samedi 30 juin 2018

PHARAMOND: Naturalis Historia (2018)

“This 2nd album of Pharamond meets our expectations with an EM as much well done than on Orbis Tertius and tied to a high level of creativity”
1 Luminescence 18:00
2 Conference of the Birds 8:45
3 Faune 4:04
4 Biophores 17:38
5 Sequoia 11:15

SynGate CD-R SM02 (CD-r/DDL 59:44)
(Berlin School with a zest of TD's 77-82 era)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================

One was expecting, in fact we hoped for, a new album from Pharamond for a long time. One of the rare newcomers to propose a unique style, Sylvain Mazars had surprised the planet EM in 2014 with an amazing album, Orbis Tertius, which had attracted the praise of critics and fans of the genre. Inspired by the multiple bends of Tangerine Dream in the 70's and the 80's, the French musician offered a very refined music with a clear penchant for a more progressive approach which even flirted with the psychedelic side of the golden years of electronic and / or progressive music. While respecting this imprint, “Naturalis Historia” takes a more daring turn with a vision that makes the right part between the ambient rhythms and the soundscapes that are at the greatness of another fascinating slice in the history of human kind.
"Luminescence" begins this audacious musical adventure of Pharamond with a structure of rhythm built on a series of riffs which change skins as the moods change the scenery. Voices, I heard Latin (?!), and murmurs clash in a place shrouded by a strange halo woven of words and of electronic elements. A large sonic lighthouse emerges and makes twirl its beam of sounds and moods, casting an apocalyptic vision on where a series of riffs from an acoustic guitar clings onto it. Energetic, this series forges a kind of lively ballad which dominates the ambiances stigmatized by flute songs, sonic graffitis and synth pads tempted to carve a slow staccato. The song from the synth is very Tangerine Dream, period 77-80. And the layers of chthonic voices, as well as these banks of nebulous mist, add even more the influences of the Dream in the equation of “Naturalis Historia”. The rhythm slowly migrates towards a structure of sequences of which the vivid oscillations freeze a more stationary structure. The scenery remains flamboyant with arias which twirl around this static approach and these murmurs of Mellotron which always inject this scent of mysticism to EM. A fourth change occurs at the same time as the sequences radiate of sound distortions at around the 11th minute. Standing out from its static membrane, "Luminescence" clings to a more fluid, but not more animated, movement with keys weakened by the sound radiations and which gradually melt into a structure breathing like a mad toad. We are in the last minutes of a title in motion and which gives an excellent idea of the next 40 minutes to come, while the ethereal finale is nourished by a timid Mellotron and a pensive piano. "Conference of the Birds" begins slowly. Songs from enchanted flute and tinklings of little bells fill a woodland where drip a tranquil water. A bit like a thick duvet which is removed from the bed, the synth pads and their caresses of violins awaken an avian fauna. This heavenly setting floats gently until meeting a line of sequences which makes its keys leap like only Chris Franke knew how to do it at the time. The tones are limpid and the cabrioles are agile in this kind of ascending circular beat. Another more orchestral movement starts zigzagging by drawing a structure that reminds me of Edgar Froese in Stuntman (strange phenomenon because it's the 2nd time this week), bringing this almost symphonic road to a kind of quiet refuge for this fascinating conference for birds.
"Faune" is a good electronic rock in a structure more striking at the sound level than of the rhythm which is a mid-tempo with its crossing between the ample oscillations of the sequencer and sober electronic percussions. This is a good title probably inspired by the Exit period of Tangerine Dream if we rely on the many sound pastiches which burst and sparkle from everywhere. Short and succulent! A bit like "Luminescence", "Biophores" is another jewel with an evolutionary structure filled with effects of ambiances and permutations in its rhythmic horizons. Its first 5 minutes offer an approach of ambient rhythm with a meshing of bass sequences which leap silently in very sharp harmonies of a synth in mode Edgar Froese. Moreover, the large oscillating loops cooing like in an opera of Martenot waves have the sides a little less polished than in "Conference of the Birds". The layers of mists and electronic noises add to this decor which takes a more theatrical turn a la Walter Christian Rothe in Let the Night Last Forever. A torrential rain of glass sequences falls on these ambiences a little before the 8th minute, sculpting a very Peter Baumann approach which goes straight into the perfumes of Logos. After these 18 very exploratory minutes, "Sequoia" ends this 2nd opus of Pharamond on a more ambient note where organic noises purr with synth pads more discreet than those advancing like a carpet of white fog over a forest which bursts of its visceral secrets.

Pharamond could not has a better answer than this “Naturalis Historia” in front of the general questioning following the reception of Orbis Tertius. Was it a twist of fate? A straw fire? The answer is no! This 2nd album of Pharamond meets our expectations, somewhat forgotten in these 4 years of silence I must said, with an EM as much well done and tied to a high level of creativity. This is great EM and an excellent album which transcends the usual genre while being rather accessible in its metamorphoses.
Sylvain Lupari (June 30th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available on SynGate Web shop
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
On attendait, en fait on espérait, un nouvel de Pharamond depuis longtemps. Un des rares nouveaux venus à proposer un style unique, Sylvain Mazars avait surpris la planète MÉ en 2014 avec un étonnant album, Orbis Tertius, qui s'était attiré les éloges des critiques et des fans du genre. Inspiré par les multiples virages de Tangerine Dream dans les années 70-80, le musicien Français proposait une musique très raffinée avec un net penchant pour une approche plus progressive qui flirtait même avec le côté psychédélique des années d'or de la MÉ et/ou progressive. Tout en respectant un peu cette empreinte, “Naturalis Historia” prend un virage plus audacieux avec une vision qui fait la juste part entre les rythmes ambiants et les paysages sonores qui sont à la grandeur d'une autre fascinante tranche dans l'histoire de l'homme.
"Luminescence" débute cette audacieuse aventure musicale de Pharamond avec une structure de rythme construite sur une série de riffs qui change de peaux à mesure que les ambiances changent le décor. Des voix, j'entends du latin (?!), et des murmures s'affrontent dans un lieu nimbé par une étrange auréole tissée de matières vocables et électroniques. Un gros phare sonique émerge et fait tournoyer son faisceau de sons et d'ambiances, jetant une vision apocalyptique où s'accroche une série de riffs d'une guitare acoustique. Rythmée, cette série forge un genre de ballade enlevante qui domine des ambiances stigmatisées par des chants flûtés, des graffitis soniques et des nappes de synthé qui sont tentées de sculpter un lent staccato. Le chant du synthé fait très Tangerine Dream, période 77-80. Et les nappes de voix chthoniennes, ainsi que ces bancs de brume nébuleuse, ajoutent encore plus les influences du Dream dans l'équation de “Naturalis Historia”. Le rythme migre lentement vers une structure de séquences dont les vives oscillations figent une structure plus stationnaire. Le décor reste flamboyant avec des airas qui virevoltent autour de cette approche statique et des murmures de Mellotron qui injectent toujours ce parfum de mysticisme à la MÉ. Une 4ième modification se pointe en même temps que les séquences rayonnent de distorsions autour de la 11ième minute. Se détachant de sa membrane statique, "Luminescence" s'accroche à un mouvement plus fluide mais pas plus animé avec des ions affaiblis par des radiations sonores et qui fondent graduellement en une structure respirant comme un crapaud enragé. Nous sommes dans les dernières minutes d'un titre en mouvement et qui donne une excellente idée des 40 prochaines minutes à venir, alors que la finale éthérée est nourrie par un Mellotron tout timide et un piano pensif. "Conference of the Birds" débute doucement. Des chants de flûtes enchantées et des tintements de clochette meublent un boisée où perle une eau tranquille. Un peu comme une épaisse couette que l'on retire du lit, des nappes de synthé et leurs caresses de violons éveillent une faune aviaire. Ce décor paradisiaque flotte doucement jusqu'à rencontrer une ligne de séquences qui fait bondir ses ions comme seul Chris Franke savait le faire à l’époque. Les tonalités sont limpides et les cabrioles sont agiles dans cette forme de rythme circulaire ascensionnel. Un autre mouvement plus orchestral se met à zigzaguer en traçant une structure qui me rappelle Edgar Froese dans Stuntman (phénomène étrange car c'est la 2ième fois cette semaine), amenant cette route quasi symphonique vers une sorte de refuge tranquille pour cette étrange conférence pour oiseaux.
"Faune" est un bon rock électronique dans une structure plus éclatante au niveau sonore que le rythme qui est un mid-tempo avec son croisement entre les amples oscillations du séquenceur et de sobres percussions électroniques. C'est un bon titre sans doute inspiré par la période Exit de Tangerine Dream si on se fie aux nombreux pastiches sonores qui éclatent et pétillent de partout. Court et succulent! Un peu comme "Luminescence", "Biophores" est un autre bijou avec une structure évolutive remplie d'effets d'ambiances et de permutations dans ses horizons rythmiques. Ses 5 premières minutes proposent une approche de rythme ambiant avec un maillage de basses séquences qui bondissent sourdement dans des harmonies très acuités d'un synthé en mode Edgar Froese. D'ailleurs les larges boucles oscillatrices qui roucoulent comme dans une opéra d'ondes Martenot ont les côtés un peu moins polis que dans "Conference of the Birds". Les nappes de brumes et les bruits électroniques ajoutent à ce décor qui prend une tournure plus théâtral à la Let the Night last Forever de Walter Christian Rothe. Une pluie torrentielle de séquences en verre s'abat sur ces ambiances un peu avant la 8ième minute, sculptant une approche très Peter Baumann qui fonce tout droit dans les parfums de Logos. Après ces 18 minutes très exploratrices, "Sequoia" termine ce 2ième opus de Pharamond sur une note plus ambiante où des bruits organiques ronronnent avec des nappes de synthé plus discrètes que celles avançant comme un tapis de brouillard blanc sur une forêt qui éclate de ses viscérales secrets.
Pharamond ne pouvait avoir une meilleure réponse que ce “Naturalis Historia” devant le questionnement général suivant l'accueil d'Orbis Tertius. Était-ce un accident de parcourt? Un feu de paille? La réponse est non! ! Ce 2ième album de Pharamond répond à nos attentes, quelque peu oubliées dans ces 4 ans de silence faut dire, avec une MÉ aussi bien fignolée et ficelée dans un haut niveau de créativité. C'est de la grande MÉ et un excellent album qui transcende le genre habituel tout en étant plutôt accessible dans ses métamorphoses.

Sylvain Lupari 29/06/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire