dimanche 17 juin 2018

DASK & THANECO: Elemental (2018)

“Elemental has all it needs to satisfy the appetite of fans of sequencer-based EM, in particular of Tangerine Dream, era Virgin”
1 Earth 9:56
2 Water 13:28
3 Metal 11:42
4 Wood 8:11
5 Fire 8:44
6 Air 11:19
7 Void 7:08

SynGate Wave | DASKT01 (CD-r/DDL 70:29)
(Berlin School)
====================================
  **Chronique en français plus bas**

====================================
Riffs of orchestrations and muffled rumblings get "Earth" out of the silence. Ishhh, winds of dust and orchestrations, of which echoes form incomplete staccato impulses, adorn this introduction, for at least nebulous. Layers of voices get graft to these elements, filling an opening which grows with a dramatic approach while the first steps of the sequencer stutter a little before the point of 3 minutes. This first movement will seduce those who have lost in their memories this zigzagging approach of Edgar Froese in Drunken Mozart in the Desert. Influences which are also found on Electron Utopia, the first album of DASK. This movement of sequenced orchestrations describes large arcs on a weak bed of pulsations which slowly organize a riposte a little before the 5th minute whereas the second rhythmic skin of "Earth" hatches with a movement of bass sequences. These two movements synchronize their zigzagging ballads in a symphony for sequencers with keys which jump and frolic in conventional tones and others caramelized in a mixture of distortion and sizzle. David Marsh is part of this new generation of EM musicians who have made their mark with a series of compelling albums. At ease like a fish in the water behind an energetic sequencer, he succeeds in getting out of the bundle with a constant progression in his prototypes of rhythms which are played with additional lines of underlying rhythms. And this creative and sometimes daring approach is always very much glued to a harmonic vision. Co-written with EM Grec's musician, Thanasis (Thanos) Oikonomopoulos, “Elemental” is a seventh official album for DASK, including a fourth on the German label SynGate. Carved around the theme of sets of elements which explain the observations of life and nature, “Elemental” offers pure Berlin School structures which quietly emerge from limbo, and of its ambiances, to bite our eardrums with movements in progression which are also scented by the influences of Tangerine Dream, Chris Franke era.
"Water" proposes a more austere approach. A bank of layers of Gothic voices and of astral mists floats until reaching a dense veil of industrial organ where chthonic hummings are roaming there. A delicate melody mounted on arpeggios pinched like harp strings follows a minimalist circular ritornello played on piano. Perfumes of flutes are wandering here and there, while "Water" evolves with changes in its structure until it adopts the pulse of a sequencer which upsets the established order by structuring a new arrhythmic approach. A conveyor rolls balls which sparkle from everywhere, while the initial approach tries to keep its phlegm. This segment, and the sound effects that surround it, link the world of Chris Franke to that of Johannes Schmoelling in Wuivend Riet. The part 2 is strong and full of memories! The first 6 minutes of "Metal" reflect an almost post-apocalyptic phase with knockings which roll in their echoes through a haze nourished by voice effects. Phase by phase, these knocks join their distances to form a tasty, and quite unexpected, down-tempo under long sighs of a synth mode Vangelis' Blade Runner. The second part offers a more electronic approach with a felted and resonant movement of the sequencer to which is grafted good electronic percussions. "Metal" becomes a good electronic pop-rock driving under a virgin melody, like ELP's, hummed by a synth in mode charm. After the slightly abyssal atmospheres of "Wood", where chords and arpeggios are a little isolated, "Fire" spits a slow rhythm, at least its first half. Under pulses of powerful synth pads, the sequencer organizes a rhythm wrought on keys irradiated by distortion effects. The whole thing is very pleasant to the ear, even if the effect of déjà-heard in the structures is omnipresent, when this ambient rhythm, nicely decorated with sound and percussive effects, reaches its climax and sinks with a more fluid rhythm around the 5th minute. This second phase of "Fire" flows with a good pace in this same setting. A short interlude is also proposed to restructure another short phase of rhythm. If "Void" espouses the depths of its title, "Air" also plunges us into a pool of very ethereal atmospheres before giving itself to a delicate rhythm. The atmospheres in this title reach the dimension of its meaning with layers of sound effects radiating and convincing in their natures and minds.
Available in HQ CD-R format and downloadable from SynGate's Bandcamp website, “Elemental” has all it needs to satisfy the appetite of fans of sequencer-based EM, in particular of Tangerine Dream, era Virgin. This association with Thaneco adds a more classical depth to the ambivalent and progressive structures of DASK, even if these structures melt between our ears with an obvious sense of déjà-heard, the touch of the Greek musician adds subtleties that bring everything back into the moods that have inspired the sense and the spirit of “Elemental”.
Sylvain Lupari (16/06/18) ***¾**
synth&sequences.com

Available via SynGate Bandcamp
===============================================================================

CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Des riffs d'orchestrations et des grondements sourds sortent "Earth" du silence. Des ishhh, des vents de poussières et des orchestrations, dont les échos forment des élans de staccato incomplets, ornent cette introduction pour le moins nébuleuse. Des nappes de voix se greffent à ces éléments, remplissant une ouverture qui croît avec une approche dramatique alors que les premiers balbutiements du séquenceur bégaient un peu avant la barre des 3 minutes. Ce premier mouvement séduira ceux qui ont perdu dans leurs souvenirs cette approche zigzagante d'Edgar Froese dans Drunken Mozart in the Desert. Influences que l'on retrouve aussi sur Electron Utopia, le premier album de DASK. Ce mouvement d'orchestrations séquencées décrit de grands arcs sur un faible lit de pulsations qui lentement organisent une riposte un peu avant la 5ième minute alors que la seconde peau rythmique de "Earth" éclot avec un mouvement de basses séquences. Ces deux mouvements synchronisent leurs ballades zigzagantes dans une symphonie pour séquenceurs avec des touches qui sautillent et gambadent dans des tonalités conventionnelles et d'autres caramélisées dans un mélange de distorsion et de grésillement. David Marsh fait partie de cette nouvelle génération de musiciens de MÉ qui ont fait leurs marques avec une série d'albums convaincants. À l'aise comme un poisson dans l'eau derrière un séquenceur énergique, il réussit à sortir son épingle du jeu avec une constante progression dans ses prototypes de rythmes qui se jouent avec des ajouts additionnels d'autres lignes de rythmes sous-jacents. Et cette approche créative et parfois audacieuse reste toujours très collé à une vision harmonique. Coécrit avec le musicien de MÉ Grec, Thanasis (Thanos) Oikonomopoulos, “Elemental” est un 7ième album officiel pour DASK, dont un 5ième sur le label Allemand SynGate. Sculpté autour du thème des ensembles d'éléments pour expliquer les observations de la vie et de la nature, “Elemental” propose des structures de pur Berlin School qui sortent tranquillement des limbes, et de ses ambiances, afin de mordre nos tympans avec des mouvements en progression qui sont aussi parfumés des influences de Tangerine Dream, période Franke.
"Water" propose une approche plus austère. Un banc de nappes de voix gothiques et de brumes astrales flotte jusqu'à atteindre un dense voile d'orgue industrielle où traînent des fredonnements chthoniens. Une délicate mélodie montée sur des arpèges pincés comme des cordes d'harpe suit une ritournelle circulaire minimaliste jouée sur piano. Des parfums de flûtes errent ici et là, alors que "Water" évolue avec des modifications dans sa structure jusqu'à ce qu'elle épouse le pouls d'un séquenceur qui bouscule l'ordre établit en structurant une nouvelle approche arythmique. Un convoyeur fait rouler des billes qui pétillent de partout, tandis que l'approche initiale tente de garder son flegme. Ce segment, et les effets sonores qui y baignent, lie l'univers de Chris Franke à celui de Johannes Schmoelling dans Wuivend Riet. La 2ième partie est coriace et pleine de souvenirs! Les 6 premières minutes de "Metal" reflètent une phase quasi post-apocalyptique avec des cognements qui roulent dans leurs échos à travers une brume nourrie d'effets de voix. Phase par phases, ces cognements rallient leurs distances afin de former un savoureux, et tout à fait inattendu, down-tempo sous de longs soupirs d'un synthé en mode Vangelis Blade Runner. La 2ième partie offre une approche plus électronique avec un mouvement feutré et résonnant du séquenceur auquel se greffe de bonnes percussions électroniques. "Metal" devient un bon pop-rock électronique entrainant sous une mélodie virginale, genre ELP, fredonnée par un synthé en mode charme. Après les ambiances légèrement abyssales de "Wood", où se cachent des accords et arpèges un peu isolés, "Fire" crache un rythme lent, à tout le moins sa première moitié. Sous des élans de nappes de synthé puissantes, le séquenceur organise un rythme forgé sur des ions irradiés par des effets de distorsions. Le tout est très agréable à l'oreille, même si l'effet de déjà entendu dans les structures est omniprésente lorsque ce rythme ambiant, joliment décoré d'effets sonores et percussifs, atteint son point culminant et fonce avec un rythme plus fluide autour de la 5ième minute. Cette seconde phase de "Fire" coule avec fluidité dans ce même un décor. Un court intermède est aussi proposé afin de restructurer une autre courte phase de rythme. Si "Void" épouse les profondeurs de son titre, "Air" nous plonge aussi dans un bassin d'ambiances très éthérées avant de se donner à un rythme délicat. Les ambiances dans ce titre atteignent la dimension de son sens avec des nappes d'effets sonores irradiants et convaincants dans leurs natures.
Disponible en format CD-R HQ et téléchargeable sur le site Bandcamp de SynGate, “Elemental” a tous les ingrédients pour assouvir la faim des amateurs de Tangerine Dream, période Virgin. Cette association avec Thaneco ajoute une profondeur plus classique aux structures ambivalentes et progressives de DASK. Et même si ces structures fondent entre nos oreilles avec un sentiment évident de déjà-entendu, la touche du musicien Grec ajoute ses subtilités qui ramènent le tout dans les ambiances inspirées pour l'esprit de “Elemental”.
Sylvain Lupari 16/06/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire