imaginaire. Des accords gargouillent aussi dans cette structure dont le débit des percussions, ainsi que d'autres séduisants effets de percussions, amène vers du solide rock électronique anglais où virevoltent de superbes solos de synthé. Très près d'un guitariste de rock, Ian Boddy fusionne à merveille ses solos avec des arrangements orchestraux où se cache aussi une délicate mélodie sculptée par un tendre et romantique clavier. "Déjà Vu (Part 2)" suit avec un tempo légèrement modifié, mais avec une splendide mélodie qui vous donnera des frissons dans l'âme. Ces gouttes d'eau pur stigmatisées en perles soniques tintent avec un effet enchanteur sur du rock électronique en mutation. Une mutation accélérée par une étonnante ascension d'une ligne de basse mordante. Splendide! Ces 2 titres s'en vont dans mon lecteur réseau, section MÉ intemporelle.
La saga de la pièce-titre s'amorce avec mystère. Les ululements des créatures de la nuit et des brisent caverneuses meublent l'ouverture de "The Climb-Dawn". Des accords tintent et résonnent dans cette ambiance. Jouant avec leurs échos, ces accords tissent une mélodie processionnelle, un peu le genre d'Eddie Jobson dans Theme of Secrets (splendide album en passant), qui s'évanouit dans les ombres sonores de "The Climb-Dawn". "The Climb-Procession" suit avec une approche plus chthoniennes. Des réverbérations sinueuses servent de décor à des claquements de percussions sans vie rythmique qui ne font que meurtrirent le sinistre chant d'une chorale emmurée. "The Climb-Hymn" débute avec un paysage sonore plus translucide. Les ambiances, toujours sibyllines, s'accrochent à ce voile de mystère qui brode les contours de ce long titre fleuve qui s'appuie sur 17 minutes. Des nappes de basse sculptent alors une sinistre ascension lento où nos oreilles peuvent percevoir une ombre d'orgue qui épuise sa diablerie dans le rythme vif et saccadé, un peu comme dans "Kinetics" ou "Scorch", de "The Climb-Ascent". "The Climb-Summit" conclut cette saga avec une structure méditative moins sombre que le début de The Climb, Un peu comme un repos céleste après un voyage dans les terres de la désolation. À l'époque, la saga de The Climb devait sans doute initier le mouvement musical pour des structures ambiantes sombres et gothiques avec une fine touche industrielle.
The Climb” s'est vendu dans le temps de le dire et est devenu un objet rarissime jusqu'à ce qu'Ian Boddy le réédite sur son label Something Else Records en 1993. Cette réédition venait avec le titre boni "Déjà Vu (Part 3)". Sa structure métamorphique épouse les grandes lignes des 2 premiers volets, mais dans une approche plus rock, je pense à Tangerine Dream et Cool Breeze of Brighton ici, où nos oreilles se demandent si ce sont des solos de synthé ou de guitare qui survolent et cisaillent les 9 minutes de ce titre qui est tout un cadeau qu'Ian Boddy fait à ses fans. Et même avec ses quelques titres qui sonnent un peu rétro des années de la synth-pop, “The Climb” survit à merveille à l'usure du temps et des avancées technologiques de la MÉ. J'ai adoré découvrir cet album et j'ai déjà hâte d’entendre dans une aussi belle version sonore qu'ici, The Spirits.

Sylvain Lupari 23/07/18

dimanche 22 juillet 2018

AD MUSIC: E-Scape 2018 (2018)

“This is another solid compilation from AD Music that will certainly please to the fans of melodious rhythmic music easy to tame”
1 Redemption (Code Indigo) 12:38
2 Cries in the Mist (Ron Boots) 8:40
3 Deepdream (FD Project) 6:30
4 Circadian Cycle (Volt) 7:16
5 Orcadian (Concept Devices) 11:28
6 Industrial Sunset (Gazzcollins) 4:58
7 Thunderroad (Ron Boots) 14:12
8 Krystal Halls Highway (Code Indigo) 7:57

AD198CD (CD/DDL 73:55)
(Sequencer-based melodious EM)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================
For the fourth year in a row, the leaders of the English label AD Music set up the popular E-Scape festival, which was held in Halesworth on June 2, 2018. And there were some very good guests. First, the comeback of Code Indigo with David Wright, Robert Fox and Andy Lobban who were surrounded by Carys and Stephan Whitlan. FD Project was in its 2nd participation, as was Ron Boots Band with Frank Dorittke, Harold van der Heiden and Stephan Whitlan. Volt was in its first participation, as was Gazz Collins, an artist who has been in the EM business since the early 2010, and Concept Devices, a project by Martyn Greenwood. This festival was dedicated to Klaus Hoffmann-Hoock whose title "Krystal Halls Highway", performed by Code Indigo, was composed with David Wright a few years ago. Big names for a big festival, I listened to the virtual ticket and frankly it was very good, that we found in “E-Scape 2018”; a solid compilation of unreleased tracks that has everything to please the fans of the guest artists ... and even more!
A very fat wave lights the rather cosmic introduction of "Redemption". The piano notes which come add a melody well suspended in this lunar decor. Warmth, softness and musicality emanate from this very thoughtful piano which finally lets free a nocturnal ballad, embellished by layers of Elvish voices. In accordance with Code Indigo's progressive electronic approach, this piano brings the music to a crescendo which is as harmonic as rhythmic and which unleashes a good mid-tempo around the 4th minute. Structured around a nice research on the level of the sound effects, the approach is as silent as these percussions which seem drenched of morphic gas. If the flickering sequences give "Redemption" an electronic hue, the silk violins which caress the movement, as well as its angelic bells, add a strong color of cinematic romance to a music that will test other levels of rhythms, more electronic, and romantic moods always in accordance with the good times of this mythical English group whose return is warmly applauded. I can't wait to hear the fruits of this comeback! "Cries in the Mist" is one of the two tracks from the prolific Ron Boots whose music is still of a very high level. And when the planets are aligned, everything seems possible because this title espouses perfectly the paths of "Redemption", at least for its crescendo approach. Misty waves and a meditative keyboard adorn an introduction which falls into a rhythmic trance after 60 seconds. The rhythm is spasmodic and stationary, a little like a long thrill running through our body. But this time, the shudder lasts nearly 9 minutes with a tapestry of riffs which structure a hatched flow. Cared by layers of cottony voices, the sequences twinkle nervously following the loop of Frank Dorittke's guitar riffs. The intensity core remains stuck in a sedentary level, creating the ideal structure for the short throws of a guitar which remains, like the other instruments by the way, set back from this strange title that stigmatizes our senses with its pretty ethereal electronic decor. "Deepdream" features a bouncy, an up-tempo structure, forged by sequences which flicker on the spot and another line of bass sequences which flow more fluidly in backstage. This very minimalist structure serves the cause of good solos from both synth and guitar. A good, vigorous title from FD Project.
Big names follow each other and it's Volt's turn! "Circadian Cycle" is also a rather quiet title which sways between its ethereal phases and a little rockier and melodious moments. If the sequences are very TD from the Jive years, the synth solos bear the mark of Volt. This is the first time that I hear of Concept Diveces and the music seems very close to experimental atmospheres with this "Orcadian". The depth of the atmospheres makes me think a little of Jarre's En Attendant Cousteau, while the sonorous textures that furnish its main panorama range from very intense, like Jean-Pierre Thanès in Occitania, as downright musical in the 2nd part. It's a music that requires some listening while it's quite the opposite with the very harmonic electronic rock, still like TD of the Jive years, of Gazzcollins in "Industrial Sunset". Ron Boots returns for a 2nd lap with the fiery "Thunderroad". After an introduction scented of chthonic atmospheres, the music espouses a solid electronic rock with a Harold van der Heiden in great shape on drums who still has energy for a 2nd part which is more in mode electronic progressive Jazz. It's very good and again our friend Ron takes us out of his comfort zone, as well as of our comfort zone, with his unique fingering for composition. Composed with Klaus Hoffmann-Hoock, "Krystal Halls Highway" completes this introductory album to the following E-Scape 2018 with an evolutionary structure. The introduction is nursed by pieces of evasive solos, giving Carys the latitude to whisper Elvish hum. Gradually the tempo increases the pace to adopt a lively rhythm where the loops of guitars flirt with esotericism and the percussions with electronic. Klaus Hoffmann-Hoock's guitar hums as much as Carys' voice on this structure, whose catchy gallop goes off quietly in Hindu perfumes and an ambiospheric finale, testifying to the musical personality of another musician who left us too soon. Rest in peace, my dear friend Klaus.
E-Scape 2018” is another solid compilation from AD Music label. Everything is nicely good and well made! And there is no filling, as the creativity of the guests is at the rendezvous. A beautiful EM that will certainly please to the fans of melodious music, easy to ingest and animated by a beautiful fusion of sequences and percussions, including those of Harold van der Heiden. To discover on Apple Music or Spotify to convince you even better… just before buying it.
Sylvain Lupari (July 21st, 2018) ****½*
Available at AD Music store
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Pour une 4ième année de suite, les dirigeants du label Anglais AD Music mettaient sur pied le populaire festival de MÉ E-Scape, qui se tenait à Halesworth le 2 Juin 2018. Et il y avait du bien beau monde. Tout d'abord, le retour de Code Indigo avec David Wright, Robert Fox et Andy Lobban qui étaient entouré de Carys et Stephan Whitlan. FD Project qui en était à sa 2ième participation, de même que Ron Boots Band qui était accompagné de Frank Dorittke, Harold van der Heiden et Stephan Whitlan. Volt en était à sa 1ière participation tout comme Gazz Collins, un artiste qui gravite dans les sphères de la MÉ depuis le début 2010, et Concept Devices, projet de Martyn Greenwood. Ce festival était dédié à Klaus Hoffmann-Hoock dont le titre "Krystal Halls Highway", performé par Code Indigo, a été composé avec David Wright il y a quelques années. Des gros noms pour un grand festival, j'ai écouté le ticket virtuel et franchement c'était très bien, qui se retrouvent dans “E-Scape 2018”; une solide compilation de titres inédits qui a tout pour plaire aux amateurs des artistes signataires…et même plus!
Une onde bien grasse allume l'introduction plutôt cosmique de "Redemption". Les notes de piano qui viennent ajoutent une mélodie bien en suspension dans ce décor lunaire. Chaleur, douceur et musicalité émane de ce piano très pensif qui finalement lâche lousse une approche de ballade nocturne, embellie par des nappes de voix Elfiques. Conformément à l'approche progressive électronique de Code Indigo, ce piano amène la musique vers un crescendo autant harmonique que rythmique qui débloque vers un bon mid-tempo autour de la 4ième minute. Structurée autour d'une belle recherche au niveau des effets sonores, l'approche est aussi muette que ces percussions qui semblent imbibées de gaz morphique. Si les séquences qui papillonnent donnent une teinte électronique à "Redemption", les violons de soie qui caressent le mouvement, ainsi que ses cloches angéliques, ajoutent une forte couleur de romance cinématographique à une musique qui testera d'autres niveaux de rythmes, plus électronique, et d'ambiances romanesque toujours en conformité des bons moments de ce mythique groupe Anglais dont le retour est chaudement applaudi. J'ai hâte d’entendre les fruits de ce retour! "Cries in the Mist" est l'un des deux titres du prolifique Ron Boots dont la musique est toujours de très haut niveau. Et lorsque les planètes sont alignées, tout semble possible car ce titre épouse à merveille les sentiers de "Redemption", à tout le moins pour son approche en crescendo. Onde brumeuse et clavier méditatif ornent une introduction qui tombe en transe rythmique après les 60 secondes. Le rythme est spasmodique et stationnaire, un peu comme un long frisson qui parcourt notre corps. Mais cette fois-ci, le frisson dure près de 9 minutes avec une tapisserie de riffs qui structurent un débit hachuré. Soignées par des nappes de voix cotonneuses, les séquences scintillent nerveusement en suivant la boucle des riffs de Frank Dorittke à la guitare. Le noyau d'intensité reste bloqué à un niveau sédentaire, créant la structure idéale pour les courts jets d'une guitare qui reste, comme les autres instruments d'ailleurs, en retrait de cet étrange titre qui stigmatise nos sens avec son décor électronique assez éthéré. "Deepdream" propose une structure de rythme bondissante, genre up-tempo, forgée par des séquences qui papillonnent sur place et une autre ligne de séquences plus basses qui coulent avec plus de fluidité en arrière-scène. Cette structure très minimaliste sert la cause à de bons solos de synthé et de guitare. Un bon titre vigoureux de FD Project.
Les gros noms se suivent et c'est au tour de Volt! "Circadian Cycle" est aussi un titre plutôt tranquille qui vogue entre ses phases éthérées et des moments un peu plus rock entraînant et mélodieux. Si les séquences font très TD des années Jive, les solos de synthé portent la marque de Volt. C'est la 1ière fois que j'entends du Concept Diveces et la musique semble très près des ambiances expérimentales avec ce "Orcadian". La profondeur des ambiances me fait penser un peu à En attendant Cousteau, alors que les textures sonores qui meublent son panorama principal vont de très intenses, genre Jean-Pierre Thanès dans Occitania, a carrément musicaux en 2ième partie. C'est une musique qui demande quelques écoutes, alors que c'est tout le contraire avec le rock électronique très harmonique, genre TD des années Jive, de Gazzcollins dans "Industrial Sunset". Ron Boots revient pour un 2ième tour de piste avec le très fougueux "Thunderroad". Après une introduction parfumée d'ambiances chthoniennes, la musique épouse un solide rock électronique avec un Harold van der Heiden en grande forme à la batterie qui a encore de l’énergie par une 2ième partie plus en mode Jazz électronique progressif. C'est très bon et encore une fois l'ami Ron nous amène hors de sa zone, et notre zone, de confort avec son doigté unique pour la composition. Composé avec Klaus Hoffmann-Hoock, "Krystal Halls Highway" termine cet album introductif à E-Scape 2018 avec une structure évolutive. L'introduction est nourrie par des morceaux de solos évasifs, donnant ainsi une latitude à Carys de susurrer des fredonnements elfiques. Peu à peu le tempo augmente la cadence pour épouser un rythme entraînant où les boucles de guitares flirtent avec l'ésotérisme et les percussions avec l’électronique. La guitare de Klaus Hoffmann-Hoock fredonne autant que la voix de Carys sur cette structure dont le galop entraînant s'éteint paisiblement dans des parfums Hindoue et une finale ambiosphérique, témoignant de la personnalité musicale d'un autre musicien qui nous a quitté trop tôt. Repose en paix mon cher ami Klaus.  
E-Scape 2018” est une autre solide compilation du label AD Music. Tout est beau et bien fait! Et il n'y a aucun remplissage, tant la créativité des invités est au rendez-vous. De la belle MÉ qui plaira assurément aux amateurs d'une musique mélodieuse, facile à ingérer et animée par une belle fusion de séquences et percussions, notamment celles de Harold van der Heiden. À découvrir sur Apple Music ou sur Spotify pour vous convaincre encore mieux.
Sylvain Lupari 21/07/18