dimanche 27 mai 2018

ALBA ECSTASY: Berlin Shades (2018)

“Mostly on dancing modes, Berlin Shades offers structures of rhythms driven by a plethora of percussive elements and sequences fill of sparkling and lighting tones”

1 Blooming Minds 3:23
2 Signs of Attraction 12:22
3 eMotion 5:36
4 Are Protons Stable? 7:48
5 Berlin Shades 5:34
6 Electric Echo 4:55
7 Soundtrails 5:45

Alba Ecstasy Music (DDL 45:24)
(Mix of New Berlin School, E-Rock & EDM)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================

If Bergenon had left me a little on my appetite, “Berlin Shades” loads my ears fully with its 45 minutes of electronic rhythm which flirts with a kind of EDM strung in the nuances of a Berliner model of EM. Apart from the staging of "Signs of Attraction", the music of this album, offered only for download, offers structures of rhythms driven by a plethora of percussive elements and sequences with tones as sparkling as these bubbles of fizzy water which bubble in our nostrils. And yep, this is another nice album of Alba Ecstasy who is regular like this friend that we always like to see again and hear...
Short but very catchy, "Blooming Minds" is an electronic anthem energized by an avalanche of percussions in mode; crush my bones and make me float. Drums and percussive effects fuel a sonic fauna which makes overflow the capacity of my ears to assimilate all these strikes that decorate a structure whose life is related to a superabundance of industrial, and even organic, elements of percussions. The synth launches a very melodic idea, kind of Jean-Michel Jarre period Revolutions, which hooks as much the eardrums that this spasmodic rhythm sets fire to our feet. Too short not to like and not long enough to snub this approach of Electronic Rock & Dance! "Signs of Attraction" is in the tone of the good New Berlin School flavored with a little of madness. After an ambient introduction charged with melancholic sighs, the synth is as beautiful as it is morose here, the sequencer activates a structure that waddles from one ear to the other. A bass pulsation gets in the movement a few seconds later, giving a depth field that befits the songs of a synth more and more attractive. A movement of bass sequences harpoons this structure a little before the 5th minute, initiating a lively and fluid rhythm, in spite of its spasms, with a synth just as dynamic and which follows the rhythm with a harmonic spirit. Some good New Berlin School, with a synth in mode; fright me at night in the moods of Klaus Schulze's 85-90 years or closer to our era; Remy. "Signs of Attraction" depicts here the interconnections and symbioses between different structures of parallel rhythms and confluent in this album. "eMotion" is a ball of energy that glitters on the spot and sparkle of highly electronic tones on a sequencer from which the nervous keys are jumping in jerks in a sound magma filled with unruly sequences and felted and/or gassed percussion effects.
Some of these percussive effects cross the silence to join "Are Protons Stable?" which is a more complex energy ball and definitely more on the edge of implosion than "eMotion". Stationary and magnetizing, the rhythm is nevertheless lively and hyper jerky with sequences that form lines of spasmodic rodeos. A little like these lines of static balls, the sequences remain trapped and sparkle like dozens of bubbles bursting in a tube too narrow, spilling their rages of freedom in electronic percussions fed with green wood. The title-track also exploits a lively approach. The keys of a sequencing line leap briskly, like a horde of daredevils on jumping sticks hopping in a corridor too small, too narrow and undulating on a long course. A line of bass pulsations spits out a swarm of resonances which weaves paranoid chants and spread their vampiric shadows over this rhythm typed of vivid and incisive strikes. Unstable Up-tempo? It looks like this like it can also look like these discos of the future such as put in images by the people of George Lucas in the Star Wars saga. "Electric Echo" is in IDM mode with another futuristic psychedelic approach. The melody is good and quite catchy while the hopping rhythm is forged on organic sequences and other more conventional ones, which are never on the same beat, while the drums are still frozen in an eclectic tonal pond which tells me that Mihail Adrian Simion has done a very critical research work for these percussions highly stylized, one must not forget the sequences too, for this album. Voice effects hum on this title and are gurgling on "Soundtrails", a Techno for Zombies, smarter and less amorphous, which flirts with Break-Dance. The rhythm is heavy and hammered by good percussion while the synth launches ear-catching solos which spin and flit in a decor of percussion which fill my ears with a questioning charm...How he continues to did that?
Alba Ecstasy's music has become my guilty pleasure. Month after month, this Romanian artist offers its latest finds, he is an engineer in computer development for music, in albums where always drag 1 to 3 small jewels. And sometimes more ... like here! I spent 45 very good minutes where my predatory ears of sound devoured a panoply of rhythms as seductive than audacious and very catchy. EDM and Berlin School! What could be better?

Sylvain Lupari (May 25th, 2018) *****
synth&sequences.com
Available on Alba Ecstasy's Bandcamp

===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Si Bergenon m'avait laissé un peu sur mon appétit, “Berlin Shades” m'en met plein les oreilles avec ses 45 minutes de rythme électronique qui flirte avec une sorte d'EDM ficelée dans les nuances de la MÉ Berliner. Mise à part la mise en scène de "Signs of Attraction", la musique de cet album, offert uniquement en téléchargement, propose des structures de rythmes poussées par une pléthore d'éléments percussifs et de séquences aux tonalités aussi pétillantes que ces bulles d'eau gazeuse qui nous moussent les narines. Eh oui, un autre bel opus d'Alba Ecstasy qui est régulier comme cet ami qu'on aime toujours revoir et entendre…
Court mais très accrocheur, "Blooming Minds" est un hymne électronique dynamisé par une avalanche de percussions en mode défonce-moi pour que je plane. Les percussions et les effets percussifs alimentent une faune sonique qui fait déborder la capacité de mes oreilles afin d'assimiler toutes ces frappes qui décorent une structure dont la vie est rattachée à une surabondance d'éléments de percussions industrielles et même organiques. Le synthé lance une idée mélodique très Jean-Michel Jarre, période Révolutions, qui accroche autant les tympans que ce rythme spasmodique met le feu à nos pieds. Trop court pour ne pas aimer et pas assez long pour snober cette approche de Rock & Danse électronique! "Signs of Attraction" est dans le ton des bons New Berlin School aromatisé d'un peu de folie. Après une introduction ambiante chargée de soupirs mélancoliques, le synthé est aussi beau que morose ici, le séquenceur active une structure qui se dandine d'une oreille à l'autre. Une pulsation basse accoste le mouvement quelques 80 secondes plus loin, donnant un champ de profondeur qui sied bien aux chants d'un synthé de plus en plus séduisant. Un mouvement de basses séquences harponne cette structure un peu avant la 5ième minute, initiant un rythme vif et fluide, malgré ses spasmes, avec un synthé tout autant dynamique et qui suit la cadence avec un entrain harmonique. Du bon New Berlin School, avec un synthé en mode épouvante de nuit, des années 85-90 de Klaus Schulze et plus près de nous Remy, "Signs of Attraction" dépeint ici les interconnexions et les symbioses entre les différentes structures de rythmes parallèles et confluentes dans cet album. "eMotion" est une boule d'énergie qui scintille surplace et pétille avec des tonalités très électroniques sur un séquenceur dont les ions nerveux soubresautent dans un magma sonore rempli de séquences indisciplinées et d'effets de percussions feutrées et/ou gazées.
Certains de ces effets percussifs traversent le silence pour rejoindre "Are Protons Stable?" qui est une boule d'énergie plus complexe et nettement plus sur le bord de l'implosion que "eMotion". Stationnaire et magnétisant, le rythme est néanmoins vif et hyper saccadé avec des séquences qui forment des lignes de rodéos spasmodiques. Un peu comme ces lignes de boules statiques, les séquences restent prisonnières et pétillent comme des dizaines de bulles qui éclatent dans un tube trop étroit, déversant leurs rages de liberté dans des percussions électroniques nourries de bois vert. La pièce-titre exploite aussi une approche vive. Les ions d'une ligne de séquences bondissent vivement, comme une horde de casse-cous sur des bâtons sauteurs sautillant dans un couloir trop petit, trop étroit et ondulant sur un long parcours. Une ligne de basse pulsations crache un essaim de résonnances alors que tisse des chants de paranoïa qui étendent leurs ombres vampiriques au-dessus de ce rythme dactylographié par des frappes vives et incisives. Du Up-tempo instable? Ça ressemble à cela comme ça peut aussi ressembler à ces discos du futur tel que mis en image par la gang à Georges Lucas dans la saga Star Wars. "Electric Echo" est en mode IDM avec une autre approche psychédélique futuriste. La mélodie est belle et assez accrocheuses alors que le rythme sautillant est forgé de séquences organiques et autres plus conventionnelles, qui ne sont jamais sur le même beat, alors les percussions restent toujours figées dans un éclectisme tonal qui me dit que Mihail Adrian Simion a fait un travail de recherche très critique pour ces percussions, il ne faut pas oublier les séquences aussi, hautement stylisées pour cet album. Des effets de voix chantonnent sur ce titre et gargouillent sur "Soundtrails", un Techno pour Zombies, plus intelligents et moins amorphe, qui flirte avec le Break-Dance. Le rythme est lourd et martelé de bonnes percussions alors que le synthé lance des solos accrocheurs qui virevoltent dans un décor de percussions qui m'a rempli les oreilles de charme interrogatoire… Comment il continue à faire ça?   
La musique d'Alba Ecstasy est devenu mon petit plaisir coupable. Mois après mois, cet artiste Roumain propose ses dernières trouvailles, il est ingénieur en développement informatique pour la musique, dans des albums où traînent toujours 1 à 3 petits bijoux. Et parfois plus…comme ici! J'ai passé 45 très bonnes minutes où mes oreilles carnassières de sons ont dévoré une panoplie de rythmes aussi séduisants qu'audacieux et entraînants. De l'EDM et du Berlin School! Que demander de mieux?

Sylvain Lupari (24/05/18)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire